Passerelle eco

Permaculture et Écovillage Global

Derniers articles

Nos Livres et revues

Derniers articles

Réseau éco

20 ans d'écolieux

Des reportages et les annonces du réseau éco et de la dynamique écovillage en France : écolieux de vie, projets d'écovillages, écofermes pédagogiques, personnes ressources ou en recherche, entreprises, centres de formations, etc... Plusieurs rubriques sont consacrées aux écovillages en germe ou en devenir, car ces initiatives font converger l'ensemble des aspects de l'écologie pratique : l'actualité, leurs activités, rencontres, chantiers ou échanges proposés.

Derniers articles

Thématiques

Dossiers thématiques : depuis les statuts de la loi de 1901, l'alimentation, la construction saine, l'habitat léger, le carburant tournesol ...

Derniers rendez-vous

Annonces, photos, comptes rendu des rassemblements, rendez-vous, festivals, colloques, manifestations...

Derniers articles

Pratique

- des fiches pratiques et des recettes - la partage et l'expérimentation de l'autoproduction - les activités associatives de Passerelle Eco.
Vous êtes ici > Accueil > Actualité

le 14 avril

Actualité

Des nouvelles de Tera

Douceur et introspection...

L’hiver s’achève, révélant ses courants souterrains et ses énergies de transformation. Doucement, les fatigues accumulées durant la haute saison se sont déliées, laissant apparaître un réel désir et besoin de prendre soin, et du collectif, et de nous.

La volonté collective, et souvent individuelle, de cheminer vers plus de douceur a provoqué des rencontres joyeuses, créatives, bienveillantes, studieuses et inspirantes.

Cet élan harmonieux a nourri notre désir de voir progresser le but de notre association, à savoir la mise en place d’un revenu d’autonomie. Après le bilan de la première vague d’expérimentation, nous avons fait appel à l’intelligence collective pour amorcer la deuxième vague… Affaire à suivre.

Saison après saison, le Bio-doux nous livre sa sagesse ancestrale. Fermez les yeux pour entendre pousser les fleurs…

Les premiers accueils et immersions de l’année ont commencé, Céline et Frédéric nous offre leur Autre regard sur TERA.

Et, dans la rubrique "A la découverte des commissions”, focus sur le projet de quartier rural à Trentels où Marie Hélène vous invitera à explorer les avancées concrètes d’un rêve solidaire.

N’hésitez pas à partager autour de vous nos avis de recherche, ainsi, l’effet “baguette magique” continuera à opérer.

Merci pour votre présence et… bonne lecture.

Lucie et Laurence

Actus

Prendre soin de NOUS

Fin décembre, une vingtaine d’entre nous a travaillé avec Daphné Vialan, en lien avec la coopérative oasis, sur les enjeux afférents à une culture commune, travail qui s’étendra sur six jours entre décembre 2021 et décembre 2022 .

Le hasard fait bien les choses, à l’issue des deux premières journées de ce travail, nous étions plus de cinquante à répondre présent.es à l’invitation de l’équipe de l’Alvéole qui nous avait concocté une soirée Mycelium inoubliable. Chants, jeux, danses, improvisations, sketchs, tout était organisé avec humour et bienveillance.

Ce soir-là, la cellule organique de Tera a absorbé toutes nos différences pour éclairer toutes nos ressemblances.

Tout au long de l’hiver, pas une semaine sans des festivités que ce soit un bal traditionnel, une soirée jeux, un café citoyen, un maraîchage gourmand, une gratiféria. Pas une semaine sans des espaces de créativité avec la chorale, le théâtre d’improvisation, les jam-sessions….

Pas une semaine sans des temps d’intériorisation avec du yoga, de la méditation, des rendez-vous de la paix, des cercles de chants sacrés.

Et encore et toujours nos stages de Communication Non Violente, de Premiers Secours en Santé Mentale.

Gratitude à l’équipe de l’Alvéole pour cette soirée Mycelium version une. On attend la deuxième version avec impatience.

Et gratitude à toutes celles et ceux qui œuvrent souvent dans l’ombre pour tisser ces liens invisibles qui nous relient dans la bienveillance.

Ainsi va la vie à Tera… Ha, la belle vie la vie….

Laurence

TERA - Tous Ensemble vers un Revenu d’Autonomie

Le revenu d’autonomie est un peu le ciment de notre association et de notre écosystème. Notre revenu d’autonomie est un revenu de base, c’est à dire, selon la définition du MFRB, « un droit inaliénable, inconditionnel, cumulable avec d’autres revenus, distribué par une communauté politique à tous ses membres, de la naissance à la mort, sur base individuelle, sans contrôle des ressources ni exigence de contrepartie, dont le montant et le financement sont ajustés démocratiquement », auquel, s’ajoute deux caractéristiques : Il est versé en plus grande partie en monnaie citoyenne locale, et il est contre-garanti par une production locale respectueuse des humains et de la nature.

Il s’agit donc de bien plus que de la distribution d’un revenu, c’est une autre manière de penser le modèle économique et le développement d’un territoire, en travaillant tout à la fois sur ce que l’on produit et comment, sur les réseaux de distribution de cette production, sur les moyens d’échange et sur la façon dont on distribue la valeur monétaire créée. C’est également un dispositif qui ne peut se construire que petit à petit.

Un premier grand pas a été accompli ces quatre dernières années, grâce à la première vague d’expérimentation.

En effet, cinq personnes (3 personnes sur 1 année et 2 personnes sur 3 années) ont touché un revenu net, vissé au seuil de pauvreté plus un euro, versé à 85% en monnaie citoyenne locale l’Abeille. Sans redevabilité explicite, ni lien de subordination, l’objectif retenu fût de soutenir les activités (assistant de gestion, maraîchage, secrétariat, gîte et compost) qui bénéficieraient ensuite au développement de l’écosystème Tera).

A posteriori nous aurions pu le qualifier de revenu de soutien d’autant plus qu’il était modulable en fonction des revenus que le bénéficiaire percevait déjà du fait de son activité (déduction du montant de la vente de sa production au sein de l’écosystème).

Subventionnée par des financements participatifs et par la fondation ZOEIN- cette expérience n’aurait pas réussi sans le soutien du laboratoire ATEMIS (accompagnement au développement de l’écosystème) et de la fondation SALVIA (investissement pour les activités).

Aujourd’hui, nous lançons la deuxième vague. A l’issue de deux journées de plénière, 19 participants ont redéfini les enjeux et les ressources pour élaborer ensemble une nouvelle proposition en adéquation avec la réalité du moment.

L’ancienne version était inaliénable, inconditionnelle et individuelle, la nouvelle sera aussi universelle (pour tous nos membres actifs, sous réserve des financements acquis) et cumulable (il s’additionne avec tout autre revenu).

La commission gestion courante administrative et financière s’en est emparée pour trouver les fonds et l’inscrire dans un cadre légal. Le défi est de taille car rien n’existe dans nos lois ou nos cadres réglementaires français qui permette à une association de verser un revenu d’autonomie à ses membres.

Notre objectif est que l’ensemble des membres actifs de notre écosystème perçoivent cent abeilles numériques par mois, reconductibles chaque année, et qu’une part, même minime, du financement provienne de la production de l’écosystème.

Et enfin, un objectif important de cette seconde vague sera expérimental : il s’agira, grâce à un suivi qualitatif et quantitatif de recueillir des éléments de preuve sur l’impact d’une telle mesure sur les modes de vie des bénéficiaires, et sur le soutien et la dynamisation de l’économie locale. Et ainsi d’étudier la pertinence, au-delà de l’écosystème Tera, d’un revenu d’autonomie vu non pas comme une dépense, mais comme un investissement au service du développement local.

Nous ne manquerons pas de revenir vers vous dès que nous aurons de nouvelles informations. Et d’ici là, deux vidéos pour revenir sur les fondements du revenu d’autonomie : une présentation faite lors d’un colloque au Sénat en octobre 2019, et lors d’un colloque à l’Assemblée Nationale en décembre 2021 (début aux alentours de 18’50 pour chacune).

Lucie, Laurence et Marie-Hélène

Bio-doux

Les prés et les champs ont revêtu leur manteau de froidure. Les forêts et les jardins aussi. Le vent du nord souffle dans les branches nues. Les oiseaux ne chantent plus. Le silence habite les grands espaces. La nature est en hibernation

Dans les profondeurs de l’humus, l’énergie se régénère.Tendons l’oreille avec attention. Une ou deux graines sont en germination. La vie déjà va renaître d’elle-même. C’est le temps de l’intériorisation.

Au cœur de la campagne, l’intrépide perce-neige a bravé les frimas. La vie renaissante arrive à petits pas. Elle annonce le prochain printemps.

Jean-Charles

Un autre regard

Céline et Frédéric Nous ont rendu visite en février. Ils nous partagent leur regard sur Tera. Merci à eux

Dans quel contexte, ou quelles circonstances es-tu venu.e à TERA ?

F : Cela fait quelques années que je m’intéresse à une autre vie, une autre façon de vivre au travers de villages ou de communautés autonomes. Et mes amis Jo et Mel ont passé le cap donc il fallait que je découvre cela de mes propres yeux.

C : J’avais entendu parler de TERA par plusieurs personnes qui mettaient en avant le côté ambitieux du projet, humainement et économiquement, ce qui avait attisé ma curiosité. J’avais voulu comprendre un peu mieux par moi-même ce modèle car je cherchais un moyen concret d’agir individuellement et/ou collectivement pour pouvoir perpétuer la pérennité un peu mise à mal aujourd’hui du vivant (végétal, animal, humain).

Qu’est-ce qui t’as interpellé.e ? surpris.e ? intéressé.e ?

F : Au départ, je n’ai pas compris le mode de fonctionnement de TERA qui n’est pas un village autonome comme on peut se l’imaginer vu de l’extérieur. J’ai appris à comprendre TERA au fil de ma semaine, au travers d’accueils chaleureux de différents membres.

Dans un premier temps, on m’a demandé de rester en mode observateur, ce que j’ai trouvé normal. J’ai toute fois été surpris que l’on me laisse participer à quasiment toutes les réunions. C’est une preuve de transparence et de confiance que l’on ne retrouve pas dans la société dite "normale". J’ai pu observer différents types de Terians : du salarié à l’entrepreneur, en passant par le bénévole régulier ou celui de passage, mon cas. J’ai aimé aider et participer au quotidien de cette communauté.

Mon passage n’étant pas prévu, je n’ai pas pu réellement rencontrer et échanger avec les gestionnaires de la monnaie locale. Ce point est pour ma vision, un des plus importants dans l’autonomie et la séparation attendue avec la société conventionnelle imposée. J’aurais aimé aussi étendre ma compréhension des différentes associations qui structurent l’ecosystème TERA pour savoir où me positionner et comment mettre ma pierre à cet édifice.

Lors des dernières réunions auxquelles j’ai pu participer, on m’a demandé mon point de vue et avis sur certains sujets. J’ai été surpris et encore plus quand une de mes suggestions a été prise en compte. J’ai pu constater sur les dernières réunions que le fonctionnement de TERA était en pleine montée en puissance dans sa structure et organisation. Cela donne une impression de fondations solides sur lesquelles il n’y a plus qu’à y monter les piliers et les murs d’une maison sociétale basée sur l’humain. J’ai déjà hâte d’être à ma prochaine visite.

C : Pour moi, la découverte du projet s’est faite en deux étapes : la première en distanciel, ce qui m’avait marqué c’était : la ferveur, la conviction et le niveau de compétences des personnes à exposer le projet. Une fois sur place, la technicité, les compétences et la sincérité du groupe d’individus porteurs du projet ont confirmé ma première impression, donnant encore plus de consistance et de valeur au modèle et confortant ainsi mon envie d’y prêter main forte.

Ce que j’ai aimé aussi, c’est que TERA n’est pas un" "écolieu" clos, comportant le risque d’un repli sur soi, mais un "écosystème" ouvert sur un territoire et destiné à le revitaliser de manière durable.

Si tu devais résumer Tera en un mot ?

F : Équité

C : "Réalisme" a été le premier qui m’est venu mais que je trouve peu glamour. et "Incarner", est le deuxième, qui explicite le premier. Dans le sens où TERA est pour moi une vision haute qui se donne les moyens de s’incarner, concrètement, dans la matière. Et que c’est ça que je trouve à la fois beau, ambitieux, noble et surtout réaliste.

Interview de Laurence

A la découverte de l’écosystème TERA

Entrez dans les coulisses du quartier rural de "Trentels"...

En quoi consiste ce projet ?

Le projet de quartier rural sur la commune de Trentels a émergé des activités de l’association TERA. Construit sur un terrain de 4 hectares au bord du Lot, il sera à la fois un lieu d’habitation pour une quinzaine de foyers, et un lieu d’activités se voulant au service du développement soutenable du territoire : Centre d’Ecoconstruction, de Ressources et de Formation (CERF), animations autour de la transition écologique et sociétale, accueil de stagiaires et de visiteurs en habitats légers ainsi que de loisirs, pôle alimentaire (point de distribution de produits locaux, atelier de transformation mutualisé) visant à contribuer à un système alimentaire local respectueux du vivant.

Quelles sont vos actualités du moment ?

Après l’achat du terrain en mars 2020, et après des mois de travail dans l’ombre, de réunions, de concertations, de montages juridiques et financiers, d’aller et retour sur des plans et des devis, deux grands événements sont venus marquer la fin de l’année 2021 et le début de l’année 2022.

Une naissance, ou plutôt, une métamorphose - Les Amis de Lustrac, l’association porteuse depuis 2018, a été métamorphosée en Société Coopérative d’Intérêt Collectif le 18 décembre 2021, avec 52 sociétaires et un capital initial de 176 000€. Ils seront rejoints le 7 mai par la commune de Trentels, dont le conseil municipal a voté l’entrée au capital de la SCIC. Celle-ci porte maintenant le développement du quartier, en lien avec toutes ses parties prenantes : montage des activités économiques, coopération avec les autres acteurs locaux, mise en place d’une équipe de professionnels et recherche de financements pour la construction.

De la vie sur le terrain - Nous avons enfin imprimé une première marque sur le terrain en plantant près de 400 arbres le dimanche 20 février lors d’un chantier participatif, qui a rassemblé une cinquantaine de volontaires ainsi que des élus. Ces arbres constitueront une haie champêtre sur les bordures Nord et Ouest de la parcelle. Un joyeux et symbolique moment, et beaucoup de plaisir à ce que ce soient des représentants du monde végétal et non pas des pelleteuses qui aient fait leur entrée en premier.

Quelle est votre dernière grande avancée ?

Etre sociétaire de la SCIC, c’est désormais possible.

Car oui, la prochaine étape sera la collecte de fonds pour la première tranche, la construction du CERF, dont le permis de construire est en instance d’être déposé. Si vous voulez vous aussi devenir sociétaire, voici les bulletins de souscription pour les personnes morales et pour les personnes physiques. Vous pouvez aussi utiliser notre adresse mail toute neuve pour nous poser des questions, et consulter le résumé en 4 pages du dossier financier.

Marie-Hélène

Avis de recherche - Appel à contribution

Comme cette rubrique fonctionne bien, on ne s’en lasse pas ! N’hésitez pas à partager largement notre avis de recherche, vous contribuez à son succès :

 Nous commençons l’appel pour les candidatures de nos prochains services civiques qui sont attendus pour commencer entre septembre et octobre 2022 sur des missions auprès de l’association Abeille et de l’association Coop du Tilleul - consultez les profils ici

 Lucie et Laurence recherche un.e bénévol.e spécialiste du logiciel mailchimp et montage photo pour nous aider sur cette lettre d’information à raison d’une dizaine d’heure chaque trimestre - envoyez leur votre candidature enthousiaste ici.

 Nous cherchons à renforcer nos équipes tant pour la monnaie locale, que pour l’épicerie l’Alvéole - d’autant plus pour cet été. Si une immersion vous tente, voire plus tard une installation sur le territoire, écrivez-nous ici.

 Nous lançons une bouteille à la mer pour le territoire du Fumélois : nous manquons cruellement de praticiens de santé autour de nous (généraliste et spécialiste). Si vous souhaitez rejoindre notre projet et vous implanter, vous ne manquerez pas de patients.

 Dans la même lignée, le Centre Médico-Social de Fumel recherche des travailleurs sociaux diplômés, contactez les ici sans tarder !

Et nous voulions passer un grand merci à Leïla pour avoir réalisé la fresque à l’alvéole !

En savoir plus...

S’informer

 Prenez vos agendas ! Notre prochaine assemblée générale ordinaire se déroulera du 30 avril au 1er mai. Réservezdès aujourd’hui votre place.

 Une série de vidéos "portrait", réalisée par Grégor, en coproduction avec l’ADEME et le laboratoire de recherche ATEMIS (qui soutiennent et accompagnent le projet depuis plusieurs années maintenant) a vu le jour. Ces portraits de transitions autour de quelques membres actifs de TERA, vous donneront (on l’espère !) un petit aperçu de la richesse du projet, de nos réussites et de nos défis.

Les entretiens ont été réalisés il y a six mois. Ils montrent notre réalité du printemps/été 2021. Les images d’illustrations et d’archives ont elles été collectées pendant plusieurs années. C’est donc aussi un voyage dans l’histoire de TERA qui vous attend ! Retrouvez Julie, Lisa, Gregor, Laura et Simon.

 Arrivée d’une nouvelle formation au sein de l’éco-système : la facilitation de groupes. Quel rôle adoptez-vous spontanément dans un groupe ? Qu’apporte le rôle de facilitateur.rice ? Comment créer des espaces et des outils pour servir le groupe, ses rêves, ses objectifs ? Comment conscientiser les dynamiques relationnelles pour grandir et évoluer collectivement ?

Avec Julie et David, nous aborderons ces questions du vendredi 17 juin à 14h au dimanche 19 juin à 13h à Tournon Zen%22%7D]. Cette formation est un voyage vivant, expérientiel et transformateur : la dynamique du groupe de formation en est la principale source d’apprentissage, et l’accent est mis sur le partage d’outils applicables et concrets, que chacun.e est invité.e à ancrer dans son potentiel de facilitateur.rice et acteur.rice de changement social, que ce soit au sein d’une association, d’un collectif, d’une communauté ou d’une entreprise. Rejoignez l’aventure !

 Frédéric Bosqué est intervenu les 13 février et 22 février aux assises de la sagesse, aux côtés de Lama Lhundroup , Yâ Sîn, Swamini Amritajyoti, Jean-Pierre Chometon, Père Philippe Dautais, Zarina Khan et Mathieu Labonne autour de ces deux questions : “La sagesse, quels bienfaits pour l’humanité ? L’Unité dans la diversité : une éthique pour un nouveau mode de vie ?

 Frédéric est également intervenu en mars dans un cycle de conférences en ligne, avec une présentation de Tera, l’animation du fameux jeu du modèle économique, et enfin un débat avec Philippe Derudder et Henri Kotobi.

Contribuer

Vous souhaitez contribuer à notre projet ? Plusieurs choix s’offrent à vous : Les adhésions sont vitales pour notre association, nous voulons que ce projet soit soutenu par des citoyens de tous horizons afin qu’il constitue un véritable mouvement citoyen. > Je veux adhérer ! D’autant plus qu’aujourd’hui, une partie de notre financement provient de vos dons et de vos adhésions. Merci pour votre soutien ! > Je veux faire un don défiscalisé ! > Je veux faire un don non défiscalisé !

Participer

Vous rêvez de participer à notre aventure ? Voici diverses occasions :
 Assister à un week-end de visite pour rencontrer certains de nos membres, découvrir nos locaux et explorer notre vision, retrouvez les prochaines dates ici,
 Vous êtes une famille et vous aimeriez rejoindre notre projet, un format de séjour découverte viens de voir le jour - envoyez un mail ici,
 Rejoindre les "amis de Tera" qui œuvrent dans l’ombre pour nous soutenir en leur écrivant ici,
 Vivre un stage permaculture pour vous initier à l’un des outils fondateurs de notre projet. Envoyer une demande ici. Pour vous donner un avant-goût, visionnez la conférence que Grégor a récemment donné en Suisse.


0 vote
Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, insérez une ligne vide entre eux.

Contact --- Mentions légales

www.ecovillageglobal.fr

le site de l'écovillage global des lecteurs et annonceurs de la revue Passerelle Éco

PASSEZ UNE ANNONCE

Urgent, je Recherche un Logement (Recherche location dans le 50)

Projet : Je recherche un logement en location ou en colocation,à la campagne de préférence.Mais je suis ouvert à la zone périurbaine. Offre : Je touche 919,86 Euros par mois,donc je peut payer un loyer (...)

Hébergement Vacances Côte Atlantique (Vacances dans le 35)

Projet : Vacance côte atlantique Offre : Aide genre woofing(jardin,bricolage,services) Demande : Hébergement 15 jours ou plus à proximité de la côte atlantique ds le cadre d’un échange genre woofing en (...)

Recherche Location contre Travaux Bricolage / Jardin Côte Atlantique (Contacts dans le 35)

Projet : Je souhaiterais établir un échange ds le cadre d’une location en échange de travaux divers (services,jardin,bricolage) en Bretagne ou côte atlantique;soit une grande pièce ou une petite maison (...)

En Haute-Saône Pourquoi pas ? (Un Groupe Existe dans le 70)

Projet : Collectif interG, objectif coopérative habitants intégrée au village Production et atelier partagés, vie locale Co-habitation dans bâti ancien + habitat neuf mitoyen Basse Consommation (...)

Echange Coups de Main Travaux Agri contre Hébergement (Ecolieux existant dans le 66)

Projet : Accueil pers. de passage sur Ecolieu existant (avec 1 famille, 5 pers.), pour aménagement du lieu, aides aux travaux & à l'activité agri, inspir. Permaculture. Projet Dév. Solaire. Permanents (...)