Passerelle eco

Pratiques et Contacts pour Vivre Ensemble sur une Même Planète

La revue Passerelle Eco : sommaire des numéros, compléments d'info, bulletin d'abonnement à imprimer ...

Actualité du réseau éco

Réseaux

Quelques écolieux

Des reportages et les annonces du réseau éco et de la dynamique écovillage en France : écolieux de vie, projets d'écovillages, écofermes pédagogiques, personnes ressources ou en recherche, entreprises, centres de formations, etc... Plusieurs rubriques sont consacrées aux écovillages en germe ou en devenir, car ces initiatives font converger l'ensemble des aspects de l'écologie pratique : l'actualité, leurs activités, rencontres, chantiers ou échanges proposés.
Dossiers thématiques : depuis les statuts de la loi de 1901, l'alimentation, la construction saine, l'habitat léger, le carburant tournesol ...
Annonces, photos, comptes rendu des rassemblements, rendez-vous, festivals, colloques, manifestations...
- des fiches pratiques et des recettes - le site Nima'Sadi de partage et d'expérimentation sur autoproduction - les activités associatives de Passerelle Eco.
Vous êtes ici > Accueil > Agenda & Actualité
Rencontres libertaires à Nancy sur la décroissance

le 22 juin 2005

ARTICLES

Rencontres libertaires à Nancy sur la décroissance

Du vendredi 6 mai 2005 au dimanche 8 mai 2005

La décroissance n’est ni une idéologie ni un choix qui s’offre à nous. C’est une nécessité. Partant de ce constat, les différentes organisations et associations libertaires nancéennes (Groupe Marée Noire, Groupe Caussimon (FA), la CNT, le Scalp et la Casbah) ont décidé, il y a plusieurs mois déjà, de se réunir et d’en discuter. De ces réunions a émergé le projet commun d’organiser des rencontres libertaires autour de cette notion. A une époque où les conditions sociales et écologiques s’aggravent, risquant fortement de compromettre tant notre présent que notre futur, il nous a semblé essentiel de diffuser et d’affirmer, d’un point de vue libertaire, nos positions sur ce sujet. D’autant plus que certains collectifs travaillant sur ce thème paraissent désormais s’engager sur la voie du parlementarisme et du réformisme et cherchent à s’organiser en parti politique dont le but est de présenter des candidats aux prochaines élections présidentielles et législatives de 2007. Allons bon, il y en a encore qui semblent ignorer que « si les élections ça changeait vraiment la vie, y’a un bout de temps, mon colon, qu’voter ça s’rait interdit » !

Le « comité d’organisation » de ces rencontres a alors préparé un petit texte d’appel pour inviter les gens à participer aux débats. Celui-ci commence par un constat :

« Après 50 ans ininterrompus de croissance économique mise en œuvre par le capitalisme, le bilan est sans appel. Les inégalités entre riches et pauvres n’ont jamais été aussi criantes. La course à l’innovation permanente ne sert qu’à renforcer l’aliénation des êtres humains et l’impact écologique d’une production effrénée atteint la biosphère dans ses capacités à se régénérer ». La question, fondamentale, s’est donc posé dans les termes suivants : « Ne devons-nous pas alors cesser de croître ? ». La notion de décroissance est extrêmement intéressante car elle soulève de nombreuses interrogations, concernant à la fois nos comportements individuels mais aussi nos aspirations collectives, et favorise certaines remises en questions. Car, au-delà de l’anticapitalisme qui accompagne nécessairement la décroissance (si l’on est honnête), elle nous oblige à reconsidérer nos positions sur certains sujets : Le rôle de la science, de la technique, l’idéologie du Progrès... Elle nous pousse également à sortir de la littérature strictement libertaire et à nous plonger dans la lecture d’auteurs sur qui a pesé, pendant près de trente ans, une véritable chape de plomb : Ivan Illich, Jacques Ellul, N. Georgescu-Roegen.... Effectivement nombre des réflexions menées datent des années 70 mais la réaction reaganienne et thatcherienne qui a suivi a favorisé leur occultation. Enfin, le thème de la décroissance poursuit nos réflexions concernant la nature du capitalisme, les conditions de production et de consommation dans la société industrielle, le rôle du pouvoir, notre rapport à la nature, l’impact écologique...

Après réflexion, nous souhaitions donc aborder les questions suivantes : « Comment envisager la consommation dans une optique de décroissance ? Quels sont les enjeux des technologies ? Quelles sources d’énergies pour quelles utilisations ? Quels transports, à quelles fins ? Quelle place pour l’éducation dans une perspective de décroissance ? Et au final, comment construire une société autogérée ? ».

Les rencontres libertaires sur la décroissance se sont tenues le week-end du 6, 7, 8 mai. Elles ont commencé le vendredi en fin d’après-midi par une petite manifestation dont le cortège, il est vrai, était assez réduit (le militant serait-il effarouché par le mauvais temps ?) mais qui n’a pas entamé la détermination et la bonne humeur de ses participants. Un grand merci à nos amis de la Police qui nous ont permis de multiplier au moins par trois le nombre des participants. Elle fut ensuite suivie d’un apéritif fort sympathique (en revanche, il semblerait que le militant ne soit pas effrayé par boire un coup). Les différents ateliers-débats ont eu lieu les deux jours suivants (informatique, consommation, décroissance et jeux coopératifs pour le samedi, transports, éducation et science, techniques et énergie pour le dimanche). Une soirée Cabaret, le samedi, et des concerts, le dimanche, sont venus ponctuer les journées.

Au final ce sont environ 300 personnes, militants, sympathisants et autres personnes intéressées par le sujet, qui se sont succédées et ont participé aux différentes activités. Le lieu de ces rencontres fut un espace de réflexion, de débat - parfois fort animé - mais aussi de détente et de convivialité où chacun a pu créer et resserrer des liens. Ce fut une « zone d’autonomie temporaire » où les frontières entre activité et passivité, militantisme et loisir, réflexion intenses et franches rigolades furent abolies. Et où l’autogestion, avec toutes les difficultés que cela suppose, fut appliquée. Cependant, il faut aussi voir la réalité en face : 300 personnes sur une population d’environ 200 000 personnes, dont une très grande majorité devrait se sentir concernée par les problèmes soulevés, c’est peu. C’est cependant un premier pas, une première expérience qui en appelle d’autres.

Nous tenons particulièrement à remercier un certain nombre de personnes et de collectifs, qui ont fait le déplacement et se sont investis, et sans qui ces journées n’auraient pas eu la même portée : Jean-Pierre Tertrais, Jean-René du RATP (Réseau pour l’Abolition des Transports Payants), le Groupe Juillet 36 (FA) de Strasbourg, Isa de Bure Zone Libre, Chloé pour ses jeux coopératifs, ainsi que tous les artistes, Serge et Baptiste pour les contes, Nadia Cerise et son groupe pour le spectacle de Flamenco, Lydie pour la danse contemporaine, Kamel pour ses accords, Stef’ le magicien, les Carpe Diem, Les Minables et la Bolche Vita (on aurait préféré la Makhno Vita mais bon...) pour les concerts. Merci également à la cuisine de la Casbah pour ses excellents repas végétariens (allez Strasbourg, encore un effort !). Merci également au Monde Libertaire et à tous les magazines, journaux, revues et fanzines qui ont relayé l’info et à Publico pour la table de presse. Merci enfin à tous les militants et toutes les personnes qui sont venus. A vous tous et à ceux qui n’ont pu être présents, nous vous disons : « à la prochaine ! ».

Thierry Libertad, pour le groupe Marée Noire et le groupe Caussimon de la Fédération Anarchiste.


Répondre à cet article
Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, insérez une ligne vide entre eux.

1 message


Contact                    

www.ecovillageglobal.fr

le site de l'écovillage global des lecteurs et annonceurs de la revue Passerelle Éco

PASSEZ UNE ANNONCE

Artisane / Artiste en Quête d'un Lieu Propice à la Création ! (À l’abordage dans le 09)

Projet : Trouver un lieu en nature afin de créer dans les meilleures conditions possibles ! Demande : Hello...En quête d'un lieu en nature, pour m'épanouir dans mon activité de feutrage de (...)

Colocation (CoLocation dans le 29)

Projet : J'habite dans une grande maison en campagne avec mes deux enfants, 10 ans et 3 mois depuis le printemps. Je souhaite accueillir une colocataire pour partager le loyer de cette grande (...)

Yourte sur Écolieu (Ecolieux existants dans le 22)

Projet : développer un lieu de vie partagé (également lieu ressource, de réflexions, d'expérimentations et d'innovations). Favoriser ensemble l'autonomie du lieu et de ses habitants. Nous souhaitons (...)

Colocation en Montagne (Ecolieux existants dans le 06)

Projet : bonjour nous sommes installer en montagne à 1500 mètres à la gombe 06470 peone depuis 15 ans dans un lieu pour personnes eco responsables ce n est pas une collectivité juste à ce jour (...)

Vacances en Montagne en Echange de Garde d'Animaux (Vacances dans le 06)

Projet : bonjour si vous aimez les chiens, chats et ânes je propose un logement pour vos vacances ou à long terme en échange des soins quotidiens aux animaux nous sommes installer à la gombe 06470 (...)

À la Recherche d'une Colocation en Région Paca (CoLocation dans le 06)

Projet : Je suis un auteur américain qui a vécu et travaillé dans la région. Je vis actuellement dans le Tennessee et je voudrais revenir dans la région PACA. J'aimerais faire partie d'une communauté (...)

Cherche Atelier avec Logement (Artisanat dans le 09)

Projet : Je cherche en location un atelier avec logement et petit jardin région Sud Bretagne /Val de Loire/Puy de Dôme mais étudie toutes propositions si endroit calme, joli et assez fréquenté Un (...)

Colocation entre Éco-Artisans (CoLocation dans le 09)

Projet : Je voudrais habiter avec d'autres personnes qui ont choisi la voie du travail manuel au possible , dans la volonté de dépenser moins de ressources naturelles et de préserver davantage (...)

Rencontres et Projet Autour de l'Artisanat Écologique (Artisanat dans le 09)

Projet : J'aimerais construire un projet commun pour populariser le travail manuel à l'ancienne , qui peut servir de base à une production plus respectueuse de l'environnement et procurant plaisir (...)