Passerelle eco
Passerelle eco

Pratiques et Contacts pour Vivre Ensemble sur une Même Planète

La revue Passerelle Eco : sommaire des numéros, compléments d'info, bulletin d'abonnement à imprimer ...

Actualité du réseau éco

Réseaux

Quelques écolieux

Des reportages et les annonces du réseau éco et de la dynamique écovillage en France : écolieux de vie, projets d'écovillages, écofermes pédagogiques, personnes ressources ou en recherche, entreprises, centres de formations, etc... Plusieurs rubriques sont consacrées aux écovillages en germe ou en devenir, car ces initiatives font converger l'ensemble des aspects de l'écologie pratique : l'actualité, leurs activités, rencontres, chantiers ou échanges proposés.
Dossiers thématiques : depuis les statuts de la loi de 1901, l'alimentation, la construction saine, l'habitat léger, le carburant tournesol ...
Annonces, photos, comptes rendu des rassemblements, rendez-vous, festivals, colloques, manifestations...
- des fiches pratiques et des recettes - le site Nima'Sadi de partage et d'expérimentation sur autoproduction - les activités associatives de Passerelle Eco.
Vous êtes ici > Accueil > Thématiques > La Lutte Continue
OGM non merci !
Destruction de vignes transgéniques à l'INRA de Colmar

le 22 septembre 2009

ARTICLES

Destruction de vignes transgéniques à l’INRA de Colmar

La revue Passerelle Eco n°35 propose un article sur le travail d’un vigneron en agriculture biodynamique. Aussi, nous proposons en parallèle sur ce site quelques contributions et nouvelles autour de l’actualité du vin et de la viticulture.

Habitant d’Ingersheim, Pierre Azelvandre s’est introduit dans le laboratoire en plein air de l’INRA à Colmar et a coupé 70 pieds de vignes transgéniques. Il est ensuite aller déposé un communiqué au journal "Les Dernières Nouvelles d’Alsace", et enfin, est allé se faire prisonnier au commissariat de la ville.

Le tout afin d’initier un débat sur les OGMs, sur le vin, sur la Qualité.

Alors que les mass media ont dans leur majorité décrit cette alerte comme un saccage, le texte ci après en présente les fondements légitimes, et révèle au passage quelques informations que les savants de l’INRA se sont bien gardés de fournir.

Dans un monde dans lequel les puissants ont les moyens de répéter inlassablement le même message, au point de le faire passer pour vérité, la majorité de la population se résigne. Quelques uns, tel Pierre Azelvandre, ne se résignent pas.

Sur le fond, il n’y a aucune catastrophe. Cette recherche sur la vigne transgénique est autant une recherche sociologique qu’agronomique - sociologique pour tester jusqu’où une profession et une population acceptent une chose imposée dont elles ne veulent pas, et n’ont pas besoin.

Ces OGMs étaient sensés défier la maladie du "court-noué"

L’Europe finance 400 000 ha d’arrachage définitif de vignes pour palier à des excédents structurels de vin. Simultanément, la recherche publique s’intéresse au court-noué, problème mineur qui a pour seul effet de baisser la production et d’augmenter la qualité.

Autre axe de recherche possible : la qualité

L’INRA pourrait travailler sur la multiplication de la vigne par voie sexuée en repartant des pépins.

Certes tous les caractères ne sont pas transmis de manière homogène. C’est précisément là que nous avons besoin de recherche et d’aides publiques pour trier et tester les plants intéressants issus de pépins.

Les maladies de la vigne résultent, entre autre, de l’exclusive multiplication par voie végétative depuis des siècles.

La viticulture de qualité s’appuie sur une bio-diversité importante au sein d’un même cépage, avec des plants sélectionnés en fonction de leur adaptation aux terroirs.

l’impasse du transgénique

Au contraire, s’orienter vers la production de plants vitis-vinifera OGM, reviendra en fait à produire des clones ou plant uniques, ne possédant pas forcément le meilleur potentiel d’adaptation et surtout de qualité, avec un appauvrissement génétique et un manque de diversité qui conduira à la production de vins plus simples et moins intéressants.

Cette année 5 000 ha de maïs OGM sont impossibles à récolter parce que, contrairement aux « garanties » des promoteurs OGM, l’amarante a intégré par pollinisation le transgène de résistance à l’herbicide, et a envahi ces 5 000 ha.

Le véritable humanisme serait que les puissances de l’argent et leurs alliés respectent l’expression du peuple. Les français ont maintes fois exprimés leur opposition aux plantes génétiquement modifiés mais le lobby pro OGM auquel la population ferme démocratiquement la porte, rentre par les fenêtres.

Pour la commission viticulture de l’OPABA Jean Pierre FRICK

JPEG - 16.3 ko

Voir aussi :
- Mystique du vin et pesticides systémiques.
- La revue Passerelle Eco n°35 publie un article sur le quotidien et les pratiques d’un vigneron en agriculture biodynamique.


6 votes
Répondre à cet article

Un message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes entièrement vides pour les séparer.

Qui êtes-vous ? (optionnel : cela vous permettra de recevoir les réponses)

15 messages

1 2 >

  • Comité de soutien aux 62 faucheurs volontaires des vignes de l’INRA de Colmar

    Le 15 septembre 2010, par Desobeir

    Proposition de comité de soutien

    Nous vous invitons à une réunion le mardi 28 septembre 2010 à 20h, à la Maison de la Biodynamie :
    5 place de la gare
    68000 Colmar

    Amis désobéissants,

    la Confédération Paysanne d’Alsace vous propose la création d’un comité de
    soutien aux 62 faucheurs volontaires qui sont intervenus pour neutraliser les
    vignes OGM de l’INRA, à Colmar, le 15 août dernier. Les copains font face à la
    répression, il est donc important de les soutenir !

    Le comité aura pour but de mettre en œuvre les moyens humains, matériels et
    financiers nécessaires à la défense des 62 faucheurs qui sont majoritairement
    hors Alsace.

    Nous vous demandons de vous signaler rapidement, le procès étant imminent.

    Maintenant que nous pouvons dormir tranquille dans notre région sans OGM,
    ensemble montrons notre détermination.

    Contact : ²²²
    Rémi Picot (Tél : 03 88 72 54 21)
    Christian Vincent (Tél:03 89 71 26 22)

    www.desobeir.net

  • Destruction de vignes transgéniques à l’INRA de Colmar

    Le 25 août 2010, par Inf’OGM

    Veille citoyenne sur les OGM

    Communiqué de presse, le 23 août 2010

    Quelle recherche et quels brevets derrière les vignes OGM de Colmar ?

    Dans la nuit du 14 au 15 août 2010, des Faucheurs volontaires ont arraché à Colmar un essai de l’Inra de 70 pieds de vigne, modifiés génétiquement pour résister au virus du court-noué. Pour les Faucheurs volontaires, le débat ne porte pas tant sur les modalités de mise en place des essais en champs que sur les priorités de la recherche publique et la brevetabilité du vivant.

    Inf’OGM a cherché à en savoir plus sur cette question des brevets. Dans le cadre des travaux sur la vigne, Monsanto dispose d’un brevet sur la stratégie même de conférer à des plantes une résistance à des virus en faisant exprimer par celles-ci, une protéine virale. Ce brevet, référencé sous le numéro 6,608,241 aux Etats-Unis, date du 19 août 2003. Il est le fruit d’une procédure entamée en 1986 par Monsanto. Anticipant l’obtention de ce brevet, Monsanto a d’ailleurs discuté avec l’Inra : selon Christophe Bonneuil et Frédéric Thomas, dans un ouvrage publié en octobre 2009, « quand dans les années 1990, un consortium réunissant l’Inra, le CNRS et LVMH développe des porte-greffes de vigne résistants au virus du court-noué, Monsanto se signale à leur attention : Monsanto les prévient que
    dès lors qu’une commercialisation des vignes transgéniques serait envisagée, il faudra obtenir une licence car ils travaillent sous la dépendance du premier brevet » (1).
    Même si elle ne fait pas référence à la vigne dans son brevet, l’entreprise semble donc pouvoir faire valoir des droits de propriété intellectuelle sur le travail de l’Inra, bien que l’interprétation juridique de l’étendue des brevets soit un exercice difficile et souvent tranché par la justice.
    L’Université Cornell, aux Etats-Unis, dispose également d’un brevet dans ce domaine. Intitulé « Production d’une résistance large et durable au virus du court-noué de la vigne dans des plantes », il est référencé sous le numéro WO2010051548 (à l’Office européen des brevets) (2).
    Contactée par Inf’OGM, l’Inra n’a pas répondu quant aux possibles conflits de propriété intellectuelle que l’existence de ces deux brevets pouvait poser.

    Et malgré les affirmations du Gouvernement et du Haut Conseil des biotechnologies (3), d’autres alternatives non transgéniques contre le court noué sont aujourd’hui en cours d’expérimentation par l’Inra (sélection variétale classique et pratique agronomique).
    Jean-François Launay, Directeur de la communication de l’Inra, à reconnu tardivement à Inf’OGM, que la voie transgénique semblait une impasse. Inf’OGM déplore le manque de transparence sur l’évolution des recherches.

    En outre, l’IFV (Institut Français de la Vigne et du Vin) annonce sur son site internet attendre pour fin 2010, l’inscription au catalogue des variétés du porte-greffe répulsif au nématode, vecteur du virus du court noué, appelé Nemadex Alain Bouquet, et pour lequel « l’IFV a d’ores et déjà anticipé la pré-multiplication de ce matériel végétal pour répondre à l’attente des professionnels » (4). Ce porte-greffe a été obtenu par croisement entre une espèce de vigne Vitis sensible au court-noué et l’espèce de vigne Muscadinia rotundifolia, résistante à ce dernier. Notons que l’Inra a mis en place en janvier 2009, avec l’IFV, une marque dénommée Entav-Inra qui commercialise des plants de vignes. Selon Agrafil (5), « pour l’achat de ces plants, désormais vendus sous le nom de la ma
    rque, des royalties seront versées aux deux organismes à hauteur de 8 euros les 1 000 plants ».

    Pour Inf’OGM, le sujet de la propriété intellectuelle sur le vivant et des objectifs de la recherche publique sont donc à mettre au centre du débat.

    Pour plus d’information, lire l’article d’Inf’OGM « Des pieds de vigne GM neutralisés ».

    Notes

    1) « Gènes, pouvoirs et profits », Christophe Bonneuil et Frédéric Thomas, octobre 2009, éd. FPH et QUAE, p 429
    2) Descriptif disponible sur http://fr.espacenet.com, date de publication : 6 mai 2010.
    3) Communiqué interministériel du 16 août 2010, communiqué du HCB du 23 août 2010.
    4) http://www.vignevin.com/menu-haut/a...[backPid]=1485&tx_ttnews[tt_news]=273&cHash=6894a91966
    5) Agrafil, 21 janvier 2009.

  • Destruction de vignes transgéniques à l’INRA de Colmar

    Le 9 octobre 2009, par X

    Cet article montre qu’il es plus facile sur le Web d’émettre des informations toutes ou en parties erronées que des informations fondées scientifiquement

  • Destruction de vignes transgéniques à l’INRA de Colmar

    Le 9 octobre 2009, par Olivier Yobrégat

    Monsieur,
    Je viens de lire la tribune que vous publiez concernant la destruction d’un essai de l’INRA, consacré à l’expérimentation d’un porte-greffe potentiellement résistant aux virus du court-noué de la vigne. Vous y exprimez votre opinion, sur laquelle je n’ai pas de commentaire à formuler.
    Par contre, d’un strict point de vue technique et scientifique, il me semble que vous manquez singulièrement d’informations sur les sujets que vous abordez ; aussi permettez-moi simplement de porter à votre connaissance un certain nombre de précisions.

    Vous qualifiez le court-noué de « problème mineur qui a pour seul effet de baisser la production et d’augmenter la qualité ».
    Contrairement à cette affirmation, le court-noué, largement répandu dans le monde entier, constitue l’une des maladies les plus graves de la vigne, et justifie les recherches qui y sont consacrées. Tous les intervenants de terrain y sont régulièrement confrontés, et on estime qu’aujourd’hui les deux tiers des vignes de notre pays renferment la maladie, même si, par bonheur, les symptômes présentent des degrés divers de gravité selon les situations.
    Le potentiel quantitatif du végétal est affecté par le court-noué, sur ce point vous avez parfaitement raison. La coulure et le millerandage des grappes peuvent effectivement réduire fortement la production des souches atteintes.
    Par contre, comment affirmer que des grappes à maturité incomplète, des souches à l’appareil végétatif fortement déformé et rabougri, des pieds présentant une coulure totale, des symptômes de panachure, signe d’une altération grave des capacités photosynthétiques de la vigne, sont un gage de qualité du raisin ? Sans oublier enfin la mortalité directe qui peut être causée par cette maladie.
    Dans des terroirs où la culture de la vigne est quasiment ininterrompue depuis deux millénaires, comme à certains endroits de la Vallée du Rhône, du Languedoc Roussillon ou du Sud-Ouest, la succession des replantations en sols contaminés, associée avant la généralisation du matériel certifié à l’utilisation de bois eux-mêmes virosés, a conduit à des situations de très forte infestation. Au point même de remettre en cause la vocation viticole des parcelles, ainsi que l’emploi de certains cépages rendus coulards de façon rédhibitoire par ces virus.
    Malgré la solution partielle apportée un temps par les désinfectants du sol, aujourd’hui tous retirés (vous ne me contredirez probablement pas si j’ajoute que, personnellement, je pense que c’est une mesure raisonnable), un repos du sol d’au moins six ou sept ans a toujours été la meilleure façon de faire baisser la pression de la maladie. On ne peut cependant pas ignorer que dans certaines régions, où le foncier est inabordable et où les zones AOC sont occupées en totalité, un tel repos est difficilement envisageable par la plupart des vignerons pour des motifs économiques évidents.
    Le « problème mineur » que représente le court-noué est par ailleurs directement à l’origine de la sélection sanitaire des bois destinés à la multiplication, initiée dès les années 50 afin de fournir à la viticulture le matériel végétal le plus sain possible. Tout au long du processus d’étude et de sélection du matériel végétal (implantation des conservatoires, des dispositifs d’évaluation, de prémultiplication et de multiplication), l’absence de viroses graves est régulièrement contrôlée. C’est une mesure coûteuse mais simple et de bon sens pour éviter la propagation de ces virus, qui limite le problème de la contamination aux parcelles.
    Dans ce contexte, l’idée d’étudier l’effet d’un transgène d’origine virale, capable de conférer une résistance à un porte-greffe contre ce fléau, est une voie très prometteuse. Côté précautions, le porte-greffe 41 B utilisé pour cet essai est de sexe femelle, donc sans production de pollen, il était greffé, donc sans partie aérienne sauf repousses éventuelles (détruites le cas échéant), et que, barrage ultime contre une dissémination hautement improbable, une enceinte étanche aux nématodes avait été installée en profondeur avant la plantation.
    Part ailleurs, car toutes les voies sont envisagées, d’autres programmes de création variétale classique (par croisements faisant intervenir l’espèce Muscadinia rotundifolia, partiellement résistante à la contamination) ont abouti à l’expérimentation depuis plusieurs années d’un nouveau porte-greffe. Un point sur son évaluation doit prochainement être fait, mais ce dernier pourrait rencontrer des difficultés techniques qui restreindraient peut-être son emploi (reprise au greffage, au bouturage, adaptation aux différentes conditions.. .). L’expérimentation de variétés transgéniques résistantes, aux caractéristiques agronomiques déjà éprouvées, apparaît d’autant plus comme une solution techniquement cohérente. Elle n’exclut pas la poursuite des travaux d’hybridation classique, mais elle est susceptible d’apporter des réponses plus rapides et plus complètes au problème.

    Concernant vos affirmations sur la multiplication de la vigne et sa diversité, je pense également qu’il est nécessaire de rappeler certaines réalités.
    A l’origine d’un cépage, il y a toujours un plant unique, issus d’un semis naturel aléatoire, ou dirigé si la main de l’homme en a piloté la pollinisation. Ce cépage, pour être conservé à l’identique, est multiplié par voie végétative (bouturage et greffage), seule façon d’en garder les caractéristiques. En effet, la vigne, fortement hétérozygote (comme l’avait montré depuis longtemps l’étude de lignées issues de fécondations dirigées, et comme l’a confirmé le décryptage du génome de la vigne), donne naissance par semis à autant d’individus différents que de pépins qui germent. Il est inutile de s’étendre sur le sujet, connu depuis l’Antiquité, et qui a été depuis toujours mis en pratique par les hybrideurs et obtenteurs de nouvelles variétés.
    Les variations qui constituent la diversité au sein d’un même cépage sont consécutives à des mutations, dont la probabilité est très faible, mais dont l’occurrence augmente avec les quantités d’individus issus d’un unique plant, et le nombre de cycles de bouturage.
    En résumé, plus un cépage est ancien, plus il a été répandu et multiplié, et plus on a des chances de pouvoir y déceler de la diversité. Ces mutations peuvent parfois être majeures, et certains plants mutants repérés et multipliés isolément ont pu former des types bien distincts au sein d’un cépage, ou même des nouveaux cépages (couleur des baies, arômes, ..). Par exemple, le Gewurztraminer est issu de mutations du Savagnin B, qui ont porté sur la couleur (rose) et sur la présence d’arômes caractéristiques absents de son « géniteur ».
    Vous demandez à l’INRA de « travailler sur la multiplication de la vigne par voie sexuée », qui donne donc naissance à une foule d’individus différents. Une fois « trié et testé les plants intéressants », chacun d’entre eux, pour le rester (intéressant) devra être multiplié par voie végétative, à partir donc d’un seul individu. Quelques lignes plus loin, vous affirmez que « la viticulture de qualité s’appuie sur une bio-diversité importante au sein d’un même cépage », ce qui ne peut exister qu’au sein de variétés ayant été multipliées à partir d’un plant unique pendant, disons, quelques siècles, ce qui est le cas d’une partie de nos cépages traditionnels. Il y a là une contradiction totale et je ne saisis pas le fond de votre pensée.

    Vous affirmez également que « les maladies de la vigne résultent, entre autres, de l’exclusive multiplication par voie végétative depuis des siècles ». Plusieurs choses sont très inexactes dans ces propos.
    La génétique a montré ce que des générations d’ampélographes avaient pressenti, à savoir que beaucoup de cépages sont issus de croisements naturels entre des variétés plus anciennes. Certains de ces croisements sont même relativement récents à l’échelle de l’histoire viticole (probablement XVIII è siècle pour le Cabernet Sauvignon, le Merlot ou la Syrah, par exemple). En outre, de nombreux croisements dirigés, réalisés par des obtenteurs, ont donné naissance à des variétés largement employées aujourd’hui, pour la table comme pour la cuve. Au premier rang de ces obtenteurs figure…l’INRA, qui a mené des programmes de création variétale par semis depuis 1950, ce qui doit vous réjouir puisque c’est ce que vous semblez lui réclamer. Des dizaines de milliers de semis ont ainsi été réalisés par l’INRA, beaucoup n’ont pas été conservés faute d’intérêt, mais quelques milliers (chiffre approximatif) ont pu faire l’objet d’observations. Une quarantaine d’entre eux sont aujourd’hui inscrits au Catalogue français et ont été multipliés (comme le Marselan, l’Egiodola, ou beaucoup de cépages de table), et de nombreux autres sont toujours conservés sous numéro.
    Tout cela pour vous dire que cette grande diversité d’origines, où se côtoient des variétés au moins millénaires (Pinot noir, Clairette, Muscat d’Alexandrie, Grenache…), des croisements de tout âge, et des obtentions du XXème siècle, n’a pas permis à notre Vitis vinifera de résister aux parasites américains introduits au XIXè siècle (black rot, oïdium, mildiou, Phylloxera,..) ou au XXè (flavescence dorée…). Tout simplement parce que l’espèce a évolué, au cours des âges géologiques (on ne parle plus d’échelle humaine) en l’absence de ces parasites, et qu’elle n’a pas développé de résistances génétiques capables de la protéger efficacement, contrairement aux espèces américaines.
    Tout au plus constate-t-on des différences de sensibilités entre les cépages pour certaines maladies, qui ne sont agronomiquement que peu exploitables. La multiplication végétative n’a définitivement aucun rapport avec la sensibilité aux maladies qui s’attaquent à nos cépages, puisque c’est l’ensemble de l’espèce qui est concernée.
    Deux autres illustrations peuvent encore éclairer ce sujet : si ce que vous prétendez était vrai, pourquoi les « vignes sauvages » européennes (Vitis vinifera silvestris, ou lambrusques), dont il subsiste encore quelques représentants dans nos forêts ont-elles été décimées par ces mêmes fléaux ? On ne peut pas accuser une quelconque homogénéité génétique, chaque pied est unique, issu d’un semis, même si ces pieds peuvent se bouturer naturellement. Il est facile de constater que ces lambrusques ne résistent ni au phylloxera, ni aux maladies fongiques, ni aux viroses, alors qu’elles sont le fruit d’un brassage génétique extrêmement important, sans que la main de l’homme n’y intervienne.
    Les conservatoires génétiques, également mis en place à partir des années 50, et aujourd’hui au nombre d’environ 120 sont des lieux qui renferment une grande diversité, qu’il s’agisse de collections de cépages (plus de 7000 génotypes à l’INRA de Marseillan, un millier à l’INRA de Bordeaux, 300 dans notre modeste collection du Sud-Ouest…), ou de représentants d’un même cépage (des centaines d’origines de Gamay, de Syrah, de Pinot ou de Cabernet…jusqu’à des variétés très anecdotiques). Ces parcelles, qui constituent un patrimoine vivant, n’ont jamais exprimé de résistance particulière qui sorte des limites de Vitis vinifera.
    Enfin, pour finir avec cette mise au point, dont de nombreux aspects pourraient encore être développés, juste un mot sur votre dernière affirmation qui traite des problèmes d’amarantes résistantes à un herbicide, qui ont envahi des cultures OGM. Au passage, il s’agit de soja, et non de maïs.
    Selon vous, « l’amarante a intégré par pollinisation le transgène de résistance à l’herbicide ». C’est tout simplement ridicule. D’abord, parce que cela impliquerait la pollinisation d’amarante (amarantacée) par le soja (légumineuse), ce qui est impossible. Ensuite, en admettant que cette pollinisation se réalise, elle donnerait naissance à un hybride soja/amarante, et non pas à une amarante qui aurait « intégré le transgène ».
    L’explication est simple, et c’est un phénomène bien connu en agronomie. La tolérance à l’herbicide préexiste dans une très faible proportion de la population d’amarantes. Par l’application massive et répétée d’une pression de sélection (l’herbicide), ces plantes tolérantes sont les seules à pouvoir survivre et se multiplier, et les amarantes sont connues pour émettre des quantités considérables de graines. Ces dernières donnent naissance à un grand nombre de pieds résistants, et la spirale s’intensifie tant que les pratiques ne changent pas. En nombre infime au départ, ces plantes finissent par coloniser tout l’espace.
    Ce problème résulte donc d’une grave erreur agronomique. Il est évident que de telles situations doivent être évitées par des pratiques raisonnables, mais il n’est vraiment pas nécessaire d’inventer des phénomènes « monstrueux » pour frapper l’imaginaire, décrier des techniques dans leur ensemble, et faire naître des craintes infondées. Cela aboutit parfois à la destruction d’un essai de la recherche publique, parfaitement justifié, encadré et raisonnable, par des personnes probablement persuadées de bien faire.

    Je suis désolé de la longueur de cette réponse, mais elle est l’illustration du fait que, s’il est simple d’accumuler des affirmations infondées et des contre vérités, il est beaucoup plus ardu de traiter objectivement et raisonnablement le fond d’un sujet complexe par nature.

    Olivier Yobrégat
    Institut Français de la Vigne et du Vin,
    Pôle Sud-Ouest.
    olivier.yobregat@vignevin.com

    • Destruction de vignes transgéniques à l’INRA de Colmar

      9 octobre 2009, par X

      Bravo pour pour cette information étayée

    • Destruction de vignes transgéniques à l’INRA de Colmar

      9 octobre 2009, par X

      M Yobregat

      Merci pour votre information étayée
      Cela nous change des information fausses ,tronquées ou biaisées

    • Destruction de vignes transgéniques à l’INRA de Colmar

      15 octobre 2009, par JLuc (Passerelle Eco)

      Votre avis me fait penser à 2 affaires autour de l’industrie pharmachimique :

      - la campagne d’éradication nationale du varron, parasite inoffensif de la vache, est menée à coup d’injections d’ivermectine ou d’autres traitements pharmachimiques dont les résidus nocifs se retrouvent toujours un peu dans le lait. Les agriculteurs les plus exigeants en terme de qualité de leur élevage assurent pourtant que le varron ne crée nul problème à leur cheptel et à la qualité du lait ou de la viande, et qu’il ne nuit qu’aux troupeaux surmenés et affaiblis par une mauvaise alimentation, hors sol notamment. Certains qui ont refusé ces traitements se sont heurtés à des tracasseries administratives et vétérinaires sans fin, jusqu’à des procés qu’ils ont finalement gagnés tout de même, pour certains en tout cas.
      Des scientifiques ont par ailleurs relevé une corrélation entre les traitements pour l’éradication du varron et l’apparition du prion de la vache folle. Et ceci, tant au niveau des statistiques régionales, que des phénomènes biologiques : le varron joue en effet un rôle de protecteur pour la vache vis à vis du prion pathogène. L’explication réside dans l’influence inhibitrice de la protéine émise par le varron lorsqu’il parasite la vache, l’hypodermine, sur la synthèse de ce prion. ref.
      Je ne serai pas étonné que le court noué aie une raison d’être positive pour l’équilibre sanitaire et le bon développement soit d’un pied de vigne isolé, soit de la vigne dans son ensemble ! Si il concourt à une meilleure qualité du vin comme l’affirme Mr Frick en professionnel et connaisseur, je m’en délecterais volontier !

      - La grippe et la vaccination H1N1. Bien que sans virulence particulière, elle déclenche cette année une épidémie de peurs et donne lieu à une campagne médiatique en faveur d’une vaccination de masse. Cela ressemble fort à une expérience sociologique ainsi que les vignes OGM de Colmar : jusqu’à où peut-on amener les populations à subir dans leur intimité biologique et à consommer ce que l’industrie peut produire et vendre ?

  • Destruction de vignes transgéniques à l’INRA de Colmar

    Le 6 octobre 2009, par William

    M.Frick a écrit : "problème mineur qui a pour seul effet de baisser la production et d’augmenter la qualité."

    Sauf que le court-noué n’a jamais été un problème mineur... De même il est faux et irresponsable d’affirmer que ce virus a pour seule conséquence une baisse de vigueur et une augmentation de la qualité.

1 2 >


SPIP 2.1
ecovillage global et permaculture

www.ecovillageglobal.fr

le site de l'écovillage global des lecteurs et annonceurs de la revue Passerelle Éco

PASSEZ UNE ANNONCE

Il Fait Froid dans le Monde . . . (Rencontres amoureuses dans le 37)

Projet : Homme, athée, 47 ans, émotif, lassé de la pénurie relationnelle, je désire rencontrer une femme de Bretagne ou région Parisienne pour une amitié sensible et dérivante. Découvrons-nous, sans (...)

Chevaux Mécaniques Fringants Attendent Cavalière (Rencontres amoureuses dans le 50)

Projet : Bonjour, je propose un de ces deux camions à une fille de mon âge pour faire ensemble les saisons, parcequ'il n'y aura pas d'autre moyen de faire plus exaltant en attendant de se trouver un (...)

Donne Bouc Rove (Agricultiver dans le 30)

Projet : Nous avons un petit troupeau de chèvres pour notre autonomie. Un bouc rove brun de robe et au corne tordues à rejoins nos bics en forêt et depuis il est la. Pour nous c est un de trop car la (...)

Bienvenue aux Futurs Habitants ! (Elargissement dans le 31)

Projet : Dans ferme calme/art/perma/écoconstru/Aliment bio/2 habitants actuels/ici et maintenant,respect,cnv/partages/échanges Cherche une, un partenaire pour PAM
Offre : Appart loc en meublée pour 2 (...)

Rencontres Normandes de la Permaculture (Convergences dans le 14)

Projet : Osmose & Et Si On Se Marais, 2 associations dont l'activité est vouée à la promotion et au développement de la permaculture organisent la 3ème édition des Rencontres Normandes de la (...)

Vend Parcelle de Terrain dans un Ecolieu (Ventes Immobilier dans le 46)

Projet : eco-hameau d'Andral
Offre : Nous mettons une parcelle de 343m² en vente avec un potentiel constructible de 100m². Cette parcelle se situe sur un terrain de 8Ha dans un éco-hameau de 25 foyers (...)

Famille avec Enfants Souhaite Lieu de Vie Vivant et Collectif (Un Groupe Existe dans le 82)

Projet : Limite Aveyron, Tarn famille avec 2 enfants, 3 et 6 ans + la mamie + amie avec enfants de 3ans, cherchent vie encore plus partagée. Espaces collectifs : Potager,fruitiers Poulailler (...)

Famille avec Enfants Souhaite Lieu de Vie Vivant et Collectif (Un Groupe Existe dans le 82)

Projet : Limite Aveyron, Tarn, famille avec 2 enfants de 3 et 6 ans + la mamie + amie avec fille de 3 ans. Nous rêvons de lieu de vie encore plus partager. Espaces collectifs : potager et (...)

Recherche Woofing ou Autre (À l’abordage dans le 09)

Projet : Bonjour mesdames , messieurs , je souhaite créer un eco village et souhaite d abord voyager dans tous les eco villages de France pour apprendre , serait il possible que je vienne chez vous (...)
twitter

SUR LE WEB