Passerelle eco
Passerelle eco

Pratiques et Contacts pour Vivre Ensemble sur une Même Planète

La revue Passerelle Eco : sommaire des numéros, compléments d'info, bulletin d'abonnement à imprimer ...

Actualité du réseau éco

Réseaux

Quelques écolieux

Des reportages et les annonces du réseau éco et de la dynamique écovillage en France : écolieux de vie, projets d'écovillages, écofermes pédagogiques, personnes ressources ou en recherche, entreprises, centres de formations, etc... Plusieurs rubriques sont consacrées aux écovillages en germe ou en devenir, car ces initiatives font converger l'ensemble des aspects de l'écologie pratique : l'actualité, leurs activités, rencontres, chantiers ou échanges proposés.
Dossiers thématiques : depuis les statuts de la loi de 1901, l'alimentation, la construction saine, l'habitat léger, le carburant tournesol ...
Annonces, photos, comptes rendu des rassemblements, rendez-vous, festivals, colloques, manifestations...
- des fiches pratiques et des recettes - le site Nima'Sadi de partage et d'expérimentation sur autoproduction - les activités associatives de Passerelle Eco.
Vous êtes ici > Accueil > Réseau > Villes en Transition
Montreuil, ville en transition
La marmitte d'Eugène

le 17 juin 2010

La marmitte d’Eugène

Cantine solidaire

Une cantine pour tous avec menu complet (entrée plat dessert) n’excédant pas 12 euros, 6 euros pour les chômeurs, étudiants, r-mistes, carte vermeille, 4 euros pour les enfants de moins de 15 ans. Un seul menu (pas de plats à la carte) sera proposé. Ce menu sera composé selon les légumes de saison.

Un lieu où l’ouvrier, l’employé côtoient le cadre, le commerçant, le chômeur, le retraité...

Une cantine où l’on mange une cuisine familiale, simple économique, nutritive et écologique. Le but étant de valoriser l’agriculture paysanne et de proximité, en travaillant des produits exclusivement de saisons.

Une entreprise associative qui ne profite pas à une personne, mais à l’ensemble des acteurs : des producteurs aux salariés en passant par les « clients ».

Cet article complète le dossier "Montreuil, Ville comestible" publié dans Passerelle Eco n°36

Un lieu convivial

Situé à Montreuil à proximité du centre ville, ce lieu ne sera pas luxueux, ni tendance. Cette cantine sera chaleureuse, conviviale, confortable et ouverte à tous. Elle sera meublée et équipée exclusivement de récupération : de grandes tables, des bancs. Un coin détente sera aménagé.

Les cuisines seront ouvertes sur la salle, les clients pourront manger sur place ou emporter leur plat. Un service de consigne peut être mis en place pour les plats à emporter, et ainsi éviter la prolifération de déchets.

Une Amap, à la taille d’une cantine !

Cette cantine coopérative sera le fruit de l’association de citoyens et d’agriculteurs désireux de promouvoir les produits locaux, de saison, cultivés de manière raisonnée, et/ou biologique. La cantine subventionnera des agriculteurs, des éleveurs, (comme une AMAP), en échange de produits de qualité, à des prix raisonnables, qui seront répercutés sur les prix des repas servis. Ainsi, les fournisseurs deviennent des collaborateurs, des acteurs de cette cantine.

À noter que le tout bio ne peut être mis en place actuellement pour la simple et bonne raison qu’il n’y a que 15 maraîchers bio en Ile de France. À vouloir ne servir que des produits biologiques, nous nous confronterions aux mêmes soucis que les AMAP qui ne peuvent accueillir tous les prétendants, faute de stocks suffisants. L’agriculture biologique représente seulement 2% la production nationale, alors qu’en Italie elle en représente 20%.... Il reste la possibilité de se fournir ailleurs que dans la région, mais le coût de transports des denrées, ne permettra pas des prix abordables. Voilà pourquoi il est nécessaire de valoriser la proximité, l’agriculture raisonnée tout autant que biologique. C’est aussi de notre responsabilité de citoyens, que nos paysans produisent des produits sains, pour cela il faut leur proposer des débouchés durables pour leur ferme. Il serait aussi intéressant de tisser des liens avec les associations de Montreuil qui valorisent le site des murs à pêches. Voire a plus ou moins long terme imaginer une annexe de la marmite qui cultivera des terres avec des visées pourquoi pas, éducatives : La marmite au jardin !

Des adhérents actifs

Le rôle des adhérents est multiple et varie selon le moment et l’état du projet. Aujourd’hui les adhésions vont principalement servir à la réalisation d’un premier repas cet été. Les adhérents actuels peuvent aider l’association en développant un réseau de connaissances. Cet été, les membres auront un rôle plus pragmatique à jouer, dans la réalisation de ce premier repas : par exemple : décoration du lieu, aide à la mise en place, aide à la communication etc…. Quand les aides, l’argent, seront réunis, le local trouvé, le chef cuisiner recruté, les adhérents pourront aider à meubler le lieu : don de meubles, vaisselle, aller chez Emmaüs (ou autres), restauration de meubles, déco, pub…. Une fois le lieu crée, les adhésions serviront principalement à subventionner les agriculteurs partenaires, en échange de prix préférentiel sur les repas.

La marmite doit, une fois créée, s’autosupportée. Les prix doivent être fixés en fonction des coûts de productions (denrées, salaires etc…).

Mais pourquoi la Marmite d’Eugène ?

"Tant qu’un Homme pourra mourir de faim à la porte ! d’un palais où tout regorge, ! il n’y aura rien de stable dans les institutions humaines"

Eugène Varlin était un militant socialiste communard, on lui doit, (entre autre), en 1868, l’ouverture d’un restaurant coopératif "la Marmite" rue Mazarine puis, rue Larrey. C’est un succès, la Marmite ne sera fermée qu’à la chute de la Commune en 1871. Cette coopérative comptera jusqu’à 8000 adhérents.

Contacter La marmite d’Eugène
Le site de La marmite d’Eugène

L’appel d’Eugène Varlin 1868

Aux Ouvriers, aux ouvrières, aux consommateurs, appel pour la formation d’une cuisine coopérative : « Depuis quelques années, les ouvriers ont fait de grands efforts pour obtenir l’augmentation de leurs salaires, espérant ainsi améliorer leur sort. Aujourd’hui les spéculateurs prennent leur revanche et font payer cher les aspirations des travailleurs en produisant une hausse excessive sur tous les objets de première nécessité et particulièrement sur l’alimentation. On a proclamé la liberté du commerce ; la spéculation en use pour nous exploiter à merci.

Travailleurs ! consommateurs ! ne cherchons pas ailleurs que dans la liberté le moyen d‘améliorer les conditions de notre existence. L’association libre, en multipliant nos forces, nous permet de nous affranchir de tous ces intermédiaires parasites dont nous voyons chaque jour les fortunes s’élever aux dépens de notre bourse et souvent de notre santé. Associons-nous donc, non seulement pour défendre noter salaire, mais encore, mais surtout pour la défense de notre nourriture quotidienne. Déjà, des sociétés d’approvisionnement de denrées de consommation se sont formées et fournissent à leurs membres des denrées alimentaires de bonne qualité et à prix de revient ; une vaste société coopérative s’organise pour fabriquer et fournir à ses sociétaires du bon pain, à bon marché ; mais les gens de ménage seulement peuvent profiter des avantages de ces sociétés. Une nombreuse population d’ouvriers, d’ouvrières, absorbée par un travail journalier incessant, ne peut s’alimenter qu’au dehors, dans des établissements publics où l’on trouve le luxe avec la cherté, ou bien, avec un bon marché relatif, une nourriture malsaine ou un service malpropre. C’est à cette nombreuse population de travailleurs, c’est à vous tous, ouvriers, ouvrières surtout, qui voyez disparaître si vite le modique salaire de vos laborieuses journées, que nous faisons appel aujourd’hui. Unissons-nous. Formons une société coopérative d’alimentation. Quelques cotisations nous permettrons facilement l’achat d’ustensiles de cuisine et la location d’un logement où quelques employés, travailleurs nous, et nos associés, nous prépareront une nourriture saine et abondante que nous pourrons, à notre gré, consommer dans notre établissement ou à emporter chez nous. Point de luxe, point de dorures ni de glaces, mais de la propreté, mais du confortable. Nous réaliserons là des avantages que n’obtiennent pas les ménages : économie de temps, car il n’est pas plus long d’approvisionner et de faire cuire pour 50 personnes que pour deux ou trois ; meilleure cuisine, car une personne de métier y consacrant son temps et son savoir doit faire mieux qu’une ménagère sans instruction culinaire et souvent pressée par le temps. Nous obtiendrons même, pour nos approvisionnements, des conditions meilleures que la plupart des gargotiers, en nous unissant pour nos achats, avec les sociétés de consommation existantes. Que tous les consommateurs soucieux de leur bien être se joignent à nous et bientôt nous ouvrions un premier établissement dans le VIème arrondissement, où réside groupe d’initiative, puis successivement, au fur et à mesure, que nos ressources le permettront, nous en ouvrions dans tous les quartiers où nous aurons réuni un nombre suffisant d’adhérents (…). »

Cette rubrique fait écho au dossier publié dans Passerelle Eco n°36 sur "Montreuil Ville Comestible" et dont on trouve dans cette rubrique "Villes en Transition" un ensemble d’aspects développés :
- D’autres pains sont possibles.
- Le blé de Montreuil, du semis à la farine.
- Du blé aux murs à pêches ?
- La naissance du jardin des murs à pêches.
- De l’or brun en partage
- Le jardin partagé de la dalle Hannah Arendt, un potager qui ne manque pas d’air
- De l’économie sociale et solidaire à Montreuil.
- La marmitte d’Eugène
- Les Filles du facteur, le crochet pour recycler et mener des actions avec le Sud.
- Un café couture à Montreuil


1 vote
Répondre à cet article

Un message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes entièrement vides pour les séparer.

Qui êtes-vous ? (optionnel : cela vous permettra de recevoir les réponses)

1 message

  • La marmitte d’Eugène

    Le 27 août 2010, par X

    Aux dernières nouvelles, La Marmite d’Eugène n’ouvrira que le 21 mars 2011.
    Patience, donc...


Lixium: Hébergement web neutre en CO2 | SPIP 2.1
ecovillage global et permaculture

NOUVEAU SITE

Découvrez ecovillageglobal.fr le site de l'écovillage global des lecteurs et annonceurs de la revue Passerelle Éco

PASSEZ UNE ANNONCE

Loue Atelier Fermé (Artisanat dans le 4)

Projet : Atelier en ossature bois , semi aménagé :13 m de long par 10 de large + coin sanitaire. Possibilité d’extension. A 20 mn de Manosque au cœur d’un massif forestier. 380V / eau de ville / fosse (...)

Cherche Agriculteur de Montagne (Elargissement dans le 06)

Projet : Faire vivre une ferme et passer le flambeau d’une activité pérenne déjà en place. ♦  Installer des personnes motivées et les introduire dans le réseau local de maintien d’une petite agriculture (...)

Envie de Création d'un Lieu Agricole et Spirituel Partagé (Elargissement dans le 43)

Projet : Partager des temps de repas, de célébration, de jeu, de travail,
Offre : Une ferme d'une 15 aine d'hectare avec une production de savons au lait d'ânesse existante, pouvant accueillir (...)

Activité Agricole Collective et Militante (Dimension Agricole)

Projet : Je m’appelle Christophe, j’ai 25 ans avec diverses expériences agricoles et collectives, je cherche à rejoindre ou créer un groupe dans lequel je me sentirai en Confiance. Mes préférences sont (...)

Rejoindre Écolieu Végétalien et Joyeux >Offre: Myself, mes . . . (À l’abordage)

Projet : Rejoindre écolieu végétalien et joyeux
Offre : Myself, mes compétences, ma bonne humeur, un petit capital.
Demande : J'aimerais rejoindre un écolieu végétalien et joyeux dans un endroit joli et (...)

Intègrer / Constituer Écolieux! (À l’abordage dans le 66)

Projet : J'aimerai beaucoup d'ici quelques mois (pour l'instant je suis coincée à Maury, au nord des POs) intègrer ou constituer un écolieu (hameau, village, colloque!) / plutôt dans le même esprit: (...)

Location d'une Chambre dans un Éco-Lieu (Elargissement dans le 22)

Offre : Bonjour ! Une chambre est disponible dans la maison principale de l’éco-lieu où nous habitons. Nous sommes situés dans un très bel endroit de plusieurs hectares dans la campagne trégoroise, à (...)

Possible Emploi CUI / CAE (Ecolieux existants dans le 40)

Offre  : poste en emploi aidé CUI CAE de secrétaire polyvalente dans écolieu avec AB. Administration, préparation des paniers de légumes, stands. Possibilité d’hébergement sur le (...)

Bonjour J'ai pour Projet de Quitter la Champagne Ardenne pour . . . (CoLocation dans le 51)

Projet : Bonjour J’ai pour projet de quitter la Champagne Ardenne pour m’installer dans le Finistère sud (ou la Bretagne plus général) dans les 2 ou 3 ans maxi.(je me suis toujours senti profondément (...)