Passerelle eco

Permaculture et Écovillage Global

Derniers articles

Nos Livres et revues

Derniers articles

Réseau éco

20 ans d'écolieux

Des reportages et les annonces du réseau éco et de la dynamique écovillage en France : écolieux de vie, projets d'écovillages, écofermes pédagogiques, personnes ressources ou en recherche, entreprises, centres de formations, etc... Plusieurs rubriques sont consacrées aux écovillages en germe ou en devenir, car ces initiatives font converger l'ensemble des aspects de l'écologie pratique : l'actualité, leurs activités, rencontres, chantiers ou échanges proposés.

Derniers articles

Thématiques

Dossiers thématiques : depuis les statuts de la loi de 1901, l'alimentation, la construction saine, l'habitat léger, le carburant tournesol ...

Derniers rendez-vous

Annonces, photos, comptes rendu des rassemblements, rendez-vous, festivals, colloques, manifestations...

Derniers articles

Pratique

- des fiches pratiques et des recettes - la partage et l'expérimentation de l'autoproduction - les activités associatives de Passerelle Eco.
Vous êtes ici > Accueil > Pratique > Auto EcoConstruction
Témoignage d'un chantier participatif en Corcellie :

le 20 juin 2014

Témoignage d’un chantier participatif en Corcellie

dans l’écolieu de Passerelle Eco

L’été, des chantiers participatifs sont régulièrement organisés en Corcellie, dans l’écolieu de Passerelle Eco. Louis nous raconte ce qu’il a retenu de cette expérience dans le Morvan.


Suivez l'actualité des chantiers participatifs en France dans la revue Passerelle Eco.

La pluie a rafraîchi l’air estival. Début de soirée. Le soleil est caché par les nuages résiduels. On arrive exténués par les kilomètres de vélo. On a enfin atteint, au bout d’un interminable chemin sombre, ce lieu hors du monde conventionnel. On commence à se refroidir. Il est temps de prendre une douche. Elle est dans la serre, au jardin, adossée à la colline. On rentre dans cette tente transparente comme dans le ventre d’un grand animal, humide et tiède. Une douce moiteur nous entoure. On avance : les pieds de tomates s’enchevêtrent et grimpent au plafond dans une luxuriance toute tropicale. On baigne dans les exhalaisons végétales, on sent les légumes qui transpirent. Au fond, au plus chaud de la serre, la douche. On laisse couler une eau douce sur nos corps fatigués. Délassement. A travers la bâche, on voit les collines du Morvan qui s’étalent vers l’horizon et un rayon de soleil orangé qui perce avant la nuit. On est arrivé.

JPEG - 18.7 ko

On rejoint le groupe et très vite on trouve sa place. On fait son petit nid provisoire : une tente, un sac de couchage sur la mezzanine… On crée son minuscule espace personnel, pas besoin de plus car on se sent vite ici comme chez soi. On se familiarise avec le lieu, on se prend à rêver que la belle cuisine ensoleillée est la nôtre. On farfouille dans les étagères et on commence à préparer un repas.

JPEG - 23.9 ko

La découverte des endroits, des objets, des habitudes se fait peu à peu, au gré des explications transmises par ceux qui sont déjà familiers. C’est un lieu qui tend vers l’autogestion, on se débrouille tout en restant dans le cadre fixé par Jean-Luc. C’est lui qui impulse les moments collectifs de découverte (mise en corps le matin, atelier de shiatsu, théâtre forum, massages, etc). C’est vers lui qu’on se tourne pour décider des choses importantes, trouver un objet dont on a besoin. Il est le référent.

Posons le décor :

JPEG - 26.6 ko

Le cadre : la sérénité : Aucun bruit humain extérieur ne parvient jusqu’en Corcellie, tranquille dans son écrin de forêt. Les seules traces anthropiques dans le paysage sont les fermes au loin dans la vallée, si loin qu’elles sont tout à fait silencieuses, juste des petits éléments pour agrémenter le tableau. Le calme, rien que les oiseaux et les éternuements des vaches. Quand des humains s’approchent, on entend longtemps à l’avance le crissement des pneus. Une voiture monte. Elle suit la piste, elle vient forcément à Corcelles puisque c’est le dernier lieu habité. Quelqu’un arrive ; on a le temps de se préparer à l’accueillir.

Un objet : le séchoir solaire : Sur la terrasse, trône le séchoir. Il contemple la vallée, il surplombe le paysage qui s’offre à ses pieds. Il offre son ventre de tôles noires aux rayons du soleil ; il se réchauffe doucement. On ouvre son estomac, il en sort des bouffées d’air chaud et chargé d’odeurs de fruits et de plantes. On y enfourne des brassées de mélisse et de menthe fraîches.

Deux jours après, cet assoiffé a bu toute leur humidité. Les feuilles sont prêtes à être mises en pot pour les tisanes hivernales.

JPEG - 28.9 ko

Les chantiers : Après le point du matin, chacun se lance sur son chantier, en sachant comment procéder. Jean-Luc passe apporter des conseils, veille à ce que chacun trouve la position la plus confortable pour son activité. Il aide à mettre en place des conditions de travail optimales tant pour le rendu final que pour le bien être du travailleur. Attentif et à l’écoute.

Chacun travaille, apprend des techniques nouvelles, se confronte aux idées des autres. Couches d’enduit sur paille, joints à la chaux, menuiserie, jardinage, déblayage, on touche à tout. Il s’agit de construire une fenêtre, faire un dallage en tomettes, finir un mur, etc. Une petite pause avec un verre d’eau de la source captée un peu plus haut dans la forêt.

Les chantiers participatifs en écolieux attirent des personnes d’horizons divers mais ayant tous un intérêt croissant pour ce type d’initiatives, les modes de vie alternatifs, permaculturels… On rencontre ici beaucoup de personnes en transition, à la recherche d’un mieux vivre, des personnes en chemin de découverte. Nombreux sont ceux qui projettent d’ouvrir ou de rejoindre eux aussi, un lieu semblable. Il y a donc dans ce domaine une certaine homogénéité d’intérêt et de valeurs, ce qui entraîne de nombreuses conversations et une émulation fort intéressantes.

Pour beaucoup, le chantier est un lieu mais aussi une temporalité extraordinaire où se joue ponctuellement, hors du cadre habituel quotidien, un semblant de vie idéale. On est dans un moment intense qui rend concrètes bon nombre de nos utopies personnelles. Ce moment aura une fin, on est conscient qu’on ne reverra peut être jamais plus ces amis éphémères ; alors, nous prend une soif de les découvrir plus avant.

Des sentiments que m’ont procurés ces jours passés en Corcellie.


5 votes
Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, insérez une ligne vide entre eux.

1 message


Contact --- Mentions légales

www.ecovillageglobal.fr

le site de l'écovillage global des lecteurs et annonceurs de la revue Passerelle Éco

PASSEZ UNE ANNONCE

Demande pour Construction Bois (Contacts dans le 86)

Projet : Je cherche une personne de métier qui pourrait construire un zome, écodome ou maison bois en A OSB comme celle d'E. Faure en Dordogne. (tutos en ligne) Je n'ai pas encore trouver le (...)

Changer de Vie (À l’abordage dans le 86)

Projet : F 59 ans souhaite rejoindre un petit collectif afin de travailler et vivre sur place, Dans magasin bio ou ferme fromagerie maraîcher permaculture pain . Possibilité d (...)

Cherche Stage BPREA (Agricultiver dans le 46)

Projet : Bonjour dans le cadre de ma reconversion et de ma formation BPREA en maraichage bio et agrotourisme, je recherche un stage auprès d'un-e maraîcher-e pratiquant le maraîchage en permaculture (...)

Repartage à Zéro (Graines d’Avenir dans le 11)

Projet : A un c'est bien le terrain A deux c'est mieux A trois le toit A quatre les plâtres A cinq le zinc A six galerie Médinacis A sept bal à musettes A vite... la suite s'invite A venir dans la (...)

Propriété pour Écolieu (Ventes Immobilier dans le 24)

Projet : Propriété isolée 17 ha (bois, prairies) 2 sources, corps de ferme (190 m2 + grenier) rénové en quasi totalité, dont 1 log indépendant, 1 cuisine avec four à pain, salon, chambre 2 granges (100 (...)