Passerelle eco
Actu du Printemps : La revue 83 est parue !
Commandez-la Abonnez-vous

Derniers articles

Nos Livres et revues

La revue Passerelle Eco : sommaire des numéros, compléments d'info, bulletin d'abonnement à imprimer ...

Derniers articles

Réseau éco

20 ans d'écolieux

Des reportages et les annonces du réseau éco et de la dynamique écovillage en France : écolieux de vie, projets d'écovillages, écofermes pédagogiques, personnes ressources ou en recherche, entreprises, centres de formations, etc... Plusieurs rubriques sont consacrées aux écovillages en germe ou en devenir, car ces initiatives font converger l'ensemble des aspects de l'écologie pratique : l'actualité, leurs activités, rencontres, chantiers ou échanges proposés.

Derniers articles

Thématiques

Dossiers thématiques : depuis les statuts de la loi de 1901, l'alimentation, la construction saine, l'habitat léger, le carburant tournesol ...

Derniers rendez-vous

Annonces, photos, comptes rendu des rassemblements, rendez-vous, festivals, colloques, manifestations...
Vous êtes ici > Accueil > Thématiques > Accés au foncier

le 15 septembre 2007

Contact

Collectif Pour le Droit à la Terre

Favoriser l’installation agricole par l’accès au foncier

Le droit à la terre c’est l’accès au foncier agricole bâti et non bâti, pour tous les paysans et les porteurs de projet agricole ! Le collectif Pour le Droit à la Terre réuni des futurs paysans, cherchant de la terre pour s’installer depuis plus ou moins longtemps. Parce qu’aujourd’hui l’installation agricole est rendue inaccessible à ceux qui ne possède pas de foncier, nous voulons militer pour le droit à la terre pour les futurs paysans et les paysans sans terre. Nous oeuvrons par nos initiatives à faire changer les mentalités dans le domaine de la gestion et de la mise à disposition du foncier par les acteurs du foncier (agriculteurs retraités, mairies, organismes (SAFER, CDOA, etc...) et les responsables politiques pour défendre le droit à la terre des porteurs de projet agricole.

Notre première action : Une « marche pour le droit à la terre », aura lieu dans le Lot, de Figeac à Cahors du 18 au 26 septembre 2007. L’objectif est de faire connaitre nos projets et nos difficultés et de revendiquer à travers la campagne et auprès des administrations le droit à la terre. C’est aussi une marche en solidarité à Janadesh, marche pour l`accès à la terre de paysans sans terre indiens.

Pour une politique incitative de l’installation agricole - Pour des alternatives à la spéculation financière - Pour une aide certaine à tout les porteurs de projets - Unissons nous, SAUVONS LE MONDE PAYSAN !

Nos propositions et plus de détails sur notre activité : voir notre site à l’ adresse du COLLECTIF POUR LE DROIT A LA TERRE

Le « collectif pour le droit à la terre » est né de la rencontre de futurs paysans qui, confrontés à de nombreuses difficultés pour accéder à de la terre se soutiennent et sencouragent, se donnent des conseils et se motivent pour faire entendre leurs voix, faire connaitre leurs projets et faire réagir les administrations légalement compétentes en la matière. Le « parcours à l’installation » est long et fastidieux et comporte de nombreuses étapes entre l’idée du projet, l’expérimentation, les stages, le choix d’une production, l’approfondissement des connaissances techniques, les démarches administratives, l’intégration dans le milieu rural et la vie locale, le démarrage de lactivité, la recherche de clientèle, la connaissance du terroir…

Cependant, nous nous retrouvons tous dans LA difficulté majeure qui est l’acquisition du foncier, par laquelle tout découle et sans laquelle rien n’aboutit. Que l’on soit natif du lieu comme Adeline ou venu de « l’extérieur » cette réalité s’impose. Aude et Jean-Baptiste cherchent depuis 3 ans, Alexis et Emmanuelle depuis 1 an, Céline depuis 1 an, Patrick depuis 6 mois, Jean a mis 2 ans à trouver un petit lopin de terre, Muriel cherche depuis 1 an et demi, Florian cherche depuis 2 ans, Gaëlle, Gaëtan, … Et les exemples ne manquent pas. Les productions sont variées : paysans boulangers, trufficulteurs, éleveurs de chèvres et fromagers, éleveurs de brebis, héliciculteurs (escargots), apiculteurs, maraîchers, éleveurs de volailles, …

Nous avons tous fait appel à la SAFER (Société pour lAménagement Foncier et l’Etablissement Rural) qui gère 16% des ventes de terres agricoles et à l’ADASEA (Association de Développement et dAménagement des Structures dExploitation Agricoles) qui s’occupe des dossiers d’installation, du « répertoire départ installation » et de la mise en relation des futurs cédants (agriculteur en fin d’activité souhaitant transmettre sa ferme) avec les futurs paysans. Les textes sont bien élaborés et tout paraît être fait pour que nous puissions nous installer. Mais la réalité est tout autre. La SAFER du Lot n’a jamais rien trouvé pour les jeunes paysans que nous connaissons, et lADASEA est très peu dynamique ; seulement 10 fermes à reprendre y sont recensées alors qu’il y a environ 300 départs à la retraite chaque année. A ce rythme là, la population agricole du Lot déjà peu nombreuse et fort vieillissante ne risque pas de se renouveler !

Il en va de l’avenir de nos campagnes, de nos terroirs, de la préservation de la biodiversité, du maintien des marchés locaux mais aussi de la qualité des aliments que nous souhaitons produire et manger localement. Les « porteurs de projet » que nous sommes ont choisi ce métier aussi pour proposer un autre mode d’agriculture, en respectant l’environnement, la diversité des semences et le maintien des anciennes variétés ou races, en faisant de la vente directe et/ou de la transformation ce qui permet une meilleure valorisation et donc un moindre besoin en terre. Ces projets dits « atypiques et innovants » sont peu reconnus des administrations car souvent non référencés.

A travers nos actions nous sommes déterminés à interpeler les autorités et les responsables ayant le pouvoir de faciliter l’accès au foncier afin que cette entreprise difficile voir impossible ne soit plus une entrave à l’installation de nouveaux paysans. Nous voulons montrer que nos projets sont cohérents et viables à long terme et que l’installation progressive est un facteur de réussite qui mérite d`être encouragée. Nous savons qu’il y a de la terre ! Beaucoup de cédants se plaignent qu’il n’y a plus de reprise. Nous allons leur montrer que la relève est là !

Marche pour le droit à la terre

Pour exiger la reconnaissance des projets dits « atypiques et innovants », nous souhaitons avoir des exemples viables de ce type de projet. Si vous souhaitez apporter votre témoignage, merci de compléter le petit questionnaire ci-après. Merci d’avance !


4 votes

4 messages

  • Collectif Pour le Droit à la Terre

    Le 3 août 2009, par BiqueAndBike43

    J’ai 23 ans, et porte depuis toujours profondément ancré en moi le rêve de conduire un jour une ferme... Un agriculteur souhaite installer un jeune sur ses terres (50 ha dont 10 labourables), en l’aidant bien entendu (vous avez déjà vu un retraité agricole à la retraite ?). Je vais visiter demain, et ensuite l’aventure que je nommerai "enfer"... Je ne posséde que 17 000 €, mon projet va m’en coûter 160 000 minimum... Je vais tenter de faire parrainer mes chèvres à des clients que je rembourserai ensuite en fromages... Je compte donc m’installer en chevres fromageres Bio bien entendu... Je vous tiendrai au courant Denis.

  • Collectif Pour le Droit à la Terre

    Le 13 mai 2008, par christophe brugger

    Bonjours à tous les galériens de l"accès au foncier" ! Et bravo pour votre création d’un collectif pour le droit à la terre. Nous cherchons depuis 7 ans dans le Languedoc Roussillon un lieu de vie pour monter notre projet agricole, autoconstruction et botanique ! Nous aimerions rencontrer d’autres porteurs de projets pour mettre notre énergie en commun, et orienter nos recherches autrement. Ecrivez-nous !Christophe, Laurie et nos deux garçons Thélio et Idriel.

    • Collectif Pour le Droit à la Terre

      Le 18 juillet 2011, par Guy LE BLANC

      Je suis initiateur d’un projet solidaire en Guadeloupe pour une dynamique de terroirs. l’idée est que les propriétaires agriculteurs à la retraite, et ceux qui possèdent du foncier deviennent partenaire de l’association qui gère avec eux le ramassage des fruits et autres produits de la biodiversité qui se déverse dans les champs naturellement et qui se gaspille. Cette dynamique permet la création d’un espace de valorisation du réseau de partenaires pour gérer cette production. L’association ensuite crée un chantier d’insertion pour apprendre des gestes écocitoyens avec l’agriculture les plantes, la taille des arbres et la préparation de chaque propriété à une activité de diversification agricole et non agricole. L’éducation au développement durable est la priorité afin de recréer des écosystèmes par des bocages en y éduquant la permaculture. le ramassage gratuit mit en commun permet le financement de l’opération du chantier de terroir en terroir et au fur et à mesure mettre à niveau les propriétés pour y installer des équipes (emplois durable.)L’ensemble du terroir pourra abonder une entreprise de production agroalimentaire qui sera chargé de produire des spécialités spéciales pour chaque terroir du réseau. le but est de répondre à des problématiques de pollutions et à une situation intolérable de manque de produits alimentaires produits localement devant des terres abandonnées et improductives ainsi que la baisse des revenus du foncier agricole.Mais aussi de réduire les gaspillages naturels, une manne qui représente des tonnes de plus de 70 produits de notre biodiversité Guadeloupéenne qui pourraient être exploitées et fournir du travail. plus de 40% de chômage en Guadeloupe, 120 000 personnes vivent avec moins de 630€/moi.s

      • Collectif Pour le Droit à la Terre

        Le 18 juillet 2011, par Guy LE BLANC

        http://sites.google.com/site/isopeetsel/home

        voila l’adresse du site merci pour les conseils que vous pourrez nous apporter. Nous serons heureux de vous rencontrer pour une solidarité internationale si vous désirez nous apporter une expertise en permaculture. nous recherchons un technicien, pour l’inclure comme encadrant technique pour le chantier qui est projeté vers la fin de l’année. Bonne navigation fertile. Guy

Contact --- Mentions légales

ecovillageglobal.fr

le site de l'écovillage global des lecteurs et annonceurs de la revue Passerelle Éco

PASSEZ UNE ANNONCE

Gd Maison à Vendre pour Ferme Partagée (Ventes Immobilier dans le 01)

Nous  : propriétaires du corps de ferme voisin, avec espaces communs en construction et 5ha prairie à partager Projet : co-construire notre ré-empaysanement et un écosystème vivrier durablepar des (...)

Expérimenter les Styles de Vie dans les Écovillages (Ecovolontariat dans le 50)

Projet : m'autoformer à l'autonomie en écovillage Offre : aide pour buttes et lasagnes de culture, ramassage de bois, récolte des fruits et légumes, accueil des visiteurs, permanence à la (...)

Partage d'un Petit Lieu de Vie (Terre en Vue dans le 07)

Projet : créer un lieu décroissant, autonome, ouvert, Sel, entraide Offre : studio à aménager, parties commune à partager dans ancienne ferme à rénover, source, 3ha, rivière, à 700m d'altitude (...)

Cherche Autres Personnes pour Partager Achat (Un Groupe Existe dans le 31)

Projet : cohabitation ♦  nous sommes 2 couples (+de 65a) et cherchons d'autres personnes pour partager l'achat et la vie dans une propriété de qq hectares à la campagne pas trop loin d'une petite (...)

Urgent, Cherchons Habitants Avant Octobre! (Terre en Vue dans le 61)

projet : 4460m2 de terrain nous ont été offert par la mairie. C'est un projet interG ouvert à toutes les bourses, car développé avec un bailleur social, Orne habitat, qui se chargera de la construction (...)