Passerelle eco
Passerelle eco

Pratiques et Contacts pour Vivre Ensemble sur une Même Planète

La revue Passerelle Eco : sommaire des numéros, compléments d'info, bulletin d'abonnement à imprimer ...

Actualité du réseau éco

Réseaux

Quelques écolieux

Des reportages et les annonces du réseau éco et de la dynamique écovillage en France : écolieux de vie, projets d'écovillages, écofermes pédagogiques, personnes ressources ou en recherche, entreprises, centres de formations, etc... Plusieurs rubriques sont consacrées aux écovillages en germe ou en devenir, car ces initiatives font converger l'ensemble des aspects de l'écologie pratique : l'actualité, leurs activités, rencontres, chantiers ou échanges proposés.
Dossiers thématiques : depuis les statuts de la loi de 1901, l'alimentation, la construction saine, l'habitat léger, le carburant tournesol ...
Annonces, photos, comptes rendu des rassemblements, rendez-vous, festivals, colloques, manifestations...
- des fiches pratiques et des recettes - le site Nima'Sadi de partage et d'expérimentation sur autoproduction - les activités associatives de Passerelle Eco.
Vous êtes ici > Accueil > Agenda & Actualité
Formation alternative : formation à la coopération !
La révolution en chantier et en chantant

le 28 octobre 2007

Contact

ARTICLES

La révolution en chantier et en chantant

Rencontres 2007 des compagnons du réseau REPAS

Le Réseau d’échanges et de Pratiques Alternatives et Solidaires rassemble une trentaine d’entreprises en France  : une ferme pédagogique, un écohameau / élevage et production de fromages de chèvre, deux ressourceries / recycleries, une boulangerie bio, une entreprise de fabrication de laine, une exploitation maraîchère en biodynamie, une exploitation viticole, entre autres.

Dans la volonté d’aider des jeunes ayant des projets portant des valeurs semblables, ce réseau a mis en place une formation, qui était jusqu’ici financée pas la région Rhône-alpes. C’est un parcours de 5 mois pendant lesquels une quinzaine de jeunes sillonnent la France pour s’immerger dans quelques une de ces entreprises et s’essayer, en petits groupes, au travail et à la vie coopérative. Cette formation s’appelle donc un compagnonnage.

L’été dernier a eu lieu une rencontre de tous les anciens compagnons depuis le début de la formation.

Cet article devait être publié dans la revue Passerelle Eco n°27 de l’automne de l’An 07, mais ne l’a pas été, en raison d’un sommaire déjà trop rempli. Nous vous le livrons ici en intégralité, avec également à la fin les pages telles qu’elles étaient initialement prévues dans la revue N°27

Cela commence par un prologue : « Une jeune fille qui réfléchit beaucoup raconte un événement qui montre comment un autre monde se construit...

"Lundi 26 août 2007.

J’arrive au Château de Vaussèches dans ma vieille Renault 19. Un chemin moitié caillouteux, moitié goudronné, bordé de forêt ardéchoise, me conduit jusqu’à un champ où quelques voitures, un camion, une remorque à chevaux sont déjà garés. Je descends au château à pied, sans trop savoir ce qui m’y attend. Je sais simplement que je vais rester une semaine ici et que je vais y rencontrer beaucoup de monde.

Une immense bâtisse du Moyen-Âge se dresse au bout du chemin. J’apprendrai plus tard qu’elle appartient à Clovis. Il a décidé de retaper le château avec sa compagne et quelques amis pour y vivre ensemble, et pour certain, comme Seb et son atelier de couture, y installer leur activité. Devant l’entrée de la salle principale, une armature de serre à été montée pour abriter les invités de la pluie et du soleil. Un peu plus loin dans le pré un dôme de tissus est aussi prêt à accueillir du monde.

Des invités ? Du monde ? Mais qui ? Une grande première, en effet, débute ici aujourd’hui et va durer une semaine  : le chantier de retrouvailles des anciens compagnons du réseau REPAS.

Le réseau REPAS.

Le Réseau d’échanges et de Pratiques Alternatives et Solidaires rassemble une trentaine d’entreprises en France  : une ferme pédagogique, un écohameau / élevage et production de fromages de chèvre, deux ressourceries / recycleries, une boulangerie bio, une entreprise de fabrication de laine, une exploitation maraîchère en biodynamie, une exploitation viticole, entre autres.

Elles se disent alternatives, parce qu’elles fonctionnent selon des valeurs différentes de celles du capitalisme libéral.

Elles ne cherchent seulement pas le profit financier, mais l’utilisent à des fins humanistes et écologiques. Elles sont aussi solidaires car les équipes de ces structures fonctionnent sur un modèle coopératif et non hiérarchique  : les décisions sont prises en commun par l’ensemble des salariés ou associés.

JPEG - 28.8 ko

Une formation : dans la volonté d’aider des jeunes ayant des projets portant des valeurs semblables, ce réseau a mis en place une formation, qui était jusqu’ici financée pas la région Rhône-alpes. C’est un parcours de 5 mois pendant lesquels une quinzaine de jeunes sillonnent la France pour s’immerger dans quelques une de ces entreprises et s’essayer, en petits groupes, au travail et à la vie coopérative. Cette formation s’appelle donc un compagnonnage.

Chaque compagnon est amené, à 3 étapes au long du parcours, à faire le bilan de son projet de vie et de travail. Ces étapes sont importantes car cette formation ne mène pas directement à un emploi ou à une compétence spécifique. Cependant, elle modifie profondément la conception que l’on peut avoir de l’entreprise, du travail et de la vie active.

JPEG - 29.3 ko

A la suite de ces expériences, chacun continue son parcours personnel et professionnel, tout en restant plus ou moins liés au réseau et à d’autres structures, proches du réseau REPAS. Certains créent leur propre entreprise, d’autres continuent à se former en itinérance, d’autres reprennent des études, d’autres encore vont ou retournent travailler dans des structures plus conventionnelles.

Moi qui sort de la dernière promotion du compagnonnage, j’ai envie de poursuivre quelques temps mon propre compagnonnage  : découvrir d’autres savoirs-faire et m’intérésser à différents projets alternatifs, avant de me fixer quelque part.

Retrouvailles des anciens compagnons.

Quelques compagnons de l’année 2006 ont décidé de permettre à tous les compagnons des 11 promotions ayant eu lieu depuis la création de la formation de se rencontrer. C’est l’occasion de voir ce que chacun est devenu, quelles activités ils exercent, quelles structures ils ont réussi à créer, quels projets d’avenir ils ont... et pour leur permettre d’échan-ger leurs plans, leurs adresses, et leurs idées.

Chantier.

C’est aussi l’occasion de faire venir au château de nombreux bras, sinon compétents, tout au moins volontaires, pour faire avancer la restauration du bâtiment et des alentours. L’emploi du temps de la semaine a donc laissé une large place aux chantiers de (re)construction  : une grange et une tour à rendre habitable, un pont à reconstruire, un abri de jardin à inventer, un potager à désherber, un fosser à défricher... sans oublier le chantier cuisine à mener midi et soir, pour rassasier toute cette main-d’oeuvre.

On ne rassemble pas autant de monde devant un décor champêtre et un château moyenâgeux sans que l’ambiance soit à la fête et à l’échange. Lundi midi, nous étions une vingtaine, samedi soir nous devions être environ 80. Les réunions ont parfois été longues, le temps a été plutôt humide, l’eau chaude était rationnée, mais les invités étaient tout simplement heureux d’être là et de se rencontrer. Chaque jour, de nouvelles personnes sont arrivées, ancien compagnon, seul, en couple, en famille ou avec un ami. Des voisins sont passés, des amis musiciens sont venus jouer, deux compagnons sont venus faire le pain avec leur four ambulant, et une soirée pizza. Un mouton a été tué, découpé et cuisiné pour tous les non-végétariens.

Chaque matin, on se répartissait sur les différents chantiers, on se retrouvait sous la grande serre à midi, et le soir pour les repas, et divers autres ateliers étaient organisés à l’initiative des uns ou des autres  : jeux, atelier dessin, baignade au lac, récolte de champignons, etc.

Pas facile pourtant de décider à 50 des questions d’organisation et du programme du lendemain. Pas facile de gérer des repas pour 50 à 70 personnes dans la grande salle voûtée de la che-minée, qui servait de cuisine. Pas facile de se tenir au sec sous la serre alors que les averses se succédaient...

Au niveau intendance, la participation aux frais alimentaires était de 5 € par jour et par personne. L’hébergement, les outils, les légumes était offert par les habitants du château ou apportés de différentes régions par les invités. Ce fut une expérience d’autogestion comme chaque compagnon a pu en vivre durant la formation.

Les personnes impliquées ou intéressées par les expériences alternatives sont souvent porteuses de compétences. Il y a eu des moments, formels ou spontanés, d’échanges de savoir, de pratiques, et de discussions en petits groupes. Cela allait de « Quel peut être le rôle social d’une ferme ? » à l’atelier « Langue des signes », en passant par la ballade botanique et la séance de Taï chi.

JPEG - 59.7 ko

Actualité politique oblige...

Actualité politique oblige, le financement du compagnonnage par la région est en remis en question pour 2008. Cela a été le sujet d’une réunion dans laquelle Yann, l’un des responsables de la formation, a exposé le problème. Pour valoriser la formation auprès du conseil régional, il a convié chaque compagnon à utiliser ses éventuelles relations et à témoigner par écrit de l’impulsion personnelle et professionnelle que le compagnonnage lui a apporté.

Les anciens compagnons ont décidé de se retrouver l’année prochaine. Reste à fixer un lieu et une date.

De l’extérieur, ces retrouvailles avaient des aspects de rassemblement babacool, mais pour l’avoir vécu sans être issue de cette génération ni de cette culture-là, il faut se rendre à l’évidence : on s’est amusé, c’est sûr, mais on a aussi beaucoup travaillé et réfléchi, tantôt ensemble et pour soi-même.

Ces invités-là ne sont pas en marge, ni en dehors du système  : comme tout le monde, ils cherchent le bonheur, la sécurité, un travail et une vie sociale. Ils cherchent dans ce monde une place en accord avec leurs valeurs, et tôt ou tard, ils la trouvent. Il ne me manquait que cette énergie-là pour continuer à avancer.

Ainsi se crée petit à petit, une nouvelle image de ce que peut-être la société, le travail et la relation de l’homme à son environnement. »

d’après Alexandra

Pour 2008, les insriptions sont ouvertes : c’est un parcours pratique de 5 mois, de janvier à juin, pour des jeunes de 18 à 30 ans.

Réseau REPAS
Association le MAT , Le Viel Audon
07120 Balazuc >Tel : 04 75 37 73 80
www.reseaurepas.free.fr


Répondre à cet article

Un message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes entièrement vides pour les séparer.

Qui êtes-vous ? (optionnel : cela vous permettra de recevoir les réponses)

1 message

  • Inscriptions pour 2011 / 2012

    Le 5 novembre 2011, par JLuc (Passerelle Eco)

    Annonce passée dans Passerelle Eco n°43 :

    Projet : La seizième promotion du compagnonnage du RÉSEAU REPAS
    Un parcours personnalisé de février à juin 2012

    Offre : En remettant l’homme au centre des entreprises

    En favorisant le développement d’un engagement citoyen

    En permettant à des jeunes d’explorer et de définir les bases d’une activité professionnelle et d’un projet de vie

    En impulsant de nouvelles réalisations dans le champ de l’économie sociale et solidaire
    Son histoire et ses acteurs :
    Depuis une vingtaine d’années, le Réseau d’Échanges et de Pratiques Alternatives et Solidaires regroupe une trentaine d’entreprises dans toute la France. Celles-ci ont concrètement mis en œuvre des pratiques économiques gardant une distance sur le profit, la course à la consommation ou le tout à l’économie.

    Elles inscrivent leur sens dans le concret de pratiques libres et solidaires et se reconnaissent d’une culture commune bien qu’elles aient des métiers et des organisations d’équipe différents :

    - Lorsqu’elles sont dans l’agriculture, elles créent une structure collective regroupant des partenaires autour d’une production diversifiée et une commercialisation associant les consommateurs. Elles sont alors souvent à l’initiative de modes d’accueils touristiques, ou pédagogiques, permettant d’aller à la rencontre des hommes, de leurs métiers et de leur environnement.
    - Lorsqu’elles sont dans la transformation d’une ressource locale, elles adoptent des structures coopératives. Elles stimulent le développement économique et social dans leur environnement en générant, ou participant, à un foisonnement d’activités autour de filières.
    - Lorsqu’elles sont dans le culturel ou le social, elles mettent en œuvre des modes de management déhiérarchisé, où chacun est une personne avant d’être une performance.

    « Comment transmettre et affirmer notre culture d’entreprise en contribuant à la réalisation de nouveaux projets ? »

    Cette question ainsi que de nombreuses demandes de stages dans les structures ont amené le réseau REPAS à concevoir en 1997 un parcours dans les entreprises, organisé sous la forme d’un "compagnonnage alternatif et solidaire". Il accueille chaque année une quinzaine de compagnons (de 18 à 35 ans) pendant 5 mois, du 10 février au 22 juin 2012, sous réserve de l’agrément par la Région Massif Central .

    Demande : Renseignements, inscriptions, dossiers de candidature :
    http://reseaurepas.free.fr
    Attention : date limite des candidatures le 16/12/2011


Lixium: Hébergement web neutre en CO2 | SPIP 2.1
ecovillage global et permaculture

NOUVEAU SITE

Découvrez ecovillageglobal.fr le site de l'écovillage global des lecteurs et annonceurs de la revue Passerelle Éco

PASSEZ UNE ANNONCE

Nouveau Café Associatif (Arts Vivants dans le 12)

Projet : Nous sommes un petit collectif qui a créé une association culturelle, ayant pour objectif l'organisation d'événements autour d'un café associatif, volontairement en milieu rural et tout au (...)

Roulotte de Marché pour Création Activité (Emploi et Entreprise dans le 87)

Projet : Bonjour, Femme 58 ans cherche une personne pour développer activité sur marchés, festivals etc...Nourriture bio vegan et sans gluten. Autres propositions possibles.
Offre : Je dispose d'une (...)

En Attendant Terre de Providence , Cherche Lieu de Vie (À l’abordage dans le 26)

Projet : Ma petite femme et moi sommes des amoureux de la Vie volontaires qui n'attendons qu'une chose, c'est de pouvoir œuvrer;( 40 ans et 35 ans ) Nous nous contenterons de peu pourvu que la (...)

La Rêverie du Loupier Cherche ses Habitants-Partenaires (Elargissement dans le 89)

Projet : Une belle maison de 230m2, environ 140m2 de dépendance plus ou moins aménageables, 3,5 ha de terrain, 60 jeunes fruitiers, le tout à 1h15 de Paris, de la place pour 3 grandes yourtes. Aux (...)

Permaculture et Écovillages: Apprentissage Holistique (Permaculture)

Projet : À travers des exemples concrets et un riche partage d'expérience, nous cheminerons ensemble au sein de ce nouveau monde qui émerge.
Offre : Conférence théâtrale, discussions, forum... (...)

Permaculture et Écocommunautés (Permaculture)

Projet : les sociétés au service de l'Humain et de la Nature Dans un monde qui change de plus en plus rapidement et nous soumet à des défis intenses, qu’est-ce qui peut bien apporter de la stabilité et (...)

Dialogue avec la Nature (Permaculture)

Projet : Développer son intuition
Offre : Atelier communication authentique et écriture intuitive, suivi d'un dialogue avec un arbre.
Demande : inscriptions en ligne : (...)

Amoureux de la Vie Cherche Terre de Providence (Graines d’Avenir dans le 26)

Projet : nous sommes un groupe d'humains, accompagnés de 6 enfants de 2 ,5, 8,8,11,15 . Nous sommes Rastas ( sauf ma femme :-) ) donc pour expliquer brièvement à ceux qui n'ont qu'une trop vague (...)

Volontariat de Longue Durée (Ecovolontariat dans le 88)

Projet : bonjour ! Je cherche une famille pour venir en long séjour chez nous (plusieurs mois) Nous sommes une famille de 4 personnes : Christophe le papa qui travaille beaucoup (cuisinier dans une (...)