Passerelle eco

Permaculture et Écovillage Global

Derniers articles

Nos Livres et revues

Derniers articles

Réseau éco

20 ans d'écolieux

Des reportages et les annonces du réseau éco et de la dynamique écovillage en France : écolieux de vie, projets d'écovillages, écofermes pédagogiques, personnes ressources ou en recherche, entreprises, centres de formations, etc... Plusieurs rubriques sont consacrées aux écovillages en germe ou en devenir, car ces initiatives font converger l'ensemble des aspects de l'écologie pratique : l'actualité, leurs activités, rencontres, chantiers ou échanges proposés.

Derniers articles

Thématiques

Dossiers thématiques : depuis les statuts de la loi de 1901, l'alimentation, la construction saine, l'habitat léger, le carburant tournesol ...

Derniers rendez-vous

Annonces, photos, comptes rendu des rassemblements, rendez-vous, festivals, colloques, manifestations...

Derniers articles

Pratique

- des fiches pratiques et des recettes - la partage et l'expérimentation de l'autoproduction - les activités associatives de Passerelle Eco.
Vous êtes ici > Accueil > Les Blogs
2. Reseau Eco
La forêt, dernier refuge pour des chômeurs :

le 12 décembre 2003

ARTICLES

La forêt, dernier refuge pour des chômeurs

Par peur des incendies, la plupart ne chauffent pas leurs tentes. Installés dans des cabanes ou sous des tentes dans la forêt de Meudon, au sud de Paris, une dizaine de chômeurs survivent grâce à la générosité d’associations caritatives, aux aides gouvernementales et à leur ingéniosité.

« On s’habitue à tout, on est tout le temps à température ambiante », explique David, 43 ans, qui vit dans un vallon à quelques centaines de mètres d’une route départementale. Installé sous une grande tente avec Francisco, 39 ans, ils refusent, malgré la température hivernale et l’eau qui gèle dans les bassines, tout chauffage ou éclairage thermique par crainte d’un incendie.

Le 19 novembre, Eric, un de leurs voisins, est mort brûlé après s’être endormi dans sa tente en faisant tomber une bougie.

A proximité, Thierry, un Martiniquais de 39 ans, s’est installé il y a quatre ans, recouvrant peu à peu sa tente de bâches en plastique tendues avec des ficelles auxquelles pendent des batteries. C’est un garagiste voisin qui les lui donne et les recharge, contre paiement, pour qu’il regarde sa télévision portative. Contrairement à ses voisins, il se chauffe avec un poêle à pétrole ou avec de l’alcool à brûler dans des boîtes de conserve et utilise des bougies pour s’éclairer : « Une bougie, ça dure huit heures et ça coûte 1,3 euro les dix ». Son chien « Tyson », un Malinois, monte la garde.

Après avoir été maître-chien dans une entreprise de sécurité, il ne peut plus exercer en raison d’une condamnation pénale et vit des 420 euros de son allocation de solidarité.

Deux fois par semaine, il descend prendre une douche au Secours catholique de Chaville et revient avec de la nourriture, dont un steak. La manche ? « Plutôt mourir »

David et Francisco préfèrent se laver au robinet et reçoivent chaque semaine la visite des chevaliers de l’Ordre de Malte, qui leur apportent à manger. Leur ami Mustapha vient parfois leur apporter un plat de couscous. « Il est algérien mais il est gentil », dit l’un d’eux.

Dans leur tente, achetée par Francisco à sa sortie de prison il y a deux ans, une « chambre » est réservée à Werner quand il vient leur rendre visite. « L’Allemand » est le seul du groupe à faire la manche. « Jamais ! Plutôt mourir », dit David, qui a sa petite tente installée à quelques mètres, mais dort chez Francisco.

« C’est mieux quand on est deux à veiller », dit-il en servant au visiteur un verre de vin rouge.

Les abords du campement sont impeccables. Un tas de bois est protégé par une bâche. Une jante a été transformée en brasero pour chauffer la nourriture. Dans une armoire métallique attendent un poulet et de grosses sardines.

Selon un responsable du Secours catholique qui leur assure deux fois par semaine vêtements, hygiène et nourriture, plusieurs campements semblables sont répartis dans la forêt.

L’un d’entre eux, une tente verte, est inoccupé. Début novembre, quand la température a baissé, son occupant a préféré rejoindre l’appartement de sa mère. Traumatisés par l’incendie de novembre, vraisemblablement dû à l’alcool, ses voisins le regrettent car il avait un téléphone portable et il aurait pu appeler les secours.

Article de "L’Union de Reims 2002-2003" le 11.12.2003 - www.lunion.presse.fr

Contexte : 15000 ans d’accueil en forêt

Après la "Révolution néolithique" le rapport homme-forêt change radicalement. Pourtant, le passage d’un mode de vie de chasseurs-cueilleurs-pêcheurs à celui d’agriculteurs ne marque pas encore clairement l’émergence de la fonction d’accueil.

Progressivement, dans l’Antiquité et au Moyen Âge, les plus puissants s’approprient la forêt : le paysan ne doit pas s’y aventurer.

Dans les forêts des communautés, l’activité d’accueil est liée à la multiplicité des droits d’usage (glandée des porcs, ramassage des litières et du bois mort...). L’accueil est davantage subi que désiré.

Ce n’est qu’au XIXe siècle que la fonction d’accueil touristique émerge. Le chemin de fer joue un rôle décisif dans l’acheminement des visiteurs dans des forêts dites périurbaines. Les premiers guides forestiers codifient ces pratiques de loisir dans la nature.

Dans la deuxième moitié du XXe siècle, la fonction d’accueil devient privilégiée, et rapidement, elle s’avère conflictuelle avec les autres fonctions attribuées à la forêt, économique et environnementale.

Illustration :

Des siècles durant, la forêt a servi de refuge pour de nombreux marginaux de la société : ermites, parias, bandits... qui ont contribué à renforcer l’image d’un lieu propice à accueillir les catégories sociales déshéritées.

Loges en forêt : des abris pour les bûcherons et leurs familles... mais aussi, parfois, des refuges pour les personnes traquées (région Centre)

(d’après http://www.onf.fr/foret/dossier/accueil/2-p1.htm )


0 vote
Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, insérez une ligne vide entre eux.


Contact                    

www.ecovillageglobal.fr

le site de l'écovillage global des lecteurs et annonceurs de la revue Passerelle Éco

PASSEZ UNE ANNONCE

Recherche 09 un Petit Terrain Chez Privé (Un Groupe Existe dans le 09)

Projet : Aux ariégeois 09 : Au nom de 3 jeunes de 22 ans en recherche d'un petit terrain. A des personnes partageuses qui leur vendraient un morceau de leur bien et deviendraient leurs voisins A (...)

Se Grouper pour Liberer un Lieu (Projets d’Habitats Participatifs dans le 12)

Projet : Se grouper dans le but d'acheter un lieu convivale basé sur l entraide transmission du savoir ,l art musique et l autonomie alimentaire, énergétique,l experimentation dans une région (...)

Jolie Sorcière pour Charmant Magicien (Rencontres amoureuses)

Projet : Si comme moi, du haut de la quarantaine, tu es en démarche pour te créer un petit royaume pour être autonome en énergie, en eau en fruits et légumes, que tu veux construire ta cabane au milieu (...)

Yourte en Recherche d'une Piste d'Atterissage (Graines d’Avenir)

Projet : Bonjour, Je suis en recherche d’un terrain avec du bâti cadastré pour y installer temporairement une yourte de 54m2. Je suis de nature débrouillarde et adaptable, ayant déjà vécu dans des (...)

Collectif Recherche Habitants dans une Ferme de 160 m² (Elargissement dans le 11)

Projet : Dans le cadre d'un projet collectif de type Oasis (Colibri) fondé sur des valeurs de démocratie éthique (permaculture sociale), le domaine « Le Chêne Doré » est un espace au vaste potentiel, en (...)