Passerelle eco
Actu : La revue 83 paraît début mars !
Commandez-la Abonnez-vous

Derniers articles

Nos Livres et revues

La revue Passerelle Eco : sommaire des numéros, compléments d'info, bulletin d'abonnement à imprimer ...

Derniers articles

Réseau éco

20 ans d'écolieux

Des reportages et les annonces du réseau éco et de la dynamique écovillage en France : écolieux de vie, projets d'écovillages, écofermes pédagogiques, personnes ressources ou en recherche, entreprises, centres de formations, etc... Plusieurs rubriques sont consacrées aux écovillages en germe ou en devenir, car ces initiatives font converger l'ensemble des aspects de l'écologie pratique : l'actualité, leurs activités, rencontres, chantiers ou échanges proposés.

Derniers articles

Thématiques

Dossiers thématiques : depuis les statuts de la loi de 1901, l'alimentation, la construction saine, l'habitat léger, le carburant tournesol ...

Derniers rendez-vous

Annonces, photos, comptes rendu des rassemblements, rendez-vous, festivals, colloques, manifestations...

Derniers articles

Pratique

- des fiches pratiques et des recettes - la partage et l'expérimentation de l'autoproduction - les activités associatives de Passerelle Eco.
Vous êtes ici > Accueil > Thématiques > Flore Sauvage et Médicinale

le 22 octobre 2007

Contact

Loi et Statut de l’herboriste

N’est pas herboriste qui veut !

Cet article a été publié dans Revue Passerelle Eco N° 11 Hiver/2003

Herboriste : un étonnant statut

Le diplôme d’herboriste a été supprimé en France en 1941 par Pétain. Par la suite, la plupart des lois qu’il avait édictées ont été abrogées ; celle-ci fait exception et les herboristes respectables qui exercent encore en France le droit de vendre des plantes médicinales (hors la fameuse liste de 34 plantes en vente « libre » parce que d’usage très courant) ont donc été diplômés avant cette date. Les plus jeunes, doivent être pharmaciens pour avoir ce droit. Pourtant, ces statuts de pharmaciens et d’herboristes cohabitent très bien dans d’autres pays d’Europe ; l’exception française est là encore manifeste. On compare souvent cette situation à celle des ostéopathes jusqu’en 2002.

Toutefois, l’Association pour le Renouveau de l’Herboristerie, dont Serge Guza a d’ailleurs été président, oeuvre depuis 1982 auprès des pouvoirs publics pour la reconnaissance de la profession d’herboriste en France et la création d’un diplôme européen de phytologue-herboriste.

En attendant cette reconnaissance, l’Asssociation dispense, par correspondance une formation très sérieuse sur deux ans, ainsi que des stages courts, à ceux qui veulent apprendre l’usage des plantes médicinales.

Vente Directe

Si l’on veut produire en circuit long, c’est-à-dire vendre ses plantes médicinales à des laboratoires pharmaceutiques, aucun problème, tout est en principe permis. Si l’on veut cultiver sans vendre, beaucoup de choses sont là encore permises. En revanche, il n’est pas aussi simple de produire et commercialiser des plantes médicinales par soi-même...

Le droit se corse en effet, sérieusement pour la vente directe. Dans ce cas de figure, seules 34 plantes considérées comme « médicinales et d’usage courant » peuvent être commercialisées librement (autrement dit, pour la tisane) En ce qui concerne l’usage médicinal, toutes les autres plantes ne peuvent être commercialisées que par les pharmaciens... ou les herboristes diplômés avant 1941 !

Herboristerie : Plantes en vente libre la bardane, le bouillon-blanc, les bourgeons de pin, la bourrache, la bruyère, la camomille, le chiendent, le cynorrhodon (ou " gratte-cul ", qui détient le record de la richesse en vitamine C), les feuilles de ronce, le frêne, la gentiane, la guimauve, l’hibiscus, le houblon (davantage apprécié sous une autre forme…), la lavande, le lierre terrestre, la matricaire, la mauve, la mélisse, la menthe, la ményanthe, l’olivier, la pariétaire, l’oranger, l’ortie blanche, la pensée sauvage, les pétales de rose, les queues de cerise, la reine-des-prés, le sureau, le tilleul, la verveine et la violette.

À cette liste s’ajoutent des plantes condimentaires, aromatiques ou pouvant être utilisées en usage externe. Si l’on inclut la première liste de 34 plantes, cela fait 110 - 120 plantes en vente relativement libre.

Voir le détail de cette liste, mise à jour avec l’évolution ultérieure de la loi.

La loi fixe aussi le droit d’écrire ou non certaines mentions sur les étiquettes (pas de conseils d’usage, pas de posologie si l’on n’est pas pharmacien ou herboriste !) et le droit de faire des mélanges (pas le droit de ... si l’on n’est pas... etc !)

Cet article a été publié dans Revue Passerelle Eco N° 11 Hiver/2003


11 votes

3 messages

  • Loi et Statut de l’herboriste

    Le 11 avril 2017, par Anthony

    Bonjour, je suis très intéressé par l’herboristerie. Etant préparateur en pharmacie, qu’en est il de la vente pour moi ?

  • Loi et Statut de l’herboriste

    Le 16 mai 2014, par Lazulie

    Bonjour, Ne faudrait-il pas une action, déjà une pétition par Facebook pour une reconnaissance du statut d’Herboriste ? Je suis bien sûre signataire ! Cordialement Chantal

  • Loi et Statut de l’herboriste

    Le 3 juin 2010, par Francois

    Bonjour, la commercialisation de beaucoup de plantes a été libéralisée depuis août 2008, et c’est une bonne chose. Mais je me suis laissé dire que les mélanges étaient réservés aux pharmaciens (ou aux rares herboristes). C’est à dire, que j’ai le droit de commercialiser de la verveine, et de la menthe, mais pas de la verveine-menthe.

    Qu’en est-il vraiment ? est-ce que j’ai le droit de commercialiser des mélanges ? et si oui, quelles mentions sont autorisées si je ne suis pas pharmacien ? Des mentions telles que "mélange relaxant" ou "tisane diurétique" peuvent-ils être considérés comme des posologies et à ce titre être interdites au simple quidam ?

    Merci de vos réponses

Contact --- Mentions légales

ecovillageglobal.fr

le site de l'écovillage global des lecteurs et annonceurs de la revue Passerelle Éco

PASSEZ UNE ANNONCE

Journée des Rencontres de Printemps (Écolieux existants dans le 87)

Projet : Le Néo-Village Terra Nostra vous invite à sa journée des rencontres de printemps Offre : Vous souhaitez nous rencontrer, passer un bon moment avec d’autres personnes dans le même esprit de (...)

Foret Comestible Corse (Écolieux existants dans le 2A)

Propose : terrain pour créer forêts comestibles. Logement possible. Isolé avec pistes, plage à 20mn Cherche  : personnes long terme ou ponctuel en woofing. ♦ ouverture d’esprit, tolérance, humour et (...)

Accueil de Personnes en Sobriété Numérique (Lieu de Vie et d’Accueil dans le 35)

Projet : Aménagement du jardin : haie structure à base de cadres de fenêtre, construction arche, serre, perma. Offre : Accueil dans une maison bio confortable, grand jardin. Phyto, fabrication de (...)

Communauté Autonome de Montagne Acceuille Woofeurs ou Résidents (Fermes dans le 09)

Projet : Ferme et lieu de vie montagnard, de 1000 à 1750 mètres d’altitude. Depuis la route il vous faudra emprunter un sentier durant 20 minutes. Projett sans but lucratif ni vocation religieuse. (...)

Recherche Terrain pour Poser un Fourgon (Graines d’Avenir dans le 11)

Projet : Bonjour a tous Je suis un homme de 32 ans Je recherche un bout de terrain dans les Pyrénées (Ariège, Aude, PO) pour me poser provisoirement avec mon fourgon aménagé que je retape J'ai besoin (...)