] Le monologue du virus - « Je suis venu mettre à - Agenda & Actualité
Passerelle eco

Permaculture et Écovillage Global

La revue Passerelle Eco : sommaire des numéros, compléments d'info, bulletin d'abonnement à imprimer ...

Actualité du réseau éco

Réseaux

Quelques écolieux

Des reportages et les annonces du réseau éco et de la dynamique écovillage en France : écolieux de vie, projets d'écovillages, écofermes pédagogiques, personnes ressources ou en recherche, entreprises, centres de formations, etc... Plusieurs rubriques sont consacrées aux écovillages en germe ou en devenir, car ces initiatives font converger l'ensemble des aspects de l'écologie pratique : l'actualité, leurs activités, rencontres, chantiers ou échanges proposés.
Dossiers thématiques : depuis les statuts de la loi de 1901, l'alimentation, la construction saine, l'habitat léger, le carburant tournesol ...
Annonces, photos, comptes rendu des rassemblements, rendez-vous, festivals, colloques, manifestations...
- des fiches pratiques et des recettes - la partage et l'expérimentation de l'autoproduction - les activités associatives de Passerelle Eco.
Vous êtes ici > Accueil > Agenda & Actualité
Le monologue du virus :

le 22 mars 2020

ARTICLES

Le monologue du virus

« Je suis venu mettre à l’arrêt la machine dont vous ne trouviez pas le frein d’urgence. »

Faites taire, chers humains, tous vos ridicules appels à la guerre. Baissez les regards de vengeance que vous portez sur moi. Éteignez le halo de terreur dont vous entourez mon nom. Nous autres, virus, depuis le fond bactériel du monde, sommes le véritable continuum de la vie sur Terre. Sans nous, vous n’auriez jamais vu le jour, non plus que la première cellule.

Nous sommes vos ancêtres, au même titre que les pierres et les algues, et bien plus que les singes. Nous sommes partout où vous êtes et là où vous n’êtes pas aussi. Tant pis pour vous, si vous ne voyez dans l’univers que ce qui est à votre semblance !

Mais surtout, cessez de dire que c’est moi qui vous tue.

Vous ne mourez pas de mon action sur vos tissus, mais de l’absence de soin de vos semblables.

Si vous n’aviez pas été aussi rapaces entre vous que vous l’avez été avec tout ce qui vit sur cette planète, vous auriez encore assez de lits, d’infirmières et de respirateurs pour survivre aux dégâts que je pratique dans vos poumons. Si vous ne stockiez vos vieux dans des mouroirs et vos valides dans des clapiers de béton armé, vous n’en seriez pas là...

Si vous n’étiez presque tous devenus, d’un bout à l’autre du dernier siècle, de redondantes copies d’une seule et intenable forme de vie, vous ne vous prépareriez pas à mourir comme des mouches abandonnées dans l’eau de votre civilisation sucrée. Je ne viens qu’exécuter la sanction que vous avez depuis longtemps prononcée contre vous-mêmes...

Les plus honnêtes d’entre vous le savent bien : je n’ai d’autre complice que votre organisation sociale, votre folie de la « grande échelle » et de son économie, votre fanatisme du système...

Voyez donc en moi votre sauveur plutôt que votre fossoyeur. Libre à vous de ne pas me croire, mais je suis venu mettre à l’arrêt la machine dont vous ne trouviez pas le frein d’urgence.

Je suis venu suspendre le fonctionnement dont vous étiez les otages.

Je suis venu manifester l’aberration de la « normalité ». « Déléguer notre alimentation, notre protection, notre capacité à soigner notre cadre de vie à d’autres était une folie »…

« Il n’y a pas de limite budgétaire, la santé n’a pas de prix » : voyez comme je fais fourcher la langue et l’esprit de vos gouvernants ! Voyez comme je vous les ramène à leur rang réel de misérables margoulins, et arrogants avec ça ! Voyez comme ils se dénoncent soudain non seulement comme superflus, mais comme nuisibles ! Vous n’êtes pour eux que les supports de la reproduction de leur système, soit moins encore que des esclaves. Même le plancton est mieux traité que vous. Gardez-vous bien, cependant, de les accabler de reproches, d’incriminer leurs insuffisances. Les accuser d’incurie, c’est encore leur prêter plus qu’ils ne méritent. Demandez-vous plutôt comment vous avez pu trouver si confortable de vous laisser gouverner...

La seule conduite non-nihiste : prendre soin de soi, de ceux que l’on aime et de ce que l’on aime dans ceux que l’on ne connaît pas. Ne laissez pas ceux qui vous ont menés au gouffre prétendre vous en sortir : ils ne feront que vous préparer un enfer plus perfectionné, une tombe plus profonde encore. Le jour où ils le pourront, ils feront patrouiller l’armée dans l’au-delà.

Remerciez-moi plutôt. Sans moi, combien de temps encore aurait-on fait passer pour nécessaires toutes ces choses inquestionnables et dont on décrète soudain la suspension ?

La mondialisation, les concours, le trafic aérien, les limites budgétaires, les élections, le spectacle des compétitions sportives, Disneyland, les salles de fitness, la plupart des commerces, l’assemblée nationale, l’encasernement scolaire, les rassemblements de masse, l’essentiel des emplois de bureau, toute cette sociabilité ivre qui n’est que le revers de la solitude angoissée des monades métropolitaines : tout cela était donc sans nécessité, une fois que se manifeste l’état de nécessité.

Remerciez-moi de l’épreuve de vérité des semaines prochaines : vous allez enfin habiter votre propre vie, sans les mille échappatoires qui, bon an mal an, font tenir l’intenable.

Sans vous en rendre compte, vous n’aviez jamais emménagé dans votre propre existence. Vous étiez parmi les cartons, et vous ne le saviez pas. Vous allez désormais vivre avec vos proches. Vous allez habiter chez vous. Vous allez cesser d’être en transit vers la mort...

Peut-être l’envie vous prendra-t-elle de faire sauter le décor de votre vie quotidienne.

A dire vrai, vous n’étiez plus au monde, dans ces métropoles de la séparation. Votre monde n’était plus vivable en aucun de ses points qu’à la condition de fuir sans cesse. Il fallait s’étourdir de mouvement et de distractions tant la hideur avait gagné de présence. Et le fantomatique régnait entre les êtres. Tout était devenu tellement efficace que rien n’avait plus de sens. Remerciez-moi pour tout cela, et bienvenue sur terre !

Grâce à moi, pour un temps indéfini, vous ne travaillerez plus, vos enfants n’iront pas à l’école, et pourtant ce sera tout le contraire des vacances. Les vacances sont cet espace qu’il faut meubler à tout prix en attendant le retour prévu du travail. Mais là, ce qui s’ouvre devant vous, grâce à moi, ce n’est pas un espace délimité, c’est une immense béance.

Je vous désoeuvre. Rien ne vous dit que le non-monde d’avant reviendra. Toute cette absurdité rentable va peut-être cesser...

Remerciez-moi : je vous place au pied de la bifurcation qui structurait tacitement vos existences : l’économie ou la vie. C’est à vous de jouer. L’enjeu est historique. Soit les gouvernants vous imposent leur état d’exception, soit vous inventez le vôtre... Le désastre cesse quand cesse l’économie. L’économie est le ravage. C’était une thèse avant le mois dernier. C’est maintenant un fait. Nul ne peut ignorer ce qu’il faudra de police, de surveillance, de propagande, de logistique et de télétravail pour le refouler.

Face à moi, ne cédez ni à la panique ni au déni... Je suis la plus ravageuse production du ravage de la production... C’est une civilisation, et non vous, que je viens enterrer. Ceux qui veulent vivre devront se faire des habitudes nouvelles, et qui leur seront propres. M’éviter sera l’occasion de cette réinvention, de ce nouvel art des distances. L’art de se saluer.. n’obéira bientôt plus à aucune étiquette. Il signera les êtres. Ne faites pas cela « pour les autres », pour « la population » ou pour « la société », faites cela pour les vôtres. Prenez soin de vos amis et de vos amours. Repensez avec eux, souverainement, une forme juste de la vie. Faites des clusters de vie bonne, étendez-les, et je ne pourrai rien contre vous.

Ceci est un appel non au retour massif de la discipline, mais de l’attention...

Quelle autre façon me restait-il pour vous rappeler que le salut est dans chaque geste ? Que tout est dans l’infime.

J’ai dû me rendre à l’évidence : l’humanité ne se pose que les questions qu’elle ne peut plus ne pas se poser.


NDLR : Ce texte dont la version originale semble publiée sur lundi.am circule en diverses versions. C’est devenu un "meme" dont la propagation sur internet est... virale.


7 votes
Répondre à cet article
Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, insérez une ligne vide entre eux.

1 message

  • Le monologue du virus

    Le 30 mars 2020, par Brigitte AUBERT

    Merçi pour cette admirable page de philosophie, qui en est l’auteur ? Belle plume. Félicitations Brigitte


Contact                    

www.ecovillageglobal.fr

le site de l'écovillage global des lecteurs et annonceurs de la revue Passerelle Éco

PASSEZ UNE ANNONCE

Murs Bottes de Paille / Enduits Terre And co (Construction dans le 86)

Projet : Accueil de volontaires Après une première expérience heureuse de chantier participatif de juin à septembre 2017, nous renouvelons ! Nous vous proposons 2 temps d’accueil : à partir d’avril et (...)

Cherche Familles pour Création d un Écolieu Intergénérationnel (À l’abordage dans le 24)

Projet : Maman d un petit bout de 18 mois, non fumeuse et écolo, je recherche des personnes motivées à l'idée de partager un espace de vie dans le respect des besoins de chacun et en toute (...)

Bénévolat dans un Écolieu (Ecolieux existant dans le 43)

Projet : Chêne Rouge est une communauté & un centre de formation en devenir qui s'inspire des sagesses ancestrales pour soutenir l'émergence de projets collectifs. Nous habitons en yourte en (...)

Partage de Voiture (EcoNomades dans le 43)

Projet : Je viens d'arriver en auvergne. J'ai 71 ans et comme j'ai peine à conduire Je désire partager ma voiture

Cherche un Terrain à Acheter en Occitanie, Svp! (Vouloir Agricole dans le 34)

Projet : Bonjour ! Je cherche à acheter un terrain d’au moins 1,1 hectare, avec (de préférence) eau de source, avec, ou bien une petite habitation, ou le permis d’habitation. Un endroit isolé mais (...)

Colocation Éphémère (CoLocation dans le 11)

Projet : Petit écolieu familial dans les Corbières Maritimes, comportant 3 habitats légers (yourte, roulotte, cabane perchée) Offre : Colocation éphémère à la semaine (un mois max), pour prendre du recul, (...)

Recherchons un Écolieu Écohameau où nous Installer (À l’abordage dans le 31)

Projet : Vivre en milieu rural dans un espace naturel, avec potager collectif, verger, poulailler... ateliers pour fabriquer et réparer en autonomie. Disposer d'une maison bioclimatique privative (...)

Vends Yourte Contemporaine 20 m² (Habitat Léger dans le 11)

Projet : Cette yourte, construite avec soin et amour, nous a abrités (dortoir 4 places) pendant notre chantier (2018-2020). Nous nous en séparons avec gratitude. Offre : Vendue en l'état, sans le (...)

Rencontre entre Jeunes (Contacts)

Projet : Bonjour =) J'habite en Ardèche depuis 3 ans maintenant, mais j'ai bien du mal à rencontrer des gens de mon âge, et avec qui je partagerais certaines valeurs. Mon profil en bref : Hélène, 30 (...)