Passerelle eco
Passerelle eco

Pratiques et Contacts pour Vivre Ensemble sur une Même Planète

La revue Passerelle Eco : sommaire des numéros, compléments d'info, bulletin d'abonnement à imprimer ...

Actualité du réseau éco

Réseaux

Quelques écolieux

Des reportages et les annonces du réseau éco et de la dynamique écovillage en France : écolieux de vie, projets d'écovillages, écofermes pédagogiques, personnes ressources ou en recherche, entreprises, centres de formations, etc... Plusieurs rubriques sont consacrées aux écovillages en germe ou en devenir, car ces initiatives font converger l'ensemble des aspects de l'écologie pratique : l'actualité, leurs activités, rencontres, chantiers ou échanges proposés.
Dossiers thématiques : depuis les statuts de la loi de 1901, l'alimentation, la construction saine, l'habitat léger, le carburant tournesol ...
Annonces, photos, comptes rendu des rassemblements, rendez-vous, festivals, colloques, manifestations...
- des fiches pratiques et des recettes - le site Nima'Sadi de partage et d'expérimentation sur autoproduction - les activités associatives de Passerelle Eco.
Vous êtes ici > Accueil > Réseau > Villes en Transition
Montreuil, ville en transition
Le blé de Montreuil, du semis à la farine.

le 12 mai 2010

Le blé de Montreuil, du semis à la farine.

Après-midi du 2 novembre 2008, il fait froid aux Murs à Pêches et le vent qui souffle sur le plateau n’est pas de nature à nous réchauffer. Deux petites parcelles qui font moins de dix mètres carrés en tout, ont été repérées et nous sommes quelques-un(e)s à préparer la terre au râteau et à commencer à tracer de beaux sillons de quelques centimètres de profondeur. Le froid aidant, certains prennent l’initiative d’entamer le semis avant même que tout le monde soit arrivé.

Cet article complète le dossier "Montreuil, Ville comestible" publié dans Passerelle Eco n°36

Le semis

Les sachets de graines offerts par le collectif sont ouverts et on s’efforce de répandre précautionneusement les petites semences dans chaque sillon. Une fois cette première parcelle semée, on recouvre de terre et on passe à la suivante. Entre temps, les gens ont commencé à arriver, et c’est un peu plus posés et réchauffés par ce que nous venons de faire que nous entamons le deuxième semis. Nous sommes à présent un peu plus d’une vingtaine autour du jardin et sachant que notre souhait initial était quand même de faire semer le plus grand nombre, nous donnons des sachets de graines de blé et invitons les gens à venir semer sur notre parcelle, ce qu’ils font avec plaisir.

Il fallait aussi dire deux, trois mots sur ces semences "illégales", mais la problématique des semences étant complètement nouvelle pour nous, nous ne pouvions que bredouiller quelques phrases, histoire de montrer que le sujet, complexe s’il en est, n’était pas complètement inconnu de nous. Thierry, un ami faucheur, rencontré au colloque, intervient sur la question des OGM et nous lisons l’appel du collectif, contre les manipulations et le fichage du vivant et pour le droit des paysans à pouvoir utiliser gratuitement leurs semences. L’action se termine tranquillement et nous passons la main aux petites graines semées, en espérant qu’elles nous fassent de beaux épis.

La levée

Le temps passe… la levée se fait au mieux, les petites herbes se montrent. En janvier, la neige les recouvre pour partie, ces jolies petites pointes vertes sur ce tapis blanc paraissent bien résistantes et semblent se moquer du froid qui les enserre. Puis la neige disparaît et laisse la place à l’épanouissement progressif de ces semences : le tallage, la montaison, l’épiaison, la floraison et enfin, la formation du grain. Entre temps, nous suivons la poussée de cette étonnante céréale, très admiratifs de ce que la nature est capable de faire.

Le fauchage

Puis arrive l’été et le traditionnel moment du fauchage. En fait, on ne savait pas trop quand se lancer, aucun de nous n’ayant jamais fauché de blé, nous étions un peu dans l’attente du bon moment… Le blé semblait bien mûr, de beaux blés dorés de toutes tailles et de toutes formes (barbus pour certains)… J’ai appris plus tard que ce blé population (composé de différentes variétés de blés) avait des noms aussi poétiques que… la Touselle, le Poulard, le Jame, le Talisman, le Miracle…

Et puis finalement on s’est décidé à faucher et avec nos petits outils (faucille et sécateur compris) et sous un beau soleil de juillet, à cinq, six, nous avons commencé à faucher, sans oublier de prendre soin de sélectionner les plus beaux épis pour en replanter les graines pour l’année prochaine.

Nous avions aussi invité Marc pour l’occasion. Marc fait partie d’une association qui a construit un four à pain associatif à Montreuil en 2008 "Salut les Co-pains". En fait, au moment du semis, nous ne pensions pas aller jusqu’à faire un pain avec notre blé, mais c’est en voyant ce blé pousser avec tant de majesté et en découvrant l’existence de ce four à pain collectif que l’idée à germée dans nos têtes d’apprentis céréaliers, avant de finir par devenir réalité.

Après le fauchage, nous nous sommes retrouvés avec un grand tas de paille et de blé, dont on ne savait pas forcément trop quoi faire. Et c’est en y regardant de plus près, que nous nous sommes aperçu qu’il fallait, si on voulait réussir à obtenir de la farine de tout ça, en séparer l’enveloppe du grain. C’est l’étape du battage qu’il nous fallait passer.

La battage

N’ayant pas de fléau et ayant une quantité trop peu importante de graines, nous nous sommes décidés à décortiquer les grains à la main. C’est au début du mois d’août que nous nous sommes lancés dans ce travail un peu laborieux. Réunis tous en cercle sur une dalle en béton d’un pavillon de banlieue, nous devions parvenir à séparer les grains de la paille. A la main d’abord, en frottant les épis et puis en essayant de trouver quelque chose qui pourrait simplifier notre tâche, rouleau à pâtisserie, pot de confiture qu’on faisait rouler sur l’épi… Mais finalement, les mains se sont révélées plus pratiques et après un peu moins de deux heures de travail nous avions fini par décortiquer tous nos épis.

Le vannage

Avec toute cette paille et ce grain mélangé, nous ne pouvions toujours pas moudre notre blé. Une nouvelle étape était nécessaire, celle du vannage, il nous fallait trier nos grains. Certains plus avertis que d’autres connaissaient un peu la technique, qui se faisait autrefois en période de vents forts. Avec un van en osier et un geste adapté, on pouvait séparer l’enveloppe, plus légère que le grain. Pas de grand vent le jour où nous nous réunissons, mais un vieux ventilateur, parfois utile pour les périodes de canicules. Et c’était reparti, à plusieurs et en se relayant autour du ventilateur pour trier les précieuses graines.

Résultat : près d’un kilo huit de blé et le tout rassemblé dans un grand saladier. Voyant cela, nous ne pouvions nous retenir d’y plonger les mains, happés par l’envie de toucher toutes ces graines récoltées et riches d’un nouveau trésor de petites perles d’or.

Un léger problème toutefois était apparu au moment de ce décorticage collectif. Nous avions constaté une odeur bizarre de poisson pourri et puis certains grains semblaient malades et se disloquaient en une étrange poudre noire. Méconnaissant la chose, nous avons appris plus tard qu’il s’agissait de la carie du blé, un champignon très répandu qui peut faire perdre une récolte ; la farine, du fait de cette odeur trop forte, devenant inutilisable. Heureusement, la contamination était faible et ne nous a pas empêchés de faire notre pain.

La mouture

L’étape suivante était celle de la mouture. Divers solutions s’offraient à nous et notamment celle d’utiliser des moulins à café manuels ou électriques. Mais ça n’était pas très satisfaisant dans la mesure où nous souhaitions vraiment que ce premier pain aux semences anciennes soit fait dans les règles de l’art. Nous réussissons à obtenir le contact d’Olivier Ranke et fixons rapidement un rendez-vous avec lui. Olivier est paysan éleveur et céréalier dans le Val d’Oise, il fait pousser des blés anciens sur sa ferme et surtout, possède un moulin à meule de pierre, l’idéal pour moudre notre blé.

Et c’est par une belle journée de septembre que nous partons pour la ferme de la bergerie, située dans le parc Régional du Vexin en Ile de France. Nous rencontrons Olivier qui nous présente sa ferme et nous montre son moulin, un de ceux des frères Astrié, très largement utilisé par les paysans boulangers en France.

Il nous explique tout le processus, introduit notre blé dans le fameux moulin et en ressort un bon kilo de farine semi-complète. Il nous donne même quelques kilos supplémentaires de sa variété "Jame" pour que nous puissions faire d’autres pains avec des farines issues de blés paysans. La rencontre était fructueuse et très sympathique et nous finissons la journée dans le splendide parc du domaine de Villarceaux qui jouxte la ferme d’Olivier.

Cette rubrique fait écho au dossier publié dans Passerelle Eco n°36 sur "Montreuil Ville Comestible" et dont on trouve dans cette rubrique "Villes en Transition" un ensemble d’aspects développés :
 D’autres pains sont possibles.
 Le blé de Montreuil, du semis à la farine.
 Du blé aux murs à pêches ?
 La naissance du jardin des murs à pêches.
 De l’or brun en partage
 Le jardin partagé de la dalle Hannah Arendt, un potager qui ne manque pas d’air
 De l’économie sociale et solidaire à Montreuil.
 La marmitte d’Eugène
 Les Filles du facteur, le crochet pour recycler et mener des actions avec le Sud.
 Un café couture à Montreuil


6 votes
Répondre à cet article

Un message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes entièrement vides pour les séparer.

Qui êtes-vous ? (optionnel : cela vous permettra de recevoir les réponses)
Le jardin partagé des Murs à pêches.
DOSSIER
Le jardin partagé des Murs à pêches.
1 | 2 | 3 | 4
Article précédent : Du blé aux murs à pêches ?
Article suivant : D’autres pains sont possibles.

Le jardin des murs à pêche est une initiative collective de réappropriation d’un espace vert pour en faire un outil de production maraîchère et de lien social. De la création du jardin à la mise en place de blé panifiables et panifiés, les étapes de cette construction collective et associative.

Cette série complète le dossier "Montreuil, Ville comestible" paru dans Passerelle Eco n°37

1 message


ecovillage global et permaculture

www.ecovillageglobal.fr

le site de l'écovillage global des lecteurs et annonceurs de la revue Passerelle Éco

PASSEZ UNE ANNONCE

Co Habiter (Ventes Immobilier dans le 24)

Projet : Recherche partenaire pour acheter une maison mitoyenne avec celle que je vais acheter dans un hameau du Périgord noir. Disposer d'environ 200000 euros pour maison ancienne habitable 3 (...)

Recherche Maisonnette . . . (Recherche location dans le 44)

Demande : Coucou.. Je recherche une location (ou location/vente) maisonnette, fermette, mobil home, yourte, avec JARDIN uniquement dans lieu calme, loyer maxi environ 400 € ou avec échange de (...)

Recherche Partenaire Maraîcher en Bio pour Projet d'Éco-Lieu (Un Groupe Existe dans le 09)

Projet : Pour collaborer à un projet d'éco-lieu en Ariège, nous recherchons un maraîcher en bio ou apiculteur, arboriculteur… mais pas d'éleveur. L'important étant la démarche agroécologique et l'envie (...)

Recherche Partenaire Maraîcher en Bio pour Projet d'Éco-Lieu (Un Groupe Existe dans le 09)

Projet : Pour collaborer à un projet d'éco-lieu en Ariège, nous recherchons un maraîcher en bio ou apiculteur, arboriculteur… mais pas d'éleveur. L'important étant la démarche agroécologique et l'envie (...)

Ecolieu d'Artistes , Landes (Ecolieux existants dans le 40)

Projet : Ecolieu d'artistes ressourcerie Offre : Gîte , couvert , bonne humeur rire chanter danser , offre vélos bateau voile et moteur , roller ,trottinette guitare , surf soirée fête , srtie (...)

«Vivre son Rêve» Permaculture Humaine et Kundalini Yoga (Permaculture)

Projet : Ces 5 jours vont vous offrir l’espace d’une réflexion globale sur votre vie et vos projets. Les temps de méditation et de Yoga vont permettre à vos résistances de tomber, vous allez pouvoir (...)

Woofing (Ecovolontariat dans le 56)

Projet : J'aimerais vivre et apprendre dans un écolieu en France à partir de Juin où je pourrais filer un coup de main! N'hésitez pas à me contacter pour toutes propositions! Offre : services, mains (...)

Vivre en Harmonie avec la Forêt (Arts de Vie dans le 26)

Projet : Vivre en harmonie avec la forêt. Apprendre à l’écouter, la découvrir, entrer en intimité avec elle, voici notre invitation. Pour que nos savoirs-être et savoir-faire s’accordent à sa beauté. (...)

Ecolieu d'Artistes Jardinier Poête Conteur Menuisier (Terre en Vue dans le 40)

Projet  : acheter un château avec une ferme pour en faire une maison d'artistes Propose : vous recevoir ♦  3 hectares de terre et forêt à cultiver en forêt d'art et tout de bien ♦ gîte, couvert, (...)