] Barrage de Charlas - Un barrage inutile et dangereux - PhytoEpuration et gestion écologique
Passerelle eco

Permaculture et Écovillage Global

La revue Passerelle Eco : sommaire des numéros, compléments d'info, bulletin d'abonnement à imprimer ...

Actualité du réseau éco

Réseaux

Quelques écolieux

Des reportages et les annonces du réseau éco et de la dynamique écovillage en France : écolieux de vie, projets d'écovillages, écofermes pédagogiques, personnes ressources ou en recherche, entreprises, centres de formations, etc... Plusieurs rubriques sont consacrées aux écovillages en germe ou en devenir, car ces initiatives font converger l'ensemble des aspects de l'écologie pratique : l'actualité, leurs activités, rencontres, chantiers ou échanges proposés.
Dossiers thématiques : depuis les statuts de la loi de 1901, l'alimentation, la construction saine, l'habitat léger, le carburant tournesol ...
Annonces, photos, comptes rendu des rassemblements, rendez-vous, festivals, colloques, manifestations...
- des fiches pratiques et des recettes - la partage et l'expérimentation de l'autoproduction - les activités associatives de Passerelle Eco.
Vous êtes ici > Accueil > Pratiques > PhytoEpuration et gestion écologique des eaux usées
Eau Courante
Barrage de Charlas : Le projet étatique de barrage de Charlas (31) date de plus de 20 ans. Il concerne tout le bassin de la Garonne, de Bordeaux aux Pyrénées en passant par Auch et Toulouse. Initialement justifié prévu l'irrigation du maïs, il se transforme peu à peu en un projet de soi disant "préservation de l'environnement". Pourtant, ce projet est dénoncé par toutes les associations de préservation del'environnement ! Il n'est plus défendu que par d'obstinés bétonneurs...

le 19 décembre 2003

Barrage de Charlas

Un barrage inutile ... et dangereux.

Voici quelques mots sur le débat autour du barrage de Charlas (31) qui bat son plein au rythme d’une séance de débat public tous les 15 jours environ. Il s’agit d’un projet de barrage étatique datant de plus de 20 ans, et concernant tout le bassin de la Garonne, de Bordeaux aux Pyrénées en passant par Auch et Toulouse. Il a eu plusieurs justifications au cours des temps, étant initialement un projet concerté en vue d’aider à l’irrigation du maïs, mais se transformant progressivement, les mentalités publiques évoluant, en un projet de " préservation de l’environnement "(sic !) et de soutien d’étiage, la Garonne soi-disant étant par trop déficitaire en période de basses-eaux pour assurer tous les usages.

Ce barrage en effet, odieusement et mensongèrement présenté par les porteurs du projet comme un projet de préservation de l’environnement est en réalité un massacre soigneusement organisé et savamment orchestré par le SMEAG (Syndicat Mixte d’Etudes et d’Aménagement de la Garonne) de toute une région agricole et de plusieurs petites rivières ou canaux, (dont la Nère qui passe près de chez nous).

Il comporte, outre le barrage en lui-même, qui va noyer 625 hectares agricoles dont plusieurs exploitations sur la commune de Saman (31), l’acheminement de l’eau (celle prélevée sur la Garonne et celle reconduite à la Garonne) par les petites rivières existantes qui de ce fait seront définitivement transformées en canaux stériles, bétonnés ou enrochés, et recevant un débit 50 fois leur débit actuel ! Adieu à nos petites rivières françaises, à leur faune et flore si attirantes, à l’inestimable patrimoine naturel qu’elles représentent pour les enfants d’aujourd’hui, pour les adultes de demain. Adieu aux bergeronnettes, aux guêpiers, au martin-pêcheur, au cingle plongeur. Adieu aux gardons, aux truites, aux aloses. Bientôt, demain toutes nos rivières seront interdites d’approche, trop dangereuses du fait du risque d’ouverture des vannes des barrages qui actuellement se multiplient toujours un peu partout en France. Bientôt, demain, nous irons pique-niquer sur des rives bétonnées, à l’ombre d’arbres sans fleurs ni abeilles et dépourvus de chants d’oiseaux. Ce scénario est peut-être futuriste, mais il est la réalité sur laquelle travaillent d’arrache-pied, chaque jour de votre vie, des gratte-papier et autres experts enfermés dans des chiffres et des bureaux partout en France. Site du barrage de Lunax

Ce projet dépassé (on en parle depuis 1983), d’un coût exorbitant (300 millions d’euros à charge du contribuable !) combattu par la totalité des associations pour l’Environnement, par des associations de consommateurs, par de nombreux élus et scientifiques, et non soutenu financièrement par l’Europe, se voit pourtant ardemment défendu par ceux qu’on ne peut désormais nommer autrement que par le terme de "bétonneurs".

A une époque où, mondialement, la crédibilité des projets de grands barrages s’effondre (cf rapports du WWF français et international), où les questions de développement durable, de répartitions sociales et mondiales équitables, commencent à faire entendre leur légitimité face à celles de rentabilité et de progrès, il me semble que nos actions et prises de position en faveur d’une eau libre, préservée et saine sont particulièrement d’actualité.

Nous nous faisons donc un devoir de suivre toutes les réunions du débat public autour de Charlas et d’intervenir régulièrement afin de manifester notre opposition radicale à cette entreprise par des prises de parole publiques régulières. Le débat public étant censé donner la parole à tous, nous ne pouvons qu’engager toutes les personnes concernées par le projet à le suivre et à y participer.

Pour plus d’infos adressez-vous à Pascale et Christian Meltz, Ouliet, 31420 Cassagnabère. ou par courriel

Conclusion

Une étude des arguments et des conséquences de la construction du barrage de Charlas conclue ainsi :

La création du barrage de Charlas viserait avant tout à conforter un mode d’agriculture qui a fait la preuve de ses inconvénients : agriculture intensive et industrialisée. Ce type d’agriculture a généré des pollutions de l’eau qui nécessitent actuellement des efforts importants de solidarité nationale (FNSE par ex) et justifient des programmes toujours insuffisants au regard de la gravité de la situation (nitrates, pesticides). Elle n’a pas rempli totalement les fonctions économiques et sociales attendues car de nombreux agriculteurs se trouvent en situation très difficile et le nombre d’actifs diminue dans l’agriculture au détriment de l’aménagement du territoire.

Le modèle d’agriculture que le barrage de Charlas vise à soutenir est dépassé au regard des attentes de qualité exprimées par les consommateurs et au regard de la pérennité de nombreuses exploitations agricoles.

Les solutions pour la restauration de la qualité de la Garonne - objectif que nous approuvons- existent et passent par les économies sur les consommations, une meilleure gestion pour l’ensemble des usages (y compris domestiques) et par la mobilisation pour les années de sécheresse des réserves existantes. [...]

La commission particulière du débat public, après avoir entendu tous les arguments pour et contre Charlas, doit recommander l’étude sérieuse des alternatives à Charlas, [ce qui, jusqu’à ce jour n’a pas été réalisé].


A LIRE AUSSI :

Dans la Revue Passerelle Eco

Les revues Passerelle Eco ont abordé le thème de la phytoépurations, sous des angles théoriques pour commencer, puis de manière pratiques pour aider à leur mise en place de bonne manière, et enfin par des exemples concrets de réalisation.


La revue Passerelle Eco n°16

a publié les bases théorique pour une bonne gestion écologique des eaux usées :
 Contextes et principes de la phytoépuration
 Eléments de dimensionnement.
 Nécessité des toilettes sèches


La revue Passerelle Eco n°26

présente en détail 2 installations économiques réalisées par des autoconstructeurs, avec shémas et indications pratiques pour récupérer les matériaux.
 La phyto de Louis
 La phyto de la ferme du Collet


La revue Passerelle Eco n°18

présente les aspects les plus techniques de l’installation, de la création et mise en place des différents composants, de l’anatomie des bassins, ainsi que quelques associations ressources.

Vous pouvez commander un lot de 5 anciens n° au prix de 20€ à l’ordre de :


Passerelle Eco,
2 rue du Dr Alcide Maurin, 26400 Crest



ou 20€ par carte bancaire (Indiquez votre choix d’anciens numéros "lot phyto" dans la zone de saisie pendant le paiement.)


Dans Passerelle Eco n°28

nous présentons simplement la manière, pendant l’hiver, de protéger du gel les bassins pour éviter leur explosion ... et pour protéger leurs habitants les poissons !


La revue Passerelle Eco n°30

présente les plantes les plus adaptées au coeur d’une phytoépuration et leur plantation : Rôle indirect des plantes, choix des espèces et conseils de plantation.

Voir aussi :
 le Barrage de Charlas
 "La chasse d’eau de Toulouse"


2 votes
Répondre à cet article
Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, insérez une ligne vide entre eux.

2 messages

  • > Barrage de Charlas

    Le 24 mai 2004, par Barba57@hotmail.com

    les besoins énergétiques de la France sont particulièrement bien comblés ; donc il faudrait connaître quel serait l’utilité d’un tel barrage !

    il est vrai qu’une partie de l’énergie française est aussi importée il me semble ; afin de sauver l’environnement ; il faudrait avant tout chose savoir les raisons réelles de ce projet qui semble dans l’immédiat inutle SG

    Voir en ligne : sssssss

    • > Barrage de Charlas

      Le 19 avril 2005, par anne

      Ce barrage est un réservoir de soutien d’étiage. Il ne sert pas à turbiner de l’eau pour la production électrique mais à soutenir le débit de la garone et des rivières de gascoqne en période sèche afin de palier aux consomations de l’agriculture (maïs en particulier).


Contact                    

www.ecovillageglobal.fr

le site de l'écovillage global des lecteurs et annonceurs de la revue Passerelle Éco

PASSEZ UNE ANNONCE

Famille à la Rencontre de sa Tribu (Graines d’Avenir dans le 40)

Projet : Nous sommes un couple de trentenaires avec une petite fille, une adorable chienne et deux matous. Nous cherchons un lieu et un groupe de personnes à rejoindre pour vivre en accord avec les (...)

3ème Foire Echo Bio de Montbeliard (Agenda des Convergences dans le 25)

Projet : La foire écho bio de Montbéliard (25) a pour objectif majeur la mise en avant de tous ceux qui, chacun à sa manière, œuvre d’arrache-pied pour une proposition de changement de mode de vie, dans (...)

Habitat Groupé, Léger. (Elargissement dans le 22)

Projet : Lieu de vie avec aspirations communes : partage(compétences, biens, temps, potager..), bienveillance, écologie, autonomie partielle (allimentaire/énergie) Offre : Sur 5000m2, aventure de (...)

Formation pour Apprendre a Construire sa Yourte…. (Habitat Léger dans le 43)

Projet : promouvoir la vie en yourte. Nous proposons des formations pour apprendre à auto-construire son habitat yourte.Coût modeste : 400€ pour 2 semaines avec 4 à 6 stagiaires . Malgré le (...)

Qui Vivra Verra (Contacts)

Projet : Vivre Offre : Aide auprès d'enfants, ado (6 ans en tant qu'auxiliaire de vie scolaire auprès de "multi dys"). Aide au jardin. Aide au bricolage. participation financière, en point JEU. En (...)

Création d'une Tiny House (Emploi et Entreprise dans le 11)

Projet : Vielle dame habitant à 3kms de Narbonne, Aude ch 1 menuisier(ere) pour faire sur 1 essieu déjà sur place, 1 tiny hourde si possible avec du matériel recyclé afin d’inviter de l’aide pour mes (...)

Cherche Volontariat sur Petite Ferme (Ecovolontariat dans le 23)

Projet : Bonjour! J'accueille sur ma ferme de Creuse des volontaires pour au moins 3 semaines/ un mois, pour aider à la culture et transformation de petits fruits, potager, soins aux brebis et aux (...)

Recherchons notre Nouveau Atelier de Fabrication de Yourte (Contacts dans le 07)

Projet : Bonjour! Couple ac enfant rech. nouveau lieu pour continuer notre act fabrication de yourte. recherchons local de 50m² ac ext ou 100m². Grange,hangar,atelier partagé,habitat° ac gd garage. (...)

Recherche Location Juillet / Aout (Recherche location dans le 31)

Projet : Sans logement cet été, un couple avec 2 enfants recherchent n'importe quel type de logement, accueil, pour 2 mois, cet été Offre : Participation financière, aide construction, jardinage, soins (...)