Passerelle eco
Passerelle eco

Pratiques et Contacts pour Vivre Ensemble sur une Même Planète

La revue Passerelle Eco : sommaire des numéros, compléments d'info, bulletin d'abonnement à imprimer ...

Actualité du réseau éco

Réseaux

Quelques écolieux

Des reportages et les annonces du réseau éco et de la dynamique écovillage en France : écolieux de vie, projets d'écovillages, écofermes pédagogiques, personnes ressources ou en recherche, entreprises, centres de formations, etc... Plusieurs rubriques sont consacrées aux écovillages en germe ou en devenir, car ces initiatives font converger l'ensemble des aspects de l'écologie pratique : l'actualité, leurs activités, rencontres, chantiers ou échanges proposés.
Dossiers thématiques : depuis les statuts de la loi de 1901, l'alimentation, la construction saine, l'habitat léger, le carburant tournesol ...
Annonces, photos, comptes rendu des rassemblements, rendez-vous, festivals, colloques, manifestations...
- des fiches pratiques et des recettes - le site Nima'Sadi de partage et d'expérimentation sur autoproduction - les activités associatives de Passerelle Eco.
Vous êtes ici > Accueil > Thématiques > Agricultiver > Assolement et semis direct
Les systèmes traditionnels

le 24 mars 2015

DOSSIER :
Lydia et Claude Bourguignon, agronomes, la vie du sol et l’agriculture (21)

Les systèmes traditionnels

En France, les mentalités évoluent pour trouver des alternatives au système actuel. Ailleurs, les systèmes traditionnels proposent des solutions alternatives.

Vous êtes optimiste alors ?

Oui je suis optimiste ! Bah sinon je ne serai pas là en train de vous parler, je serai en train de dire « bon bah de toute façon c’est foutu, on va attendre que ça casse ». Je pense qu’il faut essayer de faire prendre conscience. Mais les choses bougent, vous savez, y’a 15 ans quand je faisais des conférences comme ça la moitié des gens se barraient en disant « chui pô v’nu là pour entend’ ces conneries ». Donc là personne n’est parti, donc ça montre quand même que ça bouge. C’est-à-dire que quand je présentais les techniques de semis direct comme ça y’a 15 ans, je peux vous dire que là j’en entendais, les gens me traitaient de fou à lier quoi. Maintenant vous savez petit à petit, le CIRAD s’en occupe, voilà ça y est les choses bougent, mais c’est long...

C’est long, mais y’a des gens un peu partout dans le monde, des gars comme W. Jackson qui font un boulot extra, y’a de plus en plus de gens qui prennent conscience qu’on peut quand même innover en agriculture, ne pas rester dans cette pensée unique dans laquelle on est bloqué depuis 50 ans, qui est que « il faut faire disparaître les agriculteurs d’Europe, c’est une notion politique indispensable », on peut quand même avoir une autre vision, peut être garder de l’activité économique dans nos campagnes et peut-être avoir une agriculture qui ne soit pas uniquement mortifère, mais qui au contraire qui gère la vie et qui nourrit les hommes.

Mais ça, ça demande un vrai bouleversement de la pensée, il faut changer la génétique, il faut changer la façon d’utiliser les pesticides, faut changer la façon de travailler le sol, faut changer, donc il faut tout revoir, donc c’est un vrai bouleversement, c’est ce que j’appelle moi la nouvelle « évolution verte ». On a fait une révolution, c’est-à-dire qu’on a tout cassé, on l’a appelée la révolution verte, on fait 10 millions d’hectares de désert par an, ce n’est pas d’une révolution dont on a besoin, c’est d’une évolution. On a besoin d’une évolution verte, c’est comme ça qu’on s’en sortira, surtout pas de révolution, quand on voit le dégât qu’a fait la révolution verte, non merci. Il faut une évolution, il faut évoluer, mais c’est long.

Une question : la terra-preta, vous pouvez nous en parler ?

Au Brésil oui, ça ce sont des découvertes, oui, ce sont des croyances, on croyait que ces gens-là sont des êtres primitifs, vous savez, on pense toujours que, moi je suis désolé quand je vois les grottes de Lascaux je trouve que c’est beaucoup beaucoup plus beau que les graffitis que les gars font dans le métro à Paris, je trouve que les gars de Lascaux étaient à un niveau d’évolution bien plus grand que les gars qui font les graffitis dans le métro, mais les amazoniens ne sont pas du tout débiles. Ils ont développé des techniques, bon vous savez qu’on vous parle d’agriculture intensive, mais nous ne sommes pas dans une agriculture intensive, nous sommes dans une agriculture productiviste, faut pas confondre. Les agricultures traditionnelles produisent beaucoup plus productives au mètre carré que l’agriculture actuelle.

Pour vous donner une idée, dans un pays comme Bali, 0 engrais, absolument 0 engrais, on fait 120 quintaux de riz à l’hectare, uniquement avec l’équilibre paysan (en trois récoltes). Pourquoi ? Parce que le paysan a développé des techniques très élaborées, car plus il est descendu vers le Sud, plus il est tombé sur une grande biodiversité et des climats extrêmement violents, avec des fortes saisons des pluies etc. plus il a développé une agriculture d’association.

Par exemple si vous comparez le champ de maïs américain avec le champ de maïs du paysan mexicain, le paysan mexicain produit trois fois plus que l’américain sur une même surface, parce que qu’est-ce qu’il fait le paysan mexicain ? Il prend son maïs, au pied de son maïs il a mis un haricot, et entre les rangs il a planté une courge.

Dans le même champ il fait du maïs, alors vous allez me dire « oui mais il fait que 40 quintaux / ha c’est pas beaucoup », mais il fait 40 qx de maïs, à ça il fait 20 qx de haricots et puis il rajoute 300 qx de courges. Euh le champ de maïs américain il est battu. Mais attention, ça, ça se récolte tout à la main, parce qu’on n’a pas de machine qui sait en même temps moissonner le maïs, le haricot et la courge. Donc c’est une agriculture qui n’est pas productive par individu, c’est une agriculture qui demande beaucoup de main d’œuvre, mais qui produit énormément au mètre carré.

Nous par contre nous avons une agriculture productiviste, c’est-à-dire que chaque agriculteur est capable, par exemple aux Etats Unis, dans le nouveau monde, un agriculteur cultive 500 hectares tout seul, mais sa production au mètre carré est beaucoup plus faible. C’est-à-dire que quand on raconte que (seule l’agriculture actuelle peut nourrir l’humanité, c’est du n’importe quoi). Bon moi je travaille dans un pays comme le Vietnam, le gouvernement vietnamien ne veut surtout pas de mécanisation de son agriculture, parce qu’ils sont 80 millions d’habitants sur un peu moins que la moitié de la France, ils nourrissent 1500 habitants au kilomètre carré en milieu cultivé, donc sur des toutes petites surfaces, et eux il leur faut beaucoup de main d’œuvre au mètre carré. Parce que dès qu’ils ont fini un riz, alors c’est étonnant à voir, ce sont des systèmes paysans, ils ont des haies avec des légumineuses, alors ils ramassent le riz, le riz c’est un épi lâche donc y’a plein de petits grains qui tombent par terre, on ne peut pas ramasser des épis comme on faisait en Europe, en Europe on faisait passer les glaneuses qui ramassaient les épis tombés. Là vous ne pouvez pas, ce sont des grains qui tombent, alors on passe des troupeaux de canards, vous avez un gamin qui arrive avec un grand bambou avec un chiffon blanc, il amène 500 canards, tous les canards se mettent en ligne dans le champ, ils nettoient tout, ils recompostent derrière, donc y’a de l’apport de matière organique, ensuite ils taillent les feuilles de légumineuse dans les haies, ils ont des haies d’acacias, ils mettent les feuilles dans le champs et y recommence, on replante à nouveau. Et ils n’arrêtent pas, donc ils sont très productifs au mètre carré, mais ils ne sont pas productifs par surface cultivée par être humain.

Donc il faut faire attention l’agriculture intensive, elle n’est pas intensive notre agriculture, elle très intensive en intrants, elle consomme entre 10 et jusqu’à 36 calories fossile pour faire une calorie alimentaire, mais elle n’est pas intensive en travail du milieu biologique lui-même, elle est intensive en énergie fossile à l’intérieur et en machines, mais au mètre carré elle produit très peu. Si on voulait vraiment nourrir les hommes, il faudrait le système vietnamien ou mexicain etc. ça ce sont des modèles qui nourrissent très bien les hommes sur des petites surfaces, mais je ne vois pas les français retourner à ce genre d’agriculture...

C’est une agriculture qui demande beaucoup de travail humain, donc nous ce qu’on cherche c’est quand même une meilleure productivité par individu.

Crédit photo d’en-tête : Arian Zwegers CC2.0 By


7 votes
Répondre à cet article

Un message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes entièrement vides pour les séparer.

Qui êtes-vous ? (optionnel : cela vous permettra de recevoir les réponses)
DOSSIER
Lydia et Claude Bourguignon, agronomes, la vie du sol et l’agriculture

Lixium: Hébergement web neutre en CO2 | SPIP 2.1
ecovillage global et permaculture

NOUVEAU SITE

Découvrez ecovillageglobal.fr le site de l'écovillage global des lecteurs et annonceurs de la revue Passerelle Éco

PASSEZ UNE ANNONCE

Cherche Associé (Emploi et Entreprise dans le 34)

Projet : Bonjour, Je cherche un associé pour un organisme qui plante des arbres fruitiers partout pour la biodiversité et la nourriture gratuite. L’idée est de créer une startup internationale pour que (...)

Colibris Rencontre Action (Convergences dans le 34)

Projet : Bonjour à tous ! Rencontre des colibris de la région biterroise lundi 20 novembre 2017 au bar Le Trois Six 10, place des Trois Six, 34500 Béziers à 19h au menu: rencontre, plan d'action, (...)

Recherche Assistant Bricoleur dans Écocentre / Écolieu en Permaculture (Ecolieux existants dans le 71)

Projet : Depuis 2012, nous développons un écocentre/écolieu sur 3.5ha cultivé en permaculture et permettant l'autonomie alimentaire. Nous vendons des paniers de légumes. Nous recevons des écoles, des (...)

Recherche Foncier / Terrain Installation Permaculture (Dimension Agricole dans le 06)

Projet : Actuellement en formation BP REA. Je cherche du Foncier pour une installation future, courant 2018 maximum début 2019. Projet 100% nature, zero dechet, autonomie totale. Permaculture, (...)

Atelier et Logement (Elargissement dans le 26)

Offre : Parts à vendre dans une SCI (correspondant à un bâtiment et jardin) : Grange disponible (100m2 + 100m2 de cave). Potentiel d’habitation et d’espace de travail-atelier. Idéal pour apiculteur, (...)

Cherchons Volontaire Long Terme (Ecolieux existants dans le 46)

Projet : Florent et Emilie, parents de Amaya et partenaires de projet avons initié la construction d'un lieu permacole dans le Lot, au milieu de la forêt. Le projet consiste à créer un jardin forêt (...)

Eco Hameau (Graines d’Avenir dans le 21)

Projet : Eco hameau de Longecourt les Culêtre 21230 Six lots viabilisés (voirie, réseaux, assainissement, réserve d'eau pluviale) Le projet d'éco hameau de la commune de Longecourt les Culêtre est (...)

Chantier Bénévole au Viel Audon (Construction dans le 7)

Projet : L’association LE MAT est aujourd’hui un centre d’éducation à l’environnement, à la transition et à la coopération. Elle est située au hameau du Viel Audon (Commune de Balazuc en Ardèche), où une (...)

Le Viel Audon Recherche un⋅e Agent⋅e Tec. Polyvalent⋅e pour la Saison (Elargissement dans le 07)

Projet : Contexte L’association LE MAT est aujourd’hui un centre d’éducation à l’environnement, à la transition et à la coopération. Elle est située au hameau du Viel Audon (Commune de Balazuc en Ardèche), (...)