Passerelle eco
Passerelle eco

Pratiques et Contacts pour Vivre Ensemble sur une Même Planète

La revue Passerelle Eco : sommaire des numéros, compléments d'info, bulletin d'abonnement à imprimer ...

Actualité du réseau éco

Réseaux

Quelques écolieux

Des reportages et les annonces du réseau éco et de la dynamique écovillage en France : écolieux de vie, projets d'écovillages, écofermes pédagogiques, personnes ressources ou en recherche, entreprises, centres de formations, etc... Plusieurs rubriques sont consacrées aux écovillages en germe ou en devenir, car ces initiatives font converger l'ensemble des aspects de l'écologie pratique : l'actualité, leurs activités, rencontres, chantiers ou échanges proposés.
Dossiers thématiques : depuis les statuts de la loi de 1901, l'alimentation, la construction saine, l'habitat léger, le carburant tournesol ...
Annonces, photos, comptes rendu des rassemblements, rendez-vous, festivals, colloques, manifestations...
- des fiches pratiques et des recettes - le site Nima'Sadi de partage et d'expérimentation sur autoproduction - les activités associatives de Passerelle Eco.
Vous êtes ici > Accueil > Pratiques > Auto EcoConstruction
A la découverte du matériau Terre

le 2 novembre 2011

A la découverte du matériau Terre

Du gros œuvre aux finitions

Tournons le dos aux marchands de matériaux habituels et avançons dans les terres. Les matériaux pour restaurer écologiquement ma maison sont sous nos pieds, il suffit de creuser un peu...

Aujourd’hui, je vais m‘amuser à tourner le dos aux marchands de matériaux habituels et et m’enfoncer dans les terres… En effet, je n’ai qu’à me retourner et les matériaux dont j’avais besoin pour travailler : restaurer, isoler ma maison sont là ; il suffit de creuser un peu, d’enlever la couche superficielle de terre végétale arable, et la terre argileuse apparaît (il y en a presque partout !). A coté de l’argile, nous trouvons presque toujours des sablons. Ou alors au bord de la rivière. A l’orée de la forêt ou sur le bord des routes il y a des herbes hautes (les graminées sauvages), le foin. Pour la paille, un cultivateur vous en fournira pour une somme modique. Il nous faudra encore de l’eau.

Le gros-œuvre

JPEG - 21.5 ko

En effet, terre argileuse, sable aux granulométries variées, foin ou paille et eau seront les ingrédients de base des enduits ou des briques de terre crue. Le foin dans l’eau fermentera au bout de quelques temps et cette eau fermentée utilisée pour malaxer la terre et le sable (avec le foin) renforceront encore la dureté du mortier ; une adjonction de “bouse de vache” ou de “crottin de cheval” feront le même effet. Ce mortier jeté à la truelle contre un mur ou même une paroi peu épaisse, prendra corps, deviendra résistant même en extérieur ! Pour l’isolation, au contraire on partira de la paille mise à tremper dans une eau boueuse (barbotine d’argile) et après quelques opérations, dont la disposition, prise en sandwich entre 2 planches (banches) fera apparaître une cloison ou un doublage léger et aux bonnes performances isolantes. Cette paille séchée agglomérée et collée à l’argile aura besoin d’un enduit de finition, mais ce n’est pas le terre et le sable qui manquent ! Notre terre passée au tamis, on pourra obtenir une terre plus fine et recueillir les sables et les petits cailloux, (qui pourront toujours servir), avec ça, on recomposera le matériau avec du sable (tamisé), des fibres fines (lignite), un peu de fromage blanc (0%, caséine) et une infime portion de chaux aérienne dans un peu d’eau sera bonne pour, en remouillant ces ingrédients, préparer un bon enduit de finition. Sans rien acheter, ou presque, que les travaux commencent… ! Ce retour à la nature et dans le passé est loin d’être aussi farfelu qu’on ne le pense ! En effet, il faut apprendre, ré-apprendre, s’adapter, pour au bout du compte, adopter ces matériaux et ces techniques. L’association Les ombelles, dans l’Aube est prête à vous montrer ce travail et d’autres choses encore… Dans le bâtiment ancien, on les trouve ; c’est en l’observant bien qu’on comprendra ce qu’il faut mettre : de la terre et du sable, de la chaux et du sable, ou un mélange des deux et comment ils sont mis en œuvre. Il est souvent plus judicieux de restaurer plutôt que de tout casser. Ces matériaux sont courants, locaux, performants et ne créent pas de déchets. Ce qui satisfait là notre intellect, c’est de penser que la terre argileuse, le sable, les végétaux ligneux, s’associent à merveille : l’eau c’est la colle, la micro-structure de l’argile est composée d’une infinité de plaquettes qui adhèrent entre elles (comme deux plaques de verre adhèrent entre elles quand leur interface est mouillée)… et c’est tout ! Le sable et le gravier forment le corps (comme dans tout mortier ou béton), la fibre végétale est l’armature, l’argile est la souplesse et l’eau, la colle. C’est la fin de cette histoire rigolote ; il faut vous dire maintenant, que c’est très sérieux !

Les finitions

Dans l’exposé précédent, présentant la terre comme une matière miraculeuse donnée à chaque personne voulant se trouver un toit, et construire sa maison, je vois les professionnels, les artisans sourire, voire s’indigner ! C’était une présentation poétique certes, mais réelle. De nos jours, sur un chantier, on évite les mises en œuvre qui demandent de longes préparations et une main-d’œuvre nombreuse, parce que « le temps c’est de l’argent » et le travail s’effectue seul ou à deux, tout au plus. C’est la réalité d’aujourd’hui et les coûts sont encore trop élevés pour les artisans avec les charges sociales, les assurances, la paperasse de bureau et le prix du gasoil qui ne cesse d’augmenter ! C’est ce que les industriels ont bien compris en proposant des matériaux préfabriqués, des systèmes… toujours pour gagner du temps de mise en œuvre et faciliter le travail des artisans, (mais de leur point de vue surtout vendre leurs matériaux issus des cimenteries, du verre, des dérivés du pétrole). Qu’est ce que le ciment ? Une sorte d’argile, au départ, trouvée sur les côtes anglaises (Portland) que l’on cuit très haut dans des usines appelées cimenteries. Quelles sont les propriétés du ciment ? Il colle à froid des particules de sables et de graviers ; sert à maçonner et à couler des murs entre des planches (coffrages). Il sert à faire des mortiers et des bétons. Des recherches récentes ont mis en valeur l’action de l’eau à l’intérieur des bétons de ciment, de telle manière que, si on arrivait à éliminer intégralement l’eau dans le corps du béton, l’ouvrage s’effondrerait comme du sable sec. C’est un”résidu” d’ H2O qui maintiendrait la cohérence du béton de ciment ! Imaginez les traces d’eau s’évaporant, quels dégâts dans les banlieues ! Ce “matériau miracle” (dont je ne contesterai pas l’utilité) n’est cependant pas si différent de ceux dont il a ravi la vedette pendant près de deux siècles. On est allé très loin dans ces habitudes en finalement assez peu de temps. On va chez le marchand de matériaux, comme on va remplir son caddie au supermarché, manque de temps oblige ! C’est rentré dans les mœurs. Il n’y a pas si longtemps que la situation était inverse. Les habitants étaient plus pauvres, la main d’œuvre n’était pas chère, au point qu’un ou deux travailleur de plus ne comptait pas et que, même dans l’habitat de campagne, le “coup de main” du voisinage était monnaie courante, mais les matériaux étaient chers pour les bourses de l’époque, et bien souvent pris sur place ou transportés sur des petites distances et à peine transformés. On s’aperçoit maintenant qu’on a construit parfois un peu n’importe comment et surtout mal rénové. Au “Grenelle de l’environnement” on a créé L’Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie (Ademe) et depuis on repense, on réfléchit à des solutions plus adaptées du matériau Terre au contexte actuel ; des solutions au “cas par cas” et non pas la solution universelle, pour tout type de construction ou de maison à rénover, comme c’était la tendance.

La couleur

JPEG - 17.1 ko

Alors, et les finitions, ça arrive, après ce long préambule ! Ça vient : … alors, me direz-vous, et la couleur ? C’est que la terre c’est plus ou moins beige ou marron ! Pas exactement, il y a quelques couleurs de terre intéressantes et leur aspect couvrant est très esthétique. Il y a soit, à l’état naturel, des terre blanches “Kao-lin”, soit chez des fournisseurs, on trouve des enduits fins, des badigeons à l’argile de base blanche que l’on peut colorer. Et cela devient intéressant, les colorants utilisés, tant pour l’argile que pour la chaux, sont soit des “terres naturelles” (tiens encore de la terre !), soit des “ocres” ou des ”oxides”. Là, intervient un autre métier de la terre, celui des ocreries qui extraient des terres, les tamisent, (Terre de Sienne, Terre d’Ombre, Ocre de Puysaye, etc) et aussi les calcinent (terre d’Ombre brûlée, etc). Ils obtiennent des couleurs issues des terres, soit au naturel, soit par calcination, en faisant jouer les oxydes métalliques qui s’y trouvent ; la est leur métier, leurs techniques, leurs secrets. Une des dernières ocreries est celle du Moulin à couleur, Hameau Bonne Fontaine, à Ecordal (08130). Ces colorants directement issus des terres vont nous servir encore à colorer notre terre ou à faire monter les tons et à enrichir la gamme des couleurs de la terre. L’ocre ou l’oxyde jouant le rôle de charge (comme un sable fin ou une poudre de marbre) dans l’enduit ou dans le badigeon. Sachant que pour un enduit de terre le dosage d’argile est entre 15 et 35%, le reste étant de la charge : sable, poudre de marbre, (éventuellement et selon l’usage) de la chaux, des fibres végétales… et des colorants. Si on compte les autres colorants issus de la chimie, on peut dire qu’il est possible de colorer la terre aussi dans les tons froids, bleus, verts, violets et parme. Seuls les tons très foncés et les noirs sont impossibles. Il s’agit là d’enduits de finition généralement fins et en couche mince.

Cet article de Jean Courtine a été diffusé par l’association Les Ombelles à l’occasion d’un stage sur les enduits à la terre crue les 15-16 octobre (Théorie, préparation et pratique des enduits fibrés isolants et des enduits de finition décoratifs.). Pour participer à un prochain stage, contactez Les Ombelles


6 votes
Répondre à cet article

Un message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes entièrement vides pour les séparer.

Qui êtes-vous ? (optionnel : cela vous permettra de recevoir les réponses)

SPIP 2.1
ecovillage global et permaculture

NOUVEAU SITE

Découvrez ecovillageglobal.fr le site de l'écovillage global des lecteurs et annonceurs de la revue Passerelle Éco

PASSEZ UNE ANNONCE

Apprentissage du Reiki (Arts de Vie dans le 12)

Projet : Je souhaiterai me former aux soins énergétiques du reiki avec une personne expérimentée sur la base d'un échange de services ou de savoirs-faire.
Offre : En échange, je peux vous accueillir dans (...)

La Maison des Nuages (Elargissement dans le 15)

Projet : habitat 140 m², jardin naturel 600 m² production familiale plantes sauvages comestibles, fruitiers, permaculture et apiculture + accueil randonneurs équestres en gîte Entraide, sobriété, (...)

Camping Participatif du 28 Juillet au 25 Aout au Maquis (Vacances dans le 34)

Projet : La Commune du Maquis a décidé de rouvrir cette année le camping participatif pour que les campeurs participent à la vie tant au niveau animations, qu'aux tâches inhérentes fonctionnement du (...)

Vous Souhaitez Vivre dans un Éco-Lieu en Moyenne Montagne ? (Elargissement dans le 07)

Projet : Eco-hameau sur 1ha - 8 parcelles privatives + espaces communs (maison commune, verger, potagers, etc).
Offre : Porte-ouverte de le dimanche 03 juin.
Demande : Rejoignez-nous et construisez (...)

Recherche Chambre Petit Prix contre Services (Ecovolontariat dans le 74)

Projet : Se rapprocher de la Suisse
Offre : loyer + garde personne agée, enfants, jardinage, divers travaux...
Demande : chambre de bonne,caravane, habitat léger... vers Genève ou Lausanne,un endroit (...)

Chantier / École d'une Cabane en Normandie (Construction dans le 61)

Projet : Chantier/Formation en Normandie Petite Maison Ronde de 20m2 en Bois terre paille
Offre : 4 semaines entre mi juillet et mi-septembre charpente auto-portée (réciproque) toiture végétale muret (...)

Chantier / École d'une Cabane en Normandie (Construction dans le 61)

Projet : Chantier/Formation en Normandie Petite Maison Ronde de 20m2 en Bois terre paille
Offre : 4 semaines entre mi juillet et mi-septembre charpente auto-portée (réciproque) toiture végétale muret (...)

PDC-12 Jours (Permaculture dans le 49)

Projet : Le PDC « Permaculture Design Course » appelé en France CDP est une formation générale au design en permaculture qui dure au minimum 72h (soit 12 jours de formation avec 6h de cours par jour (...)

Yourte a Vendre (Habitat Léger dans le 88)

Offre : Belle grande et lumineuse YOURTE à acheter 15.000 eur/ 8m diam. 2 porte-fenêtres, dôme de 2m avec capot sécurité cuivre, toit bâche marine Dixxon, plancher caissons isolés paillette chanvre, (...)
twitter

SUR LE WEB