Passerelle eco
Passerelle eco

Pratiques et Contacts pour Vivre Ensemble sur une Même Planète

La revue Passerelle Eco : sommaire des numéros, compléments d'info, bulletin d'abonnement à imprimer ...

Actualité du réseau éco

Réseaux

Quelques écolieux

Des reportages et les annonces du réseau éco et de la dynamique écovillage en France : écolieux de vie, projets d'écovillages, écofermes pédagogiques, personnes ressources ou en recherche, entreprises, centres de formations, etc... Plusieurs rubriques sont consacrées aux écovillages en germe ou en devenir, car ces initiatives font converger l'ensemble des aspects de l'écologie pratique : l'actualité, leurs activités, rencontres, chantiers ou échanges proposés.
Dossiers thématiques : depuis les statuts de la loi de 1901, l'alimentation, la construction saine, l'habitat léger, le carburant tournesol ...
Annonces, photos, comptes rendu des rassemblements, rendez-vous, festivals, colloques, manifestations...
- des fiches pratiques et des recettes - le site Nima'Sadi de partage et d'expérimentation sur autoproduction - les activités associatives de Passerelle Eco.
Vous êtes ici > Accueil > Thématiques > La Lutte Continue
La Cour de cassation annule l'arrêt d'expulsion des yourtes de Bussière-Boffy, 24 février 2015

le 25 avril 2015

ARTICLES

La Cour de cassation annule l’arrêt d’expulsion des yourtes de Bussière-Boffy, 24 février 2015

Une nouvelle fois, le maire de Bussière-Boffy est désavoué par la justice, et cette fois par la justice suprême !

Le 24 février 2015, la Cour de cassation a cassé le jugement de la cour d’appel de Limoges du 14 juin 2013 nous condamnant à la démolition de nos yourtes avec amendes. Cela, en considérant que la prescription devait s’appliquer et que la cour d’appel a méconnu les textes de lois. Elle renvoie notre affaire qui sera rejugée par la cour d’appel de Bordeaux.

La Cour de cassation a annulé la totalité du jugement qui nous condamnait, en s’appuyant sur la prescription, car nos yourtes étaient montées depuis plus de 3 ans. Mais, ironie du sort, à l’heure de ce jugement, elles n’y sont plus ! Cette décision montre à quel point nous avons été malmenés dans cette très longue histoire de 8 années.

Aujourd’hui, nos familles, épuisées par tant d’années de lutte, n’ont eu d’autre possibilité, pour continuer de vivre dignement et développer des projets, que d’aller vivre ailleurs. La vie dans notre village est devenue une procédure perpétuelle, où aucun projet n’est plus possible, où aucune association autre que celle des anciens combattants n’a droit de cité. Bref, on a pensé au bonheur de nos enfants et on est partis...

Moralement, ce maire nous a massacrés, minutieusement, année après année, il a exterminé nos vies, et l’État n’a jamais voulu nous protéger, bien au contraire. Quand le Préfet nous a régularisés en 2009, c’était pour nous faire taire. Car nous avions raison, raison de vivre comme cela avec nos enfants, simplement, avec nos moyens, dans le respect de la nature, en apportant nos alternatives et notre vitalité à ce village. Notre légitimité a touché beaucoup de gens, et elle a touché tous les juges qui ont eu affaire à notre histoire. C’est pour cela que nous avons gagné tous nos procès ; le seul que nous avons perdu, c’est lorsque l’Etat s’en est mêlé pour faire appel. Quand un homme seul, investi de son pouvoir, détruit la vie et les rêves de plusieurs familles au nom de sa propre idéologie, on appelle cela le fascisme. Le fascisme c’est la brutalisation des esprits... du nôtre, de celui de nos enfants, de notre collectivité. La réalité est que cet homme a été soutenu par les pouvoirs publics.

La Cour de cassation, comme nous l’a expliqué l’une des avocates du cabinet de Maître Spinozi (notre défenseur), ne pouvait pas affirmer qu’une yourte n’est qu’une tente. Cela l’État ne le permettrait pas, car la liberté prendrait trop de place. Les juges ont cassé le jugement en s’appuyant sur la prescription, c’est tout ce qui leur restait pour nous donner raison. Nous savons que nous faisons peur à l’État français, car nous avons simplement raison, et que le bon sens touche le coeur des gens bien plus profondément que les lois. Mais nous savons aussi qu’à force de procédures, et face à l’État, nous avons peu de chance de gagner le véritable droit d’être ce que nous sommes : des êtres humains vivant en liberté sur notre Terre ! Comme le dit avec toujours autant de vilenie et d’immoralité le maire de Bussière-Boffy (réélu l’année passée, il faut le rappeler) : « Ce jugement n’a aucune valeur... Ce qui compte c’est qu’ils soient partis ». Il n’y a que les faiseurs de mort qui se réjouissent du malheur des autres, pour notre part nous avons choisi de défendre le vivant, même si nous y perdons des plumes !

Nous avons gagné ce procès, une fois de plus, et l’affaire sera rejugée par la cour d’appel de Bordeaux dans plusieurs mois, voire 1 ou 2 ans. Ce jour là les juges seront-ils capables de résister à une ultime pression de l’État ? Car l’enjeu est lourd, il s’agit de notre liberté d’habiter la Terre. Nous remercions encore une fois toutes les personnes qui nous ont soutenu, votre soutien c’est notre résistance, votre indignation c’est notre force, avec une pensée particulière pour ceux qui ont participé au financement de ce procès en cassation, qui n’aurait pu avoir lieu sans vous.

Vous aurez de nos nouvelles... un jour... Car la justice prend son temps pendant que les années passent !

Bises à tous

Des ex-habitants des yourtes de Bussière-Boffy

Rappel de l’histoire

Nous sommes trois familles vivant dans des yourtes sur la commune de Bussière-Boffy (Haute-Vienne) depuis plusieurs années. L’arrivée d’un nouveau maire en 2008, avec une idéologie d’extrême-droite, a mis notre mode vie en grand danger, en nous soumettant en 7 ans à 8 procès. Ces procès concernent toujours la légitimité de notre citoyenneté sur la commune.

Ce maire a tenté, depuis le début de son 1er mandat, de nous expulser de la commune, en ne tenant aucun compte de la désertification et du vieillissement de la population de cette région isolée, ni de notre mode de vie écologique. Il a toujours fait preuve d’une immoralité totale à notre égard, ainsi qu’envers tous les habitants de la commune nous soutenant.

Cette procédure d’expulsion a commencé en 2011, suite à une plainte du maire concernant la prétendue illégalité de nos habitats. Nous précisons qu’en plus des trois familles impliquées, cette plainte concerne une quatrième famille dont le tort est d’avoir prêté son terrain pour y implanter une des yourtes.

En première instance, le tribunal de Limoges nous a relaxés le 11 décembre 2012, considérant que les yourtes étant des tentes, - qui n’ont pas besoin de permis de construire ou de déclaration préalable - il n’y avait donc pas d’infraction.

Mais suite à une pression de l’État (dixit les paroles d’un procureur), le Parquet a fait appel.

Bien que les juges de la cour d’appel, lors de l’audience de juin 2013, aient été ouvertement favorables à notre égard, le jugement nous a condamnés au démontage et à des amendes, considérant nos yourtes comme des « constructions » (donc illégales puisque montées sans permis de construire), balayant d’un revers de manche notre régularisation par le Préfet de Haute-Vienne en juin 2009, ainsi que la règle de la prescription. (Pour info, la prescription d’une infraction au code de l’urbanisme interdit de condamner celui qui a construit sans permis, si la construction a plus de 3 ans). Ce jugement (le seul que nous ayons perdu) nous a fait comprendre que l’État avait fait pression et que d’une certaine manière il soutenait les abus de pouvoir de ce petit maire.


120 votes
Répondre à cet article

Un message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes entièrement vides pour les séparer.

Qui êtes-vous ? (optionnel : cela vous permettra de recevoir les réponses)

13 messages

1 2 >

  • La Cour de cassation annule l’arrêt d’expulsion des yourtes de Bussière-Boffy, 24 février 2015

    Le 25 octobre 2015, par X

    La Grece vous interresserait elle ?

  • La Cour de cassation annule l’arrêt d’expulsion des yourtes de Bussière-Boffy, 24 février 2015

    Le 21 octobre 2015, par barbara

    Notre histoire est tristement semblable.
    Nous vivions en Poids Lourd aménager avec toilettes sèches, panneaux solaires... ce mode de vie était motivé par le fait de vivre plus près de la nature avec comme leitmotiv "moins de bien plus de lien" !

    Après des années sur la route, l’arrivée d’un enfant et l’envie de cultiver nos propres légumes nous avons décidé de se poser sur un terrain gentiment prêté par un ami. Malheureusement le maire avait une belle tendance extrême droite et s’est rapidement opposé à notre présence. Ce monsieur ne s’est pas tellement encombré de procédures judiciaires. Par contre nous avons subi une subi une série d’attaques en pleines nuit, ainsi qu’ un feu criminel qui a détruit pas mal de choses matérielles et qui a bien failli tué nos animaux et notre maison sur roue. Nous étions deux familles avec enfants... Je vous laisse imaginer le traumatisme et les conséquences...

    Alors que certains nous disaient de lutter nous avons préféré mettre notre famille en sécurité dans une maison en location comme tout bon badaud ! Je ne pense pas que "chier" dans de la sciure ou s’électriser par le soleil soit une folie mais tout le monde n’entend pas les choses de cette façon !

  • La Cour de cassation annule l’arrêt d’expulsion des yourtes de Bussière-Boffy, 24 février 2015

    Le 20 octobre 2015, par ELIANE ACHAINTRE

    ils ont bien raison de vivre ds leur yourt.moi cela fait des années que j’ypense.mais je n’ai pas le budget pour.je les soutiens a 100 °/°

  • La Cour de cassation annule l’arrêt d’expulsion des yourtes de Bussière-Boffy, 24 février 2015

    Le 7 juin 2015, par Yan

    bonjour,

    d’après ma compréhension, les yourtes peuvent en effet être associées à des tentes, mais pour peu qu’il n’y ait ni sanitaires ni bloc cuisine à l’intérieur et que leur surface soit inférieure à 20m2.
    Est-ce que vous confirmez ?

    En tout cas, je compatis... je recherche moi-même une aide juridique compétente et bienveillante pour établir un collectif d’habitats légers sur terrain agricole, tablant sur des séjours temporaires...
    genre "campement" d’expérimentation sociale et écologique de durée indéterminée...

    des adresses utiles ? des contacts ?

    fraternellement
    Yan

    • La Cour de cassation annule l’arrêt d’expulsion des yourtes de Bussière-Boffy, 24 février 2015

      25 octobre 2015, par Emilie

      Hamosphère est un bureau d’étude qui vient compléter la panoplie d’association militante. En affichant la carte bureau d’étude, elle permet un meilleur accueil auprès des municipalités et des divers institutions pour créer le lien quand il y a besoin.

      Armée d’une équipe pluridisciplinaire (juriste, architecte, paysagiste ect...) ils ont toutes les connaissances nécessaires pour assoir des projets dans la légalité.

      Amitiés à tous !

    • La Cour de cassation annule l’arrêt d’expulsion des yourtes de Bussière-Boffy, 24 février 2015

      12 novembre 2015, par Del

      Salut Yann, avez vous monter votre collectif ?

  • La Cour de cassation annule l’arrêt d’expulsion des yourtes de Bussière-Boffy, 24 février 2015

    Le 4 juin 2015, par elsa sunita

    Beaucoup de douceur pour vos familles après ces années de luttes... Gardez ce rêves dans vos coeurs, je suis certaine que vous pourrez le réaliser, en paix, prochainement.
    Ce lieux n,’était pas le bon. Un endroit plus heureux vous rencontrera !

1 2 >


Lixium: Hébergement web neutre en CO2 | SPIP 2.1
ecovillage global et permaculture

NOUVEAU SITE

Découvrez ecovillageglobal.fr le site de l'écovillage global des lecteurs et annonceurs de la revue Passerelle Éco

PASSEZ UNE ANNONCE

Recherche Écolieu avec École Alternative (À l’abordage)

Demande : Nous sommes un couple accompagné de deux enfants âgés de 4 et 6 ans et scolarisés en école Montessori. Nous recherchons un changement de vie afin de nous rapprocher de la nature. Nous (...)

Couple avec Enfant Recherche Location (CoLocation)

Demande : BONJOUR NOUS SOMMES UN COUPLE AVEC UN ENFANT ET NOUS RECHERCHONS UNE LOCATION OU COLOCATION DANS UNE FERME ,ECOVILLAGE,HAMEAU;;; DANS LA REGION OCCITANIE SI (...)

Recherche 2 Foyers pour Habitat Participatif Sud Toulouse (Un Groupe Existe dans le 31)

Projet : Nous sommes deux foyers et nous aimerions constituer un petit groupe de 4 foyers afin de débuter un projet d'habitat participatif situé à 40km au sud de Toulouse. L'idée de départ est de (...)

Recherche Lieu de Vie (À l’abordage dans le 36)

Projet : Recherche lieu de vie avec quelques autre personnes sérieuses sur lieu déjà existant ou en formation
Demande : Recherche lieu de vie(ecolieu) en lieu déjà existant ou en cours de réalisation (...)

Faire Vivre et Préserver un Lieu de Vie de Façon Pérenne avec des . . . (À l’abordage dans le 19)

Projet : Faire vivre et préserver un lieu de vie de façon pérenne avec des personnes ayant des valeurs humaines et de respect du vivant qui soient fondamentales et assez fortes pour que chacun s'y (...)

Maison Atypique Éco-Rénovée au Vert, Vallée du Rhône Rapide (Ventes Immobilier dans le 07)

Offre : Nous vendons notre maison située dans un hameau à 500 m d?altitude à 20 min seulement de la vallée du Rhône. Rénovée avec des matériaux écologiques, notre maison est atypique : 90 m² (toilettes + (...)

Maison 80 m² Autoconstruite Loire (Ventes Immobilier dans le 42)

Vends  : maison 80m2 autoconstruite en 2005 (briques alvéolaires, chaux, chanvre, bois non traité) sur 1500 m2 terrain, cadre champêtre à 2 pas du centre village, possibilité d'extension, dépendance (...)

Je Cède Deux Biquettes (Chèvres) (Agricultiver dans le 73)

Offre : Nous avons pris ces deux chèvres un peu trop tôt. Nous en reprendrons quand nous aurons amélioré nos installations, mais pour l'instant nous sommes contraints de les céder. Il s'agit de deux (...)

Vacances et Construction Poulailler (Ecovolontariat dans le 40)

Projet : Je viens d'emménager dans un magnifique airial à Castets dans les Landes mais j'ai beaucoup à faire toute seule. Construction d'un poulailler (mes poules arrivent fin juillet), toilette (...)