Passerelle eco

Pratiques et Contacts pour Vivre Ensemble sur une Même Planète

La revue Passerelle Eco : sommaire des numéros, compléments d'info, bulletin d'abonnement à imprimer ...

Actualité du réseau éco

Réseaux

Quelques écolieux

Des reportages et les annonces du réseau éco et de la dynamique écovillage en France : écolieux de vie, projets d'écovillages, écofermes pédagogiques, personnes ressources ou en recherche, entreprises, centres de formations, etc... Plusieurs rubriques sont consacrées aux écovillages en germe ou en devenir, car ces initiatives font converger l'ensemble des aspects de l'écologie pratique : l'actualité, leurs activités, rencontres, chantiers ou échanges proposés.
Dossiers thématiques : depuis les statuts de la loi de 1901, l'alimentation, la construction saine, l'habitat léger, le carburant tournesol ...
Annonces, photos, comptes rendu des rassemblements, rendez-vous, festivals, colloques, manifestations...
- des fiches pratiques et des recettes - le site Nima'Sadi de partage et d'expérimentation sur autoproduction - les activités associatives de Passerelle Eco.
Vous êtes ici > Accueil > Réseau
Point sur les annonces Ecovillageglobal
Séniors : et si on cohabitait ?

le 5 juillet 2016

DOSSIER :
Lectures d’annonces de l’écovillage global (5)

Sur un thème choisi, les annonces récemment déposées pour insertion dans la revue Passerelle Eco sont reliées et commentées. À travers ces projets et ces initiatives introduites de manière parfois personnelle se découvre une actualité alternative à laquelle vous êtes conviés à vous joindre.

Séniors : et si on cohabitait ?

L’habitat groupé le plus simple : la cohabitation, plaît bien aux seniors

Souvent, on s’imagine la colocation comme une affaire de jeunes, étudiants, qui choisissent d’habiter ensemble temporairement, le temps d’une ou plusieurs années scolaires afin de partager les frais locatifs. Pourtant, on constate sur ecovillageglobal qu’un nombre croissant de colocations émanent de seniors, à la retraite depuis plus ou moins longtemps. Dans ce cadre-là, la colocation est conçue autrement, et le développement de cette pratique s’avère prometteur en termes de changement sociétal.

Les projets décrits ici ont été publiés la revue Passerelle Eco n°61 ou revue Passerelle Eco n°62

Vivre en colocation pour des retraités, c’est aussi partager le quotidien. On note donc un désir de combattre la solitude, de faire entrer un peu de convivialité dans une réalité qui, vécue seul(e), a perdu un peu de sa saveur.

>J’ai 62 ans, j’habite seule dans une grande maison avec petit jardin dans un quartier tranquille près du centre ville à Carcassonne.

Je désirerais partager le quotidien avec une ou deux personnes afin de rendre le quotidien plus gai.

Offre : Une, voir deux chambres, avec salle de bain privée et partage des pièces à vivre, accès internet, téléphone, machine à laver.

Demande : Participation au loyer 200€, convivialité.

Dans ce cas comme dans d’autres, l’entrée en retraite, le départ du conjoint et/ou des enfants invite à ouvrir sa porte, à transformer un logement autrefois privé et familial en un espace commun.

Ce partage, et l’allègement des charges financières qu’il implique, peut permettre à de jeunes retraités de prendre enfin le temps, de prime abord, de quitter la routine quotidienne, de partir à la rencontre d’autres possibles, d’examiner d’autres vois envisageables au gré de cette liberté nouvelle, hors travail, qui s’annonce. La colocation, en ce sens, c’est une nouvelle manière d’organiser sa vie, un nouveau départ...

Je suis nouvellement retraitée, je me donne un an pour savoir si je reste vivre dans la région parisienne. Je vais aller à la rencontre de différentes initiatives écologiques et solidaires dans les régions où se trouvent des amis.

Je serai donc ravie de pouvoir échanger avec une colocataire à l’esprit Passerelle Eco. Et bien sûr, être aidée financièrement à ce projet par le partage des charges d’habitation.

Offre :

  • Une grande chambre indépendante ainsi qu’ une cuisine et une salle de bains à partager dans la bonne humeur, dans une résidence calme à 5 minutes à pieds du métro parisien.
  • Une aide si nécessaire à l’adaptation à la vie en Ile-de-france.
  • Un partage de mes points de repères dans le domaine culturel et social.

Demande :

  • Quelqu’un ayant besoin d’un toit pour une année, associant autonomie et chaleur humaine, ayant envie de partager des bouts de vie et de réflexion quand notre emploi du temps le permet.
  • Une autonomie pour l’achat et la préparation des repas, mais le partage des repas eux-mêmes est le bienvenu dès que c’est possible.
  • Un partage de charges correspondant à 300 euros par mois.

Et si la nécessité financière guide en partie ce désir de vivre ensemble, il est vite perceptible que la véritable motivation concerne ce fameux partage "de bouts de vie et de réflexion".

Vivre en colocation, c’est donc envisager la possibilité d’un véritable écolieu ou habitat partagé, et s’en approcher délicatement, par petites touches. C’est une mise en commun progressive des ressources, ancrée dans le réel, une marche concrète vers quelque chose que certains d’entre nous considèrent encore comme utopique.

« Moi seule je ne peux pas changer le monde, mais je peux jeter une pierre dans l’eau pour créer de nombreuses vagues » Mère Térésa.

Je suis « jeune » retraitée, comme vous, et j’ai un projet. Si nous le voulons, de merveilleuses opportunités sont présentes, et s’offrent à nous. Mais il faut aller les chercher, y croire, et les mettre en place.

Je m’intéresse en effet depuis plusieurs années à la « colocation entre seniors ». Aujourd’hui, on peut l’appeler différemment : co-habitat, habitation partagée, habitat participatif, éco-habitat… les termes ne manquent pas ; preuve que c’est dans l’air du temps.

Nous sommes nombreux à être concernés ; et pas seulement que les jeunes. Nous avons aujourd’hui la possibilité de nous unir, et de construire ce que sera notre vie demain.

Comme vous peut-être, n’ayant que peu cotisé, ma retraite n’est pas suffisante. Une conjoncture difficile, une certaine solitude liée à la situation, des événements négatifs, parfois un grand abattement vécu comme une fatalité, la crainte de se projeter dans un futur plus radieux… les freins ne manquent pas, surtout quand on vit seul. Alors ! Sommes-nous condamnés à vivre « petitement », en victimes, en assistés, et/ou en silence, repliés sur nous ?

Je suis intimement persuadée que non ! La vie se vit au présent dans son intensité. Nous avons toujours le choix entre voir le verre à moitié vide ou le verre à moitié plein. Je choisis le plein ! Prenons le temps de nous poser, de nous interroger en conscience, osons aller à la rencontre de nos rêves. Quel sens je veux donner à ma vie, à partir de maintenant ? Quel est mon essentiel ? Je ne souhaite pas juste disserter sur un problème ; mais je souhaite ouvrir une porte. La nôtre !

Si nous vivons chacun pour soi, nous serons obligés de louer un petit appartement, dans un endroit pas forcément très agréable, étant donné le faible loyer que nous pouvons payer. Nous serons seuls. Pas trop d’activités non plus car ça coûte cher, les déplacements seront limités, et je ne vous parle même pas des vacances, et surtout pas de quand nous serons malades ! Mais vous le savez déjà…

Ce ne sont pas nos enfants qui nous prendront en charge. Ils ont leur vie à vivre, et c’est bien légitime. Ne leur incombons pas ce fardeau. Mais si nous regroupons nos moyens, il nous reste de merveilleuses années à vivre ! Libres et libérés… pourvu que prenions les choses en mains. Je vous invite dans une vraie réflexion, et vers un projet, que je vous présente ci-dessous.

Le projet :

Aujourd’hui, une location minimale coûte 450/500€ ; pour un deux pièces. Peut-être moins dans un endroit un peu isolé, mais c’est contraignant. Compte tenu de nos revenus, nous pouvons bénéficier de l’APL, je crois plafonné à 260€ (à vérifier). Ce qui laisse à notre charge environ 200/250€ par mois.

Dans l’hypothèse où nous sommes 4 personnes, nous louons une grande maison pour environ 1800€ par mois. Il y en a plein ! Et ça ne nous coûte à chacun que 250€ par mois. Ça ne vous fait pas rêver ? Moi oui ! Et ce n’est pas utopique. De plus, le propriétaire a la caution de 4 personnes, le bail étant réalisé nominativement.

Nous avons à notre disposition : de l’espace, une chambre avec SDB privée, un grand espace de vie commune, un jardin, un potager où nous cultivons nos légumes, un ou des ateliers pour que chacun exprime sa créativité, une seule ou deux voitures, peut-être même une piscine… mais aussi, des échanges, des partages, des rires et des rigolades… et surtout, une convivialité, une entraide, une solidarité, une présence. Cet espace est un lieu d’épanouissement et de créativité.

Non, je ne suis pas chez les « bizounours ». Je suis juste persuadée que ceci est réalisable. Il faut simplement le vouloir et le désirer !

Le lieu se situerait dans le sud de la France : Cévennes, Drôme, Ardèche, Vaucluse… ou proximité. L’important sera d’être à proximité d’un bourg suffisamment grand de manière à avoir gare, services médicaux et culturels, marchés… La concrétisation d’un tel projet ne peut se faire que sous certaines conditions, qu’il ne faut pas banaliser : la réussite en dépend.

D’abord partager une même philosophie de vie. L’orientation « spirituelle » de chacun des membres. Les valeurs, les aspirations et les centres d’intérêt. Ça ne peut pas être qu’un « regroupement » de personnes. Y mettre du sens est primordial. Ces paramètres seront à définir au fil des rencontres et des échanges.

J’ai également l’idée d’y développer des activités : artistiques, santé, bien-être, développement personnel… en fonction des potentialités de chacun. Sous la forme d’ateliers, d’expos, de rencontres… ou autres. En outre ces activités peuvent permettre des revenus complémentaires en fonction des situations. Et si le lieu le permettait, pourquoi pas une chambre d’hôtes, ce qui apporterait de « l’oxygène » de l’extérieur. Les rencontres étant toujours porteuses de découvertes.

Le projet est vaste, demande à être travaillé, développé et nourri. Mais attention, nous n’avons pas trop le droit à l’erreur, ni nous autoriser à tricher. Nous n’avons plus le temps. Et c’est la moindre des choses.

Ce que je lance aujourd’hui est un peu une lettre ouverte, à laquelle je vous invite. Unissons-nous, partageons, échangeons… et peut-être qu’au bout du chemin, la joie nous attend. A bientôt.

« Faites que votre rêve dévore votre vie afin que la vie ne dévore pas votre rêve » Antoine de St Exupéry

Vivre ensemble, partager le logement quand on est senior, c’est donc avant tout "y mettre du sens", rêver concrètement, et ensemble.

La coloc est alors conçue comme une manière de s’entraîner au vivre ensemble : sur quelles valeurs, sur quel socle commun asseoir le collectif ? Que défendre, que mettre en place, que construire conjointement ? Comment avancer collectivement vers l’épanouissement de chacun ?

On voit bien que certains se confrontent à ces questions au quotidien, expérimentent, grandissent dans leur capacité à "faire ensemble", et en redemandent !

Vivre autrement : la coloc-seniors comme projet de vie.

L’ermite n’a pas besoin de liberté, il l’a ! pourtant la solitude ne tente pas grand monde, l’homme a besoin des autres dans lesquels il perçoit les différences ; ils lui tendent un miroir qui l’aide à découvrir sa nature profonde...

La colocation ne serait-elle pas le modèle parfait du vivre ensemble au quotidien ? une utopie diront certains, alors que beaucoup d’autres l’expérimentent, la font vivre en définissant le socle commun des valeurs nécessaires à une vie collective tout en favorisant l’épanouissement de chacun.

Celle de Lamarque-Pontacq (65) attache une importance particulière à l’écologie, au lien à la Nature, à une nourriture saine - bio principalement - en partageant les valeurs de simplicité volontaire, d’entraide et solidarité. Tout en restant léger et souple pour viser une joyeuse convivialité dans le respect et l’indépendance de chacun.

Offre : une grande maison de 250m² dans un village pyrénéen à 1 km d’une petite ville dotée de tous les services.

8 pièces, vaste salon, 5 chambres, 2 sdb, grange attenante.

Nous produisons l’essentiel de nos légumes en consacrant "le temps nécessaire" à l’entretien du potager bio de 300m² et nous sommes à l’écoute des innovations agroécologiques (permaculture) et à leur vulgarisation.

Nous aimerions profiter de la structure pour proposer des activités de découverte de la nature (plantes sauvages, élaboration de produits, etc.) mais vous disposez aussi de beaucoup de temps libre pour que chacun vive selon ses envies et centres d’intérêt.

Recherche : des seniors autonomes, ouverts, positifs (dynamiques, sens du collectif) mais aussi des plus jeunes en phase avec les valeurs fondamentales du projet.

Le montant mensuel dépend du nombre de personnes : à 4 il est de 380€ toutes charges comprises : gaz, électricité, eau, assurance, taxes ordures ménagères, taxe d’habitation, tel et internet.

Quelle distinction faire entre de tels projets, des colocations seniors au sein desquels les habitants vivent, se nourrissent, produisent et proposent des activités tournées vers l’extérieur, et des écolieux formalisés comme tels ?

La colocation est un habitat partagé dès lors qu’elle s’émancipe de la seule nécessité économique et de l’effet "dortoir". Les retraités, dont les journées ne sont pas accaparées par la nécessité de quitter leur lieu de vie pour leur lieu de travail, sont plus à même de réinventer un quotidien partagé.

A eux ensuite, éventuellement, d’ouvrir leur porte à des plus jeunes, pour insuffler ces fonctionnements collectifs et intergénérationnels au sein d’une plus large partie de la société civile.


Les projets décrits ici ont été publiés la revue Passerelle Eco n°61 ou revue Passerelle Eco n°62. Merci à Jean-Marie Jarnac et à la coloc-séniors de Lamarque-pontacq pour la photo qui a servi pour la couverture de la revue n°62.


125 votes
Répondre à cet article
Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, insérez une ligne vide entre eux.

DOSSIER
Lectures d’annonces de l’écovillage global
Article précédent : Les annonces d’installation agricole
Article suivant : « La danse, un élan qui rassemble »

Sur un thème choisi, les annonces récemment déposées pour insertion dans la revue Passerelle Eco sont reliées et commentées. À travers ces projets et ces initiatives introduites de manière parfois personnelle se découvre une actualité alternative à laquelle vous êtes conviés à vous joindre.

Vous aussi, choisissez un thème — écologie, militance, alternatives, permaculture, vivre ensemble, effondrement, arts de vie : les possibilités sont nombreuses — et proposez nous une lecture des annonces de l’écovillageglobal

103 messages

| 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |

  • Séniors : et si on cohabitait ?

    Le 3 janvier 2017, par Escadafal

    Bonjour Je vis dans une grande maison à la campagne, avec un très grand jardin qui nourrissait la famille quand j’étais enfant. Il est quasiment en friche aujourd’hui ; si des jardinier(e)s écolos avaient envie de s’installer pour le travailler, je suis prête à partager ; possibilité de deux chambres indépendantes (à aménager), cuisine et séjour commun,avec un poelle de masse, un espace dans un arbre, un poulailler (sans poules), une grande chambre pour recevoir famille et amis. Je souhaite une installation stable, mais plusieurs prises de contact avant pour voir si c’est possible. J’oubliais (parce que je l’oublie facilement) j’ai 71 ans ; adhérente fervente d’un SEL ;la maison est dans les Hautes Pyrénées (au nord, tout près du Gers), je pratique la méditation, le massage, et je voyage, seule, me trouvant encore trop jeune pour les voyages organisés...J’aime rire et écrire.

    • Séniors : et si on cohabitait ?

      Le 21 septembre 2017, par Ghislaine

      21 septembre 2017. Bonjour, Tout dans votre message me parle. 73 ans. Spiritualité, partage d’un SEL dans les Alpes, vie campagne proche montagne. Méditation, reiki, jardin, vie le plus saine possible. Mes enfants sont dans le Gers, donc pas trop éloigné.

      Si votre annonce est toujours d’actualité, il me serait agréable de vous rencontrer et voir les possibilités. Actuellement je suis à Nogaro dans le Gers, et mon projet ne se ferait pas avant l’été prochain.

      Alors, si oui ?? Merci pour votre réponse. Belles pensées, Ghislaine

      • Séniors : et si on cohabitait ?

        Le 21 septembre 2017, par Michèle Escadafal

        Puisque vous êtes dans le Gers, ce serait dommage de ne pas en profiter pour venir ; je ne sais pas si c’est envisageable pour l’été prochain, il faut peut-être un peu de temps ensemble avant de décider . Mon n° de téléphone : 05 62 96 71 33 Michèle Escadafal

    • Séniors : et si on cohabitait ?

      Le 31 janvier 2018, par Menager

      Coucou j’aimerais prendre contact avec vous . Comme vous je suis agėe de 71 ans et me reconnais dans votre annonce . Vous pouvez me joindre au 06 62 09 21 06 .A BIENTÔT O. MENAGER

      • Séniors : et si on cohabitait ?

        Le 31 janvier 2018, par Escadafal

        Bonjour, Actuellement je suis au Maroc, je rentre début mars ; peux-tu me contacter à ce moment là ? Mon mail : escadafal.michele@wanadoo.fr Merci

  • Séniors : et si on cohabitait ?

    Le 19 juillet 2016, par jeanpaul

    260 € d’APL maxi en individuel, ce qui signifie entre la moitié et les deux tiers avec des colocataires Je suis intéressé ; restons en contact. Merci

    • Séniors : et si on cohabitait ?

      Le 17 septembre, par dreano

      260€ je suis sceptique. Jai 120 € ASL pour une petite retraite. Mais bon je prends toutes informations. 😉

  • Séniors : et si on cohabitait ?

    Le 7 juillet 2016, par konto 79

    bonjour je trouve ce projet de cohabitation tres interessant .vivre ensemble n est pas simple mais il sera rendu necessaire. de plus il est extensible avec toute ces activitees de bien etre etc.. le plus important c est ce qu on peut apporter aux autres. ne pas oublier les jeunes generations(un peu perdu)dans ce projet. ils ont energie a condition d avoir les memes valeurs. cordialement

  • Séniors et plus : et si on cohabitait ?

    Le 5 juillet 2016, par vero

    merci pour l’article, encore en activitée, j’attends de pouvoir me libérer du travail quotidien obligatoire. pour partir vers de nouveaux horizons.. je ne pourrai jamais vivre en propriétaire, ni en habitat groupé, mais la colocation me parait la solution.. je vous souhaite une bonne fin de journée et un bel été véronique

| 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |


Contact                    
Recherche sur le site :

Recherche dans la revue :

www.ecovillageglobal.fr

le site de l'écovillage global des lecteurs et annonceurs de la revue Passerelle Éco

PASSEZ UNE ANNONCE

Cherche Terre sur Ganges (Graines d’Avenir dans le 34)

Projet : accès à la terre en collectif sur Ganges

Petite Paysannerie Polyvalente (Dimension Agricole)

Projet : Agrofo, petit élevage, céréales, boulangerie, PAM

Passer au Groupe (Terre en Vue dans le 32)

maraichère + menuisier et 3 enfants sur petite ferme Projet  : installation en HP ♦  bienveillance, écologie Offre  : reprendre la propriété du voisin avec terrain constructible, maison, atelier (...)

Groupe Cherche Lieu de Vie (Graines d’Avenir)

Recherche  : maison en dur pour coloc 4-5 pers et avec grand jardin et vue si possible Ou bien  : lieu de vie provençal rustique sur terrain avec eau pour monter petit restau avec HL pour (...)

Transition vers Collectif (Graines d’Avenir)

Projet : En transition, cherche à intégrer un collectif ou écolieu proche nature sud France. Connaissances en perma, intérêt pour le développement personnel et le vivre ensemble, autonomie et (...)

Propose 5ha en Forêt contre Échanges (Elargissement dans le 30)

Propose : échange ou troc 5 ha en forêt. ♦  y vivre en caravane ou camion en échange de l'entretien un jour par semaine. Tout projet modeste en lien avec la terre et l'humain est (...)

Couple Cherche Écolieu (Graines d’Avenir dans le 09)

Projet : Couple avec jeune enfant souhaite intégrer écolieu avec familles visant l'autonomie

Partenaires pour Reprise d'une Ferme (Dimension Agricole dans le 38)

Projet  : ferme perma avec HP et militance Propose  : reprendre ferme 14 ha, loyer 2600€ mise à disposition par mairie ♦  agrofo, miel, poules, chambre d'hôtes, accueil, formation, autres cherche :  (...)

CP Paille-Terre Nautile (Construction dans le 26)

Projet : Chantier participatif paille/terre maison Nautile sur écolieu, à partir d'avril. ♦  Nourri et logé.
twitter

SUR LE WEB