] La subsistance alimentaire des pays industrialisés, expliquée par Pierre (...) - Eléments pour une insurection des - Pierre Rabhi et les Oasis en Tous (...)
Passerelle eco

Permaculture et Écovillage Global

La revue Passerelle Eco : sommaire des numéros, compléments d'info, bulletin d'abonnement à imprimer ...
Des reportages et les annonces du réseau éco et de la dynamique écovillage en France : écolieux de vie, projets d'écovillages, écofermes pédagogiques, personnes ressources ou en recherche, entreprises, centres de formations, etc... Plusieurs rubriques sont consacrées aux écovillages en germe ou en devenir, car ces initiatives font converger l'ensemble des aspects de l'écologie pratique : l'actualité, leurs activités, rencontres, chantiers ou échanges proposés.
Dossiers thématiques : depuis les statuts de la loi de 1901, l'alimentation, la construction saine, l'habitat léger, le carburant tournesol ...
Annonces, photos, comptes rendu des rassemblements, rendez-vous, festivals, colloques, manifestations...
- des fiches pratiques et des recettes - la partage et l'expérimentation de l'autoproduction - les activités associatives de Passerelle Eco.
Vous êtes ici > Accueil > Réseau > Pierre Rabhi et les Oasis en Tous Lieux
La subsistance alimentaire des pays industrialisés, expliquée par Pierre Rabhi : La subsistance actuelle des pays industrialisés n'est possible que parce qu'ils drainent vers eux à bas prix l'énergie et les matières premières du monde entier. Ainsi, pour produire une calorie alimentaire, il faut huit calories d'énergie ! Ce système hégémonique révèle l'enjeu guerrier que représente la nourriture.

le 23 novembre 2005

Contact

La subsistance alimentaire des pays industrialisés, expliquée par Pierre Rabhi

Eléments pour une insurection des consciences

La subsistance actuelle des pays industrialisés n’est possible que parce qu’ils drainent vers eux à bas prix l’énergie et les matières premières du monde entier. Ainsi, pour produire une calorie alimentaire, il faut huit calories d’énergie ! Ce système hégémonique révèle l’enjeu guerrier que représente la nourriture.

Cet article a été publié dans Passerelle Eco n°9

En réalité, cette situation est fragile car les populations dépendent entièrement de monopoles motivés par le profit plutôt que le bien-être humain. Le bilan écologique est désastreux sous la forme de "coûts cachés" : dégradation des sols, pollution et épuisement des eaux, atteintes à l’environnement et à la santé, perte des espèces et variétés végétales et animales adaptées, disparition des paysans avec leur savoir-faire ancestral. De fait, la croissance sous sa forme actuelle détruit autant d’emplois qu’elle prétend en créer. Les nuisances devenant évidentes, la pensée agroécologique émerge : notre planète est limitée et le "progrès" tel que défini est incompatible avec ses capacités. Continuer à piller les ressources naturelles risque de conduire à une sorte de dépôt de bilan planétaire dont les générations à venir auront à subir toutes les rigueurs.

A l’exigence de sécurité alimentaire, il faut adjoindre les aspects sociaux, économiques, écologiques, éthiques, sans lesquels nous retomberions dans un modèle qui ne demande qu’à renaître sous des formes apparemment humanisées mais en réalité tout aussi pernicieuses.

C’est pourquoi toute action risque d’être sans effet si les représentations mentales (répandues par la modernité marchande à travers média et publicité) ne cèdent pas la place aux valeurs fondées sur des réalités tangibles à la racine de la vie et de la survie. Rien ne changera vraiment si chaque conscience n’intègre au plus profond la nécessité de passer du “toujours plus” permanent, générateur d’accaparement continu sans véritable bien-être, à la satisfaction profonde et tranquille, issue de la sobriété et du partage.

Les 5 piliers du système alimentaire des pays riches

 Une production intensive sur des terres performantes, avec abus d’engrais chimiques, de pesticides de synthèse, de semences sélectionnées, de mécanisation, plus l’irrigation outrancière et l’énergie combustible non renouvelable pour la production hors-sol et hors-saison.

 Des transformations et des valeurs ajoutées industrialisées et conditionnées avec des emballages-déchets.

 Des transports et transferts à l’échelle de la planète avec des pléthores et des pénuries artificielles (“Libre Echange”)

 Des structures de distribution de masse (supermarchés) fondées sur la logique du profit financier.

 Un système publicitaire disposant de mass-media, créant des besoins nouveaux, entretenant désir, frustration et dépendance au Sud comme au Nord.

Comme conséquence, les systèmes productifs locaux autonomes peu coûteux en énergie et en transport disparaissent : agriculteurs, commerces, artisanat et petite industrie. Cela entraine la dégradation des échanges de proximité qui caractérisent un tissu social vivant et convivial.

Notes :

 Cet article a été publié dans Passerelle Eco n°9. Il accompagnait à l’époque l’annonce de la pré-candidature de Pierre Rabhi aux élections présidentielles.

 On consultera également : "L’agro-écologie expliquée en 10 points par Pierre Rabhi"


22 votes
Répondre à cet article
Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, insérez une ligne vide entre eux.

2 messages


Contact                    

www.ecovillageglobal.fr

le site de l'écovillage global des lecteurs et annonceurs de la revue Passerelle Éco

PASSEZ UNE ANNONCE

Me Joindre à un Habitat Groupé (Graines d’Avenir dans le 66)

Projet : Retraitée ch a me joindre ou co créer un habitat partagé avec espace personnel et collectifs et conviviaux Région sud Offre : Mon temps. Mon écoute . Ma joie.ma bonne humeur .mon goût au (...)

Bâtir l'Oasis (Elargissement dans le 24)

Association avec Drine, initiatrice du projet et actuelle propriétaire + 10 autres personnes Projet  : dépot de PC d'1 bâti écolo de 4 logements + parties communes, sur 500 m² ♦  sobriété heureuse (...)

Recherchons Nouveaux Alliés! (Un Groupe Existe dans le 14)

>Nous: 5 adultes et 2 enfants, avec charte Projet  : lieu de vie et de créativité, où explorer et exprimer sa créativité en art, nature, enfance et santé ♦  Sud Ouest Proposons  : intégrer de nouvelles (...)

Oyé Oyé nous Recrutons ! (Ecolieux existant dans le 65)

Nous  : Collectif en campagne. L’art et la culture sont notre travail : théâtre, danse, musique, sculpture + spectacles, stages, ateliers, résidences artistiques, chapiteau. Proposons  : t’investir (...)

Formation Dragon Dreaming (Permaculture dans le 26)

Projet : pour vivre et co-créer des projets, Dragon Dreaming est une méthode intuitive, sensitive et ludique inspirée des cultures aborigènes, s'appuyant sur l’intelligence collective, le rêve et la (...)