Passerelle eco
Passerelle eco

Pratiques et Contacts pour Vivre Ensemble sur une Même Planète

La revue Passerelle Eco : sommaire des numéros, compléments d'info, bulletin d'abonnement à imprimer ...

Actualité du réseau éco

Réseaux

Quelques écolieux

Des reportages et les annonces du réseau éco et de la dynamique écovillage en France : écolieux de vie, projets d'écovillages, écofermes pédagogiques, personnes ressources ou en recherche, entreprises, centres de formations, etc... Plusieurs rubriques sont consacrées aux écovillages en germe ou en devenir, car ces initiatives font converger l'ensemble des aspects de l'écologie pratique : l'actualité, leurs activités, rencontres, chantiers ou échanges proposés.
Dossiers thématiques : depuis les statuts de la loi de 1901, l'alimentation, la construction saine, l'habitat léger, le carburant tournesol ...
Annonces, photos, comptes rendu des rassemblements, rendez-vous, festivals, colloques, manifestations...
- des fiches pratiques et des recettes - le site Nima'Sadi de partage et d'expérimentation sur autoproduction - les activités associatives de Passerelle Eco.
Vous êtes ici > Accueil > Thématiques > Monnaie locales et lien social
Publié dans Passerelle Eco n°3
De la consommation à l'expérience, et de la pollution à la jouissance

le février 2000

De la consommation à l’expérience, et de la pollution à la jouissance

L’abondance ? Murielle voulait en savoir plus...

- Le piège de l’abondance, répondit Jacques, est de nous enfermer dans les mirages du matérialisme générateur de frustrations et de gaspillages. La clé pour en sortir réside dans le principe que tout ce que nous désirons matériellement n’est rien d’autre que le symbole d’une expérience que l’on veut vivre.

- Je ne comprends pas bien, admit Murielle.

- Je vais prendre un exemple déclara Jacques. Imaginons que je sois un cadre à la vie stressante ; je vis toujours à 100 à l’heure, passant d’une obligation à une autre. Le seul moment où je m’évade, où je respire enfin et où je me ressource, c’est en vacances au bord de la mer, et quand il m’arrive en week-end d’embarquer sur le voilier de mes amis. En semaine, au volant de ma voiture prisonnier des embouteillages, ou coincé dans le fond de l’ascenseur qui m’emmène vers mon prochain rendez-vous, il m’arrive de penser à la mer.

Et puis naît l’idée : "et si je m’achetais un bateau ? Ne serait-ce pas merveilleux [..] ? Je pourrais, tous les week-ends pourquoi pas, prendre la mer, vivre l’aventure des grands espaces, m’enivrer du vent qui fait claquer les voiles et des vagues qui jouent avec l’étrave !..." Et je me mets à rêver à cela de plus en plus précisément. J’en parle à ma famille et je lui dis tout le plaisir que vont nous procurer ces aventures maritimes, comment cela va contribuer à nous retrouver, comment, grâce à ce ressourcement, je vais devenir plus agréable à vivre.

Ça y est, le voilà amarré au port, et pour la première fois toute la famille embarque. Quelle exaltation ! C’est merveilleux, tout se passe comme prévu. À bord, tout le monde est à la fête : à nous les océans à nous la liberté ! à nous le bonheur !...

Les mois s’écoulent, les échéances de remboursement tombent, puis l’assurance, puis les frais de gardiennage d’hiver, puis le mouillage. Parfois, les enfants et mon épouse demandent à aller ailleurs, mais conscient de la dimension de mon investissement, je veux l’amortir. Alors, chaque fois que le temps le permet, direction le port ! Les vacances ? Fini les congés au bord de la mer où chacun vit comme il l’entend. On part maintenant en croisière ! Vacances cabotage ! Et si l’équipage ose se plaindre, je ne manque pas de lui rappeler combien il est privilégié !

Mais ce n’est pas tout ! Un bateau, c’est aussi beaucoup de corvées de bricolage, de réparation, de rinçages réguliers à l’eau douce [..] ... sans oublier le carénage... le grattage... le ponçage... le vernissage... Au fil du temps, le bateau sort par les yeux de la famille entière. Adieu la fête ! Bonjour les ronchonnements ! Il est devenu source de disputes permanentes. Je ne veux pas l’admettre bien sûr : certes, mon plaisir est maintenant gâché, mais j’attribue cela à la mauvaise volonté familiale. Alors il m’arrive de partir seul ou avec des amis, mais la magie n’y est plus. Les grands espaces ne me ressourcent plus, je ne vois plus que les factures, les corvées et les grimaces du clan. le bateau s’est transformé en stress supplémentaire et je le vends, peut-être même à perte... Bon ! J’ai compris, la solution, c’est la résidence secondaire au bord de la mer.. et me voilà parti prospecter la côte à la recherche de ce qui fera le bonheur de nos week-ends et le hâvre de mon prochain ressourcement...

Florence prit le relais.
- Tu comprends ? Voilà ce qui nous menace tous, à moins d’y prendre garde. Nous ressentons des manques, mais nous ne les identifions pas clairement. Ce qui se manifeste en revanche, ce sont nos désirs, c’est-à-dire les solutions qui s’im-posent comme porteuses du bien-être auquel nous aspirons. Si Jacques s’était demandé dès le départ quelle expérience il voulait réellement vivre, il aurait sans doute répondu : la liberté, la paix, la convivialité... Ce besoin sous-jacent s’est concrétisé dans l’envie d’acquérir un bateau. Or, n’y a-t-il que le voilier qui puisse conduire à ces expériences ?

- Non ! Bien sûr rétorqua Murielle, il est l’un des moyens parmi tant d’autres.

- Exactement, approuva Florence. Mais faute d’avoir identifié ce qu’il voulait au plus profond de lui-même, il ne s’est attaché qu’à la réalisation de son désir. Ne nous laissons-nous pas tous piéger par cela ? Nous voulons une nouvelle voiture, un nouveau poste de télé, une maison comme-ci, et puis changer le papier du salon, agrandir le garage, acquérir le dernier cri d’ordinateur, parce que l’ancien modèle est dépassé... Nous accumulons à ne plus savoir où ranger les choses, mais, une fois passée l’euphorie qui accompagne l’instant où nous satisfaisons notre envie, une frustration sournoise s’installe, car cette chose à elle seule ne saurait combler le vide existentiel que nous portons. Alors la frustration croît, et voilà que germe un nouveau désir dont la satisfaction sera aussi frustrante que les précédentes. C’est aussi vain que les bonbons dont l’enfant se gave faute de ne pas se sentir suffisamment aimé. Dira-t-il qu’il a besoin d’amour ? Non, il quémandera un bonbon !

- C’est pourquoi, dit Catherine, mon travail consiste entre autre, à aider les gens à identifier leurs besoins profonds pour se libérer de l’esclavage de leurs désirs. C’est cela qui permet le passage de la conscience de pénurie à celle de l’abondance.

Ce texte est extrait du livre "Les Aventuriers de l’Abondance", publié aux éditions Yves Michel, avec l’aimable autorisation de Philippe Derudder.


Répondre à cet article

Un message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes entièrement vides pour les séparer.

Qui êtes-vous ? (optionnel : cela vous permettra de recevoir les réponses)

4 messages

  • > De la consommation à l’expérience, et de la pollution à la jouissance

    Le 18 mai 2006, par mocona47

    Madame.

    Vous avez parfaitemement raison car voilà ce qui nous attend de moins catastrophique avant 2020 si nous ne faisons rien pour changer de paradigme.
    Voir : www.geocities.com/non_gaspillage

    • Un manque de nourriture dû à une baisse de la production agricole mondiale.
    • Une baisse de la disponibilité et de la quantité d’eau potable dans des régions-clefs, due au déplacement des précipitations, entraînant des sécheresses et des inondations plus fréquentes.
    • Une perturbation dans l’accès aux ressources énergétiques, due aux inondations, à l’étendue des icebergs dans les océans et aux tempêtes.

    Je n’invente rien voir le rapport commandé, par le Ministère de la Défense des Etats-Unis, à « Peter Schwartz et Doug Randall »

    « Brusque changement de climat et ses implications pour la sécurité nationale des Etats-Unis »

    Tout est possible à cause de l’effondrement de la circulation thermohaline (si vous ne savez pas ce que c’est faite un tour sur www.wikipedia.org ) vous pouvez visualiser aussi le film de Roland Emmerich « Le jour d’après »

    Au fur et à mesure que la capacité de subvenir aux besoins se réduit au niveau local et global, les tensions pourraient augmenter partout à travers le monde, conduisant à deux stratégies fondamentales : la défensive et l’offensive.
    Les nations ayant les moyens nécessaires de le faire pourraient de fait construire des forteresses autour de leur pays, conservant ainsi leurs ressources pour elles-mêmes.
    Les nations moins fortunées, surtout celles ayant connu d’anciennes querelles avec leurs voisins, pourraient déclencher des conflits pour l’accès à la nourriture, à l’eau potable et à l’énergie.
    D’improbables alliances pourraient se former, les priorités de défense n’étant plus les mêmes et le but étant les ressources pour la survie plutôt que la religion, l’idéologie ou l’honneur de la nation.

    Voir aussi les courbes de baisse de population via : www.manicore.com

    Note : Je connais un endroit sur la planète où l’on peut survivre (en cas de besoin) simplement avec une source d’eau pure et mes cultures non polluées.

    M’écrire si vous êtes intéressés à vivre dans une forêt protégé : guillermain@blackberry.orange.fr

    Voir aussi comment vous pouvez aider pour la construction des "AIRANDSUNCAR"
    Merci.

    • > De la consommation à l’expérience, et de la pollution à la jouissance

      8 mai 2007, par Mocona47

      POUR EVITER

      • Un manque de nourriture dû à une baisse de la production agricole mondiale.
      • Une baisse de la disponibilité et de la quantité d’eau potable dans des régions-clefs, due au déplacement des précipitations, entraînant des sécheresses et des inondations plus fréquentes.
      • Une perturbation dans l’accès aux ressources énergétiques, due aux inondations, à l’étendue des icebergs dans les océans et aux tempêtes.

      Quelques idées de solutions à présenter au Parlement (Assemblé Nationale)

      • Créer un foyer des éventuels inventeurs. En effet il y a des sommes importantes qui sont donnés à des organisations (voir PREDIT) pour faire de la prospective. Alors qu’il existe des citoyens très pauvres (érémistes) qui pensent avoir des solutions pour résoudre les problèmes énergétiques, des transports ou de la pollution.

      Idée à améliorer du fonctionnement du foyer des éventuels inventeurs

      Chaque citoyen indépendamment de ses ressources, diplômes, ages, sexes, ayant la prétention d’avoir des solutions pour résoudre des problèmes sera accepté moyennent un contrat.

      Le contrat stipulera que l’inventeur aura les droits de son invention et qu’il l’utilisera pour le bien de l’humanité et ne pas s’enrichir (pas plus de 100 000 Euros annuel)

      Ce contra évitera les citoyens qui ne sont pas certain du fonctionnement de leur inventions.
      En effet, si après avoir reçu toutes les ressources (maquette numérique, machines outils, matériaux) pour réaliser ou démontrer la faisabilité ils se sont trompés ils devront rembourser le foyer par mêmes des travaux ad eternam

      Notes :

      • Vu qu’il y a de moins en moins de travaux rémunérés pour les êtres humains. Pour résoudre le problème du déficit de la Sécurité Social il faudrait substituer au prélèvement des charges sociales basées sur les salaires, une taxe sociale fondée sur le chiffre d’affaire ou sur les encaissements.
      • Pour éviter la chaleur dans les villes il faudrait planter au minimum un arbre par habitant.
      Si il y a 1 000000 de personnes dans une ville il faudrait au minimum 1 000000 d’arbres.

      Voir en ligne : POUR EVITER

  • > De la consommation à l’expérience, et de la pollution à la jouissance

    Le 26 décembre 2002, par JLuc (Passerelle Eco)

    C’est de l’épicurisme : quand on travaille sur ses désirs, on arrive à faire le tri entre les superflus et les fondamentaux, et en les réduisant à leur plus simple expression, on parvient à être dans le même état de félicité que les Dieux !


Lixium: Hébergement web neutre en CO2 | SPIP 2.1
ecovillage global et permaculture

NOUVEAU SITE

Découvrez ecovillageglobal.fr le site de l'écovillage global des lecteurs et annonceurs de la revue Passerelle Éco

PASSEZ UNE ANNONCE

Création d'un Projet de Petit Collectif en Ariège (À l’abordage dans le 09)

Projet : Il s'agit d'un lieu en pleine nature à 3 km de St Girons avec 5 ha de terrain et 2 anciens bâtisses, dont l'une a été entièrement rénovée. Aujourd'hui, moi Olga, 46 ans et seule propriétaire du (...)

Deux Ânes à Donner (Agricultiver dans le 09)

Offre : Nous sommes deux ânes, Vanille, ânesse 10 ans,robe sable et Chocolat, 6 ans, hongre, robe marron zain. Petits, environ 1m15 au garrot. Bon dos, bon applombs, très bon caractère et très câlins (...)

Forum de l'Habitat Léger et du Voyager Autrement (Convergences dans le 35)

Projet : "Nomade's Land" Une journée à la rencontre du léger: pour vivre ou pour voyager. L'habitat léger ; roulottes, yourtes, Tiny House, Kerterre.... Choix écologique ou contrainte économique, (...)

Je Recherche un Terrain avec Petite Partie Constructible à 20 km . . . (Terre en Vue dans le 30)

Demande : Je recherche un terrain avec petite partie constructible à 20 km autour de St Paulet de Caisson ( 30130 avec quelques arbres , bois et eau (source , ruisseau (...)

J'ai 62 Ans, et ai Été Régisseur de Propriété sur 9 ha avec Cabanes . . . (Emploi et Entreprise)

Projet : J'ai 62 ans, et ai été régisseur de propriété sur 9 ha avec cabanes dans les arbres. Le domaine est en vente et je ne souhaite pas rester avec les nouveaux propriétaires. Je recherche un (...)

Animations (Arts Vivants)

Projet : Concerts musiques traditionnelles (Scandinaves,celtiques, medievales),également méditatifs, en milieux naturels,éco-sites, éco-centres, séminaires vie naturelle,formations (...)

Je Recherche un Collectif (Ecolieux existants)

Projet : Vie saine ,vie naturelle, déjà existant ou en projet d'installation et souhaite la rencontre d'âmes attirées par la Nature et la vie dynamique en collectif,le choix de vivre en collectif pour (...)

Agir / Formation Permanente / Emploi (Emploi et Entreprise)

Projet : Je recherche un emploi rémunéré dans l'écologie pratique,quelque soit la structure (associative ou autre), et/ ou Wwoofing / échanges-formations en continue :lieux de vie (...)

Stage d'Initiation, Maraîchage et Permaculture (Agricultiver dans le 29)

Projet : L'association Fleurs de Permaculture et la ferme de Poul ar Raned vous proposent un week-end d'Introduction à la Permaculture et au Maraîchage. Animation : Ivan Houssay (Fleurs de (...)