Passerelle eco
Passerelle eco

Pratiques et Contacts pour Vivre Ensemble sur une Même Planète

La revue Passerelle Eco : sommaire des numéros, compléments d'info, bulletin d'abonnement à imprimer ...

Actualité du réseau éco

Réseaux

Quelques écolieux

Des reportages et les annonces du réseau éco et de la dynamique écovillage en France : écolieux de vie, projets d'écovillages, écofermes pédagogiques, personnes ressources ou en recherche, entreprises, centres de formations, etc... Plusieurs rubriques sont consacrées aux écovillages en germe ou en devenir, car ces initiatives font converger l'ensemble des aspects de l'écologie pratique : l'actualité, leurs activités, rencontres, chantiers ou échanges proposés.
Dossiers thématiques : depuis les statuts de la loi de 1901, l'alimentation, la construction saine, l'habitat léger, le carburant tournesol ...
Annonces, photos, comptes rendu des rassemblements, rendez-vous, festivals, colloques, manifestations...
- des fiches pratiques et des recettes - le site Nima'Sadi de partage et d'expérimentation sur autoproduction - les activités associatives de Passerelle Eco.
Vous êtes ici > Accueil > Réseau > Villes en Transition
Montreuil, ville en transition
Du blé aux murs à pêches ?

le 12 mai 2010

Du blé aux murs à pêches ?

C’est au cours d’une rencontre et plus précisément d’un colloque qui a eu lieu les 27 et 28 octobre 2008 à Paris à l’initiative d’un collectif d’organisations intitulé "Semons la biodiversité" qu’a germé l’idée dans nos têtes d’apprentis paysans des villes, de semer ces fameuses céréales. Les participants à ce colloque voulaient notamment dénoncer le fichage génétique, la manipulation et l’appropriation du vivant ainsi que les risques que font courir à la biodiversité cultivée, les multiples montages juridiques alambiqués mis en place par les gouvernements occidentaux et soutenus par l’industrie agro-semencière internationale.

Mais alors, que peut bien avoir à faire un modeste jardin de banlieue dans tout ça et ses non moins modestes jardinierEs ?

Cet article complète le dossier "Montreuil, Ville comestible" publié dans Passerelle Eco n°36

Un symbole politique

Évidemment sensibles à la question des semences et du vivant, nous ne pouvions pas nous désintéresser de ce sujet qui engage forcément la majeure partie de notre activité. Comment, en effet, peut-on imaginer vouloir préserver la terre et ne pas trahir son intégrité avec des plantes trafiquées voire des OGM ?

S’engager à redonner de l’activité biologique aux sols et s’inscrire dans la réalisation d’un écosystème cohérent passe nécessairement par le respect du cycle naturel de la vie. D’ailleurs, ce n’est pas pour rien que l’agriculture que nous nous efforçons de pratiquer est dite naturelle parce qu’elle défend l’idée que la nature doit rester libre (autant que faire se peut) de toute ingérence et intervention humaine [1] et donc, à plus forte raison, des manipulations sur le génome.

Par ailleurs, nous estimons qu’il est important de médiatiser, de parler et faire parler de cette question des semences. En effet, trop peu de gens sont au courant de ce sujet et de ses enjeux alors cela nous concernent tous et engagent les générations futures.

Il se trouve qu’hormis le procès retentissant de Kokopelli [2] et la lutte des faucheurs, il y a peu d’information sur ce thème. Les multinationales ayant plutôt intérêt à ce que leurs manipulations juridiques et génétiques se fassent dans l’ombre.

Autre exemple : sur l’île de Svalbard en Norvège sous un glacier, les fondations Bill Gates et Rockefeller sont en train d’entreposer dans le froid près de 4,5 millions de semences. On nous dit qu’elles "serviront à garantir la préservation de la diversité des produits agricoles pour le futur". Mais c’est ceux-là mêmes qui sont en train de participer à l’appauvrissement de la biodiversité qui se réservent le droit de contrôler l’accès à cette gigantesque banque de semences.
Alors comment croire ces multinationales semencières, peu soucieuses de la capacité germinative future de ces graines, et qui ont même le projet de récréer un (Meilleur des) monde artificiel à partir du seul séquençage génétique de chacune de ces semences ?

Contre ces projets mégalomaniaques, ces semences de synthèse et ces logiques mortifères, nous pouvons opposer la force des symboles. Le blé en est un.

Et puis revenons sur terre et sur celle de notre jardin pour montrer que la biodiversité et la conservation des semences n’ont pas leur place dans les frigos des multinationales mais bien, sur la terre de tout un chacun.

Histoire de modernisation du blé

Et ce blé, il est symbolique à plus d’un titre, et bien qu’il ne soit pas le mieux placé dans un jardin cultivé en permaculture du fait de sa dimension énergivore [3], il a pour lui sa poésie [4], c’est aussi un symbole de vie et de partage une fois devenu du pain. Son long compagnonnage avec l’homme qui a commencé à le cultiver et à le sélectionner, il y a plus de 10 000 ans, en fait un aliment indispensable à sa survie et à son développement. Et il s’agit d’une culture qui est toujours dominante à notre époque. Elle représente 20% des terres cultivées dans le monde et la nourriture de base d’un être humain sur trois [5].

Mais depuis plus d’un siècle, le blé attire les convoitises et il ne s’agit plus de le sélectionner naturellement comme on l’a fait pendant des millénaires, mais d’en faire un produit commercial et industriel. Fini, les blés paysans accordés et acclimatés à un terroir "on n’adapte plus les parcours de production aux animaux [ni au végétaux] mais on les façonne pour tel ou tel parcours de production." [6]

On en a fait aujourd’hui des blés hybrides, des blés mutés et même des blés transgéniques. On a notamment introduit dans les blés dits "modernes" deux gènes de nanismes pour faciliter la récolte mécanique et obliger la plante à faire plus de grains plutôt que de la paille. Des glutens "technologiques" ont également été rajoutés pour faciliter la mécanisation du travail de la pâte à pain et sa congélation. Tout cela n’étant pas sans conséquences sur notre alimentation, bien entendu ! Ces blés transformés, mutés, sont de moins en moins digestes, les allergies au gluten se multiplient, on s’interroge sur la toxicité de ces nouveaux blés pour notre organisme. Leur intérêt gustatif et nutritionnel s’en trouve ainsi considérablement atténué, voire carrément annulé.

Semons des variétés anciennes de blé

Dans ces conditions, n’est-il pas plus sage de cultiver des blés anciens, vierges de tous ces traficotages industriels ? Pas si simple ! Il faut savoir que les variétés de pays de blé tendre ont été progressivement éliminées du Catalogue officiel qui permet la mise sur le marché "Il ne reste plus que 5 variétés de pays légales (c’est-à-dire échangeables comme semence, même si la culture n’en est pas interdite) en 1955 et plus aucune en 1961." [7]

Aujourd’hui, toutes les variétés autorisées présentes sur le Catalogue sont dites "modernes". Et quant aux variétés anciennes ou paysannes de blé tendre, il est interdit d’en échanger, d’en donner ou d’en vendre. Et si l’agriculteur qui les a récoltées les ressème, il est obligé de payer des royalties à l’industrie semencière. La culture de blé tendre étant la plus répandue en France, il était impensable pour les agro-semenciers de laisser aux paysans le droit de pouvoir ressemer gratuitement [8] leur propre récolte sans en tirer, au passage, quelque prébende.

Malgré cela, et depuis moins d’une dizaine d’années, il s’opère un renouveau des semences paysannes. Et grâce à des paysans un peu fous et en marge [9] qui ont conservés contre vents et marées quelques variétés anciennes de blé, nous pouvons espérer aujourd’hui retrouver la qualité nutritive de cette céréale qui a nourri des générations et des générations d’êtres humains.

Sachant que tout cela demeure aujourd’hui, comme nous avons pu le voir, dans une certaine forme d’illégalité, aussi paradoxal et ahurissant que ça puisse être.

C’est pourquoi, encouragé par ce collectif "Semons la Biodiversité", nous sommes partis dans cette extravagante aventure de vouloir faire pousser des variétés anciennes de blé au beau milieu du béton de la proche banlieue parisienne.

Cette rubrique fait écho au dossier publié dans Passerelle Eco n°36 sur "Montreuil Ville Comestible" et dont on trouve dans cette rubrique "Villes en Transition" un ensemble d’aspects développés :
- D’autres pains sont possibles.
- Le blé de Montreuil, du semis à la farine.
- Du blé aux murs à pêches ?
- La naissance du jardin des murs à pêches.
- De l’or brun en partage
- Le jardin partagé de la dalle Hannah Arendt, un potager qui ne manque pas d’air
- De l’économie sociale et solidaire à Montreuil.
- La marmitte d’Eugène
- Les Filles du facteur, le crochet pour recycler et mener des actions avec le Sud.
- Un café couture à Montreuil

Notes

[1] L’agriculture naturelle élaborée par Masanobu Fukuoka est basée sur quatre principes fondamentaux : pas de labourage ; pas de fertilisant ; pas de sarclage ; pas de pesticides

[2] En cassation, Kokopelli a perdu le procès intenté contre elle par l’Etat français et la FNSP (1) (le GNIS (2) a, quant à lui, été débouté) pour avoir commercialisé des semences de variétés non autorisées. Cependant jusqu’à présent, l’Etat n’a pas réclamé le versement de l’amende infligée, ni la FNPSP. Peut-être pour ne pas renforcer l’impact négatif qu’a pu avoir ce procès sur l’opinion public. En vérité, le soutien apporté à l’association par la société civile lui a donné la victoire. Bien plus que personne ne pouvait se l’imaginer… 

  1. Fédération Nationale des Professionnels de Semences Potagères et Florales
  2. Groupement National Interprofessionnel des Semences

[3] Dans l’agriculture conventionnelle, il faut labourer le champ, puis fertiliser le blé, le traiter, le moissonner, utiliser du pétrole pour les machines agricoles et suivre les étapes jusqu’à la farine et au pain… de manière assez semblable, les étapes qui mènent au pain, même dans une agriculture plus biologique sont nombreuses : semis, fauchage, battage, vannage, mouture, (sans compter les traitements en bio parfois nécessaires et les machines aussi pour le faucher et le moissonner) pour enfin pouvoir utiliser la farine pour faire du pain.

[4] Selon la légende, Déméter, la déesse des moissons et de l’agriculture, aurait enfanté dans un champ de blé.

[5] ROBIN Marie-Monique, Blé : chronique d’une mort annoncée ?, film de 52’, 2005.

[6] BURGAT F., "C’est arrivé près de chez vous", Télérama, 2007.

[7] Voyage autour des blés paysans, Témoignages, Réseau Semences Paysannes, Série 2008.

[8] Pour Jean-Pierre Berlan, ancien directeur de recherche en sciences économiques à l’Inra : "le vivant a cette propriété insupportable pour les multinationales de l’agrochimie et des semences, c’est qu’il se reproduit gratuitement."

[9] Jean-François Berthellot et Philippe Guichard dans le Lot et Garonne et Nicolas Supiot en Bretagne pour ne citer qu’eux et rendre hommage à leur travail de conservation et de préservation de ces variétés paysannes.


2 votes
Répondre à cet article

Un message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes entièrement vides pour les séparer.

Qui êtes-vous ? (optionnel : cela vous permettra de recevoir les réponses)
Le jardin partagé des Murs à pêches.
DOSSIER
Le jardin partagé des Murs à pêches.
1 | 2 | 3 | 4
Article précédent : La naissance du jardin des murs à pêches
Article suivant : Le blé de Montreuil, du semis à la farine.

Le jardin des murs à pêche est une initiative collective de réappropriation d’un espace vert pour en faire un outil de production maraîchère et de lien social. De la création du jardin à la mise en place de blé panifiables et panifiés, les étapes de cette construction collective et associative.

Cette série complète le dossier "Montreuil, Ville comestible" paru dans Passerelle Eco n°37


SPIP 2.1
ecovillage global et permaculture

NOUVEAU SITE

Découvrez ecovillageglobal.fr le site de l'écovillage global des lecteurs et annonceurs de la revue Passerelle Éco

PASSEZ UNE ANNONCE

Rejoindre Ecolectif (Ecolieux existants dans le 31)

Projet : Si vous souhaitez co-créer en collectif pour libérer votre potentiel, un groupe existe: ECOLECTIF! 13 foyers (21 enfants & 22 adulltes) réunis autour d'une philosophie centrée sur l'écologie (...)

Formation «Initiation à la Permaculture» sur 4 Jours (Permaculture dans le 24)

Offre : La formation d'initiation développe l'origine, l'éthique et les principes de la permaculture acquis lors des deux premiers jours du Cours Certifié de Permaculture. Les intervenants : (...)

Formation «Initiation à la Permaculture» sur 4 Jours (Permaculture dans le 24)

Offre : La formation d'initiation développe l'origine, l'éthique et les principes de la permaculture acquis lors des deux premiers jours du Cours Certifié de Permaculture. Les intervenants : (...)

Chantier Participatif (Enduit Terre sur Paille) (Terre en Vue dans le 82)

Projet : Nous organisons un chantier participatif à Saint Amans (entre Saint Antonin de noble Val et Caylus 82160)
Offre : Nous vous accueillerons sur le terrain du chantier, nous partagerons le (...)

Chantier Participatif (Enduit Terre sur Paille) (Terre en Vue dans le 82)

Projet : Nous organisons un chantier participatif à Saint Amans (entre Saint Antonin de noble Val et Caylus 82160)
Offre : Nous vous accueillerons sur le terrain du chantier, nous partagerons le (...)

Chantier Participatif (Enduit Terre sur Paille) (Terre en Vue dans le 82)

Projet : Nous organisons un chantier participatif à Saint Amans (entre Saint Antonin de noble Val et Caylus 82160)
Offre : Nous vous accueillerons sur le terrain du chantier, nous partagerons le (...)

Chantier Participatif (Enduit Terre sur Paille) (Terre en Vue dans le 82)

Projet : Nous organisons un chantier participatif à Saint Amans (entre Saint Antonin de noble Val et Caylus 82160)
Offre : Nous vous accueillerons sur le terrain du chantier, nous partagerons le (...)

Recherche de Terres Agricoles (Maraîchage) et Habitation (Ventes Immobilier dans le 24)

Projet : Bonjour. Nous sommes un jeune couple (Elvire et Sylvain) et leur petite fille Jeanne. Nous cherchons nous à installer en maraîchage diversifié et petits fruits en Dordogne. Nous recherchons (...)

Recherche de Terres Agricoles (Maraîchage) et Habitation (Recherche location dans le 24)

Projet : Bonjour. Nous sommes un jeune couple (Elvire et Sylvain) et leur petite fille Jeanne. Nous cherchons nous à installer en maraîchage diversifié et petits fruits en Dordogne. Nous recherchons (...)