Passerelle eco
Passerelle eco

Pratiques et Contacts pour Vivre Ensemble sur une Même Planète

La revue Passerelle Eco : sommaire des numéros, compléments d'info, bulletin d'abonnement à imprimer ...

Actualité du réseau éco

Réseaux

Quelques écolieux

Des reportages et les annonces du réseau éco et de la dynamique écovillage en France : écolieux de vie, projets d'écovillages, écofermes pédagogiques, personnes ressources ou en recherche, entreprises, centres de formations, etc... Plusieurs rubriques sont consacrées aux écovillages en germe ou en devenir, car ces initiatives font converger l'ensemble des aspects de l'écologie pratique : l'actualité, leurs activités, rencontres, chantiers ou échanges proposés.
Dossiers thématiques : depuis les statuts de la loi de 1901, l'alimentation, la construction saine, l'habitat léger, le carburant tournesol ...
Annonces, photos, comptes rendu des rassemblements, rendez-vous, festivals, colloques, manifestations...
- des fiches pratiques et des recettes - le site Nima'Sadi de partage et d'expérimentation sur autoproduction - les activités associatives de Passerelle Eco.
Vous êtes ici > Accueil > Thématiques > Agricultiver > Assolement et semis direct
Cultures intercalaires et Sorgho ; et conclusion

le 27 avril 2015

DOSSIER :
Lydia et Claude Bourguignon, agronomes, la vie du sol et l’agriculture (26)

Cultures intercalaires et Sorgho ; et conclusion

Claude Bourguignon répond à d’autres questions, sur l’irrigation et les engrais pour les cultures intercalaires, et l’intérêt comparé du maïs et du sorgho.

En guise de conclusion, un rappel des éléments fondamentaux de l’agriculture selon Claude Bourguignon.

Une autre question sur le compostage. Là je suis dans un secteur où il y a des périmètres de protection d’eau qui sont en train de se mettre en place, et bon moi je composte sur mon exploitation, et on m’interdit de mettre du compost sur ces périmètres de protection alors que j’ai le droit qu’à ça

Claude Bourguignon : Pfff... Ça c’est le lobbying des marchands d’engrais,

Non mais c’est un agronome qui a fait une étude, qui a pondu ça quoi

Claude Bourguignon : N’importe quoi. Mais c’est comme pour les cultures intercalaires, quand vous faites une culture intercalaire au mois de juillet votre sol il est sec, c’est-à-dire qu’il n’y a pas de minéralisation, donc vous êtes obligés de mettre de l’azote sinon votre culture intercalaire ne pousse pas. Alors, les abrutis qui sont dans les ministères ont dit : interdit de mettre de l’azote au mois de juillet. Mais si vous ne mettez pas d’azote au mois de juillet, votre interculture elle va faire 10 cm. Donc elle ne servira à rien, elle ne récupérera pas l’azote qui est déjà à 40 cm de profondeur voire 50 cm, donc vous avez perdu votre temps, jeté des graines par la fenêtre et ça vous a servi à rien.

Quand vous semez une intercalaire, il faut lui mettre à manger, et vous inquiétez pas, les 30-40 unités d’azote que vous allez manger, vous allez largement les récupérer, et en plus avec cette azote elle va pouvoir allez chercher l’azote qui est plus loin. Et on se retrouve avec des vrais itinéraires qui ne polluent plus. Mais y’a des abrutis dans les ministères qui ont décidé qu’il ne fallait pas mettre d’azote au mois de juillet.

Le problème c’est que pour faire évoluer les choses, il faut que les gars qui sont assis sur le cul dans leurs bureaux viennent un peu sur le terrain regarder ce qu’il se passe.

Faut un peu se mettre à la place des agriculteurs aussi

Claude Bourguignon : Non mais ce n’est pas aux agriculteurs que j’en veux, c’est au fait qu’on les a emmenés dans un système qui leur pourrit la vie. C’est pour ça que je vous dis que vous vous êtes fait avoir par le système agro-industriel qui a su vous faire dépenser beaucoup d’argent.

Mais vous pouvez faire une agriculture propre, faut arrêter de dire que l’agriculture pollue, l’agriculture pollue parce qu’on a décidé de la rendre polluante, mais vous pouvez faire une agriculture productive et non-polluante. Mais pour ça il faut changer les règles, parce que sinon ça marchera jamais : si vous ne mettez pas à manger à votre plante intercalaire, elle ne poussera pas, parce qu’elle n’est pas à une période où il y a minéralisation dans le sol. La minéralisation ça se fait au printemps, ça se fait à l’automne, vous pouvez faire un semis de printemps, un semis d’automne, y’a de la minéralisation pour les nourrir, mais pas un semis au mois de juillet, tout le monde est au repos hein. Les bactéries sont au repos, les champignons sont au repos, y’a pas de minéralisation à ce moment-là.

Quand je fais une courbe d’activité biologique dans le sol y’a la bosse printanière, le creux d’été, y’a la bosse d’automne, et puis le creux en hiver. Donc si vous travaillez en creux d’été, il faut que vous donniez à manger. Mais ce sera récupéré largement parce qu’après la plante elle va profiter de toute la chaleur de l’été pour pousser, elle va descendre ses racines, elle va vous récupérer les engrais, et vous ne polluerez pas.

Au prix où elle est (l’azote) on devrait faire pousser les moutardes. Moi je fais des dérobés, agriculture intercalaire comme vous dites, je vais surtout pas mettre de l’azote au mois de juillet pour les faire pousser. S’il reste de l’azote elles poussent, si il en reste pas trop elles sont un peu moins hautes et puis c’est tout hein.

Claude Bourguignon : Ah oui mais le fait qu’elles ne poussent pas ce n’est pas qu’il ne reste pas d’azote, c’est que le climat les empêche de pousser.

Oui mais pour qu’elles poussent il faut aussi qu’il pleuve hein, on n’ira pas les arroser

Claude Bourguignon : Ah oui mais attendez, je m’en doute, mais vous êtes en semis direct ou en labour ?

Ah ben avec mes moutardes je gratte sur 8 cm,

Claude Bourguignon : Donc vous séchez le sol.

Je les sème avec mon semoir à disque, et puis ça fait ...

Claude Bourguignon : ... ce que le climat veut bien. Tandis que quand vous ne grattez pas du tout, vous verrez que vous êtes beaucoup moins dépendant du climat.

Euh vous avez parlé de variétés de maïs qui ne consomment pas beaucoup d’eau

Claude Bourguignon : Non j’ai dit des plantes (de la même famille, celle des graminées, or la famille des graminée est vaste...), qu’on appelle les sorghos, les mils, les millets qui ne consomment pas d’eau.

Et pas de variétés maïs, si ?

Claude Bourguignon : Ah le maïs c’est une plante tropicale, de milieu humide, qui consomme de l’eau. On essaye à l’heure actuelle de faire pousser d’autres choses, millets etc. Mais le problème c’est que comme l’industrie contrôle totalement le maïs, ils ont tout, ils ont les graines, ils ont les ogm, ils ont tout, donc ils ne veulent pas que le maïs leur échappe. Pourquoi ils ont fait les ogm sur les 5 plantes les plus importantes sur le plan économique ? Y’a quoi en ce moment en ogm ?

  • Le maïs, qui est présent dans 95 % des aliments que vous consommez ;
  • le soja, présent dans 85 % des aliments que vous consommez ;
  • le coton, première culture industrielle du monde ;
  • le colza, première plante pour l’huile ;
  • le riz, parce que ça nourrit l’Asie.

Ce sont ces cinq-là qu’ils ont fait, ce n’est pas pour rien, ils ne se sont pas amusés à prendre des cultures type tournesol, qui ne représentent pas grand-chose. Donc à l’heure actuelle ils ont fait du maïs et du soja parce qu’ils contrôlent parfaitement toute la chaîne de transformation, donc ils ont par tellement envie que desagriculteurs se mettent à faire du sorgho, à faire du millet, parce que ça va leur échapper. C’est pour ça que plus ils peuvent attacher les agriculteurs mieux c’est, parce qu’avec les ogm ils les attachent complètement. Ils leur vendent des semences, ils leur vendent l’herbicide dont la semence se protège, ils tiennent tout le circuit, ils leur disent « vous serez obligés de passer par nos silos », donc l’agriculteur il est pied et poings liés. C’est un système d’enfermement si vous voulez.

Oui mais est-ce qu’il existe des variétés de maïs qui consomment peu d’eau ?

Claude Bourguignon : Oui mais je ne vois pas l’intérêt, pourquoi vous voulez absolument mettre du maïs ? C’est une plante toxique, c’est la seule graminée toxique du monde le maïs, donc c’est une plante qui est plutôt embêtante, elle contient des hématoglutinines (substance qui fait s’agglomérer le sang, formant des caillots)... Vous savez que les espagnols quand ils sont arrivés au Mexique, ils ont vu les mexicains, puisqu’ils n’avaient que le maïs donc ils l’ont cultivé, ils les ont vu mettre de la chaux, comme pour les murs, ils mettaient de la chaux dans leurs galettes de maïs. Les espagnols ils ont regardé et ils se sont dit « on est vraiment chez des primates, ils confondent architecture et alimentation ». Et en fait, les Incas, les Mayas, avaient observé que quand on mettait de la chaux, ils le savaient pas mais ils remontaient le pH, ils bloquaient les hématoglutinines et le maïs devient digeste. Les espagnols se sont moqué des mayas, et n’ont pas voulu mettre de chaux, ils sont tombés malades les gars.

Donc c’est une plante qui est toxique, ce n’est pas une très bonne graminée. On vous a bien eu. Les sorghos sont plus appétant, sont plus sucrés en plus, beaucoup plus digestifs par les animaux et même par l’homme, on fait des meilleurs biscuits avec le sorgho, gustativement parlant, qu’avec le maïs.

Le problème c’est que le maïs a été industrialisé, c’est une réussite extraordinaire au niveau industriel, donc ils tiennent à cette plante mordicus.

Non pas par ses qualités, y’a bien mieux comme graminée, on fait des meilleures croissances au Brésil avec des sorghos qu’avec des maïs, mais c’est tenu par l’industrie, c’est pour ça, c’est tout.

Mais y’a plein d’autres espèces, vous savez, le jour où on se mettra à tout cultiver...

Mais y’a des variétés anciennes de maïs, les variétés population qui ne consomment pas tellement d’eau...

Claude Bourguignon : Oui y’en a qui consomment moins d’eau, mais d’une façon globale c’est quand même une plante qui pousse au moment du début de la saison des pluies en milieu tropical, c’est une plante qui a besoin d’eau. Elle a besoin de chaleur et d’eau pour pousser.

C’est spectaculaire, quand vous allez dans un pays comme le Mexique, dans sa patrie d’origine, vous allez voir à la vitesse à laquelle pousse un maïs, c’est absolument spectaculaire. Des vitesses, que moi j’ai mesuré au Mexique, des vitesses d’enracinement de 12 cm / jour sur le maïs. Je ne sais pas si vous voyez, 12 cm/ jours !

Le maïs pousse de plusieurs centimètres par jour quand il est chez lui, qu’il est dans son milieu.

Chez nous il a un coup de froid au mois de mai, il devient tout rouge, il souffre, il est pas content, on est obligé de lui mettre du superphosphate en localisé sur la graine, parce qu’à cette époque-là il fait trop froid, les champignons travaillent pas bien donc y’a pas de phosphate, donc il n’est pas dans son milieu.

Alors que le sorgho, qui est une plante de milieu sec, très différent, avec des nuits froides, est beaucoup mieux adapté à notre climat. Bon bah c’est sûr que les américains avec leur climat tropical au Texas, ils tiennent à leur maïs. Le maïs, vous allez voir au Canada, quand y fait chaud là-bas, il fait vraiment chaud, le maïs il pousse vite.

Pas chez nous, nous on a un climat tempéré, ce n’est pas la plante idéale de pays tempéré. Vous avez des mils, des millets de Chine bien mieux adaptés à notre climat que le maïs. C’est parce que l’industrie a forcé, forcé, forcé pour faire du maïs, mais c’est pas une plante très digeste, ce n’est pas une plante qui donne de la qualité gustative. Alors y’a les canards qui le supportent bien le maïs, et les poulets, eux ils le valorisent mieux. Mais le bétail, ça vous fait pas de la bonne viande le maïs, vous faites de la meilleure viande avec le sorgho. Allez manger de la viande en Argentine ou au Brésil, vous allez voir comment elle est goûteuse la viande, parce qu’elle est nourrie au sorgho, elle n’est pas nourrie au maïs.Ça dépend de ce que vous voulez faire, si vous voulez faire de la qualité... ça c’est un vrai débat.

Les règles de base

  • Ne pas enfouir la matière organique, l’incorporer en surface ou la laisser en surface.
  • ARRÊTER LES SOLS NUS. Tout le temps occuper le sol avec une plante.
  • Si vous ne touchez pas à la terre vous n’aurez pas de mauvaises herbes. Dès que vous projetez de la terre et la ramenez en surface, les mauvaises herbes se lèvent.
  • Ne pas brûler la matière organique, la laisser se transformer en humus (paille, bois...).
  • La paille est pour le sol, la graine pour l’homme.
  • Tous les organismes vivants ont leur rôle à jouer.

Crédit photo d’en-tête : Pethan CC3.0 By-Sa


14 votes
Répondre à cet article

Un message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes entièrement vides pour les séparer.

Qui êtes-vous ? (optionnel : cela vous permettra de recevoir les réponses)
DOSSIER
Lydia et Claude Bourguignon, agronomes, la vie du sol et l’agriculture
Article précédent : Compostage et irrigation

Claude Bourguignon est également auteur de la préface du livre "Introduction à la Permaculture".


Lixium: Hébergement web neutre en CO2 | SPIP 2.1
ecovillage global et permaculture

NOUVEAU SITE

Découvrez ecovillageglobal.fr le site de l'écovillage global des lecteurs et annonceurs de la revue Passerelle Éco

PASSEZ UNE ANNONCE

Loue Atelier Fermé (Artisanat dans le 4)

Projet : Atelier en ossature bois , semi aménagé :13 m de long par 10 de large + coin sanitaire. Possibilité d’extension. A 20 mn de Manosque au cœur d’un massif forestier. 380V / eau de ville / fosse (...)

Cherche Agriculteur de Montagne (Elargissement dans le 06)

Projet : Faire vivre une ferme et passer le flambeau d’une activité pérenne déjà en place. ♦  Installer des personnes motivées et les introduire dans le réseau local de maintien d’une petite agriculture (...)

Envie de Création d'un Lieu Agricole et Spirituel Partagé (Elargissement dans le 43)

Projet : Partager des temps de repas, de célébration, de jeu, de travail,
Offre : Une ferme d'une 15 aine d'hectare avec une production de savons au lait d'ânesse existante, pouvant accueillir (...)

Activité Agricole Collective et Militante (Dimension Agricole)

Projet : Je m’appelle Christophe, j’ai 25 ans avec diverses expériences agricoles et collectives, je cherche à rejoindre ou créer un groupe dans lequel je me sentirai en Confiance. Mes préférences sont (...)

Rejoindre Écolieu Végétalien et Joyeux >Offre: Myself, mes . . . (À l’abordage)

Projet : Rejoindre écolieu végétalien et joyeux
Offre : Myself, mes compétences, ma bonne humeur, un petit capital.
Demande : J'aimerais rejoindre un écolieu végétalien et joyeux dans un endroit joli et (...)

Intègrer / Constituer Écolieux! (À l’abordage dans le 66)

Projet : J'aimerai beaucoup d'ici quelques mois (pour l'instant je suis coincée à Maury, au nord des POs) intègrer ou constituer un écolieu (hameau, village, colloque!) / plutôt dans le même esprit: (...)

Location d'une Chambre dans un Éco-Lieu (Elargissement dans le 22)

Offre : Bonjour ! Une chambre est disponible dans la maison principale de l’éco-lieu où nous habitons. Nous sommes situés dans un très bel endroit de plusieurs hectares dans la campagne trégoroise, à (...)

Possible Emploi CUI / CAE (Ecolieux existants dans le 40)

Offre  : poste en emploi aidé CUI CAE de secrétaire polyvalente dans écolieu avec AB. Administration, préparation des paniers de légumes, stands. Possibilité d’hébergement sur le (...)

Bonjour J'ai pour Projet de Quitter la Champagne Ardenne pour . . . (CoLocation dans le 51)

Projet : Bonjour J’ai pour projet de quitter la Champagne Ardenne pour m’installer dans le Finistère sud (ou la Bretagne plus général) dans les 2 ou 3 ans maxi.(je me suis toujours senti profondément (...)
twitter

SUR LE WEB