Passerelle eco

Permaculture et Écovillage Global

Derniers articles

Nos Livres et revues

Derniers articles

Réseau éco

20 ans d'écolieux

Des reportages et les annonces du réseau éco et de la dynamique écovillage en France : écolieux de vie, projets d'écovillages, écofermes pédagogiques, personnes ressources ou en recherche, entreprises, centres de formations, etc... Plusieurs rubriques sont consacrées aux écovillages en germe ou en devenir, car ces initiatives font converger l'ensemble des aspects de l'écologie pratique : l'actualité, leurs activités, rencontres, chantiers ou échanges proposés.

Derniers articles

Thématiques

Dossiers thématiques : depuis les statuts de la loi de 1901, l'alimentation, la construction saine, l'habitat léger, le carburant tournesol ...

Derniers rendez-vous

Annonces, photos, comptes rendu des rassemblements, rendez-vous, festivals, colloques, manifestations...

Derniers articles

Pratique

- des fiches pratiques et des recettes - la partage et l'expérimentation de l'autoproduction - les activités associatives de Passerelle Eco.
Vous êtes ici > Accueil > Thématiques > La Lutte Continue

le 27 octobre 2014

La Lutte Continue

Propositions de la FNE pour le plan Ecophyto V2

France Nature Environnement (FNE) porte depuis de nombreuses années le projet d’une agriculture durablement nourricière. Défis alimentaires et environnementaux sont liés puisque pour garantir, sur le long terme, la souveraineté alimentaire de notre pays, l’agriculture doit respecter les ressources naturelles (eau, sol, biodiversité, air, climat) qui lui permettent de produire. Dans le domaine agricole, plus encore qu’ailleurs, les trois volets social, économique et environnemental sont nécessaires à la pérennisation de l’activité et à son appropriation par la société. L’agriculture doit donc prendre le tournant de l’agro-écologie, en remettant l’agronomie au cœur des pratiques afin de réduire le recours aux intrants (engrais, pesticides, énergie, alimentation du bétail) et en mobilisant les services éco-systémiques de la biodiversité (auxiliaires, pollinisateurs, etc.) pour aller vers une agriculture de haute valeur environnementale (HVE).

La réduction de moitié de l’usage des pesticides en France était en 2007 un objectif porté par FNE, validé par le gouvernement en place à l’époque et partagé alors par l’ensemble des acteurs lors du Grenelle de l’environnement. Le plan Ecophyto, adopté en 2008, représente pour FNE la colonne vertébrale de l’agro-écologie. C’est un plan remarquable dans sa conception, unique en Europe, très élaboré, avec de nombreuses actions indispensables à la diminution du recours aux pesticides. Sa mise en œuvre nécessite une forte volonté politique qui a fait défaut jusqu’à ce jour.

Ainsi, après 5 années de mise en œuvre et malgré les efforts et les moyens déployés, les résultats ne sont pas au rendez-vous en termes de réduction d’usage. Localement, les fédérations membres de FNE actives dans les CROS constatent, depuis 2012, un essoufflement dans la mise en œuvre du plan Ecophyto sur le terrain (enquête réalisée durant l’été 2014). La fédération livre son analyse et ses propositions pour la deuxième version du plan.

Les orientations stratégiques

Pour FNE, au-delà des difficultés de mise en place du plan, aujourd’hui en grande partie résolues puisque la plupart des actions sont déployées sur le terrain, l’absence de résultats du plan s’explique par :

  • l’affaiblissement du message constaté au niveau national (suppression de l’échéance 2018 dans les discours voire remise en question de l’objectif de 50%) et au niveau régional. En effet, si l’animation locale est un levier fondamental, la motivation des responsables locaux (DRAAF et Chambres) n’apparaît pas toujours évidente. Dans certaines régions, le nombre de participants aux réunions des CROS s’est considérablement réduit avec le temps (ex. Basse-Normandie) ou encore les informations sur les CROS ne circulent plus (ex. PACA).
  • un manque de lisibilité sur le terrain du fait de la juxtaposition de plans et programmes (Ecophyto, PRAD, PDRR, etc.).
  • le retard pris dans la mise en place de certains outils (indicateurs de suivi nationaux et régionaux, Agrosyst) et l’absence de rapport annuel au Parlement prévu par la législation issue du Grenelle. Cette faiblesse des indicateurs se ressent sur le terrain, notamment en régions PACA et Basse –Normandie. En Martinique, c’est encore le QSA qui est utilisé dans la note de suivi relative à l’année 2012 !
  • un « décrochage » de la profession agricole (en particulier la FNSEA et une majorité de coopératives), qui avait pourtant approuvé le plan au départ. Très perceptible au niveau national, cette absence de motivation de la profession agricole est soulignée par plusieurs fédérations membres de FNE, notamment dans les régions Bourgogne, PACA, Centre, Basse-Normandie et Pays de la Loire. Ceci s’explique, selon FNE, en partie par un manque d’intérêt à agir des agriculteurs et des acteurs du monde agricole (syndicats, instituts techniques, chambres d’agriculture, coopératives). Certaines préconisations des instituts techniques (Arvalis, CETIOM, etc.) restent trop souvent attachées à la performance en termes de rendements à l’hectare plutôt qu’à la promotion d’une véritable stratégie d’agriculture durable utilisant moins d’intrants, en particulier moins de pesticides.
  • un manque en France de recherche et d’expérimentation sur des rotations de cultures permettant une réduction conséquente de l’usage des pesticides.
  • une inadaptation des filières amont et aval à la diversification des cultures.

Aussi, pour la version 2 du plan Ecophyto, les orientations stratégiques doivent porter sur :

  • l’objectif de réduction globale de l’usage (- 50 %), qui doit être clairement maintenu et fortement porté par le niveau national vers les acteurs locaux. L’objectif global national de moins 50 % reste fondamental car il correspond à un changement en profondeur de l’agriculture (démarche agro-écologique) qui va bien au-delà de l’amélioration des techniques, cette dernière étant bien évidemment nécessaire. Changement de techniques et changement de système doivent être menés de front et un objectif ambitieux dans des délais proches doit être de nature à créer une véritable dynamique d’inversion de la courbe d’usage des pesticides. Les objectifs régionaux doivent s’inscrire dans ce cadre. Les efforts doivent permettre d’orienter en profondeur l’agriculture française vers l’agro-écologie, en visant une agriculture durable sur les plans économique, social et environnemental plutôt qu’une agriculture productiviste dont le seul objectif serait de maintenir un haut niveau de rendements. Sur le plan économique, un raisonnement en termes de marge sera donc plus approprié qu’un raisonnement en termes de chiffre d’affaires.
  • une impulsion et des consignes fortes des décideurs nationaux en particulier sur les objectifs et les délais. FNE rappelle qu’il sera impossible, sur le terrain, de « juxtaposer les dynamiques » notamment entre projet agro-écologique et plan Ecophyto. La réduction de l’usage des pesticides étant un axe fondateur de l’agro- écologie, une ligne directrice forte et cohérente doit être donnée par les décideurs politiques nationaux.
  • l’activation de leviers « externes » aux agriculteurs et applicateurs pour déclencher leur intérêt dans la démarche :
    • les activités permettant de développer des outils à la disposition des agriculteurs (enseignement agricole, conseil, amont, aval, etc.)
    • les politiques structurelles complémentaires au plan Ecophyto (fiscalité, réglementation, homologation, PAC)
    • la sensibilité croissante de la société aux questions de santé-environnement.

Les gros titres des propositions

  • Les orientations stratégiques
  • Les actions à poursuivre et a renforcer
  • Les actions à faire évoluer
  • Les actions à « sortir » du plan
  • Les nouvelles actions à mettre en place
  • Les leviers complémentaires
  • la gouvernance
  • le rôle de FNE dans la V2
Contribution de la FNE

Synthèse enquête APNE

Dans le cadre de l’élaboration, par le député Dominique Potier, d’une nouvelle version du plan Ecophyto, FNE a lancé une enquête auprès de ses fédérations membres durant l’été 2014. Huit fédérations ont répondu, correspondant aux régions Basse-Normandie, Bourgogne, Centre, PACA, Pays de la Loire, Languedoc- Roussillon et Rhône-Alpes. En voici les principales conclusions.

Synthèse de l’enquête APNE

0 vote
Contact --- Mentions légales

www.ecovillageglobal.fr

le site de l'écovillage global des lecteurs et annonceurs de la revue Passerelle Éco

PASSEZ UNE ANNONCE

Cherche Terres Creation Refuge Animalier / Microferme (Terre en Vue dans le 81)

Projet : Apres 7 ans passée a faire des productions agricoles bio en aveyron, je recherche aujourdhui entre 2 et t3 hectares avec du bois et un point d'eau dans le tarn de preference afin de (...)

Vente d'une Yourte de 7 m de Diamétre Toile Pvc Bleue en Bamboue (Ventes Immobilier dans le 48)

Projet : Bonjour , Je vends une yourte en bambou de 7 m de diamètre d 'occasion dont la toile extérieure est en PVC bleue, bâche de camion, les toiles des murs se réunissent par des scratchs, il y a (...)

Semaine de d'Entretien des Haies et Nettoyage de Ronces 8 au 13 / 01 (Ecovolontariat dans le 03)

Projet : Sur notre Eco-lieu Kairos on organise une petite semaine de travail pour l'entretien des haies et des prairies. On travaillera du lundi au jeudi soir. On espère faire cela dans une bonne (...)

La Soupe Cherche un Petit Cailloux (Offres de CoHabitation dans le 14)

Projet : La Soupe aux Cailloux est une auberge participative dédié à l'accueil de celles et ceux qui souhaitent quitter la ville mais qui ne savent pas comment faire et/ou qui n'ont pas de réseau à (...)

Cherche un Ecolieu (À l’abordage)

Demande : Nous sommes: un couple, un enfant de 12 ans, des poules, des oies, des canards, une chienne, un chat. Nous cherchons un lieu de vie correspondant à la poursuite d'une décroissance entamée (...)