Passerelle eco
Passerelle eco

Pratiques et Contacts pour Vivre Ensemble sur une Même Planète

La revue Passerelle Eco : sommaire des numéros, compléments d'info, bulletin d'abonnement à imprimer ...

Actualité du réseau éco

Réseaux

Quelques écolieux

Des reportages et les annonces du réseau éco et de la dynamique écovillage en France : écolieux de vie, projets d'écovillages, écofermes pédagogiques, personnes ressources ou en recherche, entreprises, centres de formations, etc... Plusieurs rubriques sont consacrées aux écovillages en germe ou en devenir, car ces initiatives font converger l'ensemble des aspects de l'écologie pratique : l'actualité, leurs activités, rencontres, chantiers ou échanges proposés.
Dossiers thématiques : depuis les statuts de la loi de 1901, l'alimentation, la construction saine, l'habitat léger, le carburant tournesol ...
Annonces, photos, comptes rendu des rassemblements, rendez-vous, festivals, colloques, manifestations...
- des fiches pratiques et des recettes - le site Nima'Sadi de partage et d'expérimentation sur autoproduction - les activités associatives de Passerelle Eco.
Vous êtes ici > Accueil > Réseau > Ecovillages
Les écovillages

le 20 janvier 2003

Les écovillages

Introduction

Les écovillages en France  :
Ils sont encore peu nombreux, mais il existe un certain nombre de petites structures, ainsi que de nombreux projets à des stades différents.

Quelques uns sont membres du RFEV, tels que la Ferme du Collet, Carapa, Epidaure. Passerelle Eco est partenaire de ces lieux, et ce site héberge leurs pages de présentation.

Il existe un nombre bien plus importants de lieux qui peuvent être considérés comme des germes d’écovillages, et dont Passerelle Eco se fait ... l’écho !

Enfin, d’autres lieux ou expériences sont proches de la notion d’écovillage mais ne souhaitent pas s’affilier au vocable de "écovillage" : ce sont le plus souvent les lieux les plus politisés (tels que Longo Mai) ou ayant un focus essentiellement économique.

En France, Passerelle Eco diffuse l’actualité, des reportages et les annonces des écolieux et écovillages en devenir.

Les écovillages à l’étranger  :
Il en existe partout dans le monde, et dans la majorité des pays européens.

Exemples :

 Italie : Torri Superiore : créé en 1989, 18 résidents ;
 Espagne : Lakabe : créé en 1980, 40 résidents en majorité européens ;
 Allemagne : Lebensgarten : créé en 1985, 140 résidents ;
 Grande-Bretagne : Findhorn : créé en 1963, réunissant 450 personnes.

Passerelle Eco est le media partenaire du Global Ecovillage Network en France.

Voir aussi, en belgique, Terre d’Enneille


6 votes
Répondre à cet article
Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, simplement insérez une ligne vide entre eux.

17 messages

| 1 | 2 |

  • Les écovillages

    Le 2 juin 2018, par Sabine

    Bonjour, Je cherche un lieu de vie eco-responsable pour vivre en harmonie avec la nature et élever encore mon être spirituel. Connaissez-vous des projets autour de Toulouse ? Merci pour vos retours

    • Les écovillages

      3 mars, par pedro

      milfloresmilsabores@gmail.com Aller à contre-courant n’est pas une tâche facile mais, malgré toutes les difficultés, nous sommes convaincus que cela en vaut la peine. Nous aimons beaucoup être ensemble en famille et apprendre les uns des autres en équipe. Nos enfants sont pleins de bonheur, d’imagination, de curiosité et apprennent des choses importantes et sérieuses dans la vie, vivant et partageant le monde des adultes. Malgré le dur labeur et la pression de la société, nous apprécions beaucoup notre vie, humble et étroitement liée à la nature. Nous avons pensé que c’était le moment de trouver d’autres familles ou persones et de nous aider à trouver plus de tranquillité d’esprit.

      Pedro est portugais, il travaille actuellement comme jardinier le matin et est un homme sage et amoureux des plantes et de la nature. Esther est espagnole, elle reste à la maison en prenant soin des enfants, des animaux et de notre petit coin. Notre intention est de cesser de travailler comme jardinier et de rentabiliser les terres que nous avons, d’être aussi autonomes que possible. Nous l’avons déjà essayé parfois, en produisant des plantes et en les vendant sur de petits marchés. Nous sommes déjà depuis plusieurs années à la recherche de notre petit coin, où être ensemble en famille, au calme et au rythme de la nature. En ce moment, nous vivons a Argela (Caminha - Viana do Castelo) dans une terre à côté d’une petite rivière où nous avons construit une petite maison de bioconstruction et nous sommes plus heureux de choyer nos animaux et nos plantes (2 ânes, chèvres, moutons…). Nos trois enfants (9, et ans) sont toujours avec nous, étudient a la maison et nous aident beaucoup. Nous avons acquis plus de terres et nous aimerions en faire une grande forêt comestible et être encore plus autosuffisants. Il n’est pas facile de nager à contre-courant et ces dernières années, nous avons travaillé dur pour bâtir notre petite république indépendante. Cependant, nous sommes déterminés à poursuivre dans cette voie et avons pensé à partager la terre avec deux ou trois autres familles avec enfants ou persones qui souhaite se ressourcer en pleine nature, vie saine et amour de la nature, jardin potager, poulailler, nombreux animaux familiers bien tenus ,pour nous aider et ensenble partager le quotidien, dans le respect, l’entraide,la tolérance . En outre, nous pensons qu’il serait très positif que les enfants aient d’autres personnes salutaires pour grandir ensemble en apprenant le respect de la nature et de la communauté. Nous entrons doucement à l’hiver, c’est le moment de profiter de nombreux travaux arriérés. Il y a toujours un peu de calme. Nous préparons du bois de chauffage, des réparations a la maison, energie et des abris pour animaux. Aujourd’hui, nous plantons de nouveaux arbres à l’approche de la pluie. A cette époque, Pedro travaille la semaine comme jardinier. et Esther reste à la maison avec les enfants. Nous profitons des week-ends pour voir des amis, faire des choses avec les enfants et travailler ensemble.

      Notre mode de vie est très simple, nous essayons de profiter d’être ensemble sans grand luxe. Jusqu’ici, nous avons travaillé dur jusqu’à ce que nous préparions notre coin et notre vie. Nous sommes très heureux avec notre petite maison, nos plantes et notre mode de vie. Cependant, la maison sera très petite quand les enfants seront plus grands et Pedro voudra bien arrêter de travailler à l’extérieur, utiliser tout son temps et son temps pour travailler pour nous. Au cours de toutes ces années, nous avons acquis beaucoup d’expérience et de connaissances sur les plantes, la construction, profiter des valeurs de la vie, etc.Nous croyons qu’il est temps de faire un autre pas en avant. Nous avons un nouveau terrain d’environ deux hectares, que nous aimerions transformer en une grande forêt pleine de nourriture et où nous pouvons construire une autre maison (bioconstruction) et nous avons pensé qu’il serait bien de trouver deux familles qui souhaitent la même chose. Ils pourraient construire leur petites maisons et leur petit coin privé, leur espace, puis, ensemble, s’organiser et travailler pour rendre la terre rentable et aussi autonome que possible. Nous travaillons en ce moment sur la manière de faire tout cela sous la tolérance de la ville et de la mairie. Nous devons être honnêtes, c’est un dur travail à partir de zéro. Nous avons encore beaucoup de travail à faire, mais nous pensons que ce sera une belle expérience et que ce sera la meilleure leçon de vie pour les enfants.

      Nous vivons dans un village d’environ 300 habitants proche de la mer et des montagnes. C’est très vert et très beau. La ville principale est à environ 5 km. En été, il y a suffisamment de visiteurs et tourisme(plage), mais le reste de l’année est très calme. Une chose que nous apprécions beaucoup ici cest vraiment est la sécurité et la tranquillité. C’est un endroit très paisible même si, comme cela se produit souvent dans les zones rurales, ce n’est parfois pas facile avec certains voisins qui refusent tout mode de vie différent. Mais avec le temps, on passe le bon example et respect.

      Nos enfants sont très heureux et pleins d’énergie. Ils sont avec nous 24 heures sur 24 et nous aimons être ensemble et apprendre ensemble. Ici, l’école à la maison est assez flexible. La seule condition est de passer un examen à 10, 16 et 18 ans.

      Ne doutez pas que nous avons la porte ouverte et dans l’espoir de rencontrer des gens qui naviguent dans la même direction que nous. Nous sommes autosufissant de energie ( solaire) et de eau ( source). Le respect, la confiance, et la communication font partis de nos valeurs profondes. Nous souhaitons vivre en harmonie avec la nature, les animaux et les personnes qui nous entourent, le tout dans un cadre de bienveillance dans la joie et la bonne humeur. Vous etes les bienvenue quand vous voulez. On a beaucoup envie de apprendre avec vous.

      Nous espérons entendre votr histoire. Si vous avez besoin de quelque chose, c’est le téléphone de Pedro qui parle français : 00351935868025. on serait enchante de vous ecouter de vous recevoir quand vous voulez. On partage ensenble le meme beau chemin. Nous ne sommes pas végétariens, mais notre intention est de produire une grande partie de notre nourriture et que les enfants apprennent tous les secrets d’une vie saine.

      (SEULES ON Y ARRIVE PAS !)

      Voila, un peu de nous avec plein de fautes ( le francais n est pas facile pour nous) !!

      Je vais vous presenter un peu notre projet. Esther, moi et les enfants,avons comme projet de vivre en autosuffisance alimentaire ( en ce moment on a reussit dejá l autosuffisance énergétique et) en utilisant des méthodes de permaculture. Ce nouveau projet avance en janvier 19. A l’origine, notre idée était que je quitte mon emploi actuel pour travailler à temps plein pour produire la plupart de notre alimentation. Mais cette solution n’est pas, à notre sens, la meilleure car trop risquée (notamment si un accident ou une maladie m’empêchait temporairement de travailler). De plus, cette solution aurait l’inconvénient d’empiéter largement sur notre vie de famille (peu de week-ends libres, peu de congés). Nous avons donc essayé de réfléchir à une autre alternative qui vous est détaillée ci-dessous. Cette alternative est de partager, sur le long terme, ce projet avec deux autres familles (voir partie 6 ce qu’on entend par « famille »). Avant d’entrer dans la présentation détaillée de notre projet, je tiens à préciser que nous avons fait ce choix de vie il y a mais que nous souhaitons que nos trois enfants puissent choisir leur propre mode de vie. Pour nous, cela passe obligatoirement par une connaissance du monde extérieur (du meilleur et aussi du pire). En clair, nous voulons suivre notre vie différente avec une ouverture maximale sur le monde extérieur, dans l’intérêt de nos enfants.

      Voici la présentation détaillée du projet. C’est un peu long mais on a déjà une bonne idée de notre projet. Donc autant vous apportez tout le fruit de nos réflexions.

      1-Notre famille

      J’ai 48 ans, Portuguais, paysan et amoureu des Sciences de la Nature. Je suis actuellement jardinier de profession le matin. Ma femme, Esther (39 ans) est espagnole (canaries). Elle a fait des études d’Anglais.Elle s´occupe des enfants des animaux. Aussi amoureuse de la nature et le bon sens de vie. Nous avons trois enfants (9 ans 5 ans et 18 mois).

      2-Notre philosophie

      Ma femme et moi ne sommes plus totalement satisfaits du mode de vie que la société nous propose.

      Tout d’abord, nous ne souhaitons plus participer à la malbouffe. Nous sommes persuadés qu’une bonne alimentation est le premier élément garantissant notre santé et celle de nos enfants. Nous n’avons plus confiance en l’alimentation que nous pouvons acheter. Nous voulons produire des aliments de haute qualité nutritive grâce à la permaculture. De cette façon, nous pourrons manger sain, bon, équilibré et varié sans se préoccuper de la question du coût.

      Ensuite, nous ne souhaitons plus participer à la dégradation de notre environnement. A notre sens, le cadre de vie est le deuxième élément jouant sur notre santé et celle de nos enfants. Pollution de l’air, de l’eau, du sol, nuisances sonores, olfactives, visuelles, nous voulons agir pour que notre environnement proche soit de bonne qualité.

      Nous ne souhaitons plus participer au gaspillage presque imposé par la société. Et, nous nous sentons coupables de ne pas faire d’efforts alors que parfois nous n’avons pas le choix. Nous voulons développer notre projet avec deux objectifs : zéro déchet sortant de la ferme et recyclage d’objets récupérés à l’extérieur. Cette démarche permettra d’augmenter notre autosuffisance.

      Voilà globalement notre philosophie. Nous ne cherchons pas à convaincre, nous cherchons simplement deux ou trois familles à peu près dans le même état d’esprit.

      3-Ce que ce projet n’est pas

      Pour éviter les méprises, je tiens à préciser ce que le projet n’est pas.

      Il ne s’agit pas d’une démarche autarcique. Nous voulons garder un lien fort avec nos concitoyens et une ouverture la plus large possible sur le monde extérieur. Dans notre intérêt et celui de nos enfants, nous ne souhaitons pas nous passer de certains services mêmes ceux qu’on juge insuffisants (enseignement, soins hospitaliers,...) et d’autres services qu’on juge satisfaisants (sports, loisirs, aides sociales,...). Et puis, nous ne pourrons pas produire tous les aliments dont nous aurons besoin (comme peut-être le riz, le café, le cacao, les poissons de mer,...).

      Il ne s’agit pas d’une démarche sectaire. Chacun disposera de sa liberté de choix y compris nos enfants. Nous voulons laisser à nos enfants la possibilité de faire leurs propres choix, d’expérimenter leur propre mode de vie. Notre rôle est de les informer, les préparer et les aider au mieux.

      Il ne s’agit pas d’une démarche politique. Nous ne sommes pas militants, nous vivons simplement d’une autre manière et dans notre petit coin de vie. Cela ne nous empêche pas de partager notre expérience avec ceux qui désirent la connaître.

      Il ne s’agit pas d’une démarche religieuse : nous sommes athées.

      4-Notre projet

      Notre projet consiste, dans un profond respect de notre environnement, à mettre en application des principes de permaculture notamment accompagner la nature et non la contraindre, moins d’interventions possibles, moins d’énergie utilisée, zéro labour, zéro pesticide, agroforesterie, association d’espèces, cultures vivaces, espèces adaptées, rustiques ou traditionnelles, faire ses propres semences, rotation des cultures, pâturage, que le végétal et l’animal « travaillent » pour nous pendant qu’ils se nourrissent, un élément pour plusieurs fonctions, plusieurs éléments pour une fonction, biodiversité, organisation de l’espace, paillage,...

      Pour mener à bien notre projet, nous proposons un travail en commun à trois ou quatres familles. Seront partagés à parts égales entre les quatres familles l ’installation (achat ou rasemblement d’outils, de matériaux, d’animaux, de semences,...) ; ces dépenses auront lieu surtout au départ car ensuite la permaculture permettra de limiter grandement les coûts. En retour, les aliments produits seront partagés à parts égales entre les familles.

      L’idée est que chaque membre de la communauté( adulte) soit à la ferme 20h semaine Ainsi, il y aura l’équivalent de 1,5 temps plein de travail par jour (soit 4 heures de travail par jour). Pour le week-end, chaque famille à tour de rôle assurera un temps plein (soit 8 heures) le samedi et le dimanche. Ce temps de travail (40h par famille en semaine, 8h/j le week-end) peut paraître peu pour assurer l’autosuffisance alimentaire de quatres familles et de leurs éventuels enfants. Mais je pense que c’est possible avec la permaculture, la technologie actuelle (parfois elle peut être utile) et l’ingéniosité. Bien sûr, en cas d’urgence, de pic d’activité, on pourra travailler plus ponctuellement. Au début, le temps de travail à la ferme servira beaucoup à construire, à préparer les terrains, à planter, à trouver les animaux,... L’autosuffisance alimentaire arrivera donc progressivement. A noter qu’on pourra proposer du wwoofing, ce qui nous permettra d’échanger des idées et des compétences tout en apportant une aide au quotidien.

      Cette organisation a quelques avantages. Elle permet d’avoir la présence de deux ou trois membres en même temps au cours de la journée pour le travail difficile à faire seul. Elle permet aussi de pouvoir prendre 25 jours par an de réels congés (chacun son tour). Durant le congé d’une des Quatres familles, les membres des trois autres familles assureront l’équivalent d’un temps plein (deux mi-temps). Ce travail en « effectif réduit » ne se fera que sur 100 jours par an, ce qui paraît raisonnable sous réserve d’une bonne organisation. En ce qui concerne le week-end, cette organisation permet à chaque famille, chacun son tour, d’avoir des week-ends libres sur. Enfin, cette organisation permet de parer à tout événement imprévisible (maladie ponctuelle de membres, maladie plus longue, souhait d’une famille d’abandonner le projet). Il y a peu de chances que deux membres soient indisponibles en même temps, donc un temps plein par jour sera presque assuré tout le temps. Et même si, par malheur, deux membres sont indisponibles en même temps, on pourrait prévoir une solution.

      les deux membres de chaque famille travaillera donc à la ferme un mi-temps par jour, ce qui leur laisse un mi-temps libre pour chacun. En ce qui me concerne, je reste pour l´instant a faire des jardins demi journe . De son côté, ma femme travaillera un temps plein rémunérateur à l’extérieur de la ferme. De cette manière, un revenu minimum sera assuré pour le paiement de toutes les charges familiales et aussi pour le paiement des dépenses d’installation à la ferme. De plus, ces revenus permettront d’avoir une petite retraite afin d’éviter que nos enfants payent notre vieillesse. Bref, cela pérennisera le projet et notre avenir. Il serait souhaitable que les autres familles fassent de même (sauf si elles disposent de bonnes économies).

      Pour ce travail à l’extérieur, chacun sera libre d’exercer le métier de son choix en accord ou pas avec cette philosophie de vie. On pourra soit travailler chacun de son côté, soit travailler en commun (entreprise, association). Personnellement, je m’orienterais vers les métiers suivants car ils auront un intérêt pour la ferme : – espaces verts/bucheronnage pour récupérer des résidus de tonte et d’élagage pour la ferme, – boucherie/boulangerie pour apprendre le métier et utiliser ce savoir-faire à la ferme, – service à la personne comme le bricolage, le jardinage, les travaux ménagers, le déménagement, l’enlèvement d’encombrants,... pour récupérer des déchets, résidus, objets, – restauration/commerce d’alimentation pour récupérer des restes ou déchets. A noter que nous ne sommes pas partants pour des activités engageant notre responsabilité et impliquant des contrôles de l’Etat au sein de la ferme (par exemple, la commercialisation de nos productions alimentaires ou l’accueil de public sur la ferme).

      5-Où s’installer ?

      Nous sommes actuellement dans une maison que nous avons construit dans le meme village. Nous avons acheter terrain de 20000m2 . Nous souhaitons construire une maison plus grande sur le nouveau terrain. Notre budget est plutôt assez serré mais réalisable. Ma femme et moi attachons beaucoup d’importance à garder nos relations avec nos amis respectifs situés dans la region. Le terrain est dans une zone reculée sans pour autant être isolée des services dont on ne pourra pas se passer comme l’enseignement (pour les scolarises), les commerces, les hôpitaux (3ème critère).

      En ce qui concerne le corps de ferme, nous rechercherons dans le futur une surface de terrain minimum de 8 hectares (2 hectares par famille semblent suffisants). L’idéal serait disposer d’un plan d’eau. Il devra disposer de plusieurs dépendances pour la ferme.

      Collectif : Animaux de ferme. Jardin potager + serre. Paturages Foret frutiere. Fire pit pour soirées de animation ou reunions ( beau temps). Zone Playground enfants (jeux nature) Four pour pain, pizzas.... Four solaire( beau temps) Abeilles Poulager. Zone Champignons. Compost Salle de etude, biblioteque Parking vélo et kayak Atelier bricolage/ art Panneaux solaires, moulin eolique Jardin aromatique et medicinal. Machine a laver. Autres

      6-Les familles que nous recherchons

      Nous recherchons familles ayant le même état d’esprit et prêtes à s’investir sur le long terme (toujours dans notre recherche d’une certaine stabilité). Nous utilisons le terme « famille », mais pour nous cela signifie un couple avec ou sans enfant ou bien deux personnes de la même famille (exemple deux frères/soeurs, deux cousins/cousines, un parent avec un enfant majeur,...). Nous n’excluons pas les duo d’ami(e)s.

      Les familles n’auront pas besoin de disposer d’un apport important d’argent pour la ferme puisque nous avons les terrains. Par contre, les familles auront à se loger en habitation legere au dédut sur le terrain ou louant une habitation à proximité. Si besoin, nous pourrons aider a trouver la mieux solution. Si vous vivez ou souhaitez vivre dans une habitation mobile, je pense qu’il y aura de quoi stationner sur le terrain. Chaque famille pourra utilizer jusque 200m2 pour leur petit coin individuel ( logement, etc). On prepare un cahier de charges de la communité que on peut envoyer.

      N’hésitez pas à nous donner votre avis sur ce projet et nous faire savoir si vous êtes intéressés.

      A bientot

      Pedro Esther Zare Naim and Sahel

      • Les écovillages

        7 mars, par Cloé

        Bonjour la famille, Esther, Pedro et les enfants, Un peu par hasard, j’ai lu votre (long) message posté sur Passerelle éco et j’ai été interpellée par votre franchise et votre simplicité. Avec ma famille (nous sommes un couple avec deux enfants, de 3 ans et demi et 1 an), nous sommes dans une démarche de recherche d’une vie plus résiliente et proche de la nature. Nous sommes un couple mixte, je suis française et mon compagnon est français d’origine indienne. Nous venons de l’île de la Réunion, et avons vécu a l’ile Maurice où est née notre fille avant de nous établir en France. Nous sommes dans la Drôme actuellement. Votre projet est très intéressant. Je ne sais pas, pour tout vous dire honnêtement, si cela pourrait nous convenir, on ne peut pas préjuger avant de se connaître, mais en tous cas nous partageons pour sûr de fortes valeurs. Je vous écris sans aucune intention particulière. En tout cas je vous encourage dans votre projet si clairvoyant ! Peut-être pourrions vous rendre visite et discuter ensemble ?! Votre village se situe en Italie ? Merci de m’avoir lu et a bientôt peut-être !! Cloé & family

  • Les écovillages

    Le 17 octobre 2017, par Brigitte CASSIGNEUL

    voir http://www.ecoaldeas.org/ pour l’Espagne mais il y a des annuaires et voir aussi https://gen-europe.org/home/index.htm le réseau des eco villages en Europe qui organise un congrès tous les ans dans un pays différents en Europe en juin ou juillet pensez au Portugal, pays très préservé, avec de l’espace et de nombreux eco-villages dont www.tamera.org qui existe depuis 1995, j’y ai passé quelques semaines cordialement

  • Les écovillages

    Le 12 octobre 2017, par Zebulinette

    Bonjour Je souhaite partir en Espagne avec mon compagnon et mes deux enfants ( 1 an et 3 ans) à la découverte d’écolieux. Connaissez vous un livret qui répertorie les écovillages ou les communautés ouvertes, où l’on peut venir partager le quotidien et aider ? Merci beaucoup Anaïs

    • Les écovillages

      1er novembre 2017, par Charlotte C

      Nous avons peut-être des projets communs car nous visitons aussi des éco-villages en france tout d’abord et prochainement en europe, avec un enfant de 3 ans et 1/2. Peut être pouvons nous garder contact pour nous conseiller et échanger sur nos recherches et expériences ?

  • Les écovillages

    Le 20 février 2017, par tara

    Terre D’Enneille aurait disparu ?

    • Les écovillages

      25 février 2017, par Ludovic LESDOS

      Et Carapa a disparu depuis la fin de l’année 2012

  • > Les écovillages

    Le 20 mai 2003, par corantine

    je recherche les projets d’écovillage - en effet célibataire je ne désire pas pour autant vivre ma vie en égoïste et de manière individualiste - je pense qu’il est possible d’envisager d’autres formes de vie - je voudrais connaître les projets de construction, de création d’éco-villages - afin de vivre certes chez moi mais aussi avec les autres- car vraiment la société individualiste me déplait et j’ai envie de me trouver comme une famille- merci de me lire et de répondre à ce courrier

| 1 | 2 |


ecovillage global et permaculture

www.ecovillageglobal.fr

le site de l'écovillage global des lecteurs et annonceurs de la revue Passerelle Éco

PASSEZ UNE ANNONCE

Vente Yourte d'Occasion en Bambou 28 m² avec Plancher Isolé (Habitat Léger dans le 35)

Offre : Yourte de 28m², 6m de diamètre au plancher dont la structure est en bambou. Bon état général. Toile extérieure en coton vert foncée (bâche militaire) imperméable et respirant. Fenêtre intégrée à (...)

Recherche d'une Petite Location dans la Nature (Recherche location dans le 09)

recherche  : petite location au plus proche de la nature, je suis bricoleur et je peux rendre tout type de services en echange d'un loyer sympa. je reste ouvert a toute proposition, je suis (...)

Cherche un Lieu de Vie (Un Groupe Existe dans le 07)

Projet : Nous sommes des ami.e.s de longue date à la recherche d'un lieu où vivre, travailler et élever nos enfants. Nous aimerions créer diverses activités économiques, quelles soient agricoles, (...)

Recherche Logement à Acheter ou Louer (À l’abordage dans le 30)

Projet : Cherche à habiter un lieu construit avec des matériaux écologiques, proche de la nature, dans lequel existent solidarité, entraide et bienveillance . Apporter mes compétences telles que (...)

Un Petit Coin de Paradis (Elargissement dans le 81)

Projet : Ecolieu existant situé en moyenne montagne dans un environnement privilégié sur un terrain de plus d’1 hectare traversé par un petit ruisseau. Un appart. vient de se libérer. Pas de linky. Pas (...)

Recherche Location dans Écolieu (Recherche location dans le 83)

Projet : Je voudrais "tester" la vie dans un écolieu avant de m'engager. Demande : Pour cet été je souhaiterais participer à la vie en commun dans un lieu déjà existant plutôt orienté (...)

Fèsta Del Païs (Convergences dans le 30)

Projet : SAMEDI 4 MAI de 10 h à 01 h au Vigan (30) Parc du Château d'Assas et Salle Jeanne D'Arc Une fête pour se rencontrer et initier l’autonomie alimentaire du territoire Viganais avec PAÏS (Pour (...)

Recherche Projet ou Lieu Existant Proche Suisse (Graines d’Avenir dans le 01)

Projet : recherche un groupe existant ou projet proposant accueil, animation artistique et créative, relié à une structure agricole biologique. Savoie, l'Ain -proche Suisse- Jura , Doubs ou Vosges. (...)

Partage Maisons Isolé en Montagne Jardin Animaux (Ecolieux existants dans le 06)

Projet : :BONJOUR Nous sommes deux retraites ,nous cherchons des personnes eco responsables et en décroissances volontaires avec qui partager la vie collective du lieu. C’est à dire l’entretien du (...)