Passerelle eco
Passerelle eco

Pratiques et Contacts pour Vivre Ensemble sur une Même Planète

La revue Passerelle Eco : sommaire des numéros, compléments d'info, bulletin d'abonnement à imprimer ...

Actualité du réseau éco

Réseaux

Quelques écolieux

Des reportages et les annonces du réseau éco et de la dynamique écovillage en France : écolieux de vie, projets d'écovillages, écofermes pédagogiques, personnes ressources ou en recherche, entreprises, centres de formations, etc... Plusieurs rubriques sont consacrées aux écovillages en germe ou en devenir, car ces initiatives font converger l'ensemble des aspects de l'écologie pratique : l'actualité, leurs activités, rencontres, chantiers ou échanges proposés.
Dossiers thématiques : depuis les statuts de la loi de 1901, l'alimentation, la construction saine, l'habitat léger, le carburant tournesol ...
Annonces, photos, comptes rendu des rassemblements, rendez-vous, festivals, colloques, manifestations...
- des fiches pratiques et des recettes - le site Nima'Sadi de partage et d'expérimentation sur autoproduction - les activités associatives de Passerelle Eco.
Vous êtes ici > Accueil > Thématiques > Ecole Alternatives, pédagogie
vers des relations humaines durables pour mieux agir.
Pédagogie Alternative dans l'Education Nationale

le 25 septembre 2003

Contact

Pédagogie Alternative dans l’Education Nationale

L’histoire de Roger, instituteur à la veille de la retraite

Extrait du "Courrier AERE" n°105, voici un texte sur l’irruption d’idées nouvelles dans une classe ...

"Roger se jette à l’eau"

L¹histoire vraie qui suit, est bien évidemment un cas particulier. Cependant elle nous paraît représentative du saut culturel que nous avons à effectuer, avons effectué ou sommes en train d¹effectuer.

Une retraite tant attendue

Elle est là, à ma portée, toute proche. La dernière semaine, la dernière heure, la dernière minute, la dernière seconde. Ouf, c¹est fini ! Le voilà ce moment tant attendu. Le 20 décembre 1996, 16h30 est cet instant. Il marque la fin de ma carrière d¹enseignant. A 58 ans et 1/2, je pose mon cartable.

Mais des trimestres de cotisations manqueraient... L¹argent ne fait pas le bonheur, alors sans regret, je quitte cette profession qui ne m¹apporte plus beaucoup de satisfactions. Je quitte le navire "Education nationale", malmené de tous bords. Sauve qui peut !

Les 31 élèves de cette classe de CM2 seront les derniers parmi les centaines qui les auront précédés dans cette même salle où j¹étais "maître à bord" depuis 28 ans. Mes états d’âme ? Quels peuvent-ils être face à des élèves très peu motivés, habiles dans la tricherie et affichant un réel mauvais esprit ? Quitter l’enseignement dans ces conditions ne peut être que soulagement.

L’action se noue

Revenons un peu en arrière. Lundi 15 décembre, première journée de la dernière semaine. Elle se déroule plutôt mal que bien. Des doutes, des questions et des inquiétudes s¹installent en moi. Une angoisse m¹oppresse :
- Le dossier de pension n¹est pas bouclé.
- Surprenant : les élèves sont chagrinés de mon départ.
- Les parents sont inquiets : un remplacement en cours d¹année n¹est pas évident.

Je comprends tout cela mais je n¹ai pas à m¹attarder sur ces inconvénients. Cela finit néanmoins par provoquer en moi un doute, une peur. Laisserai-je tant de personnes dans l¹inquiétude ? Mon départ semble provoquer plus de difficultés qu¹il n¹apporte de réponses satisfaisantes.

Le soir à 23h, une décision s¹impose à moi : je termine l¹année scolaire. Arrêt définitif juin 1997 (En réalité il n¹aura lieu qu¹en juin 1998) Au même instant : quel soulagement, quelle libération !
- "Tu me fais peur, tu m’inquiètes, me dit ma femme, toi qui voulais tellement et depuis longtemps arrêter."

Ces propos d’amour ne trouvent en moi que quiétude et sérénité.

La reprise se fera donc en janvier 1997. Petit problème... j’ai déjà liquidé mes documents pédagogiques et préparations habituelles. Les vacances de Noël arrivent à point nommé pour apporter une détente après ces tempêtes extérieure et intérieure.

Un nouveau départ le 4 janvier 1997

A situation particulière, présentation de voeux ad hoc.

- "Nous allons donc terminer l’année ensemble, mais je vous le dis, je ne veux plus enseigner comme je l’ai fait durant toutes ces années de ma carrière d¹enseignant. Ensemble nous allons essayer de trouver et de mettre en place une autre façon de travailler."

Ces quelques mots d¹une grande banalité, ont été à l’origine d¹une aventure formidable, inoubliable.

Avec cette reprise volontaire, je sens s¹ouvrir devant moi un champ de libertés. Liberté, je ne sais où tu veux m¹emmener, mais tu m¹invites à m¹engager sur des chemins inexplorés, à tenir des propos inhabituels et à prendre des décisions inattendues.

Quelle audace me pousse à me libérer des peurs, des craintes, stresses, inquiétudes provenant de moi-même, des élèves, des parents, du programme, des résultats chiffrés, des évaluations, des inspecteurs, de la direction, etc ?

Sortir de la peur et de la fragmentation

Une prise de conscience, un constat : ces élèves et moi nous appartenons tous à la même espèce humaine. Un compliment, un encouragement me révèlent que, moi, adulte, j¹existe, que l¹on me considère, que l¹on m¹a apporté une certaine attention.

Cette valeur que l¹on m’accorde, peut déclencher en moi un déclic qui génère du dynamisme.

Mais alors, eux aussi, ces petits d’homme, éprouveraient les mêmes émotions, seraient sensibles aux mêmes compliments, pourraient connaître cette envie de tenter quelque chose. Ils pourraient prendre conscience de leurs capacités.

Durant toute ma carrière d¹enseignant, j’ai suivi de nombreuses formations. Certaines voulues, d’autres imposées. Certaines enrichissantes, d’autres simples "passe-temps". Elles m’ont cependant conduit à réfléchir sur de nouvelles orientations de l’enseignement. Ainsi, l¹élève autonome, acteur de son savoir, la gestion mentale, l¹interactivité... Ces orientations correspondent à ce que pourrait être l’enseignement de demain.

Les méthodes pouvaient être plaisantes intellectuellement, mais l’application sur le terrain, avec les élèves, ne donnait pas satisfaction. Elles oubliaient délicieusement l’objectif premier de l’enseignement : le programme.

Demandez le programme, exigez le programme, avalez le programme. Quelle course effrénée, quelle cavalcade pour boucler ce programme, priorité des priorités. Cette pression permanente provoque angoisse, stress et peur. Peur qui se manifeste de diverses manières.

Peur. Peur du professeur. Peur de communiquer une réponse. Peur du résultat d’un devoir. Peur du regard des autres. Peur d¹être "hors normes". Peur de dire une bêtise qui va déclencher l¹hilarité générale. Peur n¹es-tu pas à l¹origine du malaise qui règne au coeur de l¹enseignement ?

Prise en compte du "être", du "dire" et du "faire"

Que de réponses sont données au cours d¹une journée, d¹une semaine, d¹une année dans la vie d¹un élève. Or, ces réponses exactes, précises, judicieuses ou hors sujet, nulles, etc... ne vivent que le temps de les communiquer et de les entendre. Elles ont juste valu à leur auteur un encouragement ou une réprimande trop brèves : pas de traces.

Des "oui", "non", "bien", "mal", "parfait", "nul", "bon", "bonne" (salée ou sucrée ?), etc... Des mots dits des dizaines de fois au point d¹en perdre sens et saveur. Une réponse fournie par un élève timide, un texte lu de manière expressive, une erreur repérée, un élève qui se met rapidement au travail, qui s¹exprime d¹une voix nette, présente un devoir proprement ou n¹est pas capable de répéter une explication, ... Des mots ou des actes importants qui correspondent à la construction d¹une personne, d¹un savoir et ne laissent aucune trace : il faut changer cela.

Ce constat m¹a amené à construire un support sur lequel figurerait une trace écrite notifiant l¹appréciation des réponses formulées.

J¹ai imaginé puis réalisé un premier tableau quadrillé sur lequel figurait le nom de chaque élève. Un crédit de points, capital qui pouvait augmenter ou diminuer suivant les points attribués lors des réponses. Chaque élève inscrivant lui-même les points positifs ou négatifs sur le tableau posé sur une table.

Après le courage des commencements, encore du courage

En fin de journée la lecture de ce tableau ne fournissait aucune information satisfaisante. L’interprétation était impossible. Une discussion s’engagea avec les élèves. Il en ressortit la nécessité d’un tableau plus détaillé.

Ce second tableau, beaucoup plus grand, recouvrait les rubriques scolaires, et, nouveauté, apparaissaient les comportements (écoute, participation, attention,...) J’ai passé un ouiquinde à le réaliser. Le lundi quelle fierté de présenter ce nouveau tableau.

Au cours de la journée et à l’usage il s’est avéré que ce tableau était encore inadapté. Il fut rapidement remplacé par un troisième. Une conviction de plus en plus forte s¹imposait à moi : J’avais non seulement des intelligences à former mais aussi des personnes à construire.

La construction de la personne et du savoir sont intimement liés. D¹où la nécessité de prendre en compte ces deux données et de les faire figurer sur le tableau.

Une première réussite

Le tableau devient individuel. Nom, prénom. Je construis ma personne, mon savoir, avec les autres.

Quelques items : Je me montre attentif, je me montre autonome, j¹essaie d¹être créatif, je corrige une erreur, je vise l¹efficacité, je prends des initiatives, j’emploie des mots justes, je raisonne de façon logique, je mémorise, je participe, je parle de façon claire, je m¹exprime correctement, je me montre tenace, je me respecte, je respecte les autres, je poursuis mon explication,..

L’utilisation de ce tableau a fait apparaître des manques, des aspects oubliés. De nouvelles rubriques venaient s¹ajouter suite à des réactions, des attitudes d’élèves. J¹avais à la fois des satisfactions quant à l’objectif, mais il restait des lacunes au niveau du contenu.

J’avais été l’initiateur de la mise en place de ces nouvelles orientations mais, peu à peu, les élèves formulaient des propositions, prenaient des initiatives, des décisions. Sous leur impulsion, les choses évoluaient très rapidement.

Progressivement nous entrions dans une situation d’échanges, de débats, de discussions, de propositions où s’exprimaient des points de vue parfois opposés. Il fallait écouter, discuter, confronter. On en arrivait parfois au vote. Rien n’était plus figé, tout se créait. Nous construisions.

Pratiquement

L’élève inscrit sur son tableau les points, positifs ou négatifs, attribués par l’enseignant.

Exemple : un élève plutôt timide ose lever la main pour demander une explication. L¹enseignant lui attribue des points positifs pour avoir "osé" dans la rubrique n°11 et peut-être lui indiquera simultanément de marquer des points négatifs dans la rubrique 13, relative à l’expression distincte et nette.

En fin de semaine ou de quinzaine, chacun additionne des points positifs et négatifs représentés alors par deux traits de couleur.

Cette année-là les élèves votèrent pour un maximum de six points à chaque appréciation.

C’est la responsabilité de l’enseignant d’attribuer les points, mais la contestation de la décision est possible par la discussion. Cette manière de faire nous oblige, nous enseignants, à progresser dans notre "solidité" personnelle. Ecouter quelqu’un ne signifie pas être d’accord avec lui.

Des trouvailles pour le débat

En plus du classique doigt levé, un code à cinq valeurs de "main" fut établi avec la classe. La manière de lever main et doigts signifiait :
- J’ai une question à poser (index levé)
- J’ai repéré une erreur (trois doigts levés)
- Je connais une réponse (toute la main)
- J’ai quelque chose à écrire au tableau
- Je ne vais pas bien, etc... Liste non-close. Cela permet de mieux prendre en compte l’instant, d’enrichir les débats.

L’avantage de ce tableau : l’élève est une personne

Il permet de prendre en compte la globalité de l’élève : l’élève est une personne. Comme dans la réalité, être et savoir y sont mêlés.

Chacun réalise sa propre construction.

Les apprentissages ne s’arrêtent pas à la porte de l¹école. La famille (la rue ?) en utlisant une couleur différente, peut concourir à la construction en cours (même si les points ne sont pas comptabilisés sur le plan scolaire).

Chacun peut se situer, voir points forts et points faibles.

La prise en compte s¹effectue dans l¹immédiateté. Ceci est primordial avec des élèves jeunes.

Souplesse du tableau : Le contenu du tableau évolue avec le temps. Certaines rubriques acquises peuvent disparaître par un commun accord enseignant-élèves. De nouveaux items peuvent apparaître.

Des tableaux ont été réalisés pendant plus d¹une année. Ils ont connu de nombreuses modifications. C¹est le travail commun des élèves et de l¹enseignant. Ils étaient visés par l’enseignant et la famille.

Plusieurs collègues intéressés ont entrepris ce genre de démarche.

Observations générales

Les traces écrites ne reflèteront jamais l¹ambiance dans laquelle la vie a coulé. La classe est d’abord un milieu vivant.

L¹enseignant n¹est pas seulement celui qui écoute, apporte des savoirs et donne ou enlève des points. Il met en relations, en connexion des élèves-personnes qui savent des choses et souhaitent partager. Il est aussi médiateur dans les conflits. Voilà des traits qui signalent les évolutions indispensables de notre métier.

L¹enseignant ne fuit pas sa responsabilité. Il reste le responsable du groupe qu’il est officiellement. Mais d¹autres responsables apparaissent, grandissent : les élèves.

L¹enseignant n¹est plus seul "maître à bord".

Pour les cas de conscience liés aux développement des discussions et débats le responsable principal peut surseoir à une décision et prendre conseil auprès de collègues ou de spécialistes.

On parle beaucoup et à juste titre de crise de l¹autorité. Dans notre méthode, l¹autorité est bien là, mais c¹est une construction collective appuyée sur une croissance individuelle.

Grâce au respect généralisé institué, à la fraternité reconnue pratiquement dans les débats, l¹autorité ne s¹autorise plus à devenir autoritaire.

L¹école apprend la non-violence dans la mesure où elle la pratique. Elle s¹oblige à se mettre en discussion devant son public, sur le territoire concerné. Elle fait vivre un apprentissage de la démocratie authentique, une liberté qui ne renonce pas à la responsabilité.

La Loi pré-existe à l¹enfant (et au professeur), mais le groupe concourt à son actualisation ici et maintenant. On ne discute pas de tout, à tout instant ; les échanges qui ont lieu sur certains points, éclairent d¹un jour différent les règles en vigueur.

Transformation personnelle (des élèves et de l’enseignant) et transformation collective deviennent intimement liées.

Vannes le 11 06 03 Roger Hédan


14 votes
Répondre à cet article

Un message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes entièrement vides pour les séparer.

Qui êtes-vous ? (optionnel : cela vous permettra de recevoir les réponses)

18 messages

1 2 >

  • Pédagogie Alternative dans l’Education Nationale

    Le 17 juin 2016, par Luhanna

    Merci beaucoup pour votre superbe témoignage qui m’oblige à abandonner mes peurs d’enseignante...

  • Pédagogie Alternative dans l’Education Nationale

    Le 4 mai 2009, par avrila

    Des témoignages d’expériences édifiantes et brisant les idées reçues et les peurs infondées. Les enfants ont besoin d’amour pour apprendre. Or, l’école publique en est dénuée de par son idéologie déviante depuis sa création.

    http://www.lesenfantsdabord.org/pag...

  • Pédagogie Alternative dans l’Education Nationale

    Le 4 mai 2009, par avrila

    Maria Montessori vous a précédé depuis un bon siècle monsieur l’instituteur... et sa pédagogie appliquée aussi et sans financements publics hélas. Elle a commencé par observer les petits d’hommes et constaté qu’ils étaient des êtres porteurs de leur propre évolution intérieure mûe par une sagesse infinie et des besoins et des étapes DIFFERENTS selon les enfants. Le respect et l’écoute sont à la base de ce système de bon sens, suivi par la mise à dispositon d’activités librement choisies par les enfants et donc facilement intégrées car correspondant à la demande et au moment juste pour l’enfant et non imposée aveuglément et sans respect de la construction intérieure différente pour chaque enfant. L’adulte est à l’écoute et à un rôle de soutien ce qui suppose l’humilité. Imposer de l’extérieur est un viol, une violence, une négation de l’intelligence humaine. Etau final démontre une immense ignorance de ce qu’est l’être humain.. qui ne sait même pas comment il est fait et ignore tout de ses corps subtils.. Voudriez-vous qu’on vous impose d’étudier la compta ou autre si le désir profond de votre âme est d’étudier la musique car votre plan de vie est de produire un oeuvre musicale splendide visant à harmoniser les autres et ce, dès le plus jeune âge ? Pourquoi ce gâchis de talents ? ces années d’apprentissage perdues à "faire comme les autres" ? Uniformiser tel est le but caché de l’école publique, pour le profit des rapaces égoîstes et destructeurs.. Quel gâchis de créativité au service de la Vie pour le bien et la paix de tous... Et vous vous étonnez que les jeunes deviennent violents ? Moi, pas. Lorsque je vois la pression qu’on leur met sur les épaules dès leur plus jeune âge, la négation de leurs désirs profonds, des emplois du temps qui ne laissent plus de temps à la créativité et l’intériorité, des journées pleines suivies de soirées, et vacances laborieuses, quelle belle préparation à l’esclavage ensuite.. et au service de qui ? pas de l’intérêt général détrompez-vous ! J’ai 53 ans, dans ma jeunesse, je n’ai pas subi cette pression qui est actuellement en cours dans les écoles publiques. J’ai été institutrice et vu de l’intérieur le manque de respect des enfants m’a fait horreur et j’ai vite quitté ce triste bateau, et j’ai inscrit mon fils à Montessori où il a été très heureux et en garde un merveilleux souvenir, le primaire dans le public a été assez agréable avec des instits jeunes et ouverts, mais les ennuis ont commencé au collège et continuent au lycée, où mon fils est malheureux, les enseignants sont totalement sourds aux besoins des élèves, débitent leurs savoir supérieur sans se préoccuper de l’intérêt qu’ils n’éveillent que rarement chez leurs étudiants, qu’ils rejettent ensuite violemment, les excluant comme des déchets du système, sans égards pour le particularisme et la richesse de chacun, ignorants même leurs dons artistiques.. Que de gâchis de créativité, d’innovations possibles, de violences et d’absence de respect de ces humains du futur.. quel manque de joie dans ces institutions closes à la vie qui change, bouillonne, innove à l’intérieur de chaque enfant nouveau.. pourquoi vouloir leur imposer des savoirs dépassés, le plus souvent, inutiles (quel intérêt d’attrister encore par l’étude détaillées des évènements perpétrés par l’abomination des guerres ?) pourquoi se nourrir lourdement du passé au lieu de faire jaillir du positif, du bonheur de créer au présent ? construire un être, ce n’est pas seulement lui saturer le mental de "pseudos savoirs" ou des créations des autres, mais aussi lui enseigner comment pacifier et maîtriser ses émotions (où sont les cours de méditation bien utiles pour se recentrer et se calmer en silence ? et les vertus du Silence dans ce monde bruyant et entièrement tourné vers la dictature de l’extérieur ?). Le Silence d’où émerge toute création nouvelle ? Comment créer si on ne sait pas écouter à l’intérieur de soi ? Chaque enfant vient au monde avec sa propre sagesse et a AUSSI beaucoup à offrir aux adultes.. s’ils n’étaient pas aussi sourds et prétentieux, arrogants et violents par leur manque d’écoute. Mon fils devient tout de suite adorable quand je l’écoute et désagréable lorsque je ne lui accorde pas mon attention.. Les écoles de demain devront tenir compte des BESOINS réels des enfants, émotionnels, physique et mentaux, les aider à mettre en oeuvre leur créativité unique et cesser de les considérer comme des cruches vides dans lesquelles on doit déverser nos vieilleries.. Ils sont déjà riches ! Ecoutons les, soyons au service des autres et soutenons les dans leur construction harmonieuse, donnons leur confiance en eux et dans l’humanité au lieu de leur imposer un savoir et un pouvoir : ils auront grandement besoin de toutes leurs potentialité épanouies pour réparer le monde immonde dont ils héritent !

    • Pédagogie Alternative dans l’Education Nationale

      4 mai 2009, par avrila

      Pour faire court, il s’agit de remplacer la peur par l’Amour.. La peur engendre le mensonge et la violence. L’amour est lié à la Vérité, à l’intégrité et au respect..Quel enseignant trouve le bonheur à enseigner dans la peur ? Et les enfants .. pas étonnant qu’autant de jeunes et d’enseignants se suicident. Leur geste est un aboutissement d’énergies destructrices au pouvoir sur cette planète. Il est urgent de se réveiller ! Et commencer par vous aimer et vous respecter vous-même et vous unir ! L’humanité est UNE et totalement reliée sur les plans subtils. Ne croyez pas que la souffrance des autres ne vous touche pas. Votre joie aussi touche les autres même à l’autre bout du monde. Votre devoir premier est d’être heureux et pour cela il faut commencer par l’amour et le respect de soi. La connaissance et l’écoute de nos désirs profonds aussi. Un peu de courage et d’honnêté et l’abandon de veilles habitudes aussi qui sont vos pires ennemis, le confort ronronnant et endormant vous transformant en morts-vivants, cela arrange bien certains.

  • > Pédagogie Alternative dans l’Education Nationale

    Le 11 avril 2006, par X

    Bonjour Monsieur Hédan,
    Je me présente, Jasmine Le Daridor, l’une de vos anciennes élèves de l’année scolaire 88-89. Je prends votre relai puisque je suis actuellement en formation au CFP d’Arradon pour être enseignante ! En effectuant des recherches pour mon mémoire, je suis tombée sur votre article. J’y ai retrouvé la passion que vous aviez à m’expliquer un dimanche de kermesse vos nouveaux outils, votre nouvelle façon de fonctionner. Sachez que vous avez été l’enseignant le plus rassurant de ma carrière d’écolière-collégienne-lycéenne-étudiante ! Merci.
    Au plaisir. Jasmine

  • > Pédagogie Alternative dans l’Education Nationale

    Le 23 février 2005, par Mamie

    Merci Monsieur de votre récit.

    J’ai détesté et aimé l’école.
    Avec vous j’aurais couru pour y aller !

    Nos enfants ont fait de même : brillants et dégoûtés malgré un parcours très atypique mêlant école et maison.

    Une amie, instructeur équestre me dit "On ne leur donne pas les moyens de s’évaluer, on ne les fait pas progresser dans la complexité de leurs progrès". Je lui donne l’idée de ce tableau pour son club.
    Et je le garde pour les cours que je donne à des adultes à reprendre.

    Bonne retraite, occupée à dire et redire ce qu’il y a à faire. Par le biais d’écoles privées et repensées ? Avez-vous des projets de cours à de jeunes instit ?

    J’aimerai bien avoir une réponse si vous le pouvez.
    Bien respectueusement.

1 2 >


Lixium: Hébergement web neutre en CO2 | SPIP 2.1
ecovillage global et permaculture

NOUVEAU SITE

Découvrez ecovillageglobal.fr le site de l'écovillage global des lecteurs et annonceurs de la revue Passerelle Éco

PASSEZ UNE ANNONCE

Recherche Partenaire Associe (Troc et éco-monnaies dans le 77)

Projet : creation d'un atelier eco- participatif en ile de France ou bien departement limitrophe mise a disposition outillagage emplacement atelier de bricolage et mecanique d'entretien (...)

Habitat et Jardin Refuges à Auxiliaires (À l’abordage dans le 88)

Projet : Créer jardin écologique, potager-fruitier avec biotopes à auxiliaires (abeilles, syrphes, carabes, orvet, crapauds, musaraignes, mésanges, chouettes...), mis en refuge LPO ; vivre dans un (...)

Cherche Associé (Emploi et Entreprise dans le 34)

Projet : Bonjour, Je cherche un associé pour un organisme qui plante des arbres fruitiers partout pour la biodiversité et la nourriture gratuite. L’idée est de créer une startup internationale pour que (...)

Colibris Rencontre Action (Convergences dans le 34)

Projet : Bonjour à tous ! Rencontre des colibris de la région biterroise lundi 20 novembre 2017 au bar Le Trois Six 10, place des Trois Six, 34500 Béziers à 19h au menu: rencontre, plan d'action, (...)

Recherche Assistant Bricoleur dans Écocentre / Écolieu en Permaculture (Ecolieux existants dans le 71)

Projet : Depuis 2012, nous développons un écocentre/écolieu sur 3.5ha cultivé en permaculture et permettant l'autonomie alimentaire. Nous vendons des paniers de légumes. Nous recevons des écoles, des (...)

Recherche Foncier / Terrain Installation Permaculture (Dimension Agricole dans le 06)

Projet : Actuellement en formation BP REA. Je cherche du Foncier pour une installation future, courant 2018 maximum début 2019. Projet 100% nature, zero dechet, autonomie totale. Permaculture, (...)

Atelier et Logement (Elargissement dans le 26)

Offre : Parts à vendre dans une SCI (correspondant à un bâtiment et jardin) : Grange disponible (100m2 + 100m2 de cave). Potentiel d’habitation et d’espace de travail-atelier. Idéal pour apiculteur, (...)

Cherchons Volontaire Long Terme (Ecolieux existants dans le 46)

Projet : Florent et Emilie, parents de Amaya et partenaires de projet avons initié la construction d'un lieu permacole dans le Lot, au milieu de la forêt. Le projet consiste à créer un jardin forêt (...)

Eco Hameau (Graines d’Avenir dans le 21)

Projet : Eco hameau de Longecourt les Culêtre 21230 Six lots viabilisés (voirie, réseaux, assainissement, réserve d'eau pluviale) Le projet d'éco hameau de la commune de Longecourt les Culêtre est (...)