Passerelle eco

Permaculture et Écovillage Global

Derniers articles

Nos Livres et revues

Derniers articles

Réseau éco

20 ans d'écolieux

Des reportages et les annonces du réseau éco et de la dynamique écovillage en France : écolieux de vie, projets d'écovillages, écofermes pédagogiques, personnes ressources ou en recherche, entreprises, centres de formations, etc... Plusieurs rubriques sont consacrées aux écovillages en germe ou en devenir, car ces initiatives font converger l'ensemble des aspects de l'écologie pratique : l'actualité, leurs activités, rencontres, chantiers ou échanges proposés.

Derniers articles

Thématiques

Dossiers thématiques : depuis les statuts de la loi de 1901, l'alimentation, la construction saine, l'habitat léger, le carburant tournesol ...

Derniers rendez-vous

Annonces, photos, comptes rendu des rassemblements, rendez-vous, festivals, colloques, manifestations...

Derniers articles

Pratiques

- des fiches pratiques et des recettes - la partage et l'expérimentation de l'autoproduction - les activités associatives de Passerelle Eco.
Vous êtes ici > Accueil > Thématiques > La Lutte Continue
Du 11 Septembre au 21 Septembre 2006
Des Marches pour la Paix sur les cinq Continents... :

le 10 septembre 2006

DOSSIERS
ARTICLES

Des Marches pour la Paix sur les cinq Continents...

Caravane Intercontinentale pour la Paix.

Au départ, je suis berger.

Dans la fin des années ’80, alors que les cours de l’agneau s’effondraient et que des milliers d’éleveurs se retrouvaient en faillite, j’ai commencé à prendre la plume, en révolte. Nous nous sommes battus. C’est lors d’un de ces combats de rues que j’ai vu un de mes voisins se prendre une grenade, juste devant moi. Je l’ai vu se tourner vers moi, comme dans un film au ralenti, avec cette panique dans le regard, qui ne me quittera jamais de toute ma vie : « WHY ? ».

J’ai compris ainsi que la violence nous amenait a à faire le contraire de nos propres convictions.

Historique :

Au départ, je suis berger.

Dans la fin des années ’80, alors que les cours de l’agneau s’effondraient et que des milliers d’éleveurs se retrouvaient en faillite, j’ai commencé à prendre la plume, en révolte. Nous nous sommes battus. C’est lors d’un de ces combats de rues que j’ai vu un de mes voisins se prendre une grenade, juste devant moi. Je l’ai vu se tourner vers moi, comme dans un film au ralenti, avec cette panique dans le regard, qui ne me quittera jamais de toute ma vie : « WHY ? ».

J’ai compris ainsi que la violence nous amenait a à faire le contraire de nos propres convictions.

Ce sont ces évènements qui m’ont permis d’apprendre les phénomènes de l’exclusion. Et je me suis révolté. Je me suis trouvé, au fil des années, porte-parole de quelques comités et organisations : Aide à Toute Détresse Quart Monde, Confédération Paysanne, Point Rencontre (Actuelle Maison des Doits de l’Homme à Limoges), Les Autres Voix de la Planète...

Puis j’ai pris la route. J’ai tout plaqué, pour vivre ce que je voulais dire plutôt que de dire ce que l’on pourrait vivre. J’ai été Compagnon d’Emmaüs pendant quatre mois. J’ai participé à un certain nombre de Marches et rassemblements.

Les premiers, c’était le Contre G7 à Lyon. Où j’ai pris conscience que je me croyais seul dans mon coin mais que nous étions là cinq mille seuls dans leurs coins. Là, après des conférences où je prenais la parole, on venait me voir à la sortie en me disant : « Merci ! Merci d’avoir osé soulever le Tabou... » Je parlais d’amour. C’était La Marche des Eleveurs de Charroux. Trente-cinq agriculteurs qui montaient de Charroux en Charente à Paris, à pied avec leurs vaches. Je les ai rejoint à Poitiers. Je leur ai dit : « Quand nous avons eu besoin d’aide, des éleveurs de bovins qui n’avaient pas la queue d’une brebis sont venus nous aider. Alors, moi je n’ai pas la queue d’une vache, mais je me souviens du geste ». Après un après midi bien chargé, le Président de la MEC me demandais :

— Mais toi, toi ! Qu’est-ce que tu en penses de tout çà ?

— Des fous ne savaient pas que c’était impossible, ils l’ont fait...

— Quoi ??? C’est bien, çà !

— Oui. Et je peux te dire une chose : j’ai voulu venir voir, j’ai vu. Et pour un truc comme celui-là, je peux te dire que je vais m’occuper de la communication !

Je suis revenu chez moi le surlendemain. Nous étions deux mille à Paris.

Je passe sur la Marche contre la Précarité, La Marche des Sans, ... Et tout ces rassemblements : il y aurait de quoi écrire un livre.

Plus tard, il y a eu la Caravane Intercontinentale des Indiens. Quatre personnes, dont une femme aborigène, étaient venues pour un pré tour en Europe. Une de mes amies les avait rencontrés à Genève. Nous étions trente-cinq à Lille. Sous le charme, nous étions trois à les suivre à Bruxelles. Il aura fallu cinq mois de travail acharné, des réunions de travail de trois jours à deux cent personnes et plus et en cinq langues, à Bern, à Milan... Et tout çà sans moyens. Pour accueillir cinq cent personnes sur les cinq mille prêtes à venir en Europe. Après de mois de préparation chez eux.

Motivation :

J’ai eu un parcours quelque peu tortueux, c’est le moins que l’on puisse en dire. Je devrais être mort quatre ou cinq fois, en ne comptant pas toutes les occasions. Et j’ai voulu porter pendant quinze ans différents projets pour permettre de construire une société où l’exclusion ne soit plus possible. C’est possible. Mais les clefs du pouvoir sont : la peur, la division ET l’assistance. Un responsable de l’Exécutif Français m’a ainsi dit un jour : « Ecoutez, Monsieur, moi j’arrive à la retraite, j’en ai plus rien à foutre et je vais vous dire pourquoi vous n’aboutirez pas. Vous n’aboutirez pas, Monsieur, parce que vous venez en concurrence avec les Pouvoirs Publiques.

En présentant un projet qui permette aux gens de sortir de l’assistance, j’étais grillé d’avance. J’ai essayé par d’autres biais, mais sans succès. En parallèle, je pourrais dire que je pratique l’écoute et que j’ai une volonté de recherche spirituelle depuis l’âge de dix-sept ans. C’était il y a trente ans.

L’hiver dernier, je croyais enfin voir tous mes rêves les plus fous se réaliser. J’étais aux anges !

Tout s’est transformé en cauchemar innommable, et j’ai bien cru que j’allais en crever une fois encore. C’était une fois de trop. Au mois de mai, j’ai compris que je m’étais trompé toute ma vie mais qu’il valait mieux s’en rendre compte au milieu qu’à la fin. J’ai décidé d’Etre. Mais qu’est-ce qu’on fait quand on est ? Justement, on ne fait pas. J’ai mis trois jours à ne rien faire. Puis j’ai eu envie de créer un blog pour partager mes écrits. Trois jours plus tard, j’étais nommé Ambassadeur Universel pour La Paix, par le Comité Mondial de Genève, dans le cadre du Cercle Mondial des Ambassadeurs Universels pour la Paix. Et de là, tout c’est mis en place à une vitesse exponentielle. J’ai créé la Peace World Cup. Je me suis dit que ce serait bien d’organiser un festival à Gaza... Mais je me suis dit que c’était impossible.

« Mais... C’est possible, puisque j’y ai pensé ! »

Et me voilà aujourd’hui à vouloir organiser une caravane pour Gaza en une semaine !

C’est totalement impossible à réaliser, absolument fou de même y avoir pensé !

Et pourtant, nous irons !

Pourquoi ?

Je l’ai dit, à la base une caravane telle que celle-là est un évènement humain extraordinaire. D’autre part, l’équilibre entre la conscience humaine et la situation vécue en est à un point où un petit grain de sable peu faire basculer la balance. Et remettre l’humanité en mouvement.

Nous partirons, le onze septembre pour nous rassembler à Millau. Mais sur les autres continents aussi, des gens marcheront, qui ne peuvent pas venir nous rejoindre. Ils sortirons simplement de leurs maisons, prendront la route, se retrouveront ensembles pour les repas, pour chanter, jouer de la musique, danser et rire. Pendant dix jours.

Au départ, il n’y aura peut-être que quelques pèlerins isolés qui pourront sembler bien dérisoires. Mais dans tous les pays, de ville en ville, des gens marcheront. Des gens qui auraient bien voulu venir à Gaza, mais qui ne peuvent pas, pour des tas de raisons. Des gens qui ont simplement envie de vivre en paix, de préserver la planète pour leurs enfants. Des gens qui en ont ras-le-bol de tous ces discours. Des gens de la rue. Vous. Moi... Des gens qui partiront les mains vides mais qui ne manqueront jamais de rien sur leur route !

Et de toutes façons, il est dangereux de se retrouver trop nombreux à Gaza. Il est ridicule d’aller payer un avion alors que les gens là-bas ont besoins de pétrole. Et au niveau écologique, ce ne serait pas très sérieux !

Nous serons malgré tout des milliers à nous rendre à Gaza.

Mais surtout, partout dans le monde ce seront des millions de gens qui sortiront de leurs maisons et qui marcheront.

Ils marcheront pour faire la fête. Parce que une concentration de personnes qui se réunissent pour la paix fait lever la paix comme un soleil autour d’eux. Mais une multiplication de ces concentrations tout autour de la planète permettra de faire lever la paix sur toute la planète !

C’est tout simple !

En dix jours, vous verrez la Terre changer.

Après exactement neuf jours de préparation.

C’est impossible, et c’est parce que c’est impossible à réaliser que cela ne peut que se réaliser.

Venez, et...

Nous PASSERONS !


3 votes
Répondre à cet article
Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, insérez une ligne vide entre eux.

5 messages


Contact                    

www.ecovillageglobal.fr

le site de l'écovillage global des lecteurs et annonceurs de la revue Passerelle Éco

PASSEZ UNE ANNONCE

Coloc en Campagne (Offres de CoLocation dans le 81)

Projet : Je cherche une coloc pour partager une maison qui est séparée en trois logements indépendants et la coloc en occupe un. Offre : Les espaces extérieurs sont partagés avec tous les habitants (...)

La Main à la Pâte (Artisanat dans le 38)

Projet : Venez découvrir la fabrication du pain artisanal au levain et la pizza au levain ! Trois jours d’immersion dans l’atelier boulangerie de l’Arche de Saint Antoine pour commencer à mettre la (...)

Création Écolieu en Midi-Pyrénées (Vouloir Agricole dans le 12)

Projet : Autonomie et bien vivre ensemble dans le cadre d’un projet d’habitat participatif jumelé avec projet(s) d’installation agricole bio. Offre : Vous avez un projet d’installation agricole bio, (...)

Co Location (Recherche CoLocation dans le 71)

Projet : lieu de vie dev. personnel, spirituel, fraternel, convivialité maison partagé à paray le monial 71600 à pers. indépendante et responsable, oeuvrant sur soi-même en conscience autonomie (...)

Lieu Pleine Nature (Elargissement dans le 66)

Couple cherche H 35-55a aimant la nature et la simplicité pour micro communauté en montagne nature. Offre : Pied à terre avec chambre ou caravane