Passerelle eco

Permaculture et Écovillage Global

Derniers articles

Nos Livres et revues

Derniers articles

Réseau éco

20 ans d'écolieux

Des reportages et les annonces du réseau éco et de la dynamique écovillage en France : écolieux de vie, projets d'écovillages, écofermes pédagogiques, personnes ressources ou en recherche, entreprises, centres de formations, etc... Plusieurs rubriques sont consacrées aux écovillages en germe ou en devenir, car ces initiatives font converger l'ensemble des aspects de l'écologie pratique : l'actualité, leurs activités, rencontres, chantiers ou échanges proposés.

Derniers articles

Thématiques

Dossiers thématiques : depuis les statuts de la loi de 1901, l'alimentation, la construction saine, l'habitat léger, le carburant tournesol ...

Derniers rendez-vous

Annonces, photos, comptes rendu des rassemblements, rendez-vous, festivals, colloques, manifestations...

Derniers articles

Pratique

- des fiches pratiques et des recettes - la partage et l'expérimentation de l'autoproduction - les activités associatives de Passerelle Eco.
Vous êtes ici > Accueil > Thématiques > Monnaie locales et lien social
Relocaliser l'économie : Les délocalisations conduisent à mettre en concurrence les systèmes fiscaux, sociaux, écologiques et démocratiques, et donc à les faire régresser dans les pays développés. Les tenants du néolibéralisme économique prétendraient que cette concurrence conduit à les faire progresser dans les pays les plus défavorisés. Et il semble bien en effet que dans les régions de Chine où la croissance est la plus forte, les travailleurs commencent à devenir un peu plus exigeants en termes de salaires et de conditions de travail… Alors, faudrait-il se résigner, par exemple en France, à voir les salaires et les conditions de travail régresser jusqu'au jour improbable, et en tout cas fort lointain, où, par un effet de vases communicants, l'égalisation mondiale serait achevée ?

le 26 mai 2007

Relocaliser l’économie

Les délocalisations conduisent à mettre en concurrence les systèmes fiscaux, sociaux, écologiques et démocratiques, et donc à les faire régresser dans les pays développés.

Les tenants du néolibéralisme économique prétendraient que cette concurrence conduit à les faire progresser dans les pays les plus défavorisés. Et il semble bien en effet que dans les régions de Chine où la croissance est la plus forte, les travailleurs commencent à devenir un peu plus exigeants en termes de salaires et de conditions de travail…

Alors, faudrait-il se résigner, par exemple en France, à voir les salaires et les conditions de travail régresser jusqu’au jour improbable, et en tout cas fort lointain, où, par un effet de vases communicants, l’égalisation mondiale serait achevée ?

A l’inverse, est-il acceptable, pour un pays dominant, de fermer ses marchés aux produits des pays émergents sous prétexte que, produits dans des conditions sociales et écologiques déplorables, ils viennent détruire les conquêtes sociales nationales ?

Passerelle Eco n°72 : Créer un Écolieu ou un Habitat Participatif
L’habitat participatif, les écolieux, les écovillages et leur parcours de création : organisation, financement par l’emprunt participatif, juridique pour le foncier et pour les activités, étapes des (...)

Faudrait-il promouvoir un « protectionnisme altruiste », soit au niveau des 27 membres de l’Union européenne, soit au niveau de l’Hexagone ?

Ce néo-protectionnisme, comme l’ancien, aboutirait à ressusciter la Sainte Alliance des capitalistes et des prolétaires des pays riches contre l’ensemble des populations des pauvres et émergents. Est-ce à cela que nous appelle Nicolas Sarkozy quand il déclare : « je conjure nos partenaires européens d’entendre la voix des peuples qui veulent être protégés ; je les conjure de ne pas rester sourds à la colère des peuples » ?

La nécessaire régulation du commerce et de la finance internationale ne peut se faire en dressant les pays les uns contre les autres. L’immensité des besoins élémentaires qui restent à couvrir, d’un côté, et le gaspillage frénétique des ressources, de l’autre, exigent la mise en œuvre urgente de nouvelles formes de coopération économique et politique internationale, fondées notamment sur l’égalité des droits d’accès aux ressources et aux biens communs.

Cela suppose une réforme profonde du FMI, de la Banque mondiale et de l’OMC, qui ont une lourde responsabilité dans la crise actuelle.

Il faut reconnaître l’autorité supérieure des législations supranationales en matière sociale, en matière des droits de l’homme, et en matière d’environnement. Cette idée de hiérarchie des normes n’a rien d’utopique : en matière sanitaire et vétérinaire, elle est acquise depuis les lois maritimes du XVIème siècle sur la quarantaine.

La relocalisation de l’agriculture est la première condition de la souveraineté alimentaire. Et cela vaut autant pour les pays d’Afrique que pour les pays développés (les AMAP doivent être encouragées).

Un autre point essentiel doit aussi être pris en considération. Dans notre économie mondialisée, les transports de marchandises représentent une part importante de la consommation de pétrole, alors qu’on sait que celui-ci sera épuisé d’ici quelques décennies : le modèle actuel ne saurait donc perdurer longtemps. Et surtout, les transports de marchandises représentent l’une des principales sources d’émission de gaz à effet de serre (aggravant ainsi le dérèglement climatique, principale menace pesant sur l’humanité) et d’autres pollutions.

Il faut donc promouvoir la relocalisation de l’économie.

JPEG - 15.2 ko

Pour ne citer qu’une mesure : une taxe sur les kilomètres parcourus, pondérée par l’émission de CO2 générée par l’activité. Le produit de cette taxe réparti en trois parts : un tiers en chèques -transports pour les déplacements domicile travail ; un tiers pour le financement des transports collectifs ; un tiers versé au budget européen.

Cette écotaxe s’oppose au caractère inévitablement chauvin de tout droit de douane, puisqu’elle s’applique à tous nos échanges internes et à nos exportations.

Et l’Union européenne ne devrait pas s’interdire d’imposer des taxes aux frontières vis-à-vis des biens importés de pays ne s’inscrivant pas dans l’accord de Kyoto.

 à lire : la revue L’économie politique, n° 34, « la gauche face à la mondialisation », avec notamment des contributions de Alain Lipietz ; Dominique Taddéi ; Geneviève Azam, Jean-Marie Harribey et Dominique Plihon

Citoyens de Montrouge - n°44


 Ce texte est extrait de la lettre mensuelle "Citoyens à Montrouge" de Jean-Paul Alletru, membre de Attac. Vous pouvez lui demander de vous adresser régulièrement cette lettre.

 télécharger la lettre n°44 dont sont extraits les textes de cette page


4 votes
Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, insérez une ligne vide entre eux.


Contact --- Mentions légales

www.ecovillageglobal.fr

le site de l'écovillage global des lecteurs et annonceurs de la revue Passerelle Éco

PASSEZ UNE ANNONCE

Demande pour Construction Bois (Contacts dans le 86)

Projet : Je cherche une personne de métier qui pourrait construire un zome, écodome ou maison bois en A OSB comme celle d'E. Faure en Dordogne. (tutos en ligne) Je n'ai pas encore trouver le (...)

Changer de Vie (À l’abordage dans le 86)

Projet : F 59 ans souhaite rejoindre un petit collectif afin de travailler et vivre sur place, Dans magasin bio ou ferme fromagerie maraîcher permaculture pain . Possibilité d (...)

Cherche Stage BPREA (Agricultiver dans le 46)

Projet : Bonjour dans le cadre de ma reconversion et de ma formation BPREA en maraichage bio et agrotourisme, je recherche un stage auprès d'un-e maraîcher-e pratiquant le maraîchage en permaculture (...)

Repartage à Zéro (Graines d’Avenir dans le 11)

Projet : A un c'est bien le terrain A deux c'est mieux A trois le toit A quatre les plâtres A cinq le zinc A six galerie Médinacis A sept bal à musettes A vite... la suite s'invite A venir dans la (...)

Propriété pour Écolieu (Ventes Immobilier dans le 24)

Projet : Propriété isolée 17 ha (bois, prairies) 2 sources, corps de ferme (190 m2 + grenier) rénové en quasi totalité, dont 1 log indépendant, 1 cuisine avec four à pain, salon, chambre 2 granges (100 (...)