Passerelle eco

Permaculture et Écovillage Global

Derniers articles

Nos Livres et revues

Derniers articles

Réseau éco

20 ans d'écolieux

Des reportages et les annonces du réseau éco et de la dynamique écovillage en France : écolieux de vie, projets d'écovillages, écofermes pédagogiques, personnes ressources ou en recherche, entreprises, centres de formations, etc... Plusieurs rubriques sont consacrées aux écovillages en germe ou en devenir, car ces initiatives font converger l'ensemble des aspects de l'écologie pratique : l'actualité, leurs activités, rencontres, chantiers ou échanges proposés.

Derniers articles

Thématiques

Dossiers thématiques : depuis les statuts de la loi de 1901, l'alimentation, la construction saine, l'habitat léger, le carburant tournesol ...

Derniers rendez-vous

Annonces, photos, comptes rendu des rassemblements, rendez-vous, festivals, colloques, manifestations...

Derniers articles

Pratique

- des fiches pratiques et des recettes - la partage et l'expérimentation de l'autoproduction - les activités associatives de Passerelle Eco.
Vous êtes ici > Accueil > Réseau > Projets d’écohameaux, d’habitats participatifs, d’écovillages
Proposition pour une ferme collective :

le 15 février 2016

Proposition pour une ferme collective

Terre Rouge, Ambert (63)

Ce texte se veut les grandes lignes d’une proposition concrète de ferme collective située à Ambert(63) dont la forme évoluera avec ceux et celles qui la réaliseront. Il complète l’appel à porteurs de projets diffusé dans la revue Passerelle Eco n°60.

  • Si vous êtes intéressé par un tel projet, ou si vous en avez un vous-même, alors consultez les annonces plus récentes sur www.ecovillageglobal.fr ;
  • Si vous-même êtes porteur d’un projet prêt à rencontrer d’autres lecteurs, n’hésitez pas à déposer une annonce à publier dans la revue Passerelle Eco !

Pourquoi une ferme collective ?

Aujourd’hui l’État et l’économie de marché abandonnent des campagnes qui ne sont plus suffisamment productives et attractives. Ces campagnes habituées à être gérées par ces deux tutelles plongent alors dans un fatalisme qui entraîne la disparition de l’activité et la raréfaction de la vie sociale rurale. Ainsi la région montagneuse du Livradois-Forez où nous vivons, fortement marquée par une histoire agricole d’élevage et par différentes industries, subit de plus en plus la disparition de nombreuses fermes entraînant une plus grande dépendance à cette industrie qui elle-même délocalise et ferme ses ateliers.

Ancrés dans cette réalité, nous voulons avec ce projet proposer des solutions pour vivre ici en permettant l’accès, si difficile, à des terres agricoles. Nous voulons créer des formes d’organisations sociales modernes basées sur l’autogestion, des économies qui se soutiennent portées par des personnes qui décident ce qu’elles produisent et ce qu’elles ne produisent pas et qui définissent leurs perspectives communes. Des personnes qui prennent plaisir à accueillir de nouveaux arrivants et qui choisissent de vivre dans ces montagnes.Cette ferme collective a pour but de maintenir, d’initier ou de soutenir collectivement l’installation de producteurs/productrices agricoles (ou artisanales dans le prolongement des activités agricoles) et d’activités vivrières ouvertes à toutes et tous. Des productions agricoles assurant entre autres les besoins financiers des producteurs et des productrices, des activités vivrières pour notamment satisfaire les besoins alimentaires, matériels et d’apprentissage de ceux et celles qui les réalisent.

Ces deux types d’activités complémentaires contribueront à faire vivre, financer, nourrir et animer cette ferme collective.

Ce projet a aussi pour objectif de développer un réseau de lieux d’activités et de productions pour avancer vers les différents aspects de la vie non-industrielle. Pour retrouver une globalité dans nos vies et rechercher une certaine autonomie, pour éviter les dépendances à une industrie qui nous fait perdre peu à peu tous les savoir-faire notamment nourriciers en les détruisant ou en les détournant mais aussi les pratiques de vie commune en séparant chaque geste, chaque métier, chaque individu dans une vie cloisonnée et impuissante.

Pour sortir des solutions uniquement individuelles, en s’organisant collectivement, cette ferme souhaite créer une économie en partie commune aux différentes activités du lieu en utilisant ses terres cultivables, ses prés, ses bâtiments et son matériel en développant et partageant des savoirs faire agricoles et artisanaux.

Une ferme collective pour :

  • Acquérir en commun une ferme diversifiée, maintenir et développer des pratiques et des savoirs agricoles nourriciers (vivrier et/ou rémunérateur), lieu de production non-industriel qui recherche la transformation des rapports sociaux donc des rapports de production.
  • Répondre aux besoins de se nourrir, de cultiver, d’élever, de transformer et fabriquer et aussi de se rencontrer en partageant des activités communes, en pratiquant des échanges, en débattant, en créant de l’entraide et du soutien.
  • S’approprier une ferme, du matériel géré en commun avec une économie en partie commune entre des projets économiques agricoles (ou artisanaux dans le prolongement des activités agricoles) et des activités vivrières.
  • S’éloigner du salariat et de la tutelle sociale étatique, mais aussi de l’auto- entrepreneuriat individuel pour rechercher une autonomie collective concrète.
  • Partager une manière d’habiter le pays en créant des réseaux d’échanges alimentaires, de matériels, de temps et de réflexions sur la manière commune d’habiter et de transformer ce pays.
  • Construire, participer et apporter des moyens à des initiatives de critiques sociales, de luttes, de débats et d’informations.

L’idée est de rendre collective la propriété foncière et les outils de production. De s’appuyer au départ sur des activités économiquement solides déjà en place pour faciliter et soutenir l’installation d’activités agricoles, artisanales et vivrières qui, une fois pérenne, permettront à leur tour et à travers la structure collective de financer et d’aider d’autres projets économiques ou vivriers.

Un des objectifs à terme est ainsi d’étendre alentours à d’autres lieux d’activités un fonctionnement de solidarité, de soutien et d’économie commune et la possibilité de faire vivre plus de personnes localement tout en renforçant les capacités à transformer les rapports sociaux d’un territoire.

Description du projet

La ferme collective est imaginée en différentes entités :

  • Une structure propriétaire du lieu
  • Une coopérative de producteurs
  • Des collectifs vivriers.
  • Une association « Ferme Collective »

La structure propriétaire :

La ferme est depuis quinze ans la propriété d’un éleveur de vaches limousines qui propose aujourd’hui qu’elle devienne collective.

La propriété comprend :

  • 10 ha en propriété autour de la ferme
  • 80 ha en location en plaine, mi-montagne et estive
  • Une stabulation
  • Deux étables et deux granges
  • Une petite maison (en phase d’aménagement pour un fournil)
  • Un appentis cuisine collective

L’objectif de cette structure propriétaire est d’empêcher la réappropriation individuelle et la spéculation immobilière et de préserver les terres et les bâtiments agricoles.

Le rachat de la ferme sera possible sous la forme d’une location-vente et l’ensemble deviendra propriété collective sous une forme juridique à créer. La mise en place de cette structure propriétaire est prévue début 2017 après un bilan de l’adhésion au projet et de sa pertinence.

La coopérative producteurs/artisans :

Une structure qui regroupe les différents producteurs et productrices du lieu ayant montés leurs activités économiques dans la ferme, utilisant du matériel en commun et s’organisant en soutien les uns envers les autres. Ils et elles participent au développement de leurs activités du projet collectif de la Ferme. Aujourd’hui sont déjà en place un élevage de vaches allaitantes et un fournil.

Les activités vivrières :

La participation aux activités vivrières n’implique pas forcément une présence aux autres réunions et autres activités de la ferme. Les activités vivrières ont été pensées pour répondre en groupe à des besoins alimentaires, pour apprendre à cultiver la terre, élever, transformer des aliments et apprécier ce que nous mangeons. Pour permettre ainsi l’accès à des terres, à des bâtiments et à des outils à ceux et celles qui n’en n’ont pas. Aujourd’hui trois activités sont déjà en place : un potager, un poulailler et un élevage de cochons.

Pour compléter ces activités vivrières, des journées collectives sont imaginées regroupant des personnes intéressées par des productions choisies en fonction des besoins communs de chacun et dont le matériel de la ferme permet la réalisation : fabrication de pain, cultures de céréales, de légumes de garde, production de plants, bois de chauffage, etc...

L’association « ferme collective » :

Cette association est centrale dans le projet. Elle est distincte de la structure propriétaire pour préserver celle-ci des difficultés éventuelles de l’activité. Elle anime, organise et oriente le projet collectif avec un fonctionnement autogéré. Elle récolte les fonds pour le rachat de la ferme et prend à sa charge la mise en place des outils de production pour que les investissements liés aux installations ne soient pas un obstacle à la réalisation des projets et pour que ces mêmes outils perdurent au-delà des personnes présentes.

Accueil :

La ferme est un espace d’activités partagées mais n’est pas un lieu d’habitations collectives ou de séjours longs. Le séjour provisoire de personnes nouvelles sera possible si prévue à l’avance et selon les disponibilités d’accueil de chacun discutées lors des réunions d’organisation hebdomadaire.

Nous faisons appel à vous :

Pour lancer cette ferme collective il est nécessaire que d’autres projets d’activités vivrières ou de productions prennent place et que de nouvelles personnes les portent ou participent à celles déjà existantes.

Nous avons pensé à différentes activités, en plus de celles déjà existantes, qui seraient particulièrement adaptés à la ferme et au territoire d’Ambert mais ce ne sont que des suggestions :

  • Productions et activités vivrières réalisables parmi d’autres : une conserverie, un élevage de volailles, une production de petits fruits rouges avec transformation, des élevages herbivores pour le lait ou la viande,culture de céréales, arboriculture, apiculture...
  • Ateliers : un atelier mécanique.
  • Si vous êtes intéressé par un tel projet, ou si vous en avez un vous-même, alors consultez les annonces plus récentes sur www.ecovillageglobal.fr ;
  • Si vous-même êtes porteur d’un projet prêt à rencontrer d’autres lecteurs, n’hésitez pas à déposer une annonce à publier dans la revue Passerelle Eco !

41 votes
Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, insérez une ligne vide entre eux.

40 messages


Contact --- Mentions légales

www.ecovillageglobal.fr

le site de l'écovillage global des lecteurs et annonceurs de la revue Passerelle Éco

PASSEZ UNE ANNONCE

Demande pour Construction Bois (Contacts dans le 86)

Projet : Je cherche une personne de métier qui pourrait construire un zome, écodome ou maison bois en A OSB comme celle d'E. Faure en Dordogne. (tutos en ligne) Je n'ai pas encore trouver le (...)

Changer de Vie (À l’abordage dans le 86)

Projet : F 59 ans souhaite rejoindre un petit collectif afin de travailler et vivre sur place, Dans magasin bio ou ferme fromagerie maraîcher permaculture pain . Possibilité d (...)

Cherche Stage BPREA (Agricultiver dans le 46)

Projet : Bonjour dans le cadre de ma reconversion et de ma formation BPREA en maraichage bio et agrotourisme, je recherche un stage auprès d'un-e maraîcher-e pratiquant le maraîchage en permaculture (...)

Repartage à Zéro (Graines d’Avenir dans le 11)

Projet : A un c'est bien le terrain A deux c'est mieux A trois le toit A quatre les plâtres A cinq le zinc A six galerie Médinacis A sept bal à musettes A vite... la suite s'invite A venir dans la (...)

Propriété pour Écolieu (Ventes Immobilier dans le 24)

Projet : Propriété isolée 17 ha (bois, prairies) 2 sources, corps de ferme (190 m2 + grenier) rénové en quasi totalité, dont 1 log indépendant, 1 cuisine avec four à pain, salon, chambre 2 granges (100 (...)