Passerelle eco
Passerelle eco

Pratiques et Contacts pour Vivre Ensemble sur une Même Planète

La revue Passerelle Eco : sommaire des numéros, compléments d'info, bulletin d'abonnement à imprimer ...

Actualité du réseau éco

Réseaux

Quelques écolieux

Des reportages et les annonces du réseau éco et de la dynamique écovillage en France : écolieux de vie, projets d'écovillages, écofermes pédagogiques, personnes ressources ou en recherche, entreprises, centres de formations, etc... Plusieurs rubriques sont consacrées aux écovillages en germe ou en devenir, car ces initiatives font converger l'ensemble des aspects de l'écologie pratique : l'actualité, leurs activités, rencontres, chantiers ou échanges proposés.
Dossiers thématiques : depuis les statuts de la loi de 1901, l'alimentation, la construction saine, l'habitat léger, le carburant tournesol ...
Annonces, photos, comptes rendu des rassemblements, rendez-vous, festivals, colloques, manifestations...
- des fiches pratiques et des recettes - le site Nima'Sadi de partage et d'expérimentation sur autoproduction - les activités associatives de Passerelle Eco.
Vous êtes ici > Accueil > Thématiques > Agricultiver
Homéopathie vétérinaire
L'homéopathie soigne-t-elle la maladie de la langue bleue ? (fièvre catarrhale)

le 24 octobre 2007

Contact

ARTICLES

L’homéopathie soigne-t-elle la maladie de la langue bleue ? (fièvre catarrhale)

Un agriculteur éleveur de moutons témoigne

Lorsque la maladie de la langue bleue frappe un troupeau, les éleveurs tremblent. Car malgrés les efforts de la médecine moderne et les coûts importants induits, il y a au moins 1 cas sur 4 de maladies déclarées qui sont mortelles.

Rémi, dont le troupeau est touché, a expérimenté l’homéopathie : des granules homéopathiques, par ailleurs utilisées ... contre l’aphte.

Expérience de la fièvre catarrhale dans le troupeau ovin de Rémi Picot à Pfaffenhoffen

Chronologie du déclanchement et des soins

- Le lundi 8 octobre 2007, en aprés midi, un voisin prévient qu’il y a 2 agnelles de mortes dans une patûre. Le fils de Rémi fait le constat des langues bleues, de museaux avec des tâches noires, de mamelles bleues et de lèvres ensanglantées.

Le même soir, il donne 2 granules homéopathique de Mercurius solubilis 30CH à chacune des 6 agnelles qui étaient avec les 2 mortes. (pour info : les granules homéopathiques "Mercurius Solubilis" sont notamment recommandée, à l’usage des humains, pour le traitement des aphtes)

- Le mardi 9, 8h du matin, il redonne 2 granules de Mercurius solubilis aux 6 agnelles. A 14h, Rémi va voir les agnelles qui ont déjà des tâches brunâtres, noiraîtres autour des yeux et sur le museau ainsi que du mucus autour des naseaux. La plus malade a une température de 41.1°C ; il leur redonne 2 granules par voie orale. Il va voir le reste du troupeau à 2km des 6 agnelles : il s’agit de 60 brebis en patûre, de 6 agneaux en bergerie et 9 agnelles en patûre.

Les premiers symptômes apparaissent, en particulier les tâches noirâtres sur les museaux. De plus, les brebis viennent voir leur pâtre au lieu de continuer à pâturer. Rémi rentre toutes les brebis et les agnelles en bergerie et leur donne Mercurius solubilis 30CH dans l’eau de boisson et dans la balle (glumes et glumelles) d’épeautre à raison de 2 à 3 poignées par animal.

Pour traiter 75 ovins, il fait fondre 5 granules dans 0,75 litre d’eau dans une bouteille en verre ; il dynamise durant 3 mn et verse cette eau dans 5 litres d’eau qu’il redynamise durant 3 mn. Puis, il en met un verre dans chaque seau d’abreuvoir et mouille la balle d’épeautre qu’il distribue à tous les moutons.

- Mercredi 10 : le matin et le soir, une balle d’épeautre est distribué avec la solution d’eau et de Mercurius solubilis 30CH ainsi que dans l’eau de boisson. Il pulvérise aussi de l’essence de citronelle sur le dos des brebis.

- Jeudi 10 octobre : le même traitement est appliqué que le mercredi. L’agnelle qui avait 41.1°C de température n’a plus que 39°C.

- Vendredi 10 octobre : même traitement que mercredi et jeudi mais il remet les brebis en patûre car tout allait bien.

Bilan à l’heure actuelle

Alors que « normalement » il y a au moins 1 cas sur 4 de maladies déclarées qui seraient mortelles, Rémi est satisfait de ce traitement qui lui a couté 1,90€ pour soigner son troupeau de 80 ovins.

Maintenant les moutons dorment à l’intérieur car c’est la nuit qu’ils sont le plus fragiles, et semblent en bonne santé.

Il se tient disponible pour répondre aux éleveurs touchés par l’épidémie et partager son expérience.

Contacter Remi Picot


5 votes
Répondre à cet article

Un message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes entièrement vides pour les séparer.

Qui êtes-vous ? (optionnel : cela vous permettra de recevoir les réponses)

9 messages

  • La vaccination contre la maladie de la langue bleue (fièvre catarrhale) n’est plus obligatoire !

    Le 7 août 2010, par JLuc (Passerelle Eco)

    A l’occasion du Comité National de Suivi de la Fièvre Catarrhale Ovine (FCO) qui s’est tenu le 21 Juillet, les pouvoirs publics ont annoncé leur décision de rendre la vaccination contre la FCO volontaire à compter de la prochaine campagne de prophylaxie. En d’autres termes, le ministère renonce à l’obligation vaccinale.

    La Confédération Paysanne sera vigilante sur les conditions d’application de ces mesures. La Confédération paysanne souhaite que l’Etat français tire les enseignements de son changement de politique et abandonne les poursuites engagées à l’encontre les éleveurs ayant refusé de vacciner.

    De la même manière la CP demande à l’Etat de prendre en charge les dégâts sur les troupeaux occasionnés par la vaccination. En effet, l’obligation vaccinale d’une part et l’absence définition des conditions de vaccination d’autre part, ont concouru à des dégâts très importants sur les troupeaux vaccinés. Quelle que soit l’attitude de l’Etat, la Confédération Paysanne continuera à soutenir ces deux catégories d’éleveurs.

    La Confédération Paysanne se félicite enfin de cette décision, certes d’inspiration budgétaire, mais qui montre que la vaccination obligatoire n’est pas la réponse adaptée à la situation.

    La fin de l’obligation vaccinale signifie l’abandon de l’objectif de l’éradication de la FCO ce qui apparaît réaliste au vu de l’importance des réservoirs de porteurs de virus : caprins, cervidés, chevaux. Le recul de la maladie ne peut être attribué uniquement à la vaccination massive : il met en valeur le rôle de l’immunité naturelle acquise.

    Contact :

    Michel David, secrétaire national : 06 30 87 21 13
    Antoine De Ruffray, commission sanitaire : 06 62 15 02 56
    Jean-Louis Meurot, commission sanitaire : 04 75 21 23 77

  • Fièvre catarrhale : Ce vaccin qui désespère les éleveurs

    Le 10 avril 2010, par X

    Des éleveurs bretons poursuivis en justice, un paysan de l’Aude menacé de sanctions qui se suicide... Tel est le résultat d’une campagne de vaccination obligatoire, que les éleveurs contestent, contre la fièvre catarrhale, une maladie peu pathogène qui touche les ruminants. Seuls les grands labos pharmaceutiques ont le sourire et empochent les deniers publics.

    98 millions d’euros. C’est le coût annuel de la campagne de vaccination obligatoire du bétail contre la fièvre catarrhale ovine (FCO), décidée par le gouvernement fin 2008. La FCO touche les ruminants et particulièrement les ovins. Elle ne se transmet pas à l’homme et ne présente a priori aucun danger pour le consommateur. Sauf exceptions, cette maladie a un impact relativement limité sur les élevages touchés [1]. On est loin de la « crise sanitaire » évoquée par les pouvoirs publics. De nombreux éleveurs, réunis au sein de 71 comités départementaux, dénoncent l’obligation de vaccin, qui serait selon eux inutile : l’immunité conférée ne serait que de 6 à 12 mois, alors que les animaux peuvent développer une immunité naturelle de quelques années au moins. La vaccination n’empêche pas la transmission de la maladie, et l’éradication totale de l’insecte véhiculant la maladie est impossible, d’autant que les cheptels des pays européens voisins n’ont pas été vaccinés. Et surtout, les éleveurs mettent en cause le fait que ces vaccins contiennent des adjuvants agressifs et allergisants, tels que l’hydroxyde d’aluminium et les sels de mercure.

    Alors qu’en 2009 semblait se dessiner un consensus pour rendre facultative la vaccination, Bruno Le Maire, ministre de l’Agriculture et de la Pêche, a pris la décision en fin d’année de reconduire la vaccination obligatoire. Une décision prise « à la sauvette contre l’avis de la plus grand partie du monde de l’élevage » selon la Confédération paysanne. Résultat ? L’État engage depuis quelques mois des poursuites contre les éleveurs qui refusent cette vaccination. Dans le Morbihan par exemple, 196 agriculteurs n’ont pas vacciné leur bétail en 2009. 96 sont poursuivis par les pouvoirs publics.

    Un acharnement à « caractère commercial » ?

    La Confédération paysanne et la Fédération Nationale d’Agriculture Biologique (FNAB) ont demandé au ministère de l’Agriculture de cesser immédiatement les poursuites « qui ne font qu’ajouter de la douleur et de l’injustice à la difficulté que traversent les paysans aujourd’hui ». Pour ces organisations, « l’énorme gaspillage de deniers publics pour contraindre les paysans à des pratiques inappropriées au problème est un scandale tant sanitaire que financier. » L’une des conséquences dramatiques a été, selon elles, le suicide la semaine dernière d’un éleveur de l’Aude, « poursuivi comme un criminel et menacé de ne pas conduire son cheptel en estive, parce qu’il n’avait pas pratiqué la vaccination FCO ».

    Pourquoi cet acharnement ? Certains agriculteurs dénoncent une opération à « caractère commercial ». En 2008, au moment de l’appel d’offre du ministère, trois laboratoires pharmaceutiques ont développé des vaccins : Fort Dodge, Intervet SPAH et Mérial. Des laboratoires qui ne sont autres que les succursales ou les unités de santé animale des laboratoires pharmaceutiques Pfizer, Merck et Sanofi-Aventis. Dans un communiqué, la Confédération paysanne a rappelé que les éleveurs « ne sont pas là pour pallier les difficultés de l’industrie, et encore moins pour en devenir les otages ». Devant la grogne des éleveurs, Bruno Le Maire a annoncé fin 2009 que l’État prendrait en charge tous les coûts liés à la vaccination (achats de vaccins et frais de vétérinaire). 98 millions d’euros de fonds publics, qui auraient sans doute pu trouver une meilleure utilisation en cette période de crise agricole. Surtout la partie versée à l’industrie pharmaceutique.

    Agnès Rousseaux sur BastaMag

  • L’homéopathie soigne-t-elle la maladie de la langue bleue ? (fièvre catarrhale)

    Le 1er mai 2008, par X

    Savez-vous qu’en utilisant des granules de "Mercurius solubilis" à 30CH, il faudrait faire ingurgiter à vos agnelles plusieurs centaines de tonnes de granule pour qu’elles risquent d’absorber quelques microgrammes de principe actif. Donc je doute fort de l’efficacité de votre traitement

    je vous renvoie pour vous renseigner par exemple à l’article de Wikipédia adresse : http://fr.wikipedia.org/wiki/Hom%C3...
    ou à l’excellent article de SCIENCE ET AVENIR NOVEMBRE 2004

    Voir en ligne : Homéopathie bases

    • L’homéopathie soigne-t-elle la maladie de la langue bleue ? (fièvre catarrhale)

      22 octobre 2008, par X

      bonjour
      juste un petit mot pour vous signaler que comme mon troupeau (35 chevres et 5 ovins)a été touchés et malgré les antibios du véto j’ai eu 2 pertes(chèvres),je me suis tournée vers l’homéopatie.Mercurius solubilis et ledum palustre (3 gelules matin et soir)et plus d’antibio.plus de perte,plus de fièvre,plus de boitement.Même le véto n’en croyait pas et j’ai été vraiment agreablement surprise.Voilà ce que je voulais vous dire.Désolé pour le dérangement et bonne soirée. éleveuse d’ariége

      • L’homéopathie soigne-t-elle la maladie de la langue bleue ? (fièvre catarrhale)

        22 février 2009, par chavrou07

        bonjour,
        éléveuse chévres +moutons ardeche
        suite a votre message merci de m’indiquer la durée du traitement.
        en attendant que je puisse m’offrir une formation en homéo si quelqu’un peut me donner qlqes conseils et pharmacie de base
        merci

    • L’homéopathie soigne-t-elle la maladie de la langue bleue ? (fièvre catarrhale)

      23 février 2009, par X

      Toujours, les mêmes arguments des anti homéo, qui sont toujours aussi nuls....Le mécanisme de l’action de l’homéopathie est vraiment au delà de leur compréhension primaire !

      L’homéopathie marche ....point barre ; la preuve en est dans ce cas clinique

      On s’en balance de Science et Avenir et de tous ces inféodés aux grands groupes pétro chimiques et pharmaceutiques !

  • L’homéopathie soigne-t-elle la maladie de la langue bleue ? (fièvre catarrhale)

    Le 31 décembre 2007, par X

    Bonjour,je suis agricultrice, mon élevage laitier est également atteint par la FCO et je suis intéressée par toute issue grâce aux médecines douces. Pourriez-vous cependant me préciser ce que vous appelez "dynamiser " une solution eau + granules homéopathiques ? Cordialement

  • L’homéopathie soigne-t-elle la maladie de la langue bleue ? (fièvre catarrhale)

    Le 10 décembre 2007, par maryse, ex agricultrice bio, et mère de trois grands garcons.

    je ne suis plus agricultrice, mais nous avons soigné nos chèvres, avec les remèdes que nous donnions à nos enfants,,et prenions nous.

    l’homéopathie est une médecine qui redonne à l’organisme sa vitalité, donc, elle peut soigner toutes les maladies, reste à savoir sur quels terrains, sur quels malades ces maladies arrivent,
    en médecine douce, ou la totalité du corps est pris en compte, on dit, il n’y pas de maladies, mais des malades, y compris chez les animaux,, faire dormir les animaux au chaud, est aussi une mesure qui évitera que les brebis ,ne retombent malades,, maryse.mazeres@tiscali.fr,

    j’ai 52ans, et me soigne par médecines douces depuis toujours,, c’est, comme le dit, le docteur horvilleur,, médecin homéopathe,, une philosophie,, il faut penser autrement,, prévenir,, faire confiance à l’autoguérison de tout organisme vivant,, et l’homéopathie aide à l’autoguérison.

    Le plus grand fléaux, c’est la peur, les gens et leurs animaux, meurent de la peur de mourrir, de ne pas guérir. la peur qui empèche les gens de fair confiance,, de bien se soigner, d’etre paisible, la paix de l’ame donne à la maladie des conditions peu propices

    à se développer.

    pour revenir à la maladie de la langue bleue que je ne connais pas,, il est logique de dire, qu’elle affecte un être vivant, elle se créé,, donc, elle est guérissable,, on veut nous faire peur, en ce 21è siècle, mais il n’y a pas de raison d’avoir peur de quelque maladie,, qui sont des atteintes à la nature,, retrouvons les bons refléxes,, et nous retrouvons la santé,,

    non, je ne suis pas une fanatique,, la santé se vit au quotidien,, dans le cadre d’une vie cohérente,, pour les animaux, comme pour les humains,, je me tiens à votre dispo,, pour échanger. pour vous communiquer des pistes de lectures
    Lire ce que des professionnels compétents nous disent, voilà, une belle source d’information,, encore faut il choisir ses sources, ah la difficulté de faire des choix,, de vivre. maryse

    • L’homéopathie soigne-t-elle la maladie de la langue bleue ? (fièvre catarrhale)

      31 janvier 2008, par emmanuel

      Bonjour maryse,

      Je serais intéressé par quelques pistes de lecture sur les soins aux ovins/ caprin, volailles et lapins, par une médecine douce.
      Livre qui vous ont aidé dans votre profession et ont donné du résultat.
      merci pour ce service


SPIP 2.1
ecovillage global et permaculture

NOUVEAU SITE

Découvrez ecovillageglobal.fr le site de l'écovillage global des lecteurs et annonceurs de la revue Passerelle Éco

PASSEZ UNE ANNONCE

Rencontres Exposé / Échanges sur un Projet d'École Alternative (Education dans le 09)

Projet : 4 exposés/échanges sur un projet d'école en Ariège avec pédagogies alternatives associées, lien avec la nature, créativité, mouvement, coopération, libre participation active, art, travail manuel, (...)

Aide Boulanger Bio (Ecovolontariat dans le 24)

Projet : Participation pour la saison à la vente et fabrication de produits
Offre : cherche 1 ou 2 volontaires wooffeur rémunération possible, logé, nourri pour travailler au fournil dans le 24 et (...)

Recherche Petite Maison en Location 37 ou 41 (Recherche location dans le 44)

Demande : Bonjour, Retraitée de 67 ans dynamique et active en bénévolat recherche location petite maison avec jardin ou colocation en éco-lieu, département 37 ou (...)

Habitat Partagé en Nord-Aveyron (Elargissement dans le 12)

Famille de 5 personnes ch. autres participants
Projet : habitat coop dans un corps de ferme à restaurer. ♦  épanouissement des individus au travers du collectif. ♦  CU validé pour transformer une (...)

Cherche Musiciens Multicompétents (Arts Vivants dans le 63)

Projet : concerts et bar associatif
Cherche : musiciens (guitare, clavier accordéon, etc) jazz funk latino, avec expérience arts de la scène, responsabilités associatives, gestion, comm, cours, (...)

Projet Ferme Permacole Biodynamique (Dimension Agricole dans le 69)

À 29a, je veux reprendre la ferme familiale de 10ha à 500m d’altitude, et la faire évoluer en permacultre et biodynamie.
recherche  : autres pers pour cocréer ce projet sur activités chèvres, (...)

Location F2 ou Petite Maison (Recherche location dans le 78)

Projet : Je suis enseignante retraitée (67 ans) et je cherche un lieu calme et verdoyant où me poser quelques années, voire plus, de préférence dans habitat groupé, écovillage ou "oasis", proche des (...)

Recherche Location Paturage (Dimension Agricole dans le 35)

Projet : m'installer avec 2 poneys
Cherche  : terrain reculé +1ha, à louer, pouvant accueillir un camion aménagé ou une caravane, en Bretagne

Initiation à la Permaculture (Permaculture dans le 11)

Projet : initiation à la permaculture L'association « Caravane de Permaculture » à Nazcats, Vallisis dans l'Aude. Les 26 et 27 mai 2018 Le lieu : Vallisis www.nazcats.com Intervenants: Benjamin (...)