Passerelle eco
Passerelle eco

Pratiques et Contacts pour Vivre Ensemble sur une Même Planète

La revue Passerelle Eco : sommaire des numéros, compléments d'info, bulletin d'abonnement à imprimer ...

Actualité du réseau éco

Réseaux

Quelques écolieux

Des reportages et les annonces du réseau éco et de la dynamique écovillage en France : écolieux de vie, projets d'écovillages, écofermes pédagogiques, personnes ressources ou en recherche, entreprises, centres de formations, etc... Plusieurs rubriques sont consacrées aux écovillages en germe ou en devenir, car ces initiatives font converger l'ensemble des aspects de l'écologie pratique : l'actualité, leurs activités, rencontres, chantiers ou échanges proposés.
Dossiers thématiques : depuis les statuts de la loi de 1901, l'alimentation, la construction saine, l'habitat léger, le carburant tournesol ...
Annonces, photos, comptes rendu des rassemblements, rendez-vous, festivals, colloques, manifestations...
- des fiches pratiques et des recettes - le site Nima'Sadi de partage et d'expérimentation sur autoproduction - les activités associatives de Passerelle Eco.
Vous êtes ici > Accueil > Pratiques > PhytoEpuration et gestion écologique des eaux usées
Mer d'Aral : le plus gros désastre écologique.

le 8 février 2012

Mer d’Aral : le plus gros désastre écologique.

La mer d’Aral mérite la palme de la plus grande catastrophe écologique causée par l’activité humaine à l’échelle régionale. Située à cheval sur les anciennes républiques soviétiques du Kazakhstan et de l’Ouzbékistan, elle était, en 1960, la quatrième plus grande surface d’eau douce au monde. Depuis, sa superficie a diminué de plus de 50%, son volume de 75%, son niveau a baissé de plus de 15 mètres et sa salinité a augmenté trois fois plus. En 1990, elle s’est divisée en deux parties.

L’essentiel des eaux des deux rivières qui alimentent la mer d’Aral ,le Amu Dar’Ya et le Syr Dar ‘Ya , a été diverti de leur cours à partir des années soixante pour irriguer 7 millions d’hectares de champs de coton( et dans une moindre mesure, de riz), ce qui correspond à une superficie égale à celle de l’Irlande.

Un canal de 1100 kilomètres de long (canal Karakum) a été construit pour amener l’eau vers le Turkménistan voisin. Avant 1960, l’apport d’eau dans la mer d’Aral était de 55 milliards de mètres cubes d’eau par an. Dans les années 90, l’apport d’eau était au plus à un dixième de sa valeur initiale, lorsqu’il n’était pas réduit à néant pendant les périodes de sécheresse. Entre 30 et 45 % de l’eau divertie pour l’agriculture étaient gaspillé( par évaporation , pertes dans les canaux d’irrigation , mais aussi surirrigation des champs, qui recevaient jusqu’à 12 500 mètres cubes d’eau par hectare quand 3500 mètres cubes suffisaient , voir 2500 mètres cubes avec un choix judicieux des espèces de coton.

Peu après la construction du canal de Karakum, des fuites d’eau ont menacé d’inondation la capitale Achkhabad, la capitale du Turkménistan. Quasiment plus alimenté en eau, la mer d’Aral s’est rapidement asséchée par évaporation.

Les conséquences écologiques et humaines de l’assèchement de la mer d’Aral sont multiples.

Le climat local a changé, avec des températures plus élevées en été, des précipitations plus faibles pendant la saison humides et un raccourcissement de deux semaines de la saison de croissance du coton. La quantité de neige qui tombait sur les montagnes voisines, dont la fonte au printemps alimentait les fleuves se déversant dans la mer d’Aral a diminué.

Dans les années cinquante, 40 000 à 60 000 tonnes de poissons étaient extraites de la mer d’Aral annuellement .A partir des années 70, la population de poissons s’est effondré du fait de la salinité croissante des eaux, ce qui a contraint l’industrie de la pêche a abandonner ses activités.

Des dizaines de milliers d’emplois liées à la pêche ont été perdus. Vingt des vingt quatre espèces locales de poissons se sont éteintes. Les dépôts de sel sur les fonds asséchées de la mer ont été dispersées par le vent dans toute la région : les rendements agricoles ont diminué ; les pâturages sont devenues stériles dans un rayon de 200 kilomètres autour de la mer ; les structures en béton et en acier (dont les pylônes électriques) se sont corrodés ; et la population a souffert de fortes irritations oculaires.

Les nappes phréatiques aux alentour ont baissé de 5 à 15 mètres et les eaux souterraines sont devenues salées.

Dans les zones irriguées, en revanche, le niveau des eaux souterraines s’est élevé de plusieurs mètres provoquant une salinisation des sols agricoles, donc une désertification des terres. La végétation des forêts alluviales, des marécages et des pâturages s’est, en conséquence, modifiée. En 1990, prés de la moitié des espèces mammifères et trois quarts des espèces d’oiseaux présents dans la région en 1960 avaient disparu.

La population humaine souffre de problèmes de santé du fait de la densité en sable et en sel de l’air, mais aussi de la contamination des sols et de l’eau par des pesticides qui avaient été appliqués en grande quantité sur les champs de coton (54 Kilo par hectare) pour lutter contre les incestes nuisibles qui prospèrent sous ces climats chaud. La concentration en pesticides dans les sols est, en moyenne, de deux à sept fois supérieures au niveau acceptable, avec localement des concentrations quarante-six fois supérieures à ce niveau. Ces polluants se retrouvent dans les sources d’eau.

La situation est telle que les autorités du Kazakhstan découragent l’allaitement maternel, étant donné les doses élevées de résidus de pesticides trouvés dans le lait maternel. La mortalité infantile dans la région est parmi les plus élevées du monde. Restaurer la mer d’Aral est peut être une tâche impossible : ce qui fut jadis une vaste mer bleue est, sans doute, pour longtemps un désert de sel, abandonné par la plupart des formes de vie.

Ce désastre écologique est avant tout le résultat de politiques de développement économique inappropriées, mais aussi de l’arrogance d’une élite politique, confortée par la complicité d’ingénieurs et de scientifiques. Dans les années cinquante, certains dirigeants locaux déclaraient que l’assèchement de la mer d’Aral était le prix à payer pour développer la région et que la culture du coton viendrait compenser la disparition des industries côtières. Les budgets alloués aux multiples administrations en charge de la Région et aux exploitations agricoles collectives le furent non pas en fonction de la production agricole atteinte mais en fonction des infrastructures et des opérations technologique réalisés : Les planificateurs et les acteurs n’avaient donc aucun intérêt à limiter le gaspillage .

Certes l’objectif qui était de rendre l’union soviétique autosuffisante en coton, fut grandement dépassé puisque le pays devint le deuxième exportateur mondial de coton .

Texte extrait du livre « La Terre sur un fil » de Eric Lambin, aux Editions le Pommier


8 votes
Répondre à cet article

Un message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes entièrement vides pour les séparer.

Qui êtes-vous ? (optionnel : cela vous permettra de recevoir les réponses)

Lixium: Hébergement web neutre en CO2 | SPIP 2.1
ecovillage global et permaculture

NOUVEAU SITE

Découvrez ecovillageglobal.fr le site de l'écovillage global des lecteurs et annonceurs de la revue Passerelle Éco

PASSEZ UNE ANNONCE

Motivée par Vie de Couple Épanouissante (Rencontres amoureuses dans le 34)

Projet : Approche d'un mode de vie sain, alternatif, autonome, anticapitaliste, solidaire et convivial. Partager quotidien avec compagnon de vie accueillant et complice pour réalisation commune. (...)

A Deux, C'est Mieux (Rencontres amoureuses dans le 34)

Projet : Approche mode de vie sain, alternatif, autonome, anti- capitaliste, solidaire et convivial. Vendre ma propriété trop grande à rénover.
Offre : Femme 61 ans et pas encore cheveux blancs, issue (...)

Hameau en Dordogne (Ventes Immobilier dans le 24)

Projet : Un lieu d?exception au coeur du Périgord noir Cet hameau est situé en Dordogne, aux Eyzies de Tayac - Sireuil (24620). Haut lieu de la préhistoire, petite ville de 820 habitants, proche de (...)

Recherche Lieu de Vie (À l’abordage dans le 80)

Demande : je suis infirmière et peintre, j'ai 56 ans, j'aimerai trouver un lieu de vie région hautes alpes pour participer à une vie associative, animaux, jardin, etc...et commencer une nouvelle (...)

On Recherche Maison et Terrain (Recherche location)

Projet : Nous sommes un petit collectif (7 adultes et 4 enfants) en création de projet d'oasis de vie. En attendant de trouver les financements et le terrain qui nous permettront de réaliser nos (...)

Location pour Amoureux de la Nature, à Deux Pas des Gorges du Tarn. (Vacances dans le 12)

Projet : Envie de vacances en toute simplicité, qui ressourcent, le tout dans un cadre calme et reposant ? A la recherche d'un hébergement simple, proche de la nature, et confortable ? En Aveyron, à (...)

Recherche Village Associatif Région Sud de la France (Graines d’Avenir dans le 80)

Projet : recherche village associatif région Sud de la FRANCE

Recherche d'un Lieu de Vie (Contacts)

Demande : 2 adultes en recherche d'un lieu de vie : écolieu , ecohameau , village alternatif, habitat groupé.... pour vivre en cohérence avec nos valeurs : partage , rencontre , création ,nature, (...)

S'Installer en Nature + Emploi (Contacts dans le 74)

Projet : Nous sommes une famille francaise (avec une fille de 4 ans et un garcon de 6 mois) installés en Pologne (à 1h30 de Berlin) où nous construisons notre maison écologique et un projet d'accueil (...)