Passerelle eco
Passerelle eco

Pratiques et Contacts pour Vivre Ensemble sur une Même Planète

La revue Passerelle Eco : sommaire des numéros, compléments d'info, bulletin d'abonnement à imprimer ...

Actualité du réseau éco

Réseaux

Quelques écolieux

Des reportages et les annonces du réseau éco et de la dynamique écovillage en France : écolieux de vie, projets d'écovillages, écofermes pédagogiques, personnes ressources ou en recherche, entreprises, centres de formations, etc... Plusieurs rubriques sont consacrées aux écovillages en germe ou en devenir, car ces initiatives font converger l'ensemble des aspects de l'écologie pratique : l'actualité, leurs activités, rencontres, chantiers ou échanges proposés.
Dossiers thématiques : depuis les statuts de la loi de 1901, l'alimentation, la construction saine, l'habitat léger, le carburant tournesol ...
Annonces, photos, comptes rendu des rassemblements, rendez-vous, festivals, colloques, manifestations...
- des fiches pratiques et des recettes - le site Nima'Sadi de partage et d'expérimentation sur autoproduction - les activités associatives de Passerelle Eco.
Vous êtes ici > Accueil > Thématiques > Alimentation
Entreprendre, en accord avec soi-même
Projet d'Epicerie Souveraine Bio et Macrobiotique

le 9 janvier 2004

Contact

Projet d’Epicerie Souveraine Bio et Macrobiotique

en Ardèche

Depuis 5 ans, je me suis engagé dans une démarche de prise de conscience au niveau personnel : respect de soi (alimentation macrobiotique, travail sur soi...), respect d’autrui (homme, animaux, nature...).

Rencontrant de plus en plus de difficulté à trouver des produits respectants mes croyances et mes valeurs à prix raisonnable, j’ai choisi de monter une structure de vente de produits biologiques et de produits macrobiotiques par correspondance.

Présentation du projet :

Les produits devront être fabriqués en respectant les hommes (commerce équitable, produits locaux au maximum, produits le moins raffinés possible...), les animaux (pas de produits d’origine animale, ni comportant des substances animales...) et la nature (produits bio avec un minimum de transport). La structure en transformera une partie.

La vente des produits se fera pour une majeure partie par livraison à domicile (fait par mes soins dans un rayon de 50 km environ) et pour une autre partie par correspondance. La structure sera implantée en ardèche (sur la commune de montpezat).

En ce qui concerne les produits biologiques, une grande parties sera locales pour promouvoir les agriculteurs locaux. Je pense que j’irai chercher directement les produits chez eux, lorsque je ferai de la livraison à domicile (en intégrant dans mon itinéraire leurs fermes).

Pour ce qui est de la vente par correspondance, j’aimerais ne pas passer par les transporteurs classiques (coût élevé et pollution), mais mettre à contribution des personnes qui habitent à proximité des fournisseurs et qui m’apporteront certains produits lorsqu’ils auront l’occasion de passer dans ma région. Il seront dédommagés de leurs frais de transport soit en nature (échange contre d’autres produits), soit financièrement. Cela aura pour but de tisser des liens privilégiés avec un grand nombre de personnes et avoir des tarifs intéressants.

Pour ce qui est du conditionnement, j’aimerais me faire livrer en gros et faire le conditionnement suivant les demandes, dans des contenants recyclés (pots en verre récupérés, cartons récupérés, emballages papier récupéré... le recyclage le plus écologique, c’est d’utiliser le matériau après l’utilisation, sans faire des opération couteuses et polluantes (usines de recyclage de papier et de verre)). Cela aura pour but une fois de plus de pratiquer des prix intéressants, même si le label biologique n’est pas maintenu.

Philosophie de la structure :

Le but étant de promouvoir les produits (au maximum locaux) fabriqués naturellement et dans une certaine éthique ; mais aussi de proposer des produits biologiques de qualités (même si le label biologique n’est pas sur tous les produits), accessibles au maximum de personnes. Pour palier au label biologique, l’entreprise jouera sur la confiance et la traçabilité... l’échange se fera lors des livraisons à domicile.

L’entreprise s’engagera également à verser à des personnes ou associations ayant des projets ou des actions respectant les hommes, les animaux, la nature, 5 à 10% de ses bénéfices.

Je voudrais citer en référence le livre de Ghislaine Saint-Pierre Lanctôt, "Que diable suis-je venue faire sur cette terre ?". Elle y parle, entre autre du commerçant souverain et de l’industriel souverain, et c’est une notion qui me convient tout à fait : "Le commerçant souverain : Tout le monde peut faire du commerce avec tout le monde. Il suffit qu’un vendeur souverain rencontre un acheteur souverain pour que le commerce équitable ait lieu. C’est une relation d’affaires où les deux personnes échangent soit un produit contre un autre produit, soit un produit contre de l’argent. Les personnes souveraines font un échange de produits ou de services au prix juste. Elle établissent des relations de confiance à long terme entre elles. Dans toute relation d’affaires, il est très important de préciser les points suivants, de les formuler et de les mettre en application :
- la nature de l’échange ;
- les conditions de l’échange ;
- les conséquences du non-respect de l’échange.

L’étiquette portant la mention de "commerce équitable" se lit sur certains produits pour signaler que le producteur a été payé à un prixjuste et non exploité pour les profits. Cette initiative est intéressante dans le cas de commerce extérieur. Toutefois, elle nous laisse à la merci de l’"agence d’accréditation"... gouvernementale. Qui décide ?

Il en va de même pour les étiquetages. Pour les produits "certifiés bio" ; comme pour les produits irradiés et contenant des OGM ou des hormones..., les commerçants souverains n’ont pas besoin du contrôle d’une agence gouvernementale (le loup qui protège les moutons !). Il suffit d’acheter et de vendre local pour supprimer toutes ces tracasseries légales et administratives. Le commerce local élimine le contrôle d’une altérité extérieure. La personne souveraine n’a pas besoin de certifications. Je suis sur place et je suis en mesure de constater ce qui se passe. L’information circule de bouche à oreille. Je me fais ma propre opinion. Je choisi avec qui je veux faire affaire. Pour le commerce internationnal, seul le développement de liens personnels et de visites régulières entre les commerçants peut permettre d’établir une relation de convivialité et de garantir la qualité.

L’industriel souverain : C’est une personne souveraine qui créé une industrie à son image et à sa ressemblance. Elle fabrique des biens ou fournit des services qui répondent aux besoins de la population. Elle n’est pas axée sur les profits ; et pourtant, elle est prospère. Elle dessert une population locale. Elle reste de petite taille et se loge dans des locaux non coûteux. Elle emprunte de l’argent sans intérêt au besoin. Elle porte le nom d’une personne naturelle. Elle n’est ni enregistrée ni incorporée ni limitée (ni SARL, ni SA). Elle peut être l’initiative d’une ou plusieurs personnes. De plus en plus, nous allons nous organiser en co-créativité. L’entreprise est la co-propriété des personnes qui exercent leur activité principale.

Cette formule permet le soutien mutuel et le partage des tâches ; elle laisse aussi du temps personnel. La condition préalable pour le travail de groupe : la communication du coeur-à-coeur. [...] Les collaborations tamporaires sont rémunérée sur une base horaire... ou autre. [...] Le prix demandé pour les produits et les services est juste. Il tient compte des coûts réels. Comme le marché est local, tout le monde connaît l’entreprise, elle n’a pas besoin de publicité. La livraison est locale et le transport minime. La proximité permet la réutilisation -et non le recyclage- des contenants. L’emballage est réduit au minimum. L’entreprise n’a pas d’assurance et ne fournit pas de garanties. Elle ne fait aucune place aux poursuites légales, elle fonctionne dans la légitimité. Si l’industrie ou la personne est détentrice d’une expertise exclusive, elle va s’empresser de la partager et de l’enseigner à qui veut l’apprendre. L’heure des secrets, des protections et des brevets est révolue. Parceque l’heure de la concurrence -nourrie par la peur- est révolue. Et que l’heure de la collaboration -nourrie par l’amour- est venue. L’information est universelle. Partageons-la et faisons-la circuler. Ce qui n’empêche pas d’être rémunéré pour le faire. Tout le monde est riche. Il n’y a plus de place pour la pauvreté..."

Voilà ces quelques lignes pour que vous cerniez la mentalité de la structure. Le prix juste, sans laiser personne. Je ne souhaite pas non plus travailler d’arrache-pieds et être obliger de subir des contraintes... en effet j’ai une famille et une maison à restaurer. Je ne veux pas être esclave de ce service que je rends au autres ! C’est pour cela que je pense ne travailler qu’à mi-temps (avec mon amie) dans cette structure. C’est pour cela que le fait qu’un réseau s’établisse pour le transport de la marchandise m’intéresse.

Présentation de mon parcours :

- je suis né en Avignon le 6 mars 1974 ;
- j’ai comme diplômes :

  • bac C (1992) ;
  • diplôme d’ingénieur en génie civil (1997) ;
  • brevet fédéral d’accompagnateur en randonnée pédestre (2001) ;
  • brevet d’aptitude professionnelle d’assistant animateur technique, option accompagnateur tourisme (2002).

- j’ai comme expériences professionnelles : -* service civil environnement (10 mois en 1998) ;

  • facteur (6 mois en 1997 et 18 mois en 2000) ;
  • soutien scolaire en math (années scolaires 2001, 2002 et 2003) avec le chèque emploi service comme rémunération, car à la recherche d’emploi.

A part le service civil, je n’ai jamais travaillé dans le domaine du génie civil car j’ai choisi un autre style de vie : j’ai acheté une maison (1998) en Ardèche que je suis en train de restaurer, et j’ai un mode de vie plus proche de la nature. J’ai longtemps cherché quel type de travail me conviendrait le mieux par rapport à ce nouveau style de vie : facteur, accompagnateur tourisme, soutien scolaire... tous avaient un point commun, le service rendu à autrui, avec un plus dans le dernier travail : l’aide aux personnes en difficulté.

Mon projet s’inscrit dans la suite logique. En effet, j’aimerais aider les producteurs locaux à vendre plus de leurs produits en en faisant la promotion, aider mes futurs clients en leur proposant des produits de qualité car je suis convaincu qu’une alimentation saine et gage de bonne santé. Ainsi que partager mes expériences dans le domaine d’une vie saine (échanges, conseils...). Avec le gîte (projet futur), je continuerai dans cette direction, puisqu’avec mon amie qui suis une formation de psychologie, nous souhaitons accueillir des personnes afin de les aider sur le plan psychologique. Le gîte servira également d’accueil de stages ou séminaires liés au développement personnel.

Mes questions :

Souhaitant offrir des produits de qualités à des prix le plus juste possible, je souhaiterais donc diminuer les charges de l’entreprise au maximum... c’est pour cela que j’aimerais savoir si les charges sociales (URSAFF, Sécurité sociale, Retraite...) sont obligatoires ?

En effet, mon voeux est de ne pas payer ces charges, que je trouve inutiles (je ne souhaite pas dépendre d’une assurance qui ne m’apporte rien, je ne consulte pas de medecin... à quoi bon avoir une sécurité sociale ?), mais je pense me faire une cagnotte en prélevant moi-même un pourcentage sur le chiffre d’affaire.

Je trouve cela aberrant que l’on soit obligé de dépendre d’autres personnes pour sa santé, sa vieillesse et que l’on ne se fasse pas confiance... Où est la liberté là-dedans ?

Si mon projet est susceptible de recevoir un soutien de votre part, je suis prêt à prendre rendez-vous avec vous. Je reste à votre disposition pour toutes informations supplémentaires.

N’hésitez pas à me donner vos coordonnées pour que je puisse vous tenir au courant du projet. Et puis vous pouvez me dire ce que vous souhaiteriez avoir comme produits, je vous direz si c’est possible ou non. Si vous connaissez également des producteurs de produits sains n’hésitez pas à me faire parvenir leurs coordonnées.

Cordialement, Xavier.

Mes coordonnées :

Xavier LOUIS - Le Faud - 07560 MONTPEZAT. tel : 04.75.94.56.43.


9 votes
Répondre à cet article

Un message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes entièrement vides pour les séparer.

Qui êtes-vous ? (optionnel : cela vous permettra de recevoir les réponses)

17 messages

1 2 3 >

  • Projet d’Epicerie Souveraine Bio et Macrobiotique

    Le 5 novembre 2011, par gobo

    Xavier vient à notre université d’été macrobiotique en Savoie, fin juillet 2012 , si tu le peux. Bruno
    www.universite-macrobiotique.fr

  • Nouvelles du porteur de projet...

    Le 30 août 2007, par Xavier LOUIS

    Je viens de me replonger dans l’article que j’avais écris il y a un peu plus de 3 ans... depuis beaucoup d’eau a coulé sous les ponts !
    J’ai lu les différents messages des personnes sur le forum et je vous en remercie.

    Depuis le début de l’année, après une période très difficile, j’ai pris des bonnes résolutions... et le projets que j’avais à l’époque refait surface et demande de voir le jour. Actuellement sans emploi, ni indemnisation (j’ai démissionné de mon dernier emploi de responsable fruits et légumes dans un magasin biologique à Metz), j’ai choisi de faire des formations : naturopathie, métamédecine et magnétisme humaniste ! Que des projets. J’aimerais bien en parrallèle faire de la vente de produits biologiques, mais à petite échelle.

    Je peux en dire plus aux personnes intéressées, mes coordonnées :

    Xavier LOUIS - 1, rue Lothaire - 57000 Metz.

    xavierlouis57@yahoo.fr.

    06.60.35.70.04.

    • Nouvelles du porteur de projet...

      31 août 2007, par juan

      Bonjour

      Après une telle abscence ( merci pour vos lecteurs ) , je crois qu’il serait grand temps que vous vous remettiez sérieusement à la macrobiotique ...

      http://macroforum.aceboard.fr/index...

      Juan

      • Nouvelles du porteur de projet...

        13 novembre 2007, par LOUIS

        Bonjour,

        Merci pour le message encourageant.
        Je me suis mis à la macrobiotique qui m’a fait du bien, mais également m’a fait sombrer dans une dépression et j’ai réalisé combien l’enseignement de Georges Oshawa n’a pas été compris par beaucoup de personnes. Il manque tout un pan de philosophie qui n’a pas était intégré... en effet, on reste très souvent bloqué sur l’alimentation. Je trouve votre courrier un peu audacieux, comme beaucoup de macrobiote qui croient détenir la vérité. Vous ne connaissez même pas ma vie et vous êtes capable de me donner des conseils ? J’aurais préféré recevoir un mail de votre part à mon adresse que j’ai donné plutôt que d’exposer à tout le monde votre reflexion que je trouve un peu erronée...

        Je vous souhaite bonne continuation et une meilleure application du principe unique ! Que la vie vous apporte tous les cadeaux que vous souhaitez et que vous méritez.
        Amicalement.

        Xavier.

  • > Projet d’Epicerie Souveraine Bio et Macrobiotique

    Le 24 août 2006, par claudette de frontignan

    Je trouve bien regrettable que vous ayez cette maniére de penser que parceque l’on na pas besoin de la s.s il est inutile de payer ses cotisations.Je vous souhaite de rester encore longtemps en bonne santé à payer.Car ily a de nombreux malades qui fort heureusement sont pris en charge par la s.sà 100/100 car leur traitement journalier est trés couteux et que sans la s.s il leur seraient impossible de se faire soigner.Dites vous bien que certaines de ces personnes ont payées tout comme vous des charges sociales et qui sont bien contentes à l’heure actuelle de profiter de ce système qui permet à tous la gratuité des soins.Je vous souhaite de payer encore longtemps "pour rien" . claudette de frontignan

    • > Projet d’Epicerie Souveraine Bio et Macrobiotique

      31 mai 2007, par Isabelle de Paris

      Chère Claudette, merci de me donner envie de réagir ! j’aimerai transmettre combien il peut être bénéfique de ne pas avoir de prise en charge à 100%, les personnes assistées à ce point ne peuvent espérer guérir ! personnellement le simple fait de ne pas cotiser à une mutuelle m’a conduite à avoir une hygiène de vie rigoureuse (alimentation saine, exercices et pensées positives) sont les meilleurs remèdes !
      un livre de poche incontournable par le DR Jean Valnet : se soigner par les légumes, les fruits et les céréales pour 6,40€, est un bel exemple de tranquilité assurée, faut-il avoir envie de se prendre en charge ? dernièrement j’ai accompagné Lucienne (une amie en fin de vie) je peux vous assurer que si nous fréquentions les soins paliatifs, nous en ressortirions remplis d’enseignement sur la vie ! Je souhaite plein d’espoir à ceux qui sont en chemin, la vie est belle !

  • > Projet d’Epicerie Souveraine Bio et Macrobiotique

    Le 12 août 2006, par Dom, de Grenoble

    Bonsoir à vous, Xavier Louis
    J’ai apprécié votre article et la qualité de l’engagement qu’il implique. Et comme les hommes de bonne volonté se font rares sur cette planète, j’avais à cœur de vous le dire et de vous encourager dans ce projet, aussi utopique puisse-t’il se révéler... Et puis, l’union faisant la force, j’avais envie de vous laisser une adresse mail, au cas où, car ce genre de projet m’intéresse... Une question cependant : pourquoi et comment associer à ce dernier les théories à mon avis quelque peu fantaisistes de Georges Oshawa ? Je suis, quant à moi, végétarien depuis 20 ans, respectueux à l’extrême de la nature, très proche du bouddhisme dans mon quotidien et auteur de livres de cuisine, végétariens évidemment. Ceci pour vous dire que j’ai donc eu l’occasion de m’intéresser au macrobiotisme, de lire le livre écrit par Georges Oshawa sur ce propos, de rencontrer et de côtoyer des macrobios... Et d’en revenir plus que sceptique ... Je trouve que ce régime ne repose sur rien de vérifiable, sur aucune base sérieuse et peut se révèler dangereux pour la santé... Mais ce n’est là qu’un avis qu’il vous appartiendra de contredire si vous en savez davantage ...
    Tenez-moi (nous) au courant de votre projet. J’ai moi-même de semblables véléités mais ne sais comment les mener à terme...

  • > Projet d’Epicerie Souveraine Bio et Macrobiotique

    Le 3 mai 2005, par CECILE

    Cécile 34110 FRONTIGNAN
    Bonjour,
    J’ai bien aimé votre article, j’ai l’intention de faire la meme chose dans l’Hérault..... peut-être pourrions nous associer nos idées (je vivais en Haute-Loire auparavant et mon entreprise où je travaillais a déménagé dans l’Hérault)et je suis originaire de l’Est de la France
    Je suis actuellement demandeur d’emploi, j’ai 56 ans mes métiers sont les suivants : responsable administratif et financier, responsable achats et ressources humaines ....
    quand à vos charges retraite urssaf etc je suis désolée de vous dire que vous ne pouvez vous y soustraire, juste obtenir des réductions de charges la première année... c’est la loi !!! en choisissant le bon statut au moment de la création de la société.
    Je suis adepte de la macrobiotique depuis un an environ, après un parcours de végétarien puis de végétalien.
    je vous souhaite une bonne journée et peut être à bientot

1 2 3 >


Lixium: Hébergement web neutre en CO2 | SPIP 2.1
ecovillage global et permaculture

NOUVEAU SITE

Découvrez ecovillageglobal.fr le site de l'écovillage global des lecteurs et annonceurs de la revue Passerelle Éco

PASSEZ UNE ANNONCE

Location pour Yourte Rennes (Recherche location dans le 35)

Projet : Je suis plasticienne et constructive de décors. J'ai 29ans. Je cherche un lieu assez naturel pour poser ma yourte à partir de septembre 2018 a moins de 20min de Rennes en voiture ou je (...)

Vends: Livres Construction et Rénovation Écologique (Publications dans le 07)

Projet : Par ce qu'ils m'ont été bien utiles... mais que je n'en ai plus l'utilité, je vends ces livres (état correct , quelques pages/couverture cornées et usées)
Offre : - La rénovation écologique - (...)

Recherche Terrain (Terre en Vue dans le 46)

Projet : Bonjour, nous sommes un couple avec une enfant en bas âge à la recherche d'un terrain constructible ou suceptible de le devenir avec petite grange à rénover.
Demande : Terrain de minimum 3000 (...)

Cherche Lieu d'Accueil pour Projet et Activité Artistiques (Graines d’Avenir dans le 07)

Projet : Femme cinquantaine cherche lieu ressource pour un projet de vie avec la mise en place et l’animation de rencontres et d’ateliers dans les domaines de l’art, l’art thérapie, la méditation (...)

Echange sur le Thème des Ânes (Contacts dans le 39)

Projet : Je cherche à échanger des infos/ savoirs et savoir faire sur le thème des ânes. Dans l'optique d'en adopter et de créer une ferme pédagogique dédiée aux ânes de travail (rando et traction). Je (...)

Echange Aide contre Chambre (CoLocation dans le 74)

Projet : Bonjour, je vis actuellement en haute savoie vers Morzine à 1300 m d'altitude, et je travaille en intérim à Genève. Malheureusement mon auto montre des signes de faiblesse, juste avant (...)

A Vendre F4 75 m2 dans un Écolieu d'Artistes et Galerie (Ventes Immobilier dans le 40)

Projet : Bonjour ,Nous continuons d'agrandir notre écolieu d'artistes avec galerie et atelier , voir facebook siest norbert
Offre : Bonjour ,Nous vendons un appartement indépendant au rdc d'une (...)

Ferme Paysanne sur le Plateau Ardéchois, Nous Produisons des . . . (Elargissement dans le 07)

Projet : Ferme paysanne sur le plateau Ardéchois, nous produisons des fromages de brebis, des agneaux, des légumes et des plantes aromatiques pour nous alimenter nous, les alentours et l' auberge/ (...)

Troc Maison Ecohameau contre Appart Paris Qq Jours par Mois (Troc et éco-monnaies dans le 24)

Projet : Bonjour! Je souhaite échanger ma maison dans un écohameau contre un appartement sur Paris entre 5 et 8 jours par mois. Ma maison est toute en paille et bois, fait plus de 100 m2, avec 3 (...)