Passerelle eco
Passerelle eco

Pratiques et Contacts pour Vivre Ensemble sur une Même Planète

La revue Passerelle Eco : sommaire des numéros, compléments d'info, bulletin d'abonnement à imprimer ...

Actualité du réseau éco

Réseaux

Quelques écolieux

Des reportages et les annonces du réseau éco et de la dynamique écovillage en France : écolieux de vie, projets d'écovillages, écofermes pédagogiques, personnes ressources ou en recherche, entreprises, centres de formations, etc... Plusieurs rubriques sont consacrées aux écovillages en germe ou en devenir, car ces initiatives font converger l'ensemble des aspects de l'écologie pratique : l'actualité, leurs activités, rencontres, chantiers ou échanges proposés.
Dossiers thématiques : depuis les statuts de la loi de 1901, l'alimentation, la construction saine, l'habitat léger, le carburant tournesol ...
Annonces, photos, comptes rendu des rassemblements, rendez-vous, festivals, colloques, manifestations...
- des fiches pratiques et des recettes - le site Nima'Sadi de partage et d'expérimentation sur autoproduction - les activités associatives de Passerelle Eco.
Vous êtes ici > Accueil > Thématiques > Agricultiver > Assolement et semis direct
Semis direct sous couvert

le 10 février 2015

DOSSIER :
Lydia et Claude Bourguignon, agronomes, la vie du sol et l’agriculture (15)

Semis direct sous couvert

Après un bilan des impacts négatifs du labour sur la fertilité des sols, Claude Bourguignon propose une solution : le semis direct sous couvert.

Alors le semis directe sous couvert c’est quoi le principe ? Eh bien c’est copier la nature, c’est-à-dire à l’inverse de ce qu’on voit faire, enfouir tout avec une putréfaction.

Là c’est du tournesol labouré, vous voyez tous les côtés bleutés de la putréfaction en anaérobiose, c’est de ne surtout pas faire ça, c’est au contraire se baser sur une observation très simple, qui est que quand j’observe un blé qui se développe, on constate qu’il a extrêmement bien structuré le sol.Si je regarde une plante sur le sol, qu’est-ce que je constate ? Un contraste énorme entre la zone compactée par la charrue -ce qu’on appelle la semelle de labour, qui est du vrai béton- puis au-dessus j’ai un sol extraordinairement aéré, c’est-à-dire que la racine, la biologie, elle ne compacte pas, elle fait exactement l’inverse, elle décompacte, elle créée une énorme aération.

Or quel est le problème de l’agriculteur depuis 6000 ans ? C’est :

  • Ne pas avoir de mauvaises herbes
  • Et avoir un lit de semence

Un lit de semence c’est quoi ? C’est une terre grumeleuse, c’est justement pas des grosses mottes, qui va permettre à la graine d’avoir et du dioxygène et de la fraîcheur pour germer. Car toute la difficulté pour la graine, c’est qu’il lui faut de l’eau sinon elle ne germe pas, mais il lui faut quand même de l’air pour respirer.

Or qu’est-ce que je constate ? On voit que les racines créent exactement ce que je veux. Donc si je trouve une plante qui m’étouffe les mauvaises herbes et que je peux détruire facilement, par exemple une plante qui gèle, qui va mourir aux premiers coups de l’hiver, et qui me structure le sol, bah j’ai mon lit de semence, j’ai un sol propre, je peux semer.

Donc l’idée c’est, au milieu de ces 350 000 espèces de plantes qui existent sur Terre, de rechercher les plantes qui sont capables de structurer le plus efficacement les sols, et puis je vais semer dedans. Alors vous avez des plantes remarquables, qui ont des capacités de faire de la racine qui sont tout à fait remarquables.

Alors le grand spécialiste de ça c’est Wes Jackson aux Etats Unis, c’est un monsieur qui travaille depuis très longtemps sur des plantes intercalaires pour préparer les sols et les décompacter. Donc voyez, il sélectionne les graminées – ce sont les graminées qui sont les plus performantes – Il sélectionne des plantes qui font énormément de racines. C’est-à-dire qui en très peu de temps sont capables de faire des volumes racinaires tels que le sol n’est plus qu’un lit de semence, cette plante, si vous la choisissez parce qu’elle gèle, alors vous allez tout simplement passer dedans et semer directement dans la végétation, et vous allez profiter du travail fabuleux qu’ont fait ces racines. Alors on travaille à l’heure actuelle avec des plantes qui font 12 milliards de kilomètres de racines à l’hectare, je ne sais pas si vous voyez ce que ça fait : vous transformez les terres. On les utilise en milieu amazonien, dans des milieux extrêmement durs, où on a 95 % d’argile, avec des pluviométries de 3 m d’eau par an, donc des sols que les agronomes disaient jusque-là incultivables, parce que quand vous descendez une charrue dans un sol à 95 % d’argile et qu’il pleut 3 m d’eau par an, je peux vous dire que vous faites une bouillie, ce sont des sols que l’agriculture classique ruine en 5 ans, en 5 ans il n’y plus rien qui pousse. Alors qu’avec ces plantes intercalaires-là, on fait de la production sans arrêt, puisqu’on ne laisse jamais le sol nu et qu’on va le structurer avec les racines.

Donc l’idée c’est de mettre une plante intercalaire : alors en plus cette plante intercalaire vous pouvez la choisir comme plante énergétique, vous allez la mettre entre deux cultures, c’est-à-dire que par exemple vous récoltez une orge d’hiver, avant que vous plantiez votre culture d’hiver vous avez un certain temps, hé bien pendant ce temps-là vous pouvez faire une culture énergétique (ou n’importe quelle autre culture intercalaire). Car raconter qu’on va faire des cultures énergétiques à la place des cultures alimentaires alors qu’on n’a déjà plus assez à manger sur Terre, est une idée totalement farfelue. Il va falloir qu’on garde nos surfaces agricoles pour manger. Par contre à partir du moment où vous ne labourez plus, c’est-à-dire que vous ne faites plus un passage de labour pour faire des mottes, ensuite un passage pour casser les mottes, ensuite un passage pour aplanir tout ça, c’est-à-dire 4 passages avant d’installer une culture, si vous avez juste à semer, vous avez quand même gagné trois passages, vous gagnez du temps, au lieu d’attendre entre tous vos passages et de laisser le sol nu, vous pouvez produire. Donc l’idée c’est : « je vais installer une culture tout de suite derrière la plante récoltée ». Comment on va faire ?

Eh bien si on prend un itinéraire derrière une céréale d’hiver, je prends une situation où il n’y a pas d’élevage donc je n’ai pas besoin des pailles, je ne moissonne que les épis, avec ce qu’on appelle un « stripper », qui est une moissonneuse qui travaille très haut, je ne prends que les épis donc je consomme déjà beaucoup moins de fioul puisque je n’ai pas à broyer les pailles, je laisse les pailles debout (c’est très important de les laisser debout), et avec un semoir à disque je sème directement dedans une culture intercalaire. Ça peut être une culture à gibier, une culture qui récupère l’azote, ou qui fait de l’énergie, c’est-à-dire qui produit par exemple, si elle est à cycle court, de l’huile. On a maintenant des crucifères qui ont des cycles à 90 jours, donc vous pouvez très bien entre une moisson 15 juillet et un semis 15 octobre, avoir le temps de produire une crucifère qui vous fait de l’huile.

Alors ça vous fait des semis qui sont un petit peu différent de ce que l’on a l’habitude de faire, puisque vous allez semer directement dans la paille. Voilà par exemple un semis intercalaire sur le plateau blanc en Bourgogne, conditions assez froides, donc là c’était un sarrasin qui est un excellent précédent au blé, donc là on est en train de semer dans le sarrasin. Alors vous voyez le principe, quand vous regardez par en haut, on dirait qu’on a rien fait, parce que la machine se contente de fendre, laisser tomber la graine et refermer le sillon, donc pas de levée de mauvaises herbes. Puisque dès que vous touchez la terre les mauvaises herbes se lèvent, le principe c’est surtout de ne pas faire de mauvaises herbes et de tout de suite s’installer.

Alors ça fait de temps en temps des semis marrant, voilà par exemple un semis dans l’Ain, près le Lyon, là on sème sous la pluie, ce jour-là il était tombé 12 mm d’eau. On sème direct, on s’en fiche qu’il y ait de l’eau puisque de toute façon on roule sur des plantes. Donc vous ouvrez votre calendrier de semis de façon très intéressante.

Là je suis en train de semer ! Alors c’est vrai que c’est choquant quand vous voyez ça. « Holà dis-donc le gars y sème, qu’est-ce qui va faire ? » Bah ça c’est une plante qui gèle donc y’a absolument pas de souci à se faire, et on sème notre culture. Plus il fait chaud, plus vous faites des cultures intercalaires imposantes : quand vous descendez dans le Sud de la France, où on a un climat fait qu’il y a plus de chaleur entre le 15 juillet et le 15 octobre, donc on arrive à faire des végétations qui sont très hautes. Là vous voyez le tracteur y commence à plus voir grand-chose. Alors là, vous terminez votre culture avec 2 à 3 kg d’azote en reliquats, tout l’azote est dans la plante intercalaire.

Voilà ce que donne une culture blé sur blé zéro herbicide. Vous voyez qu’il est propre, il n’est pas salit par les mauvaises herbes. Pourquoi ? Parce que je n’ai pas laissé pousser les mauvaises herbes puisque j’ai mis une plante qui a tout étouffé. Donc quand je le regarde de près mon blé, on se rend compte qu’il n’y rien qui a eu le temps de pousser : J’ai deux paille, et la paille, là c’était un blé sur blé, donc du blé précédent, et la paille de la plante intercalaire (ici en l’occurrence un sorgho que j’ai couché sur le sol). Vous voyez il y a des petites bicoques qui commencent à apparaître, mais au stade où est le blé, elles ne le rattraperont plus, c’est fini, lui il a gagné.

Donc vous rendez compte que vous arrivez à faire des itinéraires très économiques : un itinéraire labour c’est 140 L de fuel / ha, un itinéraire en semis direct c’est 25 L. Donc au niveau économie ce n’est pas inintéressant puisque vous n’avez plus besoin de gros tracteurs de 200 chevaux pour faire du boulot.

Alors voilà ce que ça donne sur le sol : ça c’est un essai sur un limon battant dans la région du Mans. Donc on a divisé la parcelle en deux : parcelle avec labour, voyez l’état des surfaces... ça c’est un limon qui a une perméabilité de 0,5 mm d’eau / h. 1 an de culture sans labour, regardez déjà toutes les crottes de vers de terre qui apparaissent, tous les trous, ça y est maintenant l’eau ne reste plus sur le champ. Ça,ça s’est fait en un an seulement. Simplement, de ne pas avoir tout de suite déchaumé, tout enfoui, ou même brûlé les pailles, d’avoir tout laissé sur le sol, voyez déjà l’état du sol. Donc les sols répondent vite quand vous arrêtez de tout enfouir.

Alors si vous avez un maïs à faire derrière un blé, c’est-à-dire si vous faites une culture de printemps derrière une culture d’hiver, on fera deux cultures intercalaires :

  • On récolte le blé
  • Dans le blé je mets ma culture d’été, en plus le gros avantage de la culture intercalaire c’est que vous profitez des 3 derniers mois chauds, fin juillet tout le mois d’août et tout le mois de septembre, qui sont les derniers mois chauds où vous pouvez faire encore de la biomasse et où vous pouvez encore faire de la photosynthèse.
  • Derrière je vais mettre une culture d’hiver. Car ce système ne marche que si la plante dans laquelle je sème est vivante, si elle est morte depuis plusieurs mois, elle est toute pourrie, elle n’a plus du tout d’effet. Je vais avoir de la terre qui va coller sur mes disques, je vais sortir de la terre donc je vais avoir des mauvaises herbes. Il faut que ma plante soit broyée la veille pour pouvoir semer. Je mets cette culture d’hiver.
  • et dans cette culture d’hiver je sème.
  • Alors ça fait des levées de maïs qui sont assez marrantes, parce qu’on n’est pas habitué à voir le maïs sortir au milieu de ça. Vous voyez vous avez le maïs qui sort au milieu du « caca », ce n’est pas gênant, c’est tout mort, y’a pas de mauvaises herbes.

Ce qui fait que vous vous retrouvez au moment de la récolte un maïs qui est propre, vous voyez au sol c’est tout propre. J’ai encore un gros mulch, j’ai encore un gros tas de matière organique, donc y’a tous les vers de terre qui reviennent, les collemboles, les acariens etc. et puis mon sol il est propre.

Ce maïs je vais à nouveau le récolter au stripper, je vais prendre que les épis, je laisse tout au sol, et je ressème immédiatement une culture d’hiver. Donc vous voyez je n’arrête jamais, c’est-à-dire que le principe c’est de copier la nature : je ne laisse jamais mon sol nu.

C’est la règle de base, tout le temps occuper le sol avec une plante, et pour ça il faut du semoir rapide, il ne faut surtout pas être obligé de labourer la terre et de la remuer, sinon, si je suis obligé de tripatouiller la terre, je vais perdre du temps et je ne vais pas avoir le temps de faire mes itinéraires.

Alors, on a avec le travail de W. Jackson sur la sélection des plantes, on des plantes remarquables. Voilà par exemple à l’heure actuelle la championne qu’on a dans le monde, qu’on n’utilise pas ici, c’est une plante tropicale qu’on utilise pour mettre en valeur et pour arrêter les dégâts dans les sols équatoriaux amazoniens. Alors vous êtes ici sur un latosol dans la région de Lucas de Verde avec 95 % d’argile, cette plante elle a 60 jours, en 60 jours elle a transformé un sol argileux en un « couscous », et là on fait passer le bétail d’abord puisqu’elle est très sucrée, le bétail adore, on fait brouter par le bétail et on sème directement dedans, les sojas, les riz.

Si on prend une plante comme le colza, alors on n’a pas le temps de faire une intercalaire entre une orge et un colza, donc on va semer directement le colza dans les pailles de l’orge.

Voilà ce que ça donne. Ça c’est un semis qui est réussi, l’agriculteur a travaillé à la bonne vitesse, il faut travailler à 8-9 km/h, il ne faut pas travailler trop vite sinon vous projetez de la terre et vous aurez des mauvaises herbes. Donc c’est un semis bien réussi, on a l’impression qu’il y a juste les graines qui sortent au milieu de la paille, comme je n’ai pas touché à la terre, pas de mauvaises herbes.

C’est le principe de base, si vous ne touchez pas à la terre vous n’aurez pas de mauvaises herbes. Dès que vous touchez la terre, ça se lève. Mais cette technique demande du doigté. Attention la technique que je vous décris, elle est beaucoup plus compliquée que le labour. N’importe qui peut faire du labour, ça par contre c’est très technique.

Crédit photo d’en-tête : DriAger Tous droits réservés


43 votes
Répondre à cet article

Un message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes entièrement vides pour les séparer.

Qui êtes-vous ? (optionnel : cela vous permettra de recevoir les réponses)
DOSSIER
Lydia et Claude Bourguignon, agronomes, la vie du sol et l’agriculture

3 messages

  • Semis direct sous couvert

    Le 5 août 2016, par Domie

    C’est passionnant et ça vaudrait le coup de le retranscrire en langage écrit ... je ne m’en sens hélas pas capable

    • Semis direct sous couvert

      11 novembre 2016, par kilojoule

      bonjour,
      je vais cultiver des céréales sur qq ha mais je n’ai aucune expérience et le semis sous couvert me semble remarquable, alors comment le mettre en place sachant que je pars d’une jachère vieille de dix ans qui vient d’être broyée ?
      quel couvert puis-je mettre en place à cette période de l’année ?
      merci

      • Re Semis direct sous couvert

        2 avril, par Hugo_Stiglitz

        Salut à toi ami agroecologue !

        Je te suggère de commencer par un semis de prairie multi especes qui servira de gros nettoyage. La première coupe de cette prairie servira également de nettoyant. Après quelques années, le sol sera prêt à recevoir une céréale.

        Le seul obstacle est de supprimer la prairie sans labour... Des essais sont en cour en Suisse. Mais un semis direct dans la prairie avec une cipan précoce et agressive devrait être suffisant.

        A bon entendeur salut ^^


Lixium: Hébergement web neutre en CO2 | SPIP 2.1
ecovillage global et permaculture

NOUVEAU SITE

Découvrez ecovillageglobal.fr le site de l'écovillage global des lecteurs et annonceurs de la revue Passerelle Éco

PASSEZ UNE ANNONCE

Gérez le Stress et les Émotions au Quotidien (Arts de Vie dans le 49)

Offre : Venez apprendre la relaxation, la respiration, la visualisation et les affirmations positives à pratiquer au quotidien pour gérer stress, anxiété, phobies et aussi pour atteindre des objectifs (...)

Échange Chambre Proche Genève contre Construction (Troc et éco-monnaies)

Projet : j’aménage un Jumpy youhou!!
Offre : échange chambre proche de Genève dans grande éco maison avec gentil labrador contre
Demande : aménagement de mon van (construction des meubles uniquement) (...)

Vivre dans un Éco Lieu (Ecolieux existants dans le 16)

Projet : Choeur de Grolles c'est une association qui participe à la restauration, harmonisation d'un logis et de ses 5 hectares et qui organise des événements festifs. Le but est de créer des espaces (...)

Roze et Mathieu Cherchent Coloc, Collectif, Collectif Agricole . . . (À l’abordage dans le 26)

Demande : Bonjour à toutes et tous ! Nous sommes Roze et Mathieu, hollandaise et français, en couple. Nous cherchons à nous installer dans la vallée de la Drôme ou le Diois, dès janvier 2018. Nous (...)

Colocation à Créer Autour de Besançon (CoLocation dans le 25)

Projet : Cette colocation serait un lieu idéal de partage de valeurs, telles que la joie, l'authenticité, la confiance et la bienveillance et bien sûr l'amour de la Nature.
Offre : Partage d'un loyer (...)

Rch Associés, Partenaires, Lieux . . . . (Graines d’Avenir dans le 34)

Projet : Création d'un lieu de vie et d'activités proche de la nature dans le respect l'harmonie,l'echange,l'entraide...Dans un premier temps c'est de trouver ce lieu où le créé...des personnes motivé (...)

Cherche Location (Recherche location dans le 30)

Demande : Je cherche pour un jeune couple sans abri (lui Seb, 31 ans et elle Justine 26 ans), un logement, bungalow, caravane, ou appart/maison à retaper. Seb a travaillé dans la bâtiment : (...)

Magnifique Terrain au Cœur de la Forêt Noir (Ventes Immobilier dans le 29)

Offre : Magnifique terrain au cœur de la forêt noire à vendre. 30 000 euros à débattre. C 'est un petit havre de paix, une clairière au fond des bois, un lieux idéal pour des habitats légés ou un (...)

Cherchons Volontaires, Futurs co-Résidents et / ou Benevoles (Elargissement dans le 58)

Projet : L’Oasis « Le Moulin de Grandry » est niché dans le Parc Naturel Régional du Morvan. Le projet est un écolieu de vie et de ressources, lieu de mise en œuvre d'expériences diverses de solidarité, (...)