Passerelle eco

Permaculture et Écovillage Global

La revue Passerelle Eco : sommaire des numéros, compléments d'info, bulletin d'abonnement à imprimer ...
Des reportages et les annonces du réseau éco et de la dynamique écovillage en France : écolieux de vie, projets d'écovillages, écofermes pédagogiques, personnes ressources ou en recherche, entreprises, centres de formations, etc... Plusieurs rubriques sont consacrées aux écovillages en germe ou en devenir, car ces initiatives font converger l'ensemble des aspects de l'écologie pratique : l'actualité, leurs activités, rencontres, chantiers ou échanges proposés.
Dossiers thématiques : depuis les statuts de la loi de 1901, l'alimentation, la construction saine, l'habitat léger, le carburant tournesol ...
Annonces, photos, comptes rendu des rassemblements, rendez-vous, festivals, colloques, manifestations...
- des fiches pratiques et des recettes - la partage et l'expérimentation de l'autoproduction - les activités associatives de Passerelle Eco.
Vous êtes ici > Accueil > Pratiques > PhytoEpuration et gestion écologique des eaux usées
Lettre "Eau Vivante" de janvier 05
Toilettes sèches : de la peur à l'émotion ésthétique... : Gaetan réfléchit sur la "communication" autour des toilettes sèches... pas toujours évident, même si c'est nécessaire !!

le 4 février 2005

Toilettes sèches : de la peur à l’émotion ésthétique...

De la nécessité des toilettes à litière ... et d’un changement de paradigme !

Cette réflexion de Gaetan sur la "communication" autour des toilettes sèches... a été initialement publiée dans la lettre de Eau Vivante. Communiquer autour des toilettes sèches, ça n’est pas toujours évident, même si c’est nécessaire !!

Gaëtan :

Une petite visite de maison et hop voilà les toilettes,
— mais qu’est ce que c’est ?
— une toilette sèche, on supprime l’eau, on met de la sciure, on fait du compost dans un petit coin de nature et puis voilà. Et ça ne sent pas !
— ah moi, je ne pourrais pas !

Voilà une situation à laquelle bien des personnes, qui ont mis en place des toilettes à litière biomaitrisée, ont du être confrontées. Nous sommes tous confrontés à cette difficulté culturelle et psychologique de positionnement vis à vis des proches. Il me semble que nous n’avons pas à nous justifier de nos choix de vie nous rapprochant du fonctionnement de la nature ; ni à cupabiliser de vouloir vivre ces expériences. La prise de conscience et la compréhension du monde, qui nous amène à faire ces choix, commence par une observation, une observation de la nature et de la racine de l’homme.

Mais d’où nous vient cette peur ?

Cette peur qui bloque tant de personnes à mettre en place cette technique, pourtant si simple. La peur de connaître d’où l’on vient, de prendre conscience de ses racines et de redonner à la terre ce dont elle a besoin. Cette fuite devant la simplicité naturelle que le progrès technologique a complexifié par son sursaut de machine-outil.

 Oui, mais je ne pourrais pas le redire, ce que tu vient de dire ! comment leur expliquer aux autres ?

 Une approche « universelle » peut être d’expliquer simplement notre approche sensible de la terre avec nos mots, notre histoire, nos observations, nos références et de laisser les mots couler. Un chemin différent se situe devant chaque interlocuteur et le débat s’enrichit à l’infini en fonction de la dynamique de la discussion. Restons souple, le faire sans le dire nous entraîne vers cette simplicité volontaire, écologique et quotidienne qui maintient le contact avec cette bonne vieille terre.

Ça y est, on va s’y mettre !

A chacun de laisser remonter les questions de fonctionnement qui lui sont propres dans son habitat. La gestion des déchets à évacuer vers l’extérieur semble plus relever d’une gestion collective suivant l’environnement naturel capable d’accueillir les restes de notre table. Cette série de questions pourra nous mettre le pied à l’étrier : quelle sera la fréquence de vidange ? qui va vider ? quel est le chemin à parcourir pour la vidange ? où se situe le tas de compost ? appovisionnement en sciure et stockage de sciure ? Combien de temps, combien d’argent ?... Autant de questions qui n’ont de réponses que dans leur propre contexte de vie.

Un enjeu ou un nouveau jeu semble s’orienter dans la démystification de la vidange de la toilette sèche. Personnellement, j’y prends du plaisir car c’est pour moi l’occassion d’aller faire un petit tour dehors, cela m’aère l’esprit et me renforce dans ma cohérence écologique. J’y prends du plaisir aussi par le débrayage économique que cela entraîne et sa relocalisation. Et tout cela sans un investissement déroutant les comptes en banque, mais juste une autre orientation de la vie quotidienne. Et si on s’occupait de la terre !

Le compostage & les artisans de la terre.

Les déchets organiques sont une source d’énergie collective. Cette notion de collectivité dépasse largement l’humain qui vit en société elle engloble tous les êtres vivant sur cette planète... Blue ! C’est une source d’énergie comme une autre et une source insoupçonnable. Malheureusement, nous avons une vision rabaissante des déchets organiques. Or, c’est de la nourriture pour d’autres êtres vivants.

Le sol, la terre, c’est un peu un stock vivant, un potentiel de nourriture, de bois, d’abris naturels, un potentiel de beauté vivant ; et tout cela est possible par tout ce qu’on ne voit pas.

On mange de la vie et on redonne de la vie à la vie, la boucle est ainsi bouclée et nous maintenons un paysage vivant vitalisant la fertilité de nos sols. L’Homme fait alors un pas sur le côté pour retrouver sa place dans la nature et lui donne ce qu’il a de meilleur : de la présence.

L’hygiène & la sécurité

Je me méfie des conclusions scientifiques, suivi d’analyse en tout genre. Elles ont leurs places et leurs compétences dans la société dans laquelle nous vivons, mais pour moi la science du vivant ne peut se déconnecter du caractère global environne-mental ; elle perd alors de son charme. Une observation simple de la nature avec des yeux d’enfant nous permet d’affûter nos sens et nos sentiments envers elle. En observant l’eau et la nature de ses dynamiques, nous pouvons implanter des tas de compost d’une manière optimum. Là où ils nécessiteront peu ou le moins de transport après transformation pour son utilisation. La forêt ou la haie est le meilleur endroit pour activer cette utilisation. La dynamique de la matière organique, grâce à l’eau et le vent, se chargera de sa répartition dans son environnement le plus proche. Et des végétaux mourront par toutes sortes de taille naturelle dont l’homme est aussi acteur, ainsi les éléments auront repris leur place. Les déchets qui fermentent ce n’est pas sale, c’est vivant ! Un sol est vivant et dynamique s’il reste dans son fonctionnement naturel, c’est à dire avec une accumulation de végétaux sur le dessus, avec une litière.

Le maintien de l’esthétique et de l’éthique naturelle dans la réalisation de nos aires de compostage est le garant d’une tolérance au yeux des non-initiés, le garant d’une compréhension de cette technique noble et utile. Joindre l’utile à l’agréable est pour moi une source de bonheur.

Notre relation envers un environnement hydrique, plein d’eau !

Au constat de l’alarme environnementale planètaire, il semble compréhensible d’aller vers une intégration ou une réintégration des cycles de la nature et de la vie. Une technique de réparation ne peut concurrencer une technique de prévention de la pollution. Aucune technologie d’assainissement, ne peut remplacer le processus biologique naturel en contact avec les éléments dynamiques de son environnement. Replacer un système qui gère l’eau d’une manière adaptée à la nature de son écoulement me semble le plus cohérent.

La place de l’eau sur la planète est primordiale de par son rôle de vitalisation de la matière et par le transport de son information spécifique, mais aussi de par son rôle de drainage, d’évacuation. Il semble évident de ne pas charger cet élément en polluant, éviter de surcharger son fonctionnement.

L’image d’une eau qui circule librement, s’inscrit dans mon imaginaire en lui souhaitant bon voyage à chaque instant. Je lui porte une attention particulière en terme de temps et une intention amoureuse en terme d’échange vitalisant.

Prendre ses deux mains pour demain...

La gestion collective des déchets organiques est un chantier de demain ! L’imagination d’outils de collectes, le transport des matières en dehors de l’habitat, la mise en tas de compost, les zones de compostage par quartier, l’équipement des habitations. Comment les outils pédagogiques de deux-mains vont-ils naître pour que chaque enfant participe à cette prise de conscience, à nous de les inventer vers des équipements adaptés à leur échelle.

Autant de partage à venir.

Cela me transporte vers le bien-être de vous livrer mes motivations profondes et l’on peut encore partager, échanger à l’infini cette nouvelle mise en place. Mes peurs s’éloignent alors et l’horizon s’éclaircit pour laisser place à un énergétisant coucher de soleil.


A LIRE AUSSI :

Dans la Revue Passerelle Eco

Les revues Passerelle Eco ont abordé le thème de la phytoépurations, sous des angles théoriques pour commencer, puis de manière pratiques pour aider à leur mise en place de bonne manière, et enfin par des exemples concrets de réalisation.


La revue Passerelle Eco n°16

a publié les bases théorique pour une bonne gestion écologique des eaux usées :
 Contextes et principes de la phytoépuration
 Eléments de dimensionnement.
 Nécessité des toilettes sèches


La revue Passerelle Eco n°26

présente en détail 2 installations économiques réalisées par des autoconstructeurs, avec shémas et indications pratiques pour récupérer les matériaux.
 La phyto de Louis
 La phyto de la ferme du Collet


La revue Passerelle Eco n°18

présente les aspects les plus techniques de l’installation, de la création et mise en place des différents composants, de l’anatomie des bassins, ainsi que quelques associations ressources.

Vous pouvez commander un lot de 5 anciens n° au prix de 20€ à l’ordre de :


Passerelle Eco,
2 rue du Dr Alcide Maurin, 26400 Crest



ou 20€ par carte bancaire (Indiquez votre choix d’anciens numéros "lot phyto" dans la zone de saisie pendant le paiement.)


Dans Passerelle Eco n°28

nous présentons simplement la manière, pendant l’hiver, de protéger du gel les bassins pour éviter leur explosion ... et pour protéger leurs habitants les poissons !


La revue Passerelle Eco n°30

présente les plantes les plus adaptées au coeur d’une phytoépuration et leur plantation : Rôle indirect des plantes, choix des espèces et conseils de plantation.


5 votes
Répondre à cet article
Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, insérez une ligne vide entre eux.

3 messages


Contact                    

www.ecovillageglobal.fr

le site de l'écovillage global des lecteurs et annonceurs de la revue Passerelle Éco

PASSEZ UNE ANNONCE

Urgent: Cherchons Partenaires pour Création Écolieu en Ariège ! (Terre en Vue dans le 09)

Projet : Un lieu laboratoire pour une pratique et une théorie du partage favorisant la biodiversité et la friche expérimentant différents rapports au milieu, jardin-forêt, culture naturelle, la (...)

Cherche Location Campagne (Recherche location dans le 42)

Projet : bonjour a la recherche d un studio ou t1 ou t 2 avec petit jardin ou cour independant a la campagne pour moi . michel 59 ans tranquille simplicite autonome aime jardiner faire (...)

Location / co-Location Maison en Campagne (Ecolieux existant dans le 50)

Projet : Co-location/location projet permaculture en campagne Basse Normandie Offre : Propriétaire d'une maison et terrain de 1 hectare en Basse Normandie cherche des personnes passioné par la (...)

Lieu de Vie, Permaculture, Danse Ci… (Graines d’Avenir dans le 32)

Projet : Apprendre progressivement la permaculture, la danse ci, la démarche des écoles démocratiques, ensemble. Dans un même secteur, avec d'autres personnes. En trouvant une activité salariée. (...)

Urgent: Ferme et Terre à Vendre (Ventes Immobilier dans le 26)

Projet : 80 000 euros une ferme sur 100m2 au sol, en état de ruine, avec une pièce encore à vivre où se trouve électricité et eau. Sur de la terre agricole de plus de 2 hectares où se trouve une source. (...)