Passerelle eco
Actu du Printemps : La revue 83 est parue !
Commandez-la Abonnez-vous

Derniers articles

Nos Livres et revues

La revue Passerelle Eco : sommaire des numéros, compléments d'info, bulletin d'abonnement à imprimer ...

Derniers articles

Réseau éco

20 ans d'écolieux

Des reportages et les annonces du réseau éco et de la dynamique écovillage en France : écolieux de vie, projets d'écovillages, écofermes pédagogiques, personnes ressources ou en recherche, entreprises, centres de formations, etc... Plusieurs rubriques sont consacrées aux écovillages en germe ou en devenir, car ces initiatives font converger l'ensemble des aspects de l'écologie pratique : l'actualité, leurs activités, rencontres, chantiers ou échanges proposés.

Derniers articles

Thématiques

Dossiers thématiques : depuis les statuts de la loi de 1901, l'alimentation, la construction saine, l'habitat léger, le carburant tournesol ...

Derniers rendez-vous

Annonces, photos, comptes rendu des rassemblements, rendez-vous, festivals, colloques, manifestations...
Vous êtes ici > Accueil > Les Blogs
5. Pratiques

le 18 février 2009

Les Blogs

Compostage et effet de serre

Pour un bon compostage, il faut vraiment retourner le tas de temps en temps, de manière à aérer les matières. En l’absence d’aération suffisante, le compost se fait mal, il dégage des odeurs désagréables ... et dégage aussi 300 fois plus de gaz à effet de serre !

C’est, en quelques mots clairs, le résumé des études présentées ci après. Pour faciliter la digestion de ce texte au style quelque peu technocrate, vous trouverez une vidéo d’humour en bas de cette page...

Il existe très peu de travaux et de données sur les impacts environnementaux du compostage individuel, notamment en termes d’émissions de gaz à effet de serre (GES). Ci-joint en annexe quelques éléments de bibliographie disponibles.

Le compostage, qu’il soit individuel ou collectif, est émetteur potentiel de GES. Le niveau d’émission est extrêmement dépendant des pratiques mises en œuvre, conduisant à des conditions plus ou moins aérobies : lorsqu’ils sont bien menés, le compostage individuel et le compostage collectif semblent avoir des émissions du même ordre de grandeur. Dans le cas contraire, des zones plus ou moins importantes au sein des matières en fermentation sont privées d’air (et ce d’autant plus que les quantités traitées par unité de surface sont importantes) et sont donc le lieu d’une méthanisation du type de celle rencontrée en élimination par stockage avec probablement un niveau d’émissions comparable à celui d’un stockage moderne.

Plus généralement, dans l’appréciation de ces impacts, il convient de toujours se référer à la solution qui serait utilisée en substitution du compostage individuel, solutions qui sont schématiquement :

 Soit d’autres pratiques de gestion domestique (alimentation animale, paillage, brûlage, etc.)
  Soit la dégradation non contrôlée dans le milieu naturel,
  Soit la gestion biologique collective (compostage ou méthanisation)
  Soit le traitement thermique (incinération)
  Soit le stockage en décharge.

Dans ces conditions, l’appréciation des impacts relatifs du compostage individuel devient très complexe et très dépendante des situations locales ou techniques particulières. Cependant, les solutions mettant en œuvre une valorisation énergétique (incinération, méthanisation), lorsque celle-ci est optimale, présentant un meilleur bilan du point de vue de l’effet de serre.

Ce qu’on peut affirmer, c’est que bien mené le compostage individuel n’est pas a priori plus contributeur que les solutions alternatives collectives de gestion sans valorisation énergétique. Ces considérations conduisent surtout à promouvoir un accompagnement très poussé des particuliers lors des opérations de développement du compostage individuel, qui ne doit en aucun cas se limiter à une distribution de composteurs, mais inclure une « formation » et un suivi des particuliers concernés, ce que font de nombreuses collectivités (en Belgique, Alsace, Vendée, …) par le biais de « maîtres-composteurs » bénévoles ou salariés des collectivités.

COMPOSTAGE INDIVIDUEL ET EFFET DE SERRE
ANNEXE : RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

Les études sont, à notre connaissance, peu nombreuses. Des données retrouvées, il ressort que de manière générale les matières organiques en dégradation sont émettrices. Les niveaux d’émissions sont dépendants des déchets organiques (déchets verts/déchets de cuisine) concernés et du process de transformation avec une prépondérance du ratio [conditions aérobies/conditions anaérobies] dans les facteurs influençant l’émission.

Ces propos s’appuient sur les éléments bibliographiques suivants :

 Dans une récente étude, RDC (2004) estime que les émissions de méthane lors du compostage individuel varient en fonction de la conduite du process : pour un process bien mené et garantissant de bonnes conditions aérobies, les émissions sont équivalentes à celles d’un compostage industriel. Une hypothèse maximaliste est posée pour le compostage mal mené qui émet en condition anaérobie des quantités équivalentes à celle d’une mise en décharge de la FFOM. Ces hypothèses s’appuient sur un travail de AEA Technologie (non publié encore).

 Ces hypothèses ne sont pas entièrement corroborées par une étude Australienne (Lundie et Peters, 2005) qui a mené une étude ACV de diverses options de gestion des déchets alimentaires. Parmi les hypothèses de travail on trouve : une émission annuelle en g CO2-eq/tonnes de déchets alimentaires (MS) :

  • pour le compostage individuel en conditions aérobies : 2 614
  • pour le compostage individuel en conditions anaérobies : 7 142 857
  • pour le compostage centralisé : 340 133
  • pour la mise en décharge : 1 857 666

 Enfin, l’étude menée pour le compte de l’ADEME par le groupement CEMAGREF-INRA-CREED-ANJOU RECHERCHE- ECOBILAN -ORVAL (2004) a pu par l’analyse de la littérature définir les gammes d’émission suivantes lors du compostage en plate-forme (g/tonne déchets (MS)) :

  • CH4 (méthane) : Ordures Ménagères 476 - 9 524 ; Biodéchets : inconnu mais par extrapolation entre 1 000 et 2 000 ; Déchets verts : 9 524
  • CO2 (dioxyde de carbone) : Ordures Ménagères : 100 000 - 222 000 ; Biodéchets : 900 000 - 950 000 ; Déchets verts : 22 000 – 1 202 000

Au total, avec les chiffres ci-dessus, on peut estimer que le compostage centralisé des biodéchets génère en g eq CO2/t : 921 000 - 992 000.

Ce chiffre est plus élevé que celui fourni par Lundie et Peters mais reste dans des ordres de grandeurs comparables.

Enfin, les chiffres donnés ci-dessus sont calculés pour le seul process, les émissions de la phase transport ne sont pas prises en compte. Pour les GES elles pèsent peu dans le bilan (selon Lundie et Peters 2005 : le poste transport ne représente que 3% des émissions de g CO2 eq/t de la filière compostage centralisé).

"ma merveilleuse compostière"

C’est une histoire pour rêver et rire, ne jetez pas votre portable au compost !


13 votes

9 messages

  • Compostage et effet de serre

    Le 22 août 2018, par Jeje

    Il est vrai que c’est un sujet très interessant. Cependant quelques remarques :

    1/ Il est quand même un peu limite de citer des articles de 2004 et 2005 comme récents... Plus de 14 ans... 2/ personne ne différencie compostage et lombri-compostage... notion quand meme essentielle ! 3/ meme si le méthane est 25 fois plus puissant que le gaz carbonique en potentiel de réchauffement global (PRG), un facteur 2700 entre la production de CO2 eq par compostage anaerobie (7.142.857) et aerobie (2614) semble complètement loufoque ! Il y a un atome de carbone dans le CO2 comme dans le methane... ont t’ils trouvé un moyen de créer de la matière ?? 4/ ces etudes reposent sur énormément d’estimations, on peut regretter le manque de données reelles mesurées... 5/ une estimation allant de 22000 à 1200000 ! soit les auteurs sont incompétents soit plus probable ils n’en savent rien car les datas sont trop pauvres... et ils brodent...

    Bref tirer des conclusions la dessus...

    • Compostage et effet de serre

      Le 18 mai 2023, par JLuc (Passerelle Eco)

       Il y a une énorme différence entre d’un côté un compost bien géré, aéré régulièrement et où les matières se décomposent progressivement et deviennent humus, et d’un autre côté un tas où les matières s’entassent, ne sont jamais aérées et donc ne respirent pas et entrent en putréfaction. Pas besoin de grandes études pour s’en rendre compte car il suffit d’un nez : le premier sent bon l’humus, l’autre dégage une odeur pestilentielle. Les yeux peuvent renseigner aussi...

       Non la différence énorme entre production de CO2 par compostage aérobie et anaérobie ne vient pas de la création de matière, mais simplement du fait que dans un compost correctement mené, le carbone reste dans des composés solides dans le compost et ne s’évacue pas en gaz CO².

       La récence des dates citées est forcément relative à la date d’écriture... or cette page a été créée en février 2009, ainsi qu’il est indiqué, sur grand écran, en haut de la colonne de gauche. Des études plus précises et plus complètes ont certainement été faites depuis. Voudriez vous en faire une présentation ?

  • Compostage et effet de serre

    Le 3 septembre 2017, par BRUNO GARNIER

    Visiblement, l’auteur de cet article ne comprend pas le cycle du carbone. Brûler des déchets verts (pleins d’eau par nature) demande de l’énergie, et est donc beaucoup plus émetteur de CO2 que la décomposition naturelle.

    • Compostage et effet de serre

      Le 3 septembre 2017, par JLuc (Passerelle Eco)

      Hmmm, je pense que vous n’avez pas du bien lire l’article...

      Quelle partie précise du texte vous fait dire ceci ?

    • compostage

      Le 26 octobre 2017, par magnard

      Bonjour. Le méthane est un GES 35 fois plus puissant que le CO2 en terme de réchauffement. Donc même si bruler fait consommer un peu plus de CO2, ce n’est pas forcément plus polluant. Il faut que je pense à aérer plus souvent mon compost...

      • compostage

        Le 14 novembre 2020, par X

        Bonjour , Question : C’est quelle période souvent, merci pour votre réponse

        • compostage

          Le 18 mai 2023, par JLuc (Passerelle Eco)

          L’entretien d’un compost dépend beaucoup de la nature des déchets qui y sont mis. Pour des déchets de branchages la gestion du compost ne sera pas la même que pour des tontes ou pour des déchets de cuisine. Et pour les déchets d’une cuisine familiale (a priori variés), ce ne sera pas pareil que pour une cantine où des déchets de même nature arrivent d’un coup en quantité et peuvent vite déséquilibrer l’écosystème du compost. Et s’il y a des déchets de viande et de poisson, il faut bien entendu être particulièrement vigilant, et ça aide alors d’ajouter de la sciure pour bien les noyer dans le carbone.

          Mais globalement, pour un compost qui va bien, une bonne base c’est d’aérer à chaque apport, et de retourner globalement une fois par mois par exemple.

          Il suffit en fait de regarder pour se rendre compte : est-ce que ça se passe bien ? est-ce que c’est sain ? La présence de mauvaises odeurs ou de trop de mouches ou moucherons doit vous avertir et vous inviter à plus aérer, ou, si jamais ça semble nécessaire, à apporter des matières correctrices. En général, plus il y a de carbone (sciure, copeaux, branchages fragmentés, papier déchiqueté) et moins il est nécessaire de retourner. Après 1 ou 2 mois, le compost est en bonne voie et il n’est plus besoin de le retourner, ou plus aussi souvent. Il est alors possible de passer à un autre bac, avec 2 ou 3 bacs d’âges différents.

    • Compostage et effet de serre

      Le 5 avril 2023, par Guillon

      L incinération permet une récupération de chaleur..alors qu un compost dégage trop de gaz a effet de serre si tout le monde le fait !! étude d un ingénieur agronome

      • Compostage et effet de serre

        Le 18 mai 2023, par JLuc (Passerelle Eco)

        De même que c’est le fonctionnement normal de la biomasse que de se décomposer et redevenir vie, un compost bien géré ne dégage pas beaucoup de gaz à effet de serre.

Contact --- Mentions légales

ecovillageglobal.fr

le site de l'écovillage global des lecteurs et annonceurs de la revue Passerelle Éco

PASSEZ UNE ANNONCE

Cherche Colocataires (Offres de CoHabitation dans le 50)

Projet : Cherche 1 ou 2 colocataires dans grande maison en terre sur 1000 m2 de bois et pré dans la Manche. Les personnes qui viendront vivre sur le lieu pourraient développer des activités en lien (...)

Habillage en Structure Bois-Chaux-Chanvre d'un Dôme Géodésique (Construction dans le 11)

Projet  : Habillage d'un dôme géodésique en ossature bois-chaux-chanvre (technique Philibert Delorme) sur la montagne de Quillan, pour 2 personnes max. Offre  : Couchage en tente ou dortoir, repas (...)

Cherche a Louer (Recherche location dans le 42)

Projet : je voudrais vivre a la campagne dans un logement independant avec petit bout de terrain secteur roanne 20 km autour 42 loyer max 400 euros . j ai 62 ans retraite . j ai un vehicule je (...)

Chambre en Colocation, dans une Chouette Maison avec Jardin (Offres de CoLocation dans le 86)

Offre : Chambre dispo ds coloc rurale où on prend soin ensemble d’une chouette maison, on se lie ds une dynamique commune, le tt ds le respect et la bonne humeur ! Et à proximité d’un réseau de gens (...)

Projet Lieu de Vie (Projets de Création dans le 23)

Projet : Recherche un lieu en Lot ou lot et Garonne ou Dordogne avec une belle vue pour créer ou rejoindre une association partageant les mêmes valeurs de respect, d’entraide, de partage ; de renouer (...)