Revue trimestrielle, éditeur associatif, réseau d'éco-acteurs
pour l'Écovillage Global et la Permaculture
Passerelle Éco

Pratiques et Contacts pour Vivre Ensemble sur une Même Planète

La revue Passerelle Eco : sommaire des numéros, compléments d'info, bulletin d'abonnement à imprimer ...
Des reportages et les annonces du réseau éco et de la dynamique écovillage en France : écolieux de vie, projets d'écovillages, écofermes pédagogiques, personnes ressources ou en recherche, entreprises, centres de formations, etc... Plusieurs rubriques sont consacrées aux écovillages en germe ou en devenir, car ces initiatives font converger l'ensemble des aspects de l'écologie pratique : l'actualité, leurs activités, rencontres, chantiers ou échanges proposés.
Dossiers thématiques : depuis les statuts de la loi de 1901, l'alimentation, la construction saine, l'habitat léger, le carburant tournesol ...
Annonces, photos, comptes rendu des rassemblements, rendez-vous, festivals, colloques, manifestations...
- des fiches pratiques et des recettes - le site Nima'Sadi de partage et d'expérimentation sur autoproduction - les activités associatives de Passerelle Eco.
Vous êtes ici > Accueil > Pratiques > PhytoEpuration et gestion écologique des eaux usées
Communiqué
La question des sanitaires : un enjeu mondial pour la santé et l'écologie

le 8 février 2012


La question des sanitaires : un enjeu mondial pour la santé et l’écologie

Quelque 2,6 milliards de personnes dans le monde sont dépourvues de toilettes mais le système occidental du tout-à-l’égout n’est pas un modèle à suivre au nom du développement durable.

  Sanitaires, le minimum

L’absence de sanitaires a des conséquences désastreuses pour la propagation des maladies : environ 6.000 enfants meurent chaque jour de diarrhées liées au manque d’hygiène, selon les statistiques internationales.

"Les excréments tuent. Ils tuent par millions", affirme le Conseil Commun de l’Approvisionnement en Eau et Assainissement (WSSCC), une organisation basée à Genève selon laquelle il s’agit de la plus grande cause d’infections au monde.

L’un des Objectifs de Développement du Millénaire (ODM) fixés par l’ONU est de permettre d’ici 2015 à 1,75 milliard de personnes d’avoir accès à des sanitaires privés, soit un effort de 95.000 installations par jour.

Les objectifs quantitatifs les plus élevés concernent l’Inde (600 millions de personnes) surtout en zones rurales, la Chine (400 millions) majoritairement pour les zones urbaines et l’Afrique sub-saharienne (350 millions) à la fois pour les villes et les campagnes.

  Le tout à l’égout est commode mais cher et polluant

Mais le type de toilettes à installer fait débat. Des experts présents à la "Semaine de l’eau" de Stockholm ont expliqué qu’une solution écologique basée sur la séparation de l’urine et des matières fécales, et leur recyclage en tant qu’engrais, est de loin préférable au tout-à-l’égout, tellement commode mais plus cher, plus polluant et grand consommateur d’eau.

"Sur une année, pour chaque personne, quelque 400 à 500 litres d’urine et 50 litres de fèces sont évacuées avec 15.000 litres d’eau pure", selon l’Institut de l’Environnement de Stockholm (SEI) qui précise qu’à cela s’ajoute une consommation additionnelle de 15 à 30.000 litres d’eau par personne pour se laver, laver son linge et faire la cuisine.

Avec le modèle occidental, l’ensemble des eaux usées est traité "en fin de tuyau" par des usines et rejeté dans les milieux aquatiques ou dans les sols.

"Les conceptions actuelles du système sanitaire ne sont pas viables ou abordables pour la vaste majorité des gens et elles ne conduisent pas vers une société durable", estime le SEI dans ses documents sur le système sanitaire écologique (ecological sanitation ou "eco-san").

  Les toilettes écologiques

Plus facilement installées dans l’habitat individuel, les toilettes écologiques recueillent séparément les rejets liquides et solides et les stockent pour une utilisation ultérieure comme engrais. Les excréments sont déshydratés par formation de compost avec ajout de matières (cendres, sable, chaux,...etc).

De telles toilettes existent déjà sous des formes plus ou moins élaborées au nord du Vietnam, dans la province chinoise du Guangxi, au Guatemala, au Mexique, au Zimbabwe, mais aussi dans des pays riches comme les pays scandinaves, l’Allemagne, ou la Suisse.

Mais les faire accepter au plus grand nombre est un vrai défi. Les préjugés sont nombreux, et la gestion individuelle "sèche" des besoins naturels est plus contraignante que leur évacuation par l’eau, a reconnu une experte du SEI, Louise Dellström, interrogée par l’AFP.

En Occident "il est difficile de reconnaître que le système actuel n’est pas parfait", a déclaré à l’AFP Bobby Bogdan Mrozowski, un entrepreneur suédois. Directeur de BB Innovation & Co, il a mis au point un système de toilettes recueillant l’urine —"le meilleur engrais" dit-il—, mais évacuant les matières par une chasse d’eau classique, qu’il commercialise en Scandinavie et dans quelques autres pays.


A LIRE AUSSI :

Dans la Revue Passerelle Eco

Les revues Passerelle Eco ont abordé le thème de la phytoépurations, sous des angles théoriques pour commencer, puis de manière pratiques pour aider à leur mise en place de bonne manière, et enfin par des exemples concrets de réalisation.

La revue Passerelle Eco n°16 a publié les bases théorique pour une bonne gestion écologique des eaux usées :
- Contextes et principes de la phytoépuration
- Eléments de dimensionnement.
- Nécessité des toilettes sèches
La revue Passerelle Eco n°26 présente en détail 2 installations économiques réalisées par des autoconstructeurs, avec shémas et indications pratiques pour récupérer les matériaux.
- La phyto de Louis
- La phyto de la ferme du Collet
La revue Passerelle Eco n°18 présente les aspects les plus techniques de l’installation, de la création et mise en place des différents composants, de l’anatomie des bassins, ainsi que quelques associations ressources. Vous pouvez commander un lot de 5 anciens n° au prix de 20¤ à l’ordre de :
Passerelle Eco,
Corcelle
71190 La Chapelle sous Uchon

ou 20¤ par carte bancaire (Indiquez votre choix d’anciens numéros "lot phyto" dans la zone de saisie pendant le paiement.)

Dans Passerelle Eco n°28 nous présentons simplement la manière, pendant l’hiver, de protéger du gel les bassins pour éviter leur explosion ... et pour protéger leurs habitants les poissons ! La revue Passerelle Eco n°30 présente les plantes les plus adaptées au coeur d’une phytoépuration et leur plantation : Rôle indirect des plantes, choix des espèces et conseils de plantation.

Partagez cet article sur Facebook Partagez cet article sur Google+
Répondre à cet article

Un message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes entièrement vides pour les séparer.

Qui êtes-vous ? (optionnel : cela vous permettra de recevoir les réponses)

Lixium: Hébergement web neutre en CO2 | SPIP 2.1

PASSEZ UNE ANNONCE !

Dernière annonces:

  • Vente Maison pour projet habitat groupéProjet : Grande maison de 550m² habitable + 4000m² environ de terrain pour un habitat groupé
    Offre : Vend maison pour projet habitat groupé. 4 appartement dans vielle fermé rénové en 2010 avec (...)
  • Une pause sereine et collectiveProjet : Nous réalisons un Tour de France depuis 5 mois à la rencontre d'alternatives écologiques et citoyennes. Nous aimerions faire une petite pause de septembre à mars. Nous aimerions partager, (...)
  • Formation à la culture alternative11 fev au 19 juin 2015 : Un compagnonnage pour donner l'envie de coopérer ♦  Le parcours de compagnonnage permet de transmettre et d'affirmer notre culture d'entreprise coopérative en contribuant (...)
  • cherche terrain pour habiter légèrementNous : jeune couple d'à peine 30 ans sans enfants, sans animaux
    Projet : poser un pied en Ardèche; un hl, un terrain, que demander de plus ♦  transition pour découvrir le secteur avant de s'y (...)
  • Formation humaniste à la sociocratieProjet : J'aime travailler avec les communautés car c'est l'endroit le plus favorable à l'émergence d'un nouveau comportement humain, et par conséquent, l'exemple d'une nouvelle société. (...)
twitter

SUR LE WEB