] Lutter contre le réchauffement climatique : le rôle des collectivités (...) - 5 Pratiques - Les Blogs
Passerelle eco

Permaculture et Écovillage Global

La revue Passerelle Eco : sommaire des numéros, compléments d'info, bulletin d'abonnement à imprimer ...

Actualité du réseau éco

Réseaux

Quelques écolieux

Des reportages et les annonces du réseau éco et de la dynamique écovillage en France : écolieux de vie, projets d'écovillages, écofermes pédagogiques, personnes ressources ou en recherche, entreprises, centres de formations, etc... Plusieurs rubriques sont consacrées aux écovillages en germe ou en devenir, car ces initiatives font converger l'ensemble des aspects de l'écologie pratique : l'actualité, leurs activités, rencontres, chantiers ou échanges proposés.
Dossiers thématiques : depuis les statuts de la loi de 1901, l'alimentation, la construction saine, l'habitat léger, le carburant tournesol ...
Annonces, photos, comptes rendu des rassemblements, rendez-vous, festivals, colloques, manifestations...
- des fiches pratiques et des recettes - la partage et l'expérimentation de l'autoproduction - les activités associatives de Passerelle Eco.
Vous êtes ici > Accueil > Les Blogs
5. Pratiques
 Lutter contre le réchauffement climatique : le rôle des collectivités territoriales :

le 20 octobre 2007

Contact

ARTICLES

Lutter contre le réchauffement climatique : le rôle des collectivités territoriales

Compte-rendu subjectif du Colloque du 5 octobre 2007 au Cadran à Évreux...

par Robin Branchu

Un tel colloque était inespéré :

 d’une part, par le basculement de l’éternel développement durable à la lutte contre le réchauffement climatique, notion beaucoup moins ambiguë ;

 d’autre part, par le passage de l’omniprésent appel à la responsabilité individuelle – les comportements éco-citoyens tels que ramasser ses papiers, trier ses déchets, faire du co-voiturage, à l’échelle collective et territoriale où les leviers d’action sont incomparablement plus importants.

Peut-être allait-on, enfin, déboucher sur quelque efficacité écologique ?

Hélas !

Les ateliers : à côté du réchauffement climatique !

Trois ateliers déclinaient ce colloque, le réduisant du même coup :

 Atelier 1 : « Quelles énergies renouvelables pour aujourd’hui ? »

 Atelier 2 : « Comment maîtriser l’énergie dans les bâtiments et le logement ? »

 Atelier 3 : « Comment intégrer les énergies dans les politiques d’aménagement du territoire ? »

Or, les chiffres de l’ADEME de mai 2005 répartissaient les secteurs émetteurs de CO² comme suit :
 déplacements 28%,
 industrie et l’agriculture 24%,
 chauffage des logements 18%,
 transport des marchandises 17%,
 chauffage et électricité au travail 9%,
 eau chaude et électricité 4%.

Aucun des trois thèmes n’abordait le problème de réchauffement climatique de front, et pour tout dire on passait à côté de l’essentiel.

L’angle d’attaque était celui des « bonnes pratiques » locales, occasion de se faire mousser, sans même se rendre compte ni avouer clairement que 69% du sujet n’était pas traité ! (28 + 24 + 17%)

Les débats

Lors du débat de clôture, il se trouve qu’Yves Cochet avoue qu’à propos du tout voiture, « on ne peut pas changer du jour au lendemain », sans aller plus loin dans sa réflexion.

Profitant de cette aubaine pour mettre les pieds dans le plat (après tout c’est moins culpabilisant pour tout le monde que ce soit Yves Cochet soi-même qui se fasse interpeller sur cette épineuse question plutôt que quelqu’un d’autre), j’attrape le micro et j’embraye sur l’adage « dis-moi à quelles sources tu t’informes et je te dirai qui tu es » en me référant au journal La Décroissance. Ne sachant pas combien de temps je parviendrais à conserver le micro, je voulais commencer par l’essentiel : mes sources d’information, que chacun pouvait se procurer en kiosque.

Yves Cochet répond en substance que la décroissance est inévitable d’ici quelques mois ou quelques années en raison de l’explosion à venir du prix du pétrole et qu’il vaut mieux s’y préparer, tout en remettant une louche sur la propagande pour le journal du même nom. Merci Yves : La Décroissance c’est ma piqûre de rappel mensuelle sans laquelle j’aurais, peut-être, baissé les bras comme tant d’autres.

Objectif atteint en quelque sorte.

Pendant que je terminais mon intervention sur l’indispensable rôle des collectivités territoriales pour engager une relocalisation de l’économie et pour relancer des filières artisanales, peu émettrices de gaz à effet de serre (GES), l’animateur gesticulait dans tous les sens comme pour dire : « il interpelle mon invité d’honneur en public, je ne peux pas laisser passer ça, au secours, de l’air, je me noie, il faut coûte que coûte donner la parole à Yves Cochet pour qu’il puisse répondre et du même coup couper la parole à ce blanc bec ! »

Bertrand Tierce, merci ! Tu m’as appris quelque chose. La prochaine fois je tâcherai de dire dans le micro : « je ne sais pas ce qui arrive à Bertrand à gesticuler comme ça, si vous pouviez arrêter, ça me perturbe pendant que je parle, ça crée une pollution visuelle, c’est très désagréable et même incorrect pour moi autant que pour le public, si vous pouviez vous calmer Monsieur l’animateur, merci. »

Pierre Radane (ancien directeur de l’ADEME nationale, commission transports chez les Verts), était également à la tribune et Yves Cochet avait bien dit qu’ils n’étaient pas d’accord sur tous les sujets, sans préciser lesquels. Par ailleurs Pierre Radane affiche son hostilité pour la publicité.

Du coup aux petits fours je m’en vais le trouver pour lui parler de Sao Paulo, 11 millions d’habitants, qui vient d’interdire et d’enlever dans toute la ville l’affichage publicitaire comme la première des sources de pollution, mère de toutes les autres, mais je m’y prends mal : j’annonce mes références (La Décroissance) avant le contenu, et là il me coupe brutalement : « la décroissance c’est une connerie »… Effectivement, pour réagir de la sorte un quart d’heure après avoir entendu Yves Cochet sans broncher, ils ne sont pas d’accord sur tous les points…

Quelques pistes non évoquées :

des deux principaux obstacles mentaux à un engagement collectif dans une réduction radicale des émissions de CO², j’en ai déjà cité un : les sources d’information.

Le second est ce qu’on pourrait appeler « le raisonnement par procuration », et en l’occurrence la résignation par procuration : la décroissance « personne n’y est prêt », tu n’arriveras jamais à convaincre « les gens » : nous parlons, nous raisonnons « au nom des autres » comme chantait Jehan Jonas, à tel point que nous n’avons plus de pensée individuelle propre. Et tout le monde pensant « au nom des autres », les autres eux-mêmes raisonnant au nom des autres, le serpent de la non-liberté de penser se mord la queue.

Notre représentation du monde souffre non seulement du progrès technologique omniprésent et tête baissée, mais plus encore de ce qu’on pourrait appeler « le manichéisme de la pensée linéaire » qui ne sait pas faire autrement qu’aller de l’avant même si c’est une fuite en avant. C’est une amnésie moderne étrangère à toutes les sociétés traditionnelles : de la difficulté à se rappeler à la pensée circulaire, cyclique. Affirmer l’évidence selon laquelle l’homme a vécu des millénaires sans émission excessive de GES, et ceci jusqu’à 1850 environ en France (la révolution industrielle et du charbon), ça dérange. Ça active immanquablement la zone du cerveau « retour en arrière ».

Et pourtant ! Si l’on y ajoute sur-abondance alimentaire (ce qui était le cas de nombre de sociétés traditionnelles, voir Bernard Maris « Antimanuel d’économie », Tome 2, chapitre 13), mutualisation des connaissances botaniques (voir Kokopelli, la revue Passerelle Eco), hygiène, habitat à énergie positive, conscience d’une mondialisation harmonieuse et non belliqueuse, culture, ne pourrions-nous pas parler plutôt d’un retour en avant ?

Bien.
Donc, une collectivité territoriale se lance non pas dans le « tout technologique » mais dans une relocalisation artisanale progressive, ciblée, maîtrisée, décidée sous forme participative.

Par quoi commence cette relocalisation ?

Tout est possible, à commencer par des jardins partagés jusqu’à plus faim, (réinsertion, insertion, éducation, indépendance alimentaire locale, solidarité et entraide, intergénérationnel).

Je vous propose cependant un Symbole avec un grand C : la Chicorée.

Avec la chicorée, on tord le nez au café, symbole de l’exploitation du tiers-monde et des transports aériens réunis, et on retrouve une habitude qu’avaient encore nos grand-mères voici quelques décennies quand un paquet de chicorée soluble trônait dans les placards de chaque cuisine.

Et la chicorée locale est biologique, et la petite entreprise est mise sur pied en partenariat avec Favrichon. Et bientôt une maille rongée emporta tout l’ouvrage.
19 octobre 2007, par Robin Branchu

2 votes
Répondre à cet article
Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, insérez une ligne vide entre eux.

2 messages

  • Lutter contre le réchauffement climatique : le rôle des collectivités territoriales

    Le 22 octobre 2007, par Vincent Lutun

    Nos grand mère n’avait surement pas un paquet de "chicorée soluble" dans leur placard, mais un paquet de "chicorée en grain". La chicorée soluble est un produit relativement récent, dont la fabrication est beaucoup plus devoreuse d’énergie que la chicorée en grain.

    • Lutter contre le réchauffement climatique : le rôle des collectivités territoriales

      Le 5 juillet 2008, par jeff

      eFFECTIVEMENT,pour quelqu’un qui prone la décroissance ne pas savoir que la chicorée en grains est moins energivore que la chicorée soluble c’est pas fort de café Je suis de ton avis sur tout Jeff


Contact                    

www.ecovillageglobal.fr

le site de l'écovillage global des lecteurs et annonceurs de la revue Passerelle Éco

PASSEZ UNE ANNONCE

Co-Équipière pour Projet à Construire (Rencontres amoureuses dans le 74)

Projet : Tout jeune retraité, qui a envie d'embrasser la vie différemment qu'elle ne l'a été. Fini les contraintes, je souhaiterais retrouver la liberté et le plaisir de faire, à travers un nouveau (...)

Ecohameau Costa Rica (Autres Terres)

Projet : COSTA RICA Notre vie a très peu changé (presque pas de masques) Prof écoles en dispo. aussi conteuse et bientôt sound healing. projet école type "l'école des possibles" d'Arles. Communautés (...)

Hameau a Vendre (Ventes Immobilier dans le 81)

Vends  : Hameau sur 5 ha de prairie et châtaigneraie, d'un seul tenant. ♦  Plusieurs petites maisons à restaurer, 1 habitable. ♦  Atelier sculpture 500m2 avec pont roulant, toiture isolée. ♦  (...)

Recherche Financements pour Achat Gîte (Terre en Vue dans le 11)

Projet  : 2 amies désirent acheter 1 gîte dans l’Aude. Notre apport personnel est de 130 k€, manque 250 k€. Nous voulons éviter les banques. Offre  : Consulter le projet détaillé sur site Miimosa. (...)

Jardinière Cherche Lieu Retiré à Garder en Été (Ecovolontariat dans le 26)

Projet  : Jardinière pro souhaite garder lieu du 10 juillet à mi-septembre dans endroit retiré, très calme, idéalement en altitude. Offre : Perma, méthodes Eric Petiot, grand intérêt fruitiers. (...)

Couple Cherche Colocation / Lieu Collectif à Intégrer (À l’abordage dans le 09)

Projet  : Daniel 40 a - musicien et passeur de danses traditionnelles, géobiologue, sensible à la nature et ses éléments, passionné par sculpture sur bois et champignons- et Ella 29 a - en (...)

Enduits de Finition avec Botmobil-Chantier Participatif (Construction dans le 49)

Projet  : Chantier participatif sur maison en rénovation, reste enduits de finition sur enduits terre paille prêts. Création lieu de collaboration, rencontres pour méditation, yoga, chant et arts (...)

Aide pour Conseils Réhabilitation Maison Ancienne en Pierres (Ecolieux existant dans le 34)

Projet : Rénover grandes maisons pierres avec petit budget. Jardin, verger, poules en liberté. Emplacement idéal pour lieu de vie et d'activité, autonomie alimentaire et énergétique. Offre  :  (...)

Recherche 2 Colocataires-Trices / 2 Chambres Disponibles (CoLocation dans le 49)

Projet : Maison ancienne angevine que j'éco-rénove, enduits terre paille, fibre de bois. Avec atelier, dépendance, grand jardin que j'ai commencé à arborer. Volonté d'y créer lieu d'accueil, (...)