Passerelle eco
Passerelle eco

Pratiques et Contacts pour Vivre Ensemble sur une Même Planète

La revue Passerelle Eco : sommaire des numéros, compléments d'info, bulletin d'abonnement à imprimer ...

Actualité du réseau éco

Réseaux

Quelques écolieux

Des reportages et les annonces du réseau éco et de la dynamique écovillage en France : écolieux de vie, projets d'écovillages, écofermes pédagogiques, personnes ressources ou en recherche, entreprises, centres de formations, etc... Plusieurs rubriques sont consacrées aux écovillages en germe ou en devenir, car ces initiatives font converger l'ensemble des aspects de l'écologie pratique : l'actualité, leurs activités, rencontres, chantiers ou échanges proposés.
Dossiers thématiques : depuis les statuts de la loi de 1901, l'alimentation, la construction saine, l'habitat léger, le carburant tournesol ...
Annonces, photos, comptes rendu des rassemblements, rendez-vous, festivals, colloques, manifestations...
- des fiches pratiques et des recettes - le site Nima'Sadi de partage et d'expérimentation sur autoproduction - les activités associatives de Passerelle Eco.
Vous êtes ici > Accueil > Thématiques > Monnaie locales et lien social
Crédit coopératif ? De l'éthique dans la com surtout

le 5 juillet

Crédit coopératif ? De l’éthique dans la com surtout

Le Postillon est un journal local à Grenoble. Le Postillon, comme plein de gens à la recherche d’une banque « moins pire », a choisi d’ouvrir un compte au Crédit coopératif. En effet, cette banque se présente comme la banque de la coopération et de la solidarité, et qui plus est elle propose des placements éthiques. Super !

C’est alors qu’est venue au journalistes du Postillon l’envie de faire des recherches sur le contenu des placements éthiques proposés par cette banque... Ce qui suit est le récit, initialement publié dans Le Postillon de Mai 2017, de cette recherche et des découvertes qui furent faites, pas vraiment à la hauteur des publicités...

Le Postillon : «  On n’a jamais eu beaucoup d’illusions sur cette banque, mais on croyait jusqu’à peu que cette structure se tenait quand même un peu éloignée des affres du capitalisme moderne. Sur le site internet de cette « banque coopérative et engagée », on peut d’ailleurs lire qu’elle agit pour « une société où l’homme et son environnement priment sur le capital ».

Alors on est allé voir de plus près. Et patatras. Les « investissements socialement responsables » que propose la banque servent en fait à financer des entreprises comme Coca-Cola, Carrefour et Vinci. La « finance collaborative » permet avant tout à des riches de payer moins d’impôts, et comme toutes les autres banques, le Crédit coopératif pousse aussi ses clients à s’endetter.

« Des clients à forte utilité sociale », « des produits bancaires pour agir », la communication du Crédit Coopératif fait rêver. Pour votre épargne, la « banque engagée » vous propose par exemple des « produits » labellisés ISR (Investissement socialement responsable). En général il s’agit de placer de l’argent dans une enveloppe d’assurance-vie ou un PEA (Plan d’épargne en actions) pour défiscaliser vos revenus. Ces produits financiers sont conçus par Ecofi, une filiale du Crédit coopératif.

« Épargne Éthique Actions » : un joli nom pour faire croire que votre argent est entre de bonnes mains. Sur le site d’Ecofi, Tony Boisseau, « Gérant Analyste Quantitatif » nous assure en costard cravate : « Épargne Éthique Actions est une Sicav qui, dans le cadre d’une gestion dynamique, pratique une gestion socialement responsable (ISR) engagée (...). La Sicav n’investit pas dans les entreprises qui produisent ou commercialisent des armes de guerre. » Une Sicav actions, c’est en gros un pack d’actions. Une action, c’est une part de la propriété d’une entreprise qui est placée en bourse. Acheter des actions renforce la valeur de l’entreprise et vous permet de percevoir en retour une partie de ses bénéfices (les dividendes). Mais quelles sont les principales entreprises soutenues par cette Sicav « éthique » ? L’arrêté comptable de février 2017 du portefeuille de ce produit (document disponible sur Internet) nous apprend qu’il s’agit des géants du secteur financier (ING, AXA, Allianz), de la chimie (BASF), de la pharmaceutique (Sanofi), du gaz de schiste (Repsol) et même un peu de l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes avec la multinationale Vinci. Mais vous n’avez rien vu : malgré l’engagement à propos des armes de guerre, cette Sicav investit également dans Siemens et Schneider Electric qui produisent directement pour l’industrie militaire. Schneider se vante même d’être une référence dans le domaine des lance-missiles de sous-marin nucléaire et des systèmes de contrôle pour missiles nucléaires.

Cette Sicav constitue 34 % de l’argent placé dans un autre fonds de placement « Faim et développement ». Si vous mettez votre argent ici, c’est sûrement que vous avez du c½ur. D’ailleurs la page d’accueil du site de la banque proclame : « mon épargne est solidaire depuis plus de 30 ans ». Le reste de la présentation est un conte de fées : « La faim et la pauvreté ne sont pas une fatalité : avec le fonds commun de placement Faim et Développement, je peux soutenir des projets qui ½uvrent pour le développement des pays du Sud. » Mais dans quelles entreprises investit ce fonds ? Beaucoup de grands noms : en pointant le portefeuille d’actions et d’obligations on tombe sur Coca-cola, Danone, Heineken, Carrefour, LVMH (secteur du luxe made in France en Bulgarie), Christian Dior, Unilever (souvenez-vous des licenciements boursiers des Fralib), EDF, EADS (toujours dans l’armement), BMW, L’Oréal, BNP, Société Générale et même Bolloré, le roi de l’huile de palme. Oui, vous avez bien lu : en finançant ces multi-nationales, ce fonds est censé lutter contre la faim. Le terme « développement » s’applique-t-il d’abord aux bénéfices des actionnaires ? Toujours aussi étrange : un autre fonds de placement est baptisé « Agir avec la fondation Abbé Pierre ». Sa raison d’être ? « Le mal-logement doit se combattre sur tous les fronts ». Cette fois-ci, on peut remarquer que 6 % des actions achetées sont celles de la Solifap (Société d’investissements solidaires de la fondation Abbé Pierre). Pour le reste, par contre, on a du mal à voir le rapport avec le mal logement : on retrouve Ford, APRR (Autoroutes Paris Rhin-Rhône), Mercedes, Bureau Véritas, Unicrédit, Air liquide, etc. Que des amis des sans-abris.

Comment de telles aberrations « éthiques » sont-elles possibles ? On a essayé de poser la question au service presse du Crédit coopératif, qui n’a pas daigné nous répondre. Un ami banquier nous a par contre expliqué : « en fait personne ne cherche à quoi sert l’argent des fonds de placement. Tout le monde reste sur la communication, sans aller voir le détail des mouvements boursiers. Je suis persuadé que la majorité des conseillers financiers du Crédit coopératif doivent croire sincèrement au côté éthique des fonds de placement “Faim et développement” ou “Agir avec la fondation Abbé Pierre” ; parce qu’ils ne sont jamais allés gratter derrière la communication. »

En dehors des méandres de la Bourse, il y a d’autres solutions pour épargner au Crédit coopératif : c’est la fameuse finance participative ou crowdfunding. La banque se targue d’être « initiateur de la finance solidaire » afin de « participer à sa manière au développement d’une économie plus humaine et plus innovante ».

Concrètement, il faut payer des frais pour investir directement dans des « projets sélectionnés ». La solution est intéressante pour les riches car elle permet de réduire ses impôts. Prenons un exemple : avec le Crédit coopératif et son partenaire Wiseed, « la plateforme pour les jeunes entreprises », vous pouvez participer au capital d’Altern’ Mobil. Ce « leader français de la livraison en centre ville en véhicules électriques et triporteurs » est un des nombreux sous-traitants pour DHL et DPD. Cette petite boîte aide donc les géants de la logistique dans leur stratégie d’externalisation et d’éclatement des collectifs de travail. En parcourant le compte Facebook d’Altern’Mobil, on apprend qu’ils sont fiers de faire travailler leurs livreurs par moins 7° sans chauffage (voiture électrique oblige), qu’ils n’aiment pas payer les cotisations sociales et que le gérant s’est acheté une Tesla modèle S (90 000 euros minimum). Pour ce soutien à une « économie plus humaine », vous serez récompensé par une réduction fiscale de 18 % et une réduction de votre impôt sur la fortune (ISF) de 50 % des sommes investies. Le rendement est assez aléatoire et dépend surtout de la faillite ou non de l’entreprise. L’intérêt de ce système est avant tout d’aider les riches à payer moins d’impôts pour faire payer à la collectivité les risques pris par les start-ups du nouvel esclavage collaboratif.

Et sinon, comment s’engage la banque « responsable » ? Il y a bien entendu les classiques livrets défiscalisés. « Avec le Livret A, je finance la construction de nouveaux logements sociaux, et j’agis pour l’accès de tous à un logement décent » assure le Crédit coopératif. Belle présentation, sauf que ce n’est pas la banque qui décide et gère ça mais l’État et la Caisse des dépôts (en en plaçant d’ailleurs une partie en bourse). Quelle que soit la banque, un Livret A finance le logement social, c’est un des rôles historiques de ce livret créé en 1818.

Comme toutes les autres, la « banque engagée » ne veut pas voir seulement ses clients épargner, mais désire aussi leur filer des crédits. Sur le site internet, on peut trouver cette annonce : « envie d’un canapé neuf pour le salon ? Avec le prêt à la consommation, je peux financer toutes sortes de projets. Un excellent moyen de conserver mon épargne ». Aussi fou que cela puisse paraître, la solution la plus saine financièrement si vous avez de l’épargne c’est de l’utiliser au lieu de faire un crédit. Mais en gardant de l’argent de côté, c’est plus juteux pour la banque car elle se rémunère sur votre encours d’épargne en même temps qu’elle encaisse les intérêts du crédit.

L’incitation du Crédit coopératif est totalement cynique pour une banque se proclamant « éthique ». À l’échelle de la structure bancaire, la logique d’endettement consumériste est assumée et poussée par le Crédit coopératif et ses sociétaires, tout comme ses investissements soi-disant « éthiques » dans les grandes multinationales. De quoi animer la prochaine assemblée générale régionale qui aura lieu jeudi 12 mai à 15h30 à la Belle électrique, à laquelle sont conviés tous les titulaires de compte ? Réponse au prochain numéro.

 »

Note de Passerelle Eco : Le choix éditorial de Passerelle Eco est plus dans la proposition que dans la dénonciation. Nous n’en resterons donc pas là, avec cet article du Postillon. Le problème ici comme ailleurs, c’est que la publicité n’est qu’un très imparfait reflet de la réalité. En matière de banque, c’est particulièrement criant. On pourrait dire "toutes les mêmes" mais il existe toutefois une banque, ou un établissement financier, qui ne peut pas mentir tout simplement car il présente chaque année le détail exhaustif de ses comptes et de tous les investissements réalisés avec votre argent : la Nef. Lire le rapport annuel permet de découvrir une myriade de projets financés, menés par des entrepreneurs de la bio ou de l’écoconstruction, du social ou de la culture, et d’apprécier en détail l’éthique d’un placement à La Nef. Cf www.lanef.com

PNG - 105.6 ko

10 votes
Répondre à cet article

Un message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes entièrement vides pour les séparer.

Qui êtes-vous ? (optionnel : cela vous permettra de recevoir les réponses)

4 messages

  • Crédit coopératif ? De l’éthique au quotidien

    Le 8 juillet, par M. NGUYEN Gia Huân

    Bon jour,
    Il est étonnant que vous oublier de parler du livret AGIR et de la carte AGIR....et que vous vous focaliser sur les actions SICAV et autres produits que tout usager éthique doit éviter.
    De toutes les banques, c’est la seule (à part les banques en lignes) qui permet :
    . d’avoir zéro frais de gestion (si l’utilisateur fait le choix d’une gestion dématérialisée)
    . à chaque opération avec la carte de paiement AGIR, verser un don à un organisme choisi (Terre et Humanisme par exemple)
    . la moitié des intérêts de mon livret AGIR est dédiée à un don pour un organisme éthique,
    . le seul frais de gestion payé est le prix de la carte de paiement AGIR soir 40¤ par an en 2017,
    . et surtout avoir une gestion saine avec aucun découvert.

    De mon point de vue, les investissements ou placements sont par définition non éthiques et je les évite et/ou les ignore.

    Je fais ma part de Colibri et admet que tout système est imparfait et le Crédit Coopératif est à ce jour une des rares banques à usage quotidienne éthique.

    La NEF est effectivement plus un organisme financier qu’une banque.

    • Crédit coopératif ? De l’éthique au quotidien

      10 juillet, par Shabba

      Bonjour,
      J’avais un compte NEF et il était géré par le crédit coopératif.
      En terme de découvert, j’ai bien demandé à ne pas y "avoir droit" dès l’ouverture de mon compte. Mais j’ai eu un découvert. On peut arguer que c’est à moi de faire attention, mais j’ai demandé à ne pas y "avoir droit" ce qui m’avait verbalement été accordé.
      Quand je suis allé faire une réclamation suite à ce découvert, au guichet on m’a parlé de "facilité de paiement" J’ai pas beaucoup apprécié.
      Ma capacité de découvert a été retiré et les agios supprimés, mais j’ai trouvé le procédé un peu cavalier, pas chevaleresque, hein.

      De plus, j’ai eu une ponction sur mon compte pour cause d’inactivité sur le compte. Dans le but de rester courtois, je ne vous écrirais pas le mot qui me vient quant à ce procédé. J’ai changé de compte et suis toujours à la NEF. Le crédit coopératif a beaucoup moins la main sur le nouveau compte.

      Ces deux mésaventures sont dues au crédit coopératif, pas à la NEF.

      Belle journée

    • Crédit coopératif ? De l’éthique au quotidien

      13 juillet, par Etienne

      L’article du postillon parle bien des livrets. Des livrets gratuits, il en existe dans toutes les banques, avec la possibilité de donner les intérets à une association (livret A, LDD ou LEP solidaire à la poste avec dons au restos du coeur, système similaire au crédit agricole...), et qui permettent aux clients dits fragiles un minimum de bancarisation (une carte de retrait, des relevés sur papier). Le crédit coop a plutôt un modèle de banque en ligne orientée marketing éthique, ce qui lui permet de capter une clientèle de jeunes actifs à fort potentiel bancaire.

    • Crédit coopératif ? De l’éthique au quotidien

      13 septembre, par Sylvain.

      Il est bien beau le petit colibri, mais à nous le ressortir à toutes les sauces, vous oubliez quand même que le monde est aussi peuplé de gros rapaces... Le crédit coopératif est peut-être la moins pire des banques, mais il n’a absolument jamais eu la moindre once d’éthique. Tout est complexe, tout est piège, tout est marketing. Pensez aux investissements solidaires de Bill Gates, ou de Nestlé. Nous en sommes là.


Lixium: Hébergement web neutre en CO2 | SPIP 2.1
ecovillage global et permaculture

NOUVEAU SITE

Découvrez ecovillageglobal.fr le site de l'écovillage global des lecteurs et annonceurs de la revue Passerelle Éco

PASSEZ UNE ANNONCE

Chantier Collectif d'Automne Archéosite d'Ardèche (Construction dans le 07)

Projet : L'Archéosite Randa Ardesca est un lieu associatif où l'on reconstruit des habitats de l'époque gauloise, sur le modèle des vestiges archéologiques. Notre but est de promouvoir le patrimoine (...)

Formation-Expérimentation sur la Justice Restaurative (Convergences)

Projet : Journée de Formation-expérimentation sur la Justice Restaurative le Samedi 14 Octobre à Albi - Institut Saint Simon. Avec Catherine Hoyos et Françoise Serre. La justice restaurative ou (...)

Recherche Emploi (Dimension Agricole dans le 69)

Passionné par la perma et toutes les avancées écologiques.
Cherche  : Travail en harmonie avec mes valeurs et mes convictions.
Offre  : mes bras, jambes, connaissances pour du travail bien (...)

Maison et Yourte à Louer dans un Éco Lieu dans les Cévennes (Ecolieux existants dans le 30)

15 ou 20 pers. de 2 à 50 ans.
Projet  : écolieu en semi-collectivité, où on se voit beaucoup, on échange, on partage -chantiers collectifs ou activités dans la yourte prévue à cet effet-.
Propose  :  (...)

Grande Maison 300 m² et Terrain d'1 Ha, Hte Savoie (À l’abordage dans le 74)

Projet : Projet à lancer en permaculture sur terrain d'un ha, très bonne terre avec possibilité par la suite de mettre des ruches, d'élever qq poules, d'organiser des stages divers comme yoga et (...)

Vente Maison + 1, 2 ha en Ariège (Ventes Immobilier dans le 09)

Projet : Vends ancienne Grange Ariégeoise rénovée avec goût et tout confort sur 1,2 h à 900 m d'altitude entre forêt et pâturage. Terrain clôturé avec verger, potager en terrasse et forêt ( 4000 m2). (...)

Territoire à Partager Saint Denis 11310 (Ecolieux existants dans le 11)

Projet : Un grand terrain plat et bordé d'arbres pour un projet de 3 ou 4 foyers indépendants.Construction bois et esprit colibri. Artiste et auto-constructrice, je souhaite réunir quelques (...)

Homme 56 Ans pour Femme et Vie Proche de la Nature. (Rencontres amoureuses dans le 26)

Projet : Arriver à bien se connaître, se plaire, aller de l'avant vers une vie proche de la nature.
Offre : plutôt mince, vie saine, divorcé, vit seul, yeux bleux, interêt pour écologie, (...)

Vente ou Location Voir co-Location Possible (Ventes Immobilier dans le 74)

Vends  : grande maison 18 pièces dont 2 gîtes ruraux agréés 2** sur 3 niveaux de 100m² + grande terrasse. Chauffage granulés bois.1ha exposée sud à 800m d'alt. possibilité perma, ruches, nombreuses (...)
twitter

SUR LE WEB