] L’AMAP, c’est bien plus qu’un panier ! - Lettre ouverte à Thomas Mahler et - AMAP
Passerelle eco

Permaculture et Écovillage Global

La revue Passerelle Eco : sommaire des numéros, compléments d'info, bulletin d'abonnement à imprimer ...

Actualité du réseau éco

Réseaux

Quelques écolieux

Des reportages et les annonces du réseau éco et de la dynamique écovillage en France : écolieux de vie, projets d'écovillages, écofermes pédagogiques, personnes ressources ou en recherche, entreprises, centres de formations, etc... Plusieurs rubriques sont consacrées aux écovillages en germe ou en devenir, car ces initiatives font converger l'ensemble des aspects de l'écologie pratique : l'actualité, leurs activités, rencontres, chantiers ou échanges proposés.
Dossiers thématiques : depuis les statuts de la loi de 1901, l'alimentation, la construction saine, l'habitat léger, le carburant tournesol ...
Annonces, photos, comptes rendu des rassemblements, rendez-vous, festivals, colloques, manifestations...
- des fiches pratiques et des recettes - la partage et l'expérimentation de l'autoproduction - les activités associatives de Passerelle Eco.
Vous êtes ici > Accueil > Pratiques > AMAP
L'AMAP, c'est bien plus qu'un panier ! :

le 24 novembre 2018

Contact

L’AMAP, c’est bien plus qu’un panier !

Lettre ouverte à Thomas Mahler et Clément Pétreault, journalistes au Point

Le Mouvement Inter-Régional des AMAP répond à un article du Point qui compare les AMAP avec la Ruche Qui Dit Oui. Cette comparaison perd de vue les différences fondamentales qui existent entre AMAP et L’entreprise la Ruche qui dit Oui.

Bonjour,

Nous avons lu avec attention votre article du 22 novembre 2014 [1] dans lequel vous faites état d’une situation conflictuelle entre les AMAP et l’entreprise La Ruche Qui Dit Oui (LRQDO).

Dans votre tentative de comparer le mouvement associatif des AMAP avec l’entreprise LRQDO, vous omettez d’informer vos lecteurs (comme le font la plupart de vos confrères) de deux différences fondamentales qui nous distinguent significativement de toute autre démarche, plus ou moins commerciale, de circuits courts :

  • Le partenariat en AMAP s’organise autour d’un contrat solidaire qui établit un prix juste, stable et rémunérateur prenant en compte la viabilité́ économique de la ferme et les conditions sociales de celles et ceux qui y travaillent. Le contrat et le préfinancement garantissent au paysan un volume de production sur toute la durée de la saison. En conséquence, le système AMAP permet de réduire, voire de supprimer, tous les gaspillages dus à l’incertitude de la commercialisation ;
  • Un paysan en AMAP touche 100% du prix des aliments livrés, alors que la plupart des systèmes commerciaux de circuits courts ponctionnent un pourcentage.

L’AMAP a un but non lucratif et ne perçoit aucune somme d’argent. Par ailleurs, à plusieurs reprises, vous utilisez le terme « bobos ». Cette expression est méprisante. De plus, pour les AMAP, elle ne correspond pas à la réalité. En effet, les AMAP sont construites sur une grande diversité et un souci constant d’ouverture et d’accessibilité, réunissant des personnes de tous les âges, toutes les classes sociales, tous les revenus. Ce qui relie ces personnes ? Le choix d’un autre mode d’alimentation, d’approvisionnement et la conviction que cela passe par le soutien direct à une agriculture vivante sur nos territoires. Allez voir les nombreuses AMAP installées dans des centres sociaux ou des maisons de quartier ; allez interroger les AMAP qui mettent en place des systèmes de solidarité pour favoriser encore plus l’accessibilité [2] . Les AMAP sont des alternatives concrètes issues de la société civile dans toute sa diversité.

Ensuite, votre article comporte plusieurs imprécisions qui ne favorisent pas la bonne compréhension du lecteur. Nous en relevons ici trois : -* Les AMAP ne sont pas des Associations pour le maintien d’une agriculture de proximité mais des Associations pour le Maintien d’une Agriculture Paysanne. Cette précision est fondamentale car le projet de l’agriculture paysanne est au cœur du mouvement des AMAP. Oui, les AMAP soutiennent un modèle agricole et nous tenons à le rappeler. A quoi bon créer des circuits courts si c’est pour entretenir le système agricole productiviste dont on connaît les impasses économiques, écologiques et sociales ?

  • Les AMAP ne revendiquent pas l’appartenance à une « mouvance locavore ». Dans la charte des AMAP [3] , si la dimension locale est bien une valeur revendiquée, elle est loin d’être la seule. La caractéristique locale en elle même ne garantit ni la qualité, ni l’éthique. Pour les habitants d’Abbeville, la ferme des mille vaches, est bien locale. Et le concept du lait comme sous-­‐produit des déjections de bovins maltraités a du mal curieusement à séduire d’autres localités ... Les AMAP défendent une agriculture paysanne locale, économiquement viable, socialement équitable et écologiquement soutenable, à faible impact environnemental, créatrice d’activité économique et d’emploi, de lien social et de dynamique territoriale.
  • Vous semblez faire accroire que les seuls paysans livrant des AMAP soient des maraîchers. Il y a bien longtemps que des éleveurs, des paysans-­‐boulangers, des éleveurs-­‐fromagers, des apiculteurs, des arboriculteurs et même des pêcheurs les ont rejoints pour une offre diversifiée d’alimentation saine et parfaitement satisfaisante. Et quand, en vous lisant, on apprend que ces maraîchers sont incapables de fournir autre chose aux amapiens, en hiver, que des choux et des navets, nous sommes révulsés par cette insulte. Les paysans en AMAP sont bien plus créatifs et efficaces que vous ne le dites.

Enfin, nous tenons à vous faire part de notre positionnement par rapport à LRQDO puisqu’il semblerait qu’il s’agisse là d’une préoccupation majeure du moment. A notre avis, les polémiques qui sont apparues sur le Web ont pris racine dans les nombreux articles de presse où LRQDO était comparée aux AMAP et vantée pour sa souplesse, son non-­engagement, sa facilité d’accès. Comme vous l’avez compris, le mouvement des AMAP ne se sent pas du tout concerné par le non-­‐engagement, mais de manière pragmatique, nous nous réjouissons que des circuits courts, autres que les nôtres, permettent aux paysans d’écouler leur production dans des conditions plus favorables que la grande distribution.

Nous n’avons aucun goût particulier pour la polémique. Les amapiens et les paysans en AMAP savent qu’une AMAP c’est bien plus qu’un panier [4] et qu’il n’est nul besoin de se comparer à d’autres systèmes ou de les dénigrer pour être reconnu.

Nous militons pour le développement d’une agriculture paysanne, biologique, citoyenne et de proximité, et nous refusons qu’on amalgame aux AMAP tout système de circuit court surtout quand ces exigences ne sont pas clairement revendiquées. A fortiori, nous ne pouvons tolérer le dénigrement de la marque AMAP pour la promotion d’autres systèmes de circuits courts dont la visée est essentiellement commerciale et lucrative pour les intermédiaires.

Les dizaines de milliers d’amapiens et de paysans en France font la preuve que le mouvement des AMAP est bien vivant. Il n’est pas question pour nous d’être en perte de vitesse car nous ne faisons pas la course, ni avec LRQDO, ni avec les paniers ou les « drive » paysans, ni avec qui que ce soit : nous construisons des chemins ! Des chemins d’émancipation :

  • émancipation des citoyens par la réappropriation du droit à se nourrir sainement et ne pas laisser l’industrie agro-­‐alimentaire et la grande distribution continuer de s’en emparer ;
  • émancipation aussi des paysans afin qu’ils se libèrent, en amont, de l’oppression des marchands d’engrais, de semences, de pesticides et de produits destinés indifféremment à l’alimentation des humains, des animaux ou des réservoirs de voiture.

Dans le plus grand respect de votre liberté de journaliste, nous espérons que ces quelques remarques permettront de repositionner le débat en prenant en compte plus fidèlement la réalité de notre mouvement, qui a pris son essor en 2001 et continue à disséminer positivement dans toutes les régions de France [5], dans une dynamique de réseau et en lien avec des mouvements internationaux de soutien à l’agriculture paysanne et familiale.

Cordialement,

Le Collectif du MIRAMAP

Notes

[1Thomas Mahler et Clément Pétreault. « Ruches ou AMAP : guerre des légumes chez les bobos ? », Le Point, 22 novembre 2014

[2Voir par exemple : L’âge de faire, n°87, Juin 2014 (http://www.lagedefaire-­‐lejournal.fr/amap-­‐paniers-­‐solidaires-­‐jardins/)

[4La FAMAPP (La Fédération des AMAP de Picardie) a produit 6 petits films sur les AMAP qui traduisent bien cette posture : http://www.amap-­‐picardie.org/ressources-­‐documentaires/videos Voir aussi, ce petit film d’animation sur le réseau des AMAP Ile de France : https://www.youtube.com/watch?v=cuZbmkhO28c

[5Bien que nous ne soyons pas hypnotisés par les chiffres, nous nous réjouissons que la barre des 2500 AMAP soit aujourd’hui largement dépassée, ce qui permet de rassembler plusieurs centaines de milliers de citoyens engagés en partenariat avec des milliers de paysans.


5 votes
Répondre à cet article
Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, insérez une ligne vide entre eux.


Contact                    

www.ecovillageglobal.fr

le site de l'écovillage global des lecteurs et annonceurs de la revue Passerelle Éco

PASSEZ UNE ANNONCE

Murs Bottes de Paille / Enduits Terre And co (Construction dans le 86)

Projet : Accueil de volontaires Après une première expérience heureuse de chantier participatif de juin à septembre 2017, nous renouvelons ! Nous vous proposons 2 temps d’accueil : à partir d’avril et (...)

Cherche Familles pour Création d un Écolieu Intergénérationnel (À l’abordage dans le 24)

Projet : Maman d un petit bout de 18 mois, non fumeuse et écolo, je recherche des personnes motivées à l'idée de partager un espace de vie dans le respect des besoins de chacun et en toute (...)

Bénévolat dans un Écolieu (Ecolieux existant dans le 43)

Projet : Chêne Rouge est une communauté & un centre de formation en devenir qui s'inspire des sagesses ancestrales pour soutenir l'émergence de projets collectifs. Nous habitons en yourte en (...)

Partage de Voiture (EcoNomades dans le 43)

Projet : Je viens d'arriver en auvergne. J'ai 71 ans et comme j'ai peine à conduire Je désire partager ma voiture

Cherche un Terrain à Acheter en Occitanie, Svp! (Vouloir Agricole dans le 34)

Projet : Bonjour ! Je cherche à acheter un terrain d’au moins 1,1 hectare, avec (de préférence) eau de source, avec, ou bien une petite habitation, ou le permis d’habitation. Un endroit isolé mais (...)

Colocation Éphémère (CoLocation dans le 11)

Projet : Petit écolieu familial dans les Corbières Maritimes, comportant 3 habitats légers (yourte, roulotte, cabane perchée) Offre : Colocation éphémère à la semaine (un mois max), pour prendre du recul, (...)

Recherchons un Écolieu Écohameau où nous Installer (À l’abordage dans le 31)

Projet : Vivre en milieu rural dans un espace naturel, avec potager collectif, verger, poulailler... ateliers pour fabriquer et réparer en autonomie. Disposer d'une maison bioclimatique privative (...)

Vends Yourte Contemporaine 20 m² (Habitat Léger dans le 11)

Projet : Cette yourte, construite avec soin et amour, nous a abrités (dortoir 4 places) pendant notre chantier (2018-2020). Nous nous en séparons avec gratitude. Offre : Vendue en l'état, sans le (...)

Rencontre entre Jeunes (Contacts)

Projet : Bonjour =) J'habite en Ardèche depuis 3 ans maintenant, mais j'ai bien du mal à rencontrer des gens de mon âge, et avec qui je partagerais certaines valeurs. Mon profil en bref : Hélène, 30 (...)