Passerelle eco
Actu : Passerelle Éco 84, la revue de l'été, est parue !
Commandez-la Abonnez-vous

Derniers articles

Nos Livres et revues

La revue Passerelle Eco : sommaire des numéros, compléments d'info, bulletin d'abonnement à imprimer ...

Derniers articles

Réseau éco

20 ans d'écolieux

Des reportages et les annonces du réseau éco et de la dynamique écovillage en France : écolieux de vie, projets d'écovillages, écofermes pédagogiques, personnes ressources ou en recherche, entreprises, centres de formations, etc... Plusieurs rubriques sont consacrées aux écovillages en germe ou en devenir, car ces initiatives font converger l'ensemble des aspects de l'écologie pratique : l'actualité, leurs activités, rencontres, chantiers ou échanges proposés.

Derniers articles

Thématiques

Dossiers thématiques : depuis les statuts de la loi de 1901, l'alimentation, la construction saine, l'habitat léger, le carburant tournesol ...

Derniers rendez-vous

Annonces, photos, comptes rendu des rassemblements, rendez-vous, festivals, colloques, manifestations...
Vous êtes ici > Accueil > Réseau > En Europe et dans le Monde
Écolieux en Europe

le 3 décembre 2023

Contact

DOSSIERS

L’Écolieu "El Valle de Sensaciones" veut transcender la séparation d’avec la nature

El valle de sensaciones : un écovillage qui brise les barrières entre nature et vie humaine

Créé par un artiste allemand il y a 15 ans, l’éco village El Valle de Sensaciones souhaite inspirer les visiteurs à vivre différemment, d’une manière plus respectueuse de l’environnement et plus proche de la nature. Et de fait : la nature à l’état brut. C’est l’impression que l’on a lorsque l’on découvre la vallée des sensations.

Une ancienne camionnette de pompier, une roulotte de cirque et un pick-­‐up envahi par des herbes nous rappellent la présence humaine. « On sent que l’homme est intervenu, indique Sandra, collaboratrice de la vallée des sensations pour l’été. Sauf qu’ici, il l’a rendue encore plus belle. »

Revue Passerelle Éco n°82 : « Écolieux, quels liens avec l’extérieur ? »

En plus des témoignages de 15 écolieux en France et 3 écovillages au Québec sur le thème de leurs relations extérieures avec les voisins, les agriculteurs, les chasseurs, la mairie, les administrations etc, cette revue présente un compte rendu des rencontres du Global Écovillage Network Europe.

Au loin, deux chiens arrivent à grande allure. Lily et Alba, résidentes permanentes de la vallée des sensations précèdent toujours leurs maîtres. Achim, 44 ans, est le fondateur de cet éco-­‐village situé à Yator, à cent kilomètres au sud-­‐est de Grenade. Il y vit toute l’année avec Rahma, son épouse depuis peu.

De mars à octobre, ils vivent en communauté avec des visiteurs, des artistes de passage, des collaborateurs, des amis ou des membres de leur famille. « Ce que j’aime, c’est inspirer les gens et leur montrer que d’autres modes de vie sont possibles, explique Achim. Je pense que beaucoup de personnes ne changent pas leur façon de vivre parce qu’ils n’ont aucune idée de comment le faire. Ils sont à la recherche de ce savoir. »

Au départ, le projet était plutôt centré sur la culture. La partie écologique n’était qu’un cadre pour cette réalisation. « Mais nous nous sommes rendus compte que les gens avaient vraiment envie d’apprendre des connaissances solides pour changer leur vie, précise Achim. Plus la crise sévit, plus les gens nous contactent et nous disent qu’ils veulent savoir comment vivre différemment. Je reçois des emails de personnes qui me disent "Je veux sortir de la ville mais je n’ai aucune idée de comment réaliser cela. Je veux savoir comment construire ma maison et comment avoir ma propre énergie." Alors nous avons changé notre angle d’attaque et dorénavant nous nous concentrons plus sur l’apprentissage concret. »

« C’est un luxe incroyable de pouvoir vivre dans une maison en pleine nature. »

A la Vallée des Sensations, les habitations ne se résument pas à quelques caravanes et roulottes. Ici, toutes les maisons ont été construites par Achim, aidé par des amis ou des visiteurs.

Chaque maison représente une nouvelle expérimentation. Le village compte trois maisons situées dans des arbres, une maison en argile et une maison commune qui sert de lieu de vie et de cuisine.

Une des maisons favorites d’Achim, et la plus demandée par les visiteurs, est la maison en argile. « Cette maison représente un exemple de la philosophie que nous tentons d’avoir ici, à savoir briser les barrières entre la vie humaine et la nature, indique-t-­il. Nous y avons un certain confort mais nous y vivons en contact très fort avec la nature. Elle peut s’ouvrir de moitié. C’est un luxe incroyable de pouvoir vivre dans une maison en pleine nature. »

Tous les murs de cette maison ont été réalisés en argile. Sa construction n’a nécessité la consommation d’aucune énergie à l’exception de l’énergie humaine.

Le toit a été réalisé avec des branches d’olivier qui proviennent de la vallée. Il s’agit d’un toit mandala. Cette technique implique que chaque élément supporte l’autre. Une expérimentation particulière a également été réalisée pour ce toit. Il est composé d’une corde tressée, couverte par une toile. L’ensemble est recouvert d’un manteau d’argile léger mixé avec la partie intérieure d’un agave, des déchets de la rivière, de la perlite et du lait d’argile.

La couche finale est composée d’un plastique et d’un manteau composé de citron, de sable, et de poils de chèvre.

Une autre fierté d’Achim est l’Icosaedro, une des maisons situées dans un arbre. Elle a une forme géométrique et sa particularité est d’être conçue pour être utilisée comme un instrument de musique. « Chaque partie permet de créer un son particulier, détaille Achim. Il y a en a deux avec des cordes accrochées au mur, une avec des instruments à air, une avec un xylophone, une avec des baguettes et la dernière comportera un grand tambour. Cinq personnes peuvent y jouer de la musique. Etant donné la situation de la maison, la musique peut être entendue dans tout le village. »

Avant de s’installer ici, Achim, d’origine allemande, a voyagé pendant quatorze ans. Il vivait, entre autres, des instruments de musique qu’il fabriquait. « Je pense qu’une grande partie de l’existence reflète les règles de la musique, explique-­t-­il. La musique c’est de l’harmonie et des mathématiques que nos oreilles peuvent transformer en sensations agréables. Pour moi cela représente beaucoup de tenter d’exprimer la beauté à différents niveaux, que ce soit dans les formes, dans les sons ou dans la nature. »

« Une de mes missions d’artistes est de réveiller les gens »

Ses années de voyage, Achim les a également réalisées en cultivant le côté artistique. « Je vivais dans une caravane de cirque que je remorquais avec un tracteur les cinq premières années, puis avec un camion de pompier, raconte‐t-il. Ce qui me plaisait le plus, c’était l’idée d’avoir une petite maison que je pouvais arranger de la façon que je voulais et la garder tout en me déplaçant. »

Achim vivait de la vente de ses instruments de musique, mais aussi des performances artistiques qu’il réalisait en public. « J’avais enlevé tous les murs de ma caravane et je les avait remplacés par du verre. Pendant un mois j’ai vécu comme ça, en public, en plein centre ville. Un jour, un vieux couple s’est arrêté devant ma caravane, des sacs plastiques plein les bras. La femme a regardé l’homme, le visage perplexe, en lui disant : "Pourquoi vivons nous de façon si compliquée ? " »

C’est cette sensation de faire réagir les gens qu’Achim a voulu reproduire à la vallée des sensations. « Je me suis dit qu’une de mes missions d’artistes était de permettre à des gens de venir ici pour qu’ils découvrent un peu mes voyages, ma façon de vivre et les créations que j’ai réalisées au cours de mon périple pour les réveiller un peu. »

D’origine allemande, c’est un peu par hasard qu’Achim est arrivé en Espagne. Sa petite amie de l’époque, avec laquelle il vivait dans un éco‐village allemand, lui a proposé de venir vivre dans ce pays dont elle avait toujours rêvé. « Je ne connaissais rien de l’Espagne, se souvient Achim, mais cette idée m’a bien tentée. » Et finalement ce choix s’est révélé très bénéfique pour la création de la vallée des sensations.

« L’éco village que nous avons établi ici aurait sans doute été inconcevable en Allemagne, explique-t-­il. Les lois sont beaucoup trop rigides là bas. Ici les choses sont beaucoup moins définies, donc tu peux faire ce que tu veux jusqu’à ce que tu te fasses dénoncer. C’est ce qui nous est arrivé ici. Mais quand les personnes qui s’occupaient du dossier sont venues ici, elles ont aimé ce que nous faisions et nous ont laissé tranquille. »

Avec force, il affirme : « Il ne faut pas se battre contre ce qui existe mais créer quelque chose de nouveau »

 L’article a été écrit par Corine Falhun
 Les photos sont issues du site de la Vallée des Sensations : https://www.sensaciones.de/en


2 votes

4 messages

  • L’Écolieu "El Valle de Sensaciones" veut transcender la séparation d’avec la nature

    Le 31 janvier, par Ludovic LESDOS

    Voici l’écovillage où j’envisage prendre mes quartiers d’hiver.

    • L’Écolieu "El Valle de Sensaciones" veut transcender la séparation d’avec la nature

      Le 26 février, par fanfoué

      Bien le bonjour, Je cherche à rentrer en contact avec cet écolieu J’ai vu un reportage sur le lieu et j’ai découvert l’outil mandala de la communauté et je recherche plus d’informations car je trouve cet outil formidable.

      • L’Écolieu "El Valle de Sensaciones" veut transcender la séparation d’avec la nature

        Le 26 février, par fanfoué

        Pour précision je suis dans l’idée de créer une tribu nomade , dans un esprit totalement désintéressé du côté financier, pour mettre en relation toutes les bonnes âmes qui souhaitent un nouveau monde.

      • L’Écolieu "El Valle de Sensaciones" veut transcender la séparation d’avec la nature

        Le 22 juin, par Passerelle Eco

        Le Mandala Holistique est décrit en détail dans le livre "Faire Ensemble" de Robina Mc Curdy, que nous éditons : https://passerelleco.info/faireensemble

Contact --- Mentions légales

ecovillageglobal.fr

le site de l'écovillage global des lecteurs et annonceurs de la revue Passerelle Éco

PASSEZ UNE ANNONCE

Cohabitation en Échange de Temps de Travail (Offres de CoHabitation dans le 23)

Projet : En cours d'installation sur petite ferme laitière chèvres. Il y a de nombreux travaux pour rénover, installer et créer la structure. Les terres sont assez morcelées et nécessitent de (...)

Cherche de Nouvelles Recrues (Élargissement dans le 11)

Projet : Production/transformation vivrière, écotourisme, accueil du public, organisation d'évènements et d'ateliers thématiques. Création d’un sentier d’interprétation du patrimoine et d’une épicerie (...)

Maison de Maître en Haute Saône (Ventes Immobilier dans le 70)

Offre : Vend maison de 1826 ♦  300m2 habitables, grange 105m2, terrain arborisé et verger 4882m2 ♦  En pierre sur 2 étages, 8 chambres, cuisine, salle de bain, chauffage central, fours à bois et 4 (...)

Parcelles Viabilisées dans un Écolotissement (Écolieux existants dans le 64)

Projet : Nous vendons des parcelles viabilisées dans un écolieu à PAU entre ville et campagne. La vidéo sur le site « écopernic » présente bien . Chacun sera propriétaire de son lot et aura en copropriété (...)

Praticien Massotherapeute (Arts de Vie dans le 34)

Projet : recherche une masseuse bien être thérapeutique , watsu Offre : ,hydropraticien diplômé page facebook: kaifa sebra propose à une collaboratrice un partenariat pour massage en cabinet en (...)