Passerelle eco
Passerelle eco

Pratiques et Contacts pour Vivre Ensemble sur une Même Planète

La revue Passerelle Eco : sommaire des numéros, compléments d'info, bulletin d'abonnement à imprimer ...

Actualité du réseau éco

Réseaux

Quelques écolieux

Des reportages et les annonces du réseau éco et de la dynamique écovillage en France : écolieux de vie, projets d'écovillages, écofermes pédagogiques, personnes ressources ou en recherche, entreprises, centres de formations, etc... Plusieurs rubriques sont consacrées aux écovillages en germe ou en devenir, car ces initiatives font converger l'ensemble des aspects de l'écologie pratique : l'actualité, leurs activités, rencontres, chantiers ou échanges proposés.
Dossiers thématiques : depuis les statuts de la loi de 1901, l'alimentation, la construction saine, l'habitat léger, le carburant tournesol ...
Annonces, photos, comptes rendu des rassemblements, rendez-vous, festivals, colloques, manifestations...
- des fiches pratiques et des recettes - le site Nima'Sadi de partage et d'expérimentation sur autoproduction - les activités associatives de Passerelle Eco.
Vous êtes ici > Accueil > Réseau > Projets d’écohameaux, d’habitats participatifs, d’écovillages
Présentation du projet de l'éco-hameau du P. (28)

le 23 juillet 2014

Contact

Présentation du projet de l’éco-hameau du P. (28)

Un projet d’écohameau se murit depuis plusieurs années et il pourrait se concrétiser cette année.

 !! OUPS : les porteurs de ce projet, après avoir demandé sa diffusion, ont demandé à ce qu’on retire cette page... peut être à cause des commentaires désagréables auquel il a donné lieu, par des personnes auxquelles ce projet n’était visiblement pas destiné. Comme ce projet est intéressant dans ce qu’il propose, et qu’il peut en inspirer d’autres, nous ne l’avons pas dépublié mais simplement anonymisé.

La vitesse d’avancement du projet a connu une accélération forte depuis mars-avril 2014 (PDC, RDV mairie, notaire, consultations juridiques, groupes de travail…)

L’objectif est de lancer la viabilisation et la constitution juridique (rédaction du permis d’aménager) à l’automne, puis de pouvoir habiter en 2017

Objectifs

Vivre un cadre écologique et collectif et construire ensemble le plus grand écohameau en France.

En quoi c’est un « éco » hameau ?

Cahier des charges de construction axé sur l’écologie : matériaux naturels, isolation, gestion de l’eau

Grands espaces aménagés en permaculture destinés à fournir beaucoup de nourriture biologique.

Des équipements communs visent à faire baisser la consommation en mutualisant des achats : laveries, chambres d’amis, ateliers, compostage…

Plans

Plan de masse

A. Maison seniors sur son propre terrain de 5000m²
B. 24 maisons en 2 hameaux. Chaque parcelle individuelle fait 250m².
C. Route principale de 400m qui relie le village et la ferme du Plessis, en sens unique « sauf riverains »>
D. Voies secondaires pour chaque hameau, qui permet de décharger, et accès pompiers.
E. De l’ordre de 3 hectares communs pour des jardins (foret nourricière, bois, cultures, parcs, plans d’eaux…) et d’éventuels bâtiments communs

Zoom sur les habitations

JPEG - 25.2 ko
A. Places de parking à l’entrée de l’écohameau ( pas de voitures dedans)
B. Chemins pour couper en direction de sa maison
C. Jardin commun à 5 maisons (permaculture) directement visible en rentrant chez soi.
D. Des bâtiments communs sont progressivement envisagés, par exemple une maison des amis, pour mutualiser les chambres d’amis.

Montage juridique

Frais de départ

Achat du terrain pour 280 000€ Frais de notaire et juridiques pour 25 000€ Viabilisation des voiries, des réseaux et maitre d’oeuvre pour 590 000€ Autres dépenses : géomètre, géologie, ACSPS, … pour 15 000€

Soit un total de 910 000€. Après déduction de la part pour la maison séniors, cela ferait autour de 32 000€ par parcelle. Pour info, une parcelle de 600m² viabilisés se vend 50 000€ à Pontgouin.

3 types de parcelles

  • 24 parcelles individuelles
  • 1 parcelle pour la maison séniors
  • 1 grande parcelle commune

3 objectifs

  • Optimisation fiscale
  • Exemplarité / fonctionnement collectif
  • Simplicité de gestion in fine

3 étapes à envisager juridiquement

  • Vente de la parcelle
  • Viabilisation
  • Construction des maisons et gestion

Structure finale

La structure finale a été rapide à décider : il s’agira d’une ASL – Association Syndicale Libre. Elle sera créée dès le dépôt du permis d’aménager.

Ses statuts et son règlement intérieur permettent d’encadrer la gestion et l’entretien des parties communes. Un cahier des charges / règlement de lotissement donnera les règles applicables sur les parcelles privées (notamment les contraintes écologiques).

La question est : qui dépose le permis d’aménager et prend en charge la viabilisation ? Pour éviter la double mutation (société de promotion), un montage imaginé est basé sur le dépôt commun d’un permis d’aménager et l’intégration d’investisseurs. Une autre solution basée sur l’indivision est possible.

Imaginons que le projet d’écohameau ait trouvé seulement 18 personnes qui veulent s’engager pour habiter, mais que 6 personnes sont également prêtes à investir sur une parcelle pour la revendre ensuite.

Les 24 acheteurs et la maison séniors signent un compromis de vente avec le propriétaire sous condition d’acceptation d’un permis d’aménager. les 24 acheteurs et la maison séniors déposent ensemble un permis d’aménager, valant division et concomitant à la création de l’ASL qui encadre le fonctionnement commun et divers importants (notamment les conditions de cession d’un bien).

Une fois le permis d’aménager déposé, c’est l’ASL qui porte la réalisation de la viabilisation sur son terrain. En parallèle chacun a récupéré sa parcelle privée par la division du permis d’aménager. Une fois la viabilisation réalisée, les investisseurs non habitants pourront revendre leur parcelle. Il y a du coup une deuxième mutation.

Le montant sera le prix initial (32 000 euros) + frais notaires (3500 euros)+ plus-value (imposée à 31%, 3000 euros disons si marge finale de 2000 euros), soit en tout 38 500 euros. Ceux qui rentreront plus tard dans le projet paieront donc plus cher et il n’y aura de double mutation que dans leur cas.

Près du centre A.

NDLR : le centre A est un centre spirituel.

Situé à 200m du centre A., le projet permettra de stimuler une vie locale attractive et source de synergies et attirer des dévots prêts à servir le Centre afin de poursuivre son développement, et montrer l’exemple avec la complémentarité ashram / écohameau / maison séniors.

Comment s’engager ? Quelles contraintes ?

Il est possible de rejoindre le projet, sous réserve :

  • d’être accepté par le groupe pilote
  • de pouvoir déposer de l’ordre de 32 000 euros à l’automne
  • de s’engager à respecter les documents qui lieront les habitants, une fois ceux-ci rédigés.

Les documents qui seront à respecter :

  • les statuts et règlement de l’ASL
  • un cahier des charges de construction / urbanisme

Une fois la viabilisation terminée, chacun sera responsable de la construction de sa maison (mutualisations possibles). La collaboration entre les habitants pour la construc- tion sera réfléchie pendant les 1,5 ans des travaux d’aménagement et de vrd.

Et si vous participiez ?

Participer à un ensemble exemplaire pour l’avenir : un écovillage exemplaire, une maisons séniors pilote en france, un cadre de vie privilégié et cohérent. Expérimenter un équilibre de vie entre intimité et communauté. Un mode de vie durable, proche de la nature, économe et intergénérationnel


52 votes
Répondre à cet article

Un message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes entièrement vides pour les séparer.

Qui êtes-vous ? (optionnel : cela vous permettra de recevoir les réponses)

31 messages

< 1 2 3

  • Présentation du projet de l’éco-hameau du P. (28)

    Le 2 mars 2015, par odile Legrand

    Excellent équilibre je trouve entre l’écologie (jardin, eaux épurées, maison en matériaux sains etc..) et l’écologie de la relation aux autres et le point de "ralliement" : l’Ashram et Son Sens. Cela me satisfait complétement et correspond à ce que j’attends depuis 25 ans après avoir visité le béguinage de Bruges (on ne parlait pas à l’époque d’écologie).
    Merci.
    Odile Legrand

  • Présentation du projet de l’éco-hameau du P. (28)

    Le 14 février 2015, par fifi04

    Bonjour à tous, je suis a fond dans tout ce qui est éco-habitat. J’ai travaillé dans le domaine du traitement de l’eau par filtres plantés et je souhaite lancer ma propre entreprise dans le domaine d’ici les prochains mois. Je recherche activement toutes personnes qui seraient intéressaient par les filtres plantés (phytoépuration) ou par les éco-hameaux afin de recueillir les différents avis, voir si mon projet est viable, voir si des personnes veulent se joindre à moi de près ou de loin (architectes, ouvriers, commerciaux etc...).
    N’hésitez pas à me contacter par mail pour cela, je suis dispo.
    rph04@hotmail.com

  • Présentation du projet de l’éco-hameau du P. (28)

    Le 17 décembre 2014, par X

    Intéressant projet...

    Je remarque qu’il a connu un coup d’accélération en "mars / avril 2014", soit exactement depuis les dernières élections municipales.
    Or, nous nous étonnons chaque jour, à P., de l’amateurisme de la municipalité actuelle qui manque tous les rendez-vous, coup sur coup.

    Mais visiblement pas celui de l’Eco-Hameau.

    Dixit plus haut : "La vitesse d’avancement du projet a connu une accélération forte depuis mars-avril 2014 (PDC, RDV mairie, notaire, consultations juridiques, groupes de travail…)".

    C’est là le premier projet d’envergure dont j’entends parler à P. depuis les dernières élections municipales.

    Moi qui cherchais jusqu’à aujourd’hui la motivation de notre nouvelle équipe municipale, j’étais à 520 millions d’années lumières (soit à peu près la distance qui sépare ANTARES de P. ...) de penser que notre vote pourrait être mis au seul profit d’un objectif précis de projet immobilier qui occupe à ce point notre mairie qu’on ne lui en connaît pas d’autre.

    Sans a priori sur l’aspect écologique du projet, je sens en toile de fond des intérêts financiers tournant autour de l’immobilier, de la maison de retraite, et plus généralement de l’influence locale d’un mouvement que je peine à qualifier avec certitude mais qui, s’il n’est pas une secte, présente tout de même avec elles un sérieux cousinage.

    Pas certain d’avoir envie de vivre à P. dans de telles conditions.

    « Quant au mois de mars, je vous le dis sans aucune arrière-pensée politique, ça m’étonnerait qu’il passe l’hiver ».

  • Présentation du projet de l’éco-hameau du P. (28)

    Le 30 juillet 2014, par touf

    encore un eco lieux pour les riches...
    à quand un projet d’écolieux accessible a tous ??

    • Présentation du projet de l’éco-hameau du P. (28)

      9 août 2014, par Selie

      Malheureusement, et c’est une grande majorité, mais normal aussi.
      Les Eco-hameau, villages autonomes ou soit disant autarcique ont tous le même problème : ils ne remettent rien en question : alors que leurs systèmes continuent de creer de la souffrance via la propriété privée. Paul jorion, Piketty et même Keynes considerait qu’on ne pouvait venir a bout des inégalités que d’une seule facon : egalité pour tous, ce qui anihilait l’envie de vouloir faire plus, et amasser plus que son voisin pour frimer. On ne parle pas de collectivisme mais de répartition equitable des richesses (comme les Espagnols ont fait en 36 avec les anarchistes republicains).

      Le hic, c’est que la majorité des eco-hameau, villages et autres sont avant tout crée par et pour des classes moyenes. Ceux que je lit qui ont crée des eco-hameau ou eco-village ce ne sont pas des mecs au RSA, ce sont des medecins, des psychiatres, des gros proprietaires terriens. Et la majorité font de l’eco-tourisme, du Gites, ou de la vente sur plus value (après avoir utilisés des jeunes en wWoofing ou de passage pour reconstruire ces lieux abandonnés) de biens achetés une bouchée de pain (genre 10.000E) et revendu 50 ou 100 fois plus cher (genre 500.000 Euros, si terrain comme j’ai deja vu, ca monte parfois a 1 millions). Ce courant me fait gerber car ils ne remettent rien en question, ah si les moyens de productions...la vaste blague !
      Très peu remette en question l’economie, l’Argent, la pauvreté, la propriété privée....normal, ca les foutrait dans la merde pour beaucoups.

      J’adorerais vivre pourtant en communauté autonome...le hic c’est que la majorité demande du fric ou d’avoir un minima social (RSA)...hors quand certains sont SDF ou viennent de pays limitrophe (belgique) ou il n’y a pas de lieu de ce type....ca la fout mal.
      L’Economie don contre don n’existe pas pour eux, contrairement a leurs beaux discours hypocrites !

      • Présentation du projet de l’éco-hameau du P. (28)

        14 août 2014, par Hers

        Je crois rêver en vous lisant. Visiblement votre hargne vous aveugle et vous vous trompez de cible. Les projets d’écohameau remettent beaucoup de choses en question, notamment l’individualisme. Ils sont réalistes et changent le quotidien réel des gens qui les défendent. C’est plus difficile surement que de pérorer en dénonçant tout le monde à qui mieux mieux, car les résultats sont là : des lieux de solidarité où les alternatives peuvent se vivre. Abandonnez vos préjugés, sortez de votre bulle haineuse et rencontrez le monde et les habitants de ces écolieux. Ce sont des humains, comme vous.

        • Présentation du projet de l’éco-hameau du P. (28)

          15 août 2014, par Selie

          Je ne sort pas de mes préjugés, je suis réaliste contrairement a beaucoups : on ne peut pas faire de décroissance avec un modèle tel que le notre. Ce n’est pas du délire, c’est de l’economie.
          La propriété privée ne peut pas fonctionner dans une système de décroissance et sans egalité pour tous, car cela ammène invariablement a des inégalités et de ce fait au problème constant que nous connaissons dans la société dominante. Refuser de le voir c’est s’aveugler.

          Le concept d’egalité pour eviter justement le concours actuel dans la notre société de "qui a la plus longue" notement avec la recherche de l’argent a tout prix et de l’egocentrisme, revient de nouveau dans les ecolieux. Ah c’est sur l’entraide et touti quanti ouaip, ca fonctionne....au début, mais quand les choses se mettent dans le temps, invariablement recommence les mêmes problèmes.

          Des lieux ou les alternatives peuvent se vivre ? aucune n’as survecu dans le temps, la majorité crée après la crise sont mortes, ont fini sur le net en vente et j’en passe, La cause ? la propriété privée en premier lieux, la mesquinerie en second lieux.
          Vous devriez plutot vous renseigner réellement sur la survivance des lieux autonomes, vous decouvririez notement les causes de pourquoi cela fonctionnais autrefois mais plus depuis les années 60-70.
          Rien a voir avec de la haine, juste une constatation faites de tant par des amis que par moi même.
          Les bons acceuils, je peux les compter sur les doigts de la main.

          De plus a partir du moment ou la majorité des eco-lieux deviennent des attrapes-touristes, je trouve quand même gonflés de parler de lieux ou les alternatives se vivent.
          Allez parler aux anciens de Longo Mai a qui cela fait chier de voir 800 Pecnos arriver sur les lieux et deguerpir dès que la belle saison a fichus le camps, je ne parle même pas de Jansiac qui ne veux plus que quiconque viennent chez eux.

          Alors le cotés "babacool et ouverture" vous y repasserez, le discours on l’as connu, pour 10 qui viennent soit disant pour changer et trouver des ouvertures, vous en avez peut être 1 et encore, qui reste réellement pour apprendre et comprendre. Posez vous la question de pourquoi aucuns jeunes ne reste en général, pourquoi aussi pas mal de lieux sont en train de mourir ou fonctionne avec finalement 10 clampins, ou encore pourquoi sur 20 projets proposés seul 2 ou 3 sont réellement montés.
          On ne peut pas changer dès le moment ou l’on ne propose rien qu’une pseudo alternative qui finalement ne fait que copier en light le système dominant. Les gens ne sont pas idiot, c’est bien beau de proposer des trucs, mais si ils sont finalement irrealisable pour la majorité....cela ne fonctionnera pas, et les gens s’en rendent compte. C’est l’une des raisons qui fait qu’ils viennent, font la teuf, aide en été puis se barre, parce que ca les aide a se ressourcer et puis...et puis rien, ils auront appris deux ou trois trucs, mais au final, cela change quoi ? Cela modifie les regles internes infernal au boulot ? Non, cela modifie la portée mondialiste et destructrice de l’economie ? non, cela permet de resorber les inegalités ? Non (cela les empire vu qu’on ne remet pas en cause la propriété privée)...ect.ect.ect.

          En clair, cela ne resoud rien, c’est purement local (et encore), ah si ca parle de bio, faire son pain, ect.....des trucs que j’ai appris a faire seule ou avec ma grand mère, et qui ne sont pas reproduisible dans une majorité de cas.
          L’Eco-lieu c’est le nouveau marasme pour les constructeurs, et vous savez quoi ? la majorité des gens s’en contrefoute, la majorité ne nettoyeront pas a l’eau chaude, ils utiliseront des produits, ils bousilleront les plantes parce que cela fait "sale"...et vous savez de qui je tient cela ? bah des gens pour qui ont a construit un eco-quartier près de chez moi.
          L’eco-lieu pour moi c’est l’equivalent des restos du coeur et autres machins qui font la charité.....des trucs qui soient disant servent mais qui dans les faits n’as aucun impact pour réduire la réelle problématique parce qu’elle ne s’attaque pas de front aux réels problèmes qui sont avant tout du a l’economie mondialisée et aux pillages des ressources.

          Persos quand des mecs qui soutiennent l’ecologie me disent qu’il faut soutenir le gaz de schiste car c’est ecologique, j’ai des envies de meurtres. Je ne parlerais pas des mêmes les fameuses nouvelles lampes, qui sont plus polluantes que les anciennes mais il parait que c’est ecologique.
          Sans parler des eoliennes et autres...alors qu’il n’existe rien qui ne produise assez pour une ville. La seule alternative viable réelle fut la biomethanisation et cela ne fonctionne que pour une proportion tres limitée.
          En gros, l’ecologie est devenu depuis 2007 et son engouement, un véritabe bizness et non des moindres....la preuve en est avec ce qui se passe concernant la loi sur les variétés ou encore sur les graines, je ne parlerais pas non plus de l’aide au développement via le fameux commerces ethiques....la realité est bien loin de ce que l’on raconte.
          Bizzarement on ne voit jamais les chantres de l’apologie de l’ethique et de l’ecologie proteger ce qui est important pour l’avenir....en général, ceux que je vois quand je parle avec ceux venus a Bruxelles lors du vote de la loi, la majorité etait des gars en squats ou des agriculteurs inquiets de l’avenir....

          La bulle ce n’est pas moi qui y vit, mais plutot ceux qui fuient la realité en se servant du système sur tout les tableaux et en fustigeant ceux qui les mettent devant leurs incohérences.
          Certes des incohérences, il y en aura toujours, mais au point que cela devient schyzophrène, je me pose de sérieuses questions sur le sérieux de pas mal de démarches !

          A vrai dire, les seuls que j’ai trouvé cohérents furent La valette et pas mal de lieux autarcique et d’eco-lieux en Espagne comme Las casas

          • Présentation du projet de l’éco-hameau du P. (28)

            25 avril 2015, par Abacab

            C’est sûr ! alors du coup, mieux vaut ne rien faire et critiquer ceux qui essayent de se bouger.
            Honnêtement, pour monter de tels projets, il faut de la volonté et un minimum de culture, de stratégie, de planification et peut-être d’argent. C’est donc normal que le profil des écolo-entrepreneurs ressemble à des gens de la classe moyenne. J’ai encore rarement vu des gens sans diplômes et au RSA se bouger pour créer un super projet communautaire. Regardez les créateurs d’amap, d’aide aux plus démunis, de systèmes d’échange etc... ce sont souvent des fonctionnaires (revenus moyens) qui ont du temps à consacrer aux autres. Faut-il leur jeter la pierre ????

          • Présentation du projet de l’éco-hameau du P. (28)

            28 mai 2016, par Jansiac

            Sélie a dit : « Pourquoi cela fonctionnais autrefois mais plus depuis les années 60-70. (...) Allez parler aux anciens de Longo Mai a qui cela fait chier de voir 800 Pecnos arriver sur les lieux et deguerpir dès que la belle saison a fichus le camps, je ne parle même pas de Jansiac qui ne veux plus que quiconque viennent chez eux. »

            Depuis 40 ans nous n’avons pas changé d’avis concernant l’accueil des personnes souhaitant venir à Jansiac.
            Quant à Longo-Maï, il y a toujours beaucoup de passage chez eux.

      • Présentation du projet de l’éco-hameau du P. (28)

        14 août 2014, par philippe

        ce serait merveilleux si l’on pouvait tout faire sans finances !!!

        malheureusement ce n’est pas possible aujourd’hui et je trouve ce projet très bien

        toujours facile de critiquer

        plus difficile d’être un peu réaliste et les pieds sur terre

        • Présentation du projet de l’éco-hameau du P. (28)

          15 août 2014, par Selie

          La Belgique malheureusement est très rétive a ce genre de projets, il y en a eu deux, les deux ont été littéralement démolis politiquement.
          Le seul qui a survécu est un troisième projet qui s’est fait en douce et qui etait un projet de lieux ecologique et de vies en communautés. Le problème s’est soldés qu’il n’as même pas pus accepter des gens qui etait au RIS (equivalent RSA en France), principalement parce que chez nous, la vie en communauté pour les pauvres qui ont le minimum vital, c’est interdit.

          Le premier projet, je n’ai plus le nom, mais en gros il as avoué forfait dès qu’on a cherché la petite bête : en gros : obligation de construction dans une pierre specifique (hyper chere), obligation de toilettes normale et interdiction de toilettes seches, obligation d’un chemin pour ambulance et pompiers (ce qui se comprend, meme si en france, exemple jansiac : 22km avant d’y arriver a partir du dernier village). interdiction de phyto-epuration (projet qui me tenait a coeur personnellement).
          La Belgique ayant peu de terrains, il etait prévu d’acheter en commun, cela ne se fit jamais car personnes n’etaient jamais d’accord. Au final, ce projet est mort avant l’heure.

          Maintenant le second, qui aurait pus voir le jour si il n’y avait eu plusieurs emmerdeurs, des corbeaux, des proces, un politicien vereux et pas mal d’ennuis car il a mis a la charue avant les boeufs (terre d’eneille).
          En gros : des rumeurs comme quoi l’eco village allait être un lieu de rendez vous d’une secte, de drogués et autres joyeusetés. Des flics qui venaient assez souvent grace aux corbeaux qui lachaient que soit disant il y avait des gens louches (c’est sur que 15 pegus et des enfants, tous avec sacs a dos c’est incroyablement suspects). Je ne parlerais pas de l’Elu local qui a fait toute sa campagne (malgré qu’il avait accordés son accord pour l’eco-village) contre l’eco-lieu. Un voisin en surplomb qui a fait un proces parce que soit disant, les 200 arbres plantés durant la saison, lui bousillait la vue sur le village. Des vols, des degradations en pagaille, ect...
          Au bout d’un moment, pas mal de gens se sont retirés et pas mal aussi en ont eu marre d’un tel climat malsain.

          Ce n’est pas que la critique est facile, c’est qu’elle est fondée sur une realité : pour la majorité, un eco-village c’est equivalent un plan de financement immobilier, rien d’autres, voire un commerce.
          Les rares rencontrés qui pensaient autrement, je les ai rencontré en Allemagne, trois ou quatres en France, et pas mal en Espagne (ce pays est juste génial et a une mentalité tres différente de celles Francaise, Belge ou Allemande, quoique chez les allemands, on a rencontrés pas mal de squatters qui ont fait comme la Valette et ont repris de vieux villages abandonnés).

          Ce n’est pas une question de ne pas être realiste, c’est une question que a partir du moment ou on a donné des milliers d’heures de boulot, se faitre traiter comme le dernier des chiens, et parfois se faire foutre dehors via les flics, je trouve cela abusé, ce qui m’as prouvés que pour certains, c’etait avant tout un bon moyen de faire faire le travail pour pas cher.
          J’apprecie l’honnêteté et surtout l’equité, et cette dernière, je l’ai très peu vue...en général, c’etait plutot chacun pour soi et chacuns chez soi...sauf quand on a des interêts communs.
          Et c’est ce qui m’as fortement navrés pour pas mal d’eco-lieu, idem de la méfiance quand des nouveaux arrivaient...un sourire, je crois pas que c’etait la fin du monde.
          On évite la belle saisons car c’est toujours le moment ou les guignols qui se pensent ecolo, vont pour se "ressourcer" avant de repartir au turbin. Et persos, ca me fait chier de voir un tas de clampins qui finalement font avec des projets de vie, la meme chose qu’ils font dans la vie : "consommer".

          Ici, j’attends trois ans et on va tenter le projet via un bateau, et voir ce que peu donner des hydroponiques et des aeroponiques. Normalement dès qu’on a le bateau, on ira vers l’espagne definitivement. J’aime bien mon pays mais l’ecologie en belgique, cela n’existe que pour des projets type immobilier pour bobo classes moyennes (celle qui gagne 5000E, pas le clampin qui gagne un salaire moyen de 1282E)

          • Présentation du projet de l’éco-hameau du P. (28)

            18 août 2014, par Marie

            Sélie, votre discours m’a touché et me parle.
            Comme vous, je pense que la majorité des éco-hameaux qui se créent ou qui sont en voie de création ne s’adressent en majorité qu’à des bobos en mal de nature, ou qui ont des rêves de vie plus saine loin de la frénésie des villes.
            Mais le nerf de la guerre, c’est toujours l’argent.Je me suis approchée de certains qui comme Le projet AVEC m’ont envoyé des questionnaires de 3 pages à remplir, me demandant combien je pouvais investir et des questions telles, que j’avais l’impression de subir un interrogatoire en règle, bien loin de ce que je pensais attendre de personnes qui veulent créer un lieu de vie plus altruiste et humain.

            Bien sûr qu’il faut de l’argent pour mener à bien un projet mais il faut aussi des énergies, des gens qui s’impliquent, de la bonne volonté, des idées... Et je sais par expérience, que peu de gens ont tout cela à la fois. Certains ont de l’argent, d’autres des savoir, d’autres de l’énergie, d’autres des idées....
            J’ai rarement trouvé de la philanthropie dans tous ces projets et rarement dans les annonces que j’ai souvent trouvées indécentes du style : propriétaire de ferme ou domaine recherchent des bonnes âmes pour retaper leurs biens contre une assiette de légumes bio et des sourires.
            On croit rêver.
            Et comme vous disiez plus haut, qui dès qu’ils se lassent, revendent à prix d’or ce qu’ils ont acheté et fait retaper par d’autres à peu de frais. Ces personnes ne regardent que leurs intérêts et pas l’intérêt général. Donc, ce n’est pas avec eux que le monde changera.

            J’attends comme vous de trouver des projets qui soient humains, égalitaires ou qui y tendent, qui permettent aux plus riches de faire de la place aux moins fortunés, qui leur donnent la possibilité d’acquérir leur habitat en échange de travail, participation, de présence,ou de petit loyer, bref d’autres façons de vivre ensemble...

            Les habitats groupés, les éco-lieux, c’est d’abord une idée d’entraide, de vivre différemment, de respect envers soi, l’autre et la nature.
            C’est mutualiser, et vivre dans une certaine décroissance, loin de ces personnes qui veulent savoir combien vous valez en euros afin d’accepter de communiquer sur leur projet pseudo humaniste. Sélie, vous n’êtes pas seule....

            • Présentation du projet de l’éco-hameau du P. (28)

              16 novembre 2014, par Marie

              Je lis avec intérêt toutes vos critiques, qui, si elles sont exprimées sont le signe d’un vécu négatif ; cependant, il ne me viendrait pas à l’idée de "casser" un projet qui va "dans le bon sens" même si tout en effet n’est pas résolu... et qui plus est, validé par Amma qui est le symbole même de l’altruisme !
              Je propose, à tout ceux qui ne trouvent pas ces initiatives à leur goût d’agir en conséquence et de proposer ELLES-MEMES une meilleure solution, cela serait constructif et peut-être même que je viendrais leur donner un coup de main !..
              A bon entendeuses...

            • Présentation du projet de l’éco-hameau du P. (28)

              12 janvier 2016, par Sophie

              Nous attendons vos propositions effectivement ! Bravo juger les gens comme ça qui essaient eux au moins... juger toujours juger sans connaître ni les porteurs de projets qu’en savez bisous réellement ? Hein ? Rien et vous parlez vous imaginez comment pourraient être les gens... Bravo vraiment on ne se pose plus de question sur les jeunesses désabusés. ..

    • Présentation du projet de l’éco-hameau du P. (28)

      13 avril 2015, par X

      oui je suis d’accord !! c’est frustrant.

< 1 2 3


ecovillage global et permaculture

www.ecovillageglobal.fr

le site de l'écovillage global des lecteurs et annonceurs de la revue Passerelle Éco

PASSEZ UNE ANNONCE

Petit Chalet pour l'Hiver (Ecolieux existants dans le 12)

Projet : Je ne souhaite pas faire paraître l'annonce dans la revue.
Offre : Je ne souhaite pas faire paraître l'annonce dans la revue.
Demande : Je ne souhaite pas faire paraître l'annonce dans la (...)

Co-Création Minimaliste (Elargissement dans le 44)

Projet : Créer un lieu de maraîchage permaculturel à partir de mars 2019
Offre : Terre. Serre. Outils. Savoir. Partage des recettes. Possibilité d'installer un habitat léger et d'acquérir la moitié (...)

Partager un Potager (Rencontres amoureuses dans le 03)

Projet : Cherche ma moitié pour bâtir un habitat mobile et projet ecovillage
Offre : Mon temps et mes mains pour faire naître des légumes
Demande : Une grande (...)

Culture Maraîchère (Elargissement dans le 31)

Projet : Création d'une micro ferme à l'étude sur la commune de Mane 31 ou alentours. Des habitants, une association de permaculture et jardins partagés, une communauté de communes toute neuve et (...)

A la Recherche d'un Eco-Lieu Existant (ou au Point de se Réaliser) (Dimension Agricole dans le 75)

Projet : Jadis nomade j'apprécie les ECO-lieux. AINSI, je cherche une site sans : pollution, ondes WIFI, antennes, Linky.., ET sans fumeurs/vapoteurs invétérés, -un certain mode hygiéniste (ex : ni (...)

Une Opportunité pour Ceux Qui Cherchent à Vivre Alternativement. (Autres Terres)

Projet : L'idée est d'établir une communauté autonome en pratiquant la permaculture. Le projet démarrant à l'automne 2019 en Arménie. L’objectif actuel est de rassembler des personnes partageant les (...)

Chantier Participatif Terre-Paille Près de Toul (54) (Construction dans le 54)

Projet : Pour remplir de terre-paille les murs et plafonds de ma future maison de 65m². Réalisation des coffrages, préparation de l'argile pour le trempage de la paille, bourrage de la-dite paille (...)

Co Achat Terrain Constructible (Construction dans le 05)

Projet : Eco construction paille sur terrain en copropriété
Offre : Hautes Alpes à 15 kms à l'ouest de Gap, Recherche co-acheteur sensible à l'écologie pour partager l'achat d'un beau terrain (...)

Cherche Terre et Vie en Collectif (Graines d’Avenir dans le 40)

Projet : F52 ans, scientifique reconvertie dans l'artisanat d'art et les soins par les plantes, je cherche une terre pour mes plantes médicinales à habiter légèrement. L'idéal serait en collectif - à (...)
twitter

SUR LE WEB