Passerelle eco
Passerelle eco

Pratiques et Contacts pour Vivre Ensemble sur une Même Planète

La revue Passerelle Eco : sommaire des numéros, compléments d'info, bulletin d'abonnement à imprimer ...

Actualité du réseau éco

Réseaux

Quelques écolieux

Des reportages et les annonces du réseau éco et de la dynamique écovillage en France : écolieux de vie, projets d'écovillages, écofermes pédagogiques, personnes ressources ou en recherche, entreprises, centres de formations, etc... Plusieurs rubriques sont consacrées aux écovillages en germe ou en devenir, car ces initiatives font converger l'ensemble des aspects de l'écologie pratique : l'actualité, leurs activités, rencontres, chantiers ou échanges proposés.
Dossiers thématiques : depuis les statuts de la loi de 1901, l'alimentation, la construction saine, l'habitat léger, le carburant tournesol ...
Annonces, photos, comptes rendu des rassemblements, rendez-vous, festivals, colloques, manifestations...
- des fiches pratiques et des recettes - le site Nima'Sadi de partage et d'expérimentation sur autoproduction - les activités associatives de Passerelle Eco.
Vous êtes ici > Accueil > Thématiques > Agricultiver > Assolement et semis direct
Vers de nouvelles techniques d’assolement et de semis direct
Cultiver la terre sans l'éroder

le 7 janvier 2015

DOSSIER :
Lydia et Claude Bourguignon, agronomes, la vie du sol et l’agriculture (10)

Claude Bourguignon est également auteur de la préface du livre "Introduction à la Permaculture".

Cultiver la terre sans l’éroder

Claude Bourguignon, microbiologiste de sol, parle de l’état préoccupant des sols, après des années d’agriculture subventionnée.

Donc je me présente rapidement : Claude Bourguignon, ingénieur agronome, j’ai une double formation, à la fois une formation universitaire en biochimie-régulation, et puis j’ai fait l’agro de Paris. J’ai travaillé pendant 10 ans à l’INRA en microbiologie des sols, je suis microbiologiste de sol. C’est une profession qui n’existe plus puisque la chaire de microbiologie des sols a été supprimée à l’agro en 86, donc nous ne formons plus un seul microbiologiste des sols depuis maintenant 20 ans, bientôt une génération, donc je suis un peu un fossile vivant si vous voulez. Connaissances de la vie du sol qui ne sont absolument plus enseignées.

J’ai travaillé d’abord sur les bactéries du cycle de l’azote, pour essayer à l’époque de trouver des solutions au soja américain, bon en fait on tombait sur des problèmes politiques donc les solutions n’ont pas été utilisées.

Et dans les années 80 j’ai mis au point une méthode mesure de l’activité biologique des sols, et en allant sur le terrain, je me suis rendu compte que les sols étaient en train de mourir. Pour vous donner une idée, en Europe nous avons détruit 90% de l’activité biologique de nos sols.

Donc j’ai présenté mon travail de recherche à l’INRA, qui m’a tout de suite demandé de ne pas publier -faut pas paniquer la population, faut être gentil avec. Donc j’ai décidé de quitter l’inra avec mon épouse aussi qui était à l’inra, et nous avons fondé un laboratoire privé, qui est le laboratoire d’analyse microbiologique des sols (LAMS) où nous faisons des conseils pour les agriculteurs, comment essayer de faire une agriculture durable justement. On en parle beaucoup mais c’est pas si facile que ça.

L’agriculture européenne doit changer

Alors l’agriculture va être de toute façon obligée de changer, enfin l’agriculture européenne, pour plusieurs raisons. D’abord une raison économique : elle n’est pas compétitive, elle ne fonctionne que parce qu’elle est subventionnée, or vous avez déjà des agricultures non-subventionnées qui fonctionnent, en Amérique du Sud, dans ce qu’on appelle les pays de Cairns, où on a développé des modèles agricoles qui n’ont pas besoin de subventions.Le système est si peu compétitif que nous avons détruit en 50 ans 94% de nos agriculteurs, tellement c’est peu compétitif le modèle que nous avons développé, la France perd entre 30 000 et 50 000 agriculteurs par an, l’Europe perd 200 000 agriculteurs chaque année.

Donc c’est vraiment une agriculture qui n’est plus capable de créer de l’emploi et créer de l’activité économique, et en plus nous fabriquons de la mauvaise qualité, puisque 40 % des blés produits en Europe ne sont pas panifiables, on ne peut pas faire de pain avec. Ils sont donc donnés aux cochons... Ce qui est quand même aberrant, de polluer son environnement pour créer un produit qui n’est pas consommable par l’être humain.

Et il se trouve que parallèlement à cette mauvaise qualité de nos produits agricoles, le consommateur est en train d’évoluer et il demande de la qualité. Pour vous donner une idée, 99 % des tomates et des fraises en Europe sont produites hors-sol, c’est-à-dire n’ont jamais vu le sol, et n’ont aucun goût, et consomment 36 calories pour produire 1 seule calorie agricole. Donc c’est un gaspillage énergétique assez énorme...

Donc il y a une espèce de décalage entre le désir des consommateurs d’avoir une meilleure qualité et un système agricole qui pour le moment ne le fait pas. Et puis pendant ce temps-là, les pays de Cairns qui privées eux de subventions, ont développé des modèles très compétitifs.

Donc il va falloir qu’on relève ce défi parce que d’après les annonces des économistes européens, les subventions devraient être supprimées pour la prochaine PAC 2012. Donc il va falloir mettre en route des systèmes qui peuvent fonctionner sans subventions. Comme a su faire l’industrie à la sortie de la guerre, au début on l’a subventionnée, et puis elle a appris à vivre sans.

Deuxième raison qui fait que cette agriculture va changer, c’est que cette agriculture est destructrice de l’environnement.

Nous avons détruit en 6000 ans d’agriculture 2 milliards d’hectares de terres, et actuellement nous détruisons, le dernier siècle qui vient de s’écouler, le XXe, a détruit 1 milliard d’hectares à lui tout seul. Nous détruisons, nous désertifions, la terre à la vitesse de 10 millions d’hectares de terres chaque année. Le désert augmente à la vitesse de 10 millions d’hectares chaque année.Quand nous avons démarré l’agriculture les déserts ne représentaient que 11 % de la surface du globe, ils représentent 33 % de la surface du globe. Pour compenser cette perte de 10 millions d’hectares nous détruisons 15 millions – bon à l’heure actuelle on est même à un peu plus haut- on est à 17 millions d’hectares de forêt tropicale équatoriale que nous brûlons chaque année pour faire de la culture.

Donc comme nous en ruinons 10 millions et que nous en gagnons 17, on a une balance d’à peu près 5 à 7 millions d’hectares de nouvelles terres cultivées, le problème c’est que la population elle augmente de 80 millions d’habitants, donc quand vous divisez 5 à 7 millions d’hectare par 80 millions d’habitants, ça nous fait que 700 m2 chacun. C’est la définition de la FAO de la famine : quand il ne reste dans un pays plus que 700 m2 de terre cultivées par habitant, les gens sont en état de malnutrition.

Alors la situation actuelle elle est la suivante : nous cultivons 1,8 milliards d’hectares pour 6,5 milliards d’habitants, nous sommes à peu près à 2700 m2 de terre cultivée par habitant, or nous en France on mange sur 6000 m2, les Etats-Uniens mangent sur 8000 m2, donc si y’a que 2700 m2 par personne et qu’il y en a qui consomment sur 6000 m2, 8000 m2, y’a des gens qui ne doivent pas manger. Effectivement il y a un milliard d’êtres humains qui sont en état de malnutrition, c’est-à-dire autant qu’il y avait d’habitants en 1800. Jamais, dans l’histoire de l’humanité, il y a eu autant d’hommes qui ont crevé de faim.

Et ça ce scandale il ne va pas durer éternellement, c’est qu’y va bien falloir à un moment que nous décidions d’arrêter de détruire cette planète, et de permettre à tout le monde d’avoir droit à manger.

Or la situation actuelle avec cette destruction de sol, elle n’est pas très encourageante, puisque la production de céréales n’a pas augmenté depuis 1984. Depuis 1984 nous faisons entre 1,8 et 1,9 milliards de tonnes de céréales par an, alors que la population elle continue à monter. Mais ça se bloque, pourquoi ? Parce que les sols sont en train de lâcher.

La mort des sols

Quand je commençais à travailler avec les agriculteurs dans les années 80, je me souviens des gens qui faisaient partie du club des 100 quintaux en région parisienne, et on nous annonçait, je me souviens quand je suis rentré à l’INRA, on a sorti un livre blanc, c’était monsieur J. Poly à l’époque, qui annonçait que en l’an 2000 l’agriculture française produirait 150 qx de blé à l’hectare, panifiables. Nous sommes en 2007, les gens qui faisait partie du club des 100 qx dans les années 80 sont plutôt à 85-90 qx.Ils ne font pas du tout 150 qx/ha panifiables. Vous avez à l’heure actuelle, sur le marché semé, des blés qui ont un potentiel à 150 qx, je ne connais pas un seul agriculteur céréalier français qui fait 150 qx. C’est-à-dire qu’à l’heure actuelle les européens ont des ferraris et roulent sur des chemins de terre, ils ont des blés qui génétiquement peuvent faire 150 qx, mais les sols sont en tellement mauvais état qu’ils font plutôt 80-85qx. Donc c’est un recul des rendements et non pas des lendemains qui chantent comme on nous annonçait dans les années 70. Alors l’érosion des sols est un phénomène qui se fait en trois étapes, c’est toujours la même évolution :

  • Premièrement : mort biologique du sol, (phase biologique) vous mettez des excès de pesticides, excès d’engrais, vous n’apportez plus de matière organique au sol, lentement la faune et la microflore va disparaître...
    Un pays comme la France, par exemple, la France est le deuxième consommateur mondial de pesticides, nous consommons presque autant de pesticides que les Etats-Unis avec une surface agricole 10 fois plus petite. Nous consommons 10 fois plus de pesticides à l’hectare que les Etats-Uniens. La France est un des pays, avec la Hollande, qui consomme le plus de pesticides à l’hectare.
    Le résultat c’est que votre population animale et fongique notamment, disparaît.
    Quand les animaux meurent, qu’est-ce qui se passe ?
    Il n’y a plus de remontée des éléments par les vers de terre, par toute la faune, qui passe son temps à remonter hein. La pluie fait descendre les nitrates, les phosphates, la magnésie, tout ça, et sans arrêt la faune remonte. Les sols fonctionnent depuis des millions d’années pourquoi ? Parce que la remontée biologique des éléments lutte contre la lixiviation physique. Ça ce sont des lois de la nature : la pluie fait descendre, la faune remonte.
    Donc quand vous tuez les vers de terre... Nous sommes passés de 2 t de vers de terre à l’hectare à 50 kg en France (réduction de 4 000 %...), bah les vers de terres ils ne remontent plus.
  • Donc à ce moment-là vous allez rentrer dans une phase de lixiviation, (phase chimique) vous allez commencer à polluer les nappes et les rivières, vous allez envoyer les phosphores dans les rivières, les nitrates vont arriver dans les nappes, c’est-à-dire que votre sol va commencer à se lixivier. Donc il va s’acidifier, c’est-à-dire que vous allez perdre en particulier des éléments comme le calcium, l’humus et l’argile ne vont plus pouvoir s’attacher, l’argile va partir, et ce sont vos rivières qui sont pleines de boue.
  • Et vous rentrez dans la dernière phase qui est la phase physique, c’est-à-dire que la terre s’en va.

Ça ce sont des photos, y’a pas besoin d’aller dans les pays tropicaux pour le voir : voilà par exemple des choses qu’on voit très bien en France, on arrive à perdre de la terre même, vous voyez ça c’est un drain dans la Sarthe, un drain de 90 cm de profondeur, vous voyez l’eau est totalement boueuse.

Maintenant dès qu’il pleut en Europe, toutes vos rivières pleines de boue, ça c’est un phénomène totalement anormal, une rivière doit rester transparente, quand vos rivières sont boueuses ou que les fossés sont boueux c’est que c’est la terre qui s’en va. Donc vous perdez votre patrimoine.

Bon et c’est mondial, ce n’est pas seulement l’Europe, c’est toute la planète qui est en train de perdre ses sols, et on arrive à des situations, par exemple là c’est en zone betteravière en bassin parisien, on a maintenant des zones (en voie de désertification).

Alors ils parlent de « fatigue des sols », bon parce que des gens qui étaient habitués à faire 90 t/ha de betteraves en font plus que 50, alors ils parlent de « sols fatigués ». Nous on fait des mesures, les sols ne sont pas fatigués, les sols sont morts, y’a une différence entre quelqu’un qui est fatigué et quelqu’un qui est mort hein, c’est pas tout à fait pareil. Là ils sont carrément morts, c’est-à-dire que vous ne décelez plus d’activité biologique au laboratoire, vous ne comptez plus d’animaux, y’a plus rien, le sol est dans un état... et vous avez des phénomènes de sol qui s’en vont (ravines).

Donc le problème qu’a l’agriculture il est le suivant : Comment répondre à la fois – c’est ça toute la difficulté- comment répondre à la fois à un impératif économique et un impératif environnemental ?Bah pour ça il faut apprendre à cultiver la terre sans l’éroder.

Et ça, ça n’a jamais été fait, en 6000 ans d’agriculture, l’homme n’a jamais été capable de développer une technique, une pratique agricole qui protège la terre. Et c’est ça le grand challenge de ce millénaire, il va falloir que nous apprenions à cultiver la terre sans érosion.

Alors comment faire ?


19 votes
Répondre à cet article

Un message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes entièrement vides pour les séparer.

Qui êtes-vous ? (optionnel : cela vous permettra de recevoir les réponses)
DOSSIER
Lydia et Claude Bourguignon, agronomes, la vie du sol et l’agriculture

1 message

  • Cultiver la terre sans l’éroder

    Le 19 janvier 2015, par VALET

    Bonjour
    Entièrement OK avec vous. Pour éviter l érosion et éliminer tous les intrants de synthèse, il suffit d’utiliser tous les Services ÉcoSystémiques fournit gracieusement par les associations culturales multi-étagées , type permaculture.

    Sustainable Agriculture Reviews 14 Agroecology and Global Change
    Series : Sustainable Agriculture Reviews, Vol. 14
    Ozier-Lafontaine, Harry, Lesueur-Jannoyer, Magalie (Eds.) 2014, XIV, 511 p. 181 illus.
    http://www.springer.com/life+scienc...

    4 SYSTEMES CULTURAUX sont :

    1) Système de destruction massive : intensification monoculturale
    Rotation continue sous labour avec intrants de synthèse et semences ultra sélectionnées dont les OGM et mécanisation intensive avec éradication des arbres/haies.
    (Révolution verte).

    2) Système de conservation : SCI & SCV :
    a- SCI ou cultures intercalaires +ligne d’arbres mono-spécifique ou haie ; en non ou minimum travail du sol. Réduction des matériels agricoles dans le SCv, mais conservation dans le SCI (Agroforesterie) Utilisation d’OGM (Dupraz, IRD, Canadiens, Griffon, de Ravignan, Dufumier,…)
    b- SCV (Agroécologie) ou semis direct avec une mécanisation légère, avec intrants de synthèse mais avec quelques Services Eco-Systémiques (SES) gratuits ; dont les OGM seraient pour Sarthou le fer de lance. Sans arbre (Sarthou, Affholder, CIRAD,…)
    (Révolution doublement verte)

    3) Système de maximisation : SCV & association culturale traditionnelle innovante
    - a— SCV (Semis direct dans un couvert végétal vivant ou mort) au Brésil avec l’intégration "agriculture/élevage/forêt". Introduction de cultures associées (céréales-légumineuses…) qui alternent avec des bandes de forêt vierge ou des lignes d’arbres de la forêt (bois précieux) afin de préserver la forêt ( ?!). Sans OGM. Ce système SCv enrichi utilise de façon optimale les Services Eco-Systémiques (SES) GRATUITS (Séguy, Bouzinac, Husson, Michelon, Charpentier….).
    - b- - Cultures multiétagées associées traditionnelles & innovantes : insérées dans des haies ou parc arboré avec fumure organique dominante (+phosphatage, chaulage, oligoéléments...) +élevage+pisciculture fournissent et utilisent les nombreux Services Eco-Systémiques GRATUITS (Baldy, Dupriez, de Lheener, GRET, Malézieux, Valet, Ozier-Lafontaine…).
    _ (Révolution triplement verte).

    4) Système bio de maximisation & de préservation globale  : Monoculture non intensifiée, SCv, SCI & Association culturales multiétagées & permaculture.
    Intrants biologiques ; lutte biologique ; favorise les SES gratuits ; grattage ; désherbage mécanique ou thermique ; allongement des rotations ; désherbage manuel (Séguy, Gautronneau, Soltner, The Permaculture Association (Britain), B. Mollison & D. Holmgren, Valet, Ozier-Lafontaine,…………..).
    (Quadruplement verte).


SPIP 2.1
ecovillage global et permaculture

www.ecovillageglobal.fr

le site de l'écovillage global des lecteurs et annonceurs de la revue Passerelle Éco

PASSEZ UNE ANNONCE

Venez Partager Notrre Lieu de Vie en Aveyron! (Ecolieux existants dans le 12)

Projet : Couple+enfant 3ans, 860m d’alt., 25min de Millau. Grd terrain 6000m². Autoconstruction (maison bottes de paille 100m², maisonnette en palettes de transport et récup, cabane type kerterre). (...)

Vie en Communauté (CoLocation dans le 49)

Projet : Bonjour couple avec un enfant de 14 ans , recherche personne pour vivre en groupe dans une petite ferme a la campagne avec des animaux . Le projet est de vivre simplement , possibilité de (...)

Habitat Participatif (Un Groupe Existe dans le 01)

Projet : Projet d'habitat participatif à Bourg en Bresse : créer et organiser un vivre ensemble dans un habitat groupé participatif, écologique et intergénérationnel. Magnifique terrain de 3300 m² au (...)

Femme Seule Recherche une Colocation (CoLocation dans le 03)

Projet : Je suis Samia 62ans et encore très actif désire rompre la solitude et donner sens au restant de ma vie. Je recherche donc une collocation où vivre dans une petite communauté. Je suis une (...)

Recherche Personne pour Création d'Oasis (Graines d’Avenir dans le 66)

femme trentenaire
cherche : personnes avec projet d'oasis Sud France
Offre : Participation financière pour terrain, matériel

Petite Maison (Recherche location dans le 10)

Projet : Recherche petite maison avec cour verger pour habiter et accueillir en séjour temporaire avec possibilité de produire local Loyer a petit prix
Offre : Entretien des lieux Productions (...)

Ecoféminisme (Arts de Vie dans le 81)

Projet  : échanger, partager, discuter, réfléchir, envisager au sujet de l'écoféminisme.

Aide à Cocréation et Développement Habitat Collectif Convivial (Graines d’Avenir dans le 09)

Projet : Tu te sens seul sur ton domaine et tu as envie de vivre une vie plus conviviale basée sur l'écologie, le partage et l'entraide, le respect des humains et des animaux ?
Offre : Aide à (...)

Partager notre Maison en Ardèche avec 2 Autres Couples (Elargissement dans le 07)

Projet : Bonjour nous recherchons un ou deux couples désireux de changer de cadre de vie, pour partager notre lieu de vie
Offre : dans le sud Ardèche, une maison de plain pied sur mille mètres (...)