Revue trimestrielle, éditeur associatif, réseau d'éco-acteurs
pour l'Écovillage Global et la Permaculture
Passerelle Éco

Pratiques et Contacts pour Vivre Ensemble sur une Même Planète

La revue Passerelle Eco : sommaire des numéros, compléments d'info, bulletin d'abonnement à imprimer ...
Des reportages et les annonces du réseau éco et de la dynamique écovillage en France : écolieux de vie, projets d'écovillages, écofermes pédagogiques, personnes ressources ou en recherche, entreprises, centres de formations, etc... Plusieurs rubriques sont consacrées aux écovillages en germe ou en devenir, car ces initiatives font converger l'ensemble des aspects de l'écologie pratique : l'actualité, leurs activités, rencontres, chantiers ou échanges proposés.
Dossiers thématiques : depuis les statuts de la loi de 1901, l'alimentation, la construction saine, l'habitat léger, le carburant tournesol ...
Annonces, photos, comptes rendu des rassemblements, rendez-vous, festivals, colloques, manifestations...
- des fiches pratiques et des recettes - le site Nima'Sadi de partage et d'expérimentation sur autoproduction - les activités associatives de Passerelle Eco.
Vous êtes ici > Accueil > Pratiques > Auto EcoConstruction
Réduction des eaux usées : construction d’une toilette sèche
Toilettes sèches d'appartement

le 6 mai 2003

Contact


Toilettes sèches d’appartement

des Water aux OuaTerre

Cet article a été publié dans Passerelle Eco n°12. Depuis 1999, Passerelle Eco est une revue trimestrielle d’écologie pratique et de lien entre les initiatives alternatives : abonnez-vous !

Alors que l’eau potable devient une ressource de plus en plus rare et coûteuse, la chasse d’eau des waters se remplit de cette eau potable qui à peine arrivée est souillée avec nos excréments et rejetée. Chaque jour un tiers de notre consommation en eau potable s’en va ainsi avec nos excréments. Si vous voulez changer ça, les toilettes sèches sont une alternative. A la campagne, sans problème. A la ville, la difficulté est à la mesure du désastre écologique des modes de vie actuels, et de l’importance des transformations à réaliser ...

Eric Viard explique ici comment réaliser pour la somme de 26 Euros un système de toilettes sèches qui vous évitera de gaspiller 1500 litres d’eau potable par personne et par mois.

Eric : J’ai longtemps trouvé aberrant le gaspillage d’eau potable réalisé dans nos pays occidentaux par l’utilisation de toilettes à eau. Pour avoir utilisé à plusieurs reprises des toilettes sèches à copeaux de bois, nous avons eu envie de nous lancer en démontant les toilettes à eau de notre habitation et en les remplaçant par des toilettes à compost.

  Mise en oeuvre des toilettes sèches

Nous avons tout simplement démonté nos toilettes à eau, bouché le trou d’évacuation aux égouts avec un sac poubelle et l’arrivée d’eau avec un bouchon de plomberie spécial acheté en grande surface de bricolage. Nous avons ensuite réalisé une sorte de caisson en bois avec une structure de chaise/tabouret sciée en deux et une planche de contre plaqué de 2 centimètres d’épaisseur que nous avons copieusement lasuré avec une lasure écologique type Biofa. L’avant est fermé par un tissu qui tient tout simplement avec trois punaises.

Le récipient est une poubelle de 50 litres en plastique. Conseil : acheter le récipient avant de construire le caisson, pour adapter la hauteur. Dans notre cas, la poubelle de 50 litres est un peu haute (50cm) mais assure une autonomie d’une semaine à 10 jours pour une famille de 2 adultes et 2 enfants.

WC avant
JPEG - 11.4 ko
Wc Avant
Oua Terre après
JPEG - 10.5 ko
Oua Terre Après

Voici mon budget pour la réalisation de ces toilettes à litières :

Matériau Coût
Contre plaqué 16 Euros
Poubelle 6 Euros
Bouchon 4 Euros
Copeaux 3m3 Gratuit
Sciure 2m3 gratuit
Total 26 Euros

  Principe des toilettes sèches d’intérieur

Pour démarrer, il faut disposer une litière de copeaux de bois ou de sciure dans le fond de la poubelle, sur une couche de 7 à 10 centimètres environ.

Ensuite, il faut verser deux louches de copeaux de bois ou de sciure après chaque passage. Pour ce faire, nous avons disposé une poubelle de 30 litres remplie de copeaux et une autre petite poubelle destinée à recueillir les papiers toilette (facultatif) dans l’enceinte des Oua Terre.

Contrairement aux toilettes de nos grands parents, l’utilisation d’une litière de copeaux et/ou sciure permet d’obtenir un rapport Carbone / Azote favorable au compostage et à la décomposition rapide des matières en milieu aérobie humide (avec de l’oxygène). Les copeaux neutralisent toute odeur. C’est bien réel. La poubelle est vidée sur le tas de compost dans le jardin. J’étudie actuellement un système de lombricompostage à ce niveau.

Où trouver des copeaux ?

Téléphonez aux scieries du coin ! Pour les scieries les copeaux et la sciure sont un déchet non valorisé et ils en mettent volontiers à votre disposition gratuitement ou un coût très modique (moins d’1 Euros le mètre cube). C’est le moment de faire un échange sympa et d’offrir un pot de confiture, de miel ou une bouteille contre un chargement de voiture qui vous permettra de tenir plusieurs mois. J’estime qu’un mètre cube de copeaux permet une autonomie de 8 à 10 semaines pour une famille de quatre personnes.

Bibliographie / Liens

Un ouvrage m’a guidé dans ce cheminement :

- "Introduction à la gestion écologique de l’eau dans la maison", Joseph Orszagh ( informations générales et expertises, Joseph Országh 11, Clos des Tuileries B-7000 MONS - Belgique - Courriel : joseph.orszagh(at)skynet.be)

Cet article a été publié dans Passerelle Eco n°12..
Pour avancer dans votre projet d’écologie et recevoir les nouvelles du réseau éco, abonnez vous !


140 votes
Partagez cet article sur Facebook Partagez cet article sur Google+
Répondre à cet article

Un message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes entièrement vides pour les séparer.

Qui êtes-vous ? (optionnel : cela vous permettra de recevoir les réponses)

340 messages

1 2 3 4 5 6 7 8 9 > ...

  • Toilettes sèches d’appartement

    23 décembre 2013Â 22:55 , par michel

    l’idée est généreuse, le concept épuré, et l’objet bien ancré dans de nombreuses habitations respectueuse de l’environnement.
    hélas, trois fois hélas , le titre est racoleur.
    veuillez nous expliquer pourquoi avoir écrit "toilettes sèches d’appartement" ???

    il me paraît essentiel de mettre l’idée en face des réalités de terrain : il n’y a pas de jardin dans la grande majorité des appartements, pas plus qu’il n’y a de scieries....ni d’exploitant de ces scieries ravis de recevoir votre confiture ou vos laudatifs remerciements !!
    pour être un éleveur amateur de vers de compostage, je vous met au défi de les faire vivre et prospérer dans le seul apport de nos excréments fussent-ils mêlés de sciures...

    10 semaines pour une famille avec un metre cube de sciures, dites vous....donc 5 m3 par an à stocker...votre jardin n’y suffira pas, sauf à être très grand....

    reste que le fruit de votre réceptacle sous toilettes se trouvera, d’une façon certaine à remplir les containers poubelle du quartier urbain, et c’est une autre façon de traitement qui apparaitra.

    de plus je pratique les toilettes sèches dans une résidence secondaire, et je vous dis tout de go que le concept que vous présentez ne fonctionne pas si vous ne prenez pas le soin de réguler les apports d’urine, qui asphixient le melange ; d’ailleurs les fabricants sérieux de toilettes séches ont en catalogue des wc conçus pour cette séparation urine/fesces.

    donc pour resumer, toilettes séches oui ça marche, mais dans des conditions très precises, non urbaines et maitrisées

    bien écologiquement votre

    • Toilettes sèches d’appartement

      25 décembre 2013Â 00:59 , par JLuc (Passerelle Eco)

      Vivre en appartement ne veut pas dire vivre nécessairement au 30ème étage d’une tour. De nombreuses copropriétés de quelques étages, y compris en ville, disposent d’un jardin ou d’une pelouse. Il serait possible, à condition qu’une majorité des co-propriétaires le souhaitent, d’y installer un compost. Cela suppose de convaincre la moitié des propriétaires. C’est pas gagné partout, mais cet article peut éventuellement y contribuer.
      D’autres personnes s’organisent et créent une association pour évacuer leur production naturel d’engrais organique et la confier à des agriculteurs.
      On peut imaginer qu’avec la conscience croissante que l’eau est un bien précieux et la clientèle croissante de l’éco-construction, des architectes fassent évoluer la conception de leurs immeubles avec leur environnement pour y intégrer dés l’origine des solutions "toilettes sèches".

      Le débat sur la séparation des urines est un débat sans fin : séparer ou ne pas séparer ont tous 2 des avantages et des inconvénients. Si les fabricants de toilettes sèches séparent les urines, ça ne discrédite pas pour autant les toilettes sans séparation, mais ça permet de toucher un public plus large et plus insouciant... et ça justifie des complications technologiques et un prix nettement plus élevé.

      Par ailleurs, d’après mon expérience, le volume de sciure nécessaire semble moins important que celui indiqué dans l’article.

      • Toilettes sèches d’appartement

        25 décembre 2013Â 17:27 , par michel

        hello, merci de votre réponse.

        vous n’avez pas été attentif à la mienne ; je parle de "grande majorité" d’appartement, et donc je justifie que la problématique des toilettes sèches n’est pas réductible à quelques milliers de copropriété de trois ou 4 étages, à l’intérieur desquelles tous les occupants sont sensibles à l’écologie, autonomes, réfléchis, et d’accord.
        d’ailleurs votre analyse sur la suffisance de la moitié des copropriétaires favorables est un véritable appel à la guerre civile....dans la copropriété j’entends...eu égard à celui qui ne voudrais pas de ce changement ! et la loi est souveraine : le branchement au ’tout à l’égout" est une obligation si le réseau collectif existe.(sauf cas bien encadrés)

        la place de la pelouse ou du jardin est du même tonneau : la plupart de ces espaces virtuels sont occupés aujourd’hui par des places de parking ou des espaces de jeux pour les enfants...

        la conscience croissante de la valeur de l’eau est réelle, mais encore réduite à la part congrue dans le parc immobilier à venir ; même avec les encouragements qui existent, vous ne pourrez convertir les mentalités sur le point des toilettes sèches...car l’acte de chier reste, comme l’acte de jeter, une certaine "liberté" pour laquelle nos contemporains ont beaucoup d’affection et auxquelles ils sont fort attachés ; il n’y a qu’à voir la multiplication des couts induits pour traiter les égouts et les poubelles, qui ne déclenchent pas la moindre réaction par rapport à la moindre hausse du prix du carburant ....

        je répète que je suis partisan d’une modification des toilettes mais je maintiens qu’il est futile de penser que les toilettes sèches puissent être le point essentiel de l’épargne de l’eau, dans de nombreuses habitations collectives déjà en place.
        la mesure qui me semble être la plus immédiatement convertible dans l’habitat collectif, c’est la récupération des eaux de pluie, de ruissellement ou de nappes de surface et la création de réseau de distribution "dédié" pour l’usage des toilettes : les mentalités sont prêtes , les travaux se résument à quelques disconnecteurs, tuyaux, réservoirs et pompes ; le prix économisé est visible très rapidement (par comparaison de facture du distributeur d’eau potable) et l’impact écologique est très réduit.
        car ce que vous décrivez comme l’action des assos organisées pour le recyclage de leur "déchets organiques" ne sont en fait que des réseaux nouveaux de traitement des effluents de WC ; avec rajout de transport, de stockage et de traitement différé, puisqu’on sait qu’aujourd’hui les exploitants agricole doivent investir dans des installations de traitement de leur propre déchets organiques et leur lisier, afin de protéger les nappes phréatiques.
        ce nouveau réseau est assez chargé en matière grise et ne remplacera pas les réseaux existants de traitements des eaux existants...(et exigeants !) qui devront perdurer en parallèle.

        la séparation des urines est essentielle dans un bâti existant ; je ne comprends pas les avantages sans séparation , et vous semblez peu favorable aux "complications technologiques" induisant un cout....le chauffe au solaire induit un surcout ; l’éolien induit un surcout, le chauffage au bois induit un surcout...en bref quel que soit la transition choisie, elle induit un surcout en terme d’équipement...le surcout n’est pas l’ennemi,....j’ai une solution pour le surcout 0, c’est de faire ces besoins dans un seau hygiénique et d’aller le verser dans la bouche d’égout la plus proche (lol)

        l’architecte se plie aux souhaits du moment et aux aspiration des futurs occupants... sinon il ne fait pas bouillir sa marmite ;or notre époque se résume d’avantage à "l’éco logis" dans le sens de peu cher et durable que dans l’écologie, au sens respect des équilibres naturels.
        seuls quelques franges de la population souhaite concilier les deux, et se donnent les moyens d’y parvenir, compris en se rapprochant d’architectes ou de maitres d’œuvres sensibles à la problématique...

        enfin, pour le cubage des besoins en sciure, je ne faisais que reprendre l’exemple proposé et je le mettais en exergue pour que le lecteur visualise bien l’encombrement. effectivement mon expérience rejoint la votre et ma consommation de sciure est moindre ; mais je suis en campagne, en extérieur, et en habitat isolé... ma sciure s’ajoute aux déchets de jardin dans mon compost.

        très heureux de disserter avec vous sur le sujet

    • Toilettes sèches d’appartement

      12 février 14:35 , par Lael Delort

      Bonjour,

      Effectivement, la généralisation des toilettes sèches en ville est plus difficile. Joseph Orszagh lui-même envisage une autre solution pour le milieu urbain dense : des toilettes à micro-chasse et le compostage collectif de ces eaux vannes (dissociées des eaux ménagères) dans des centres d’imprégnation (avec de la matière carbonée). Plus de détails sur sa proposition ici : http://www.eautarcie.org//06b.html

      La séparation des urines est une option, ce n’est pas la seule et elle ne présente pas que des avantages : si l’urine est épandue en agriculture dans les mêmes conditions que le sont les engrais de synthèses, on risque de provoquer les mêmes problèmes de pollution des nappes par les nitrates. Les systèmes à séparation d’urine peuvent sembler moins contraignant (en terme de volumes à traiter), mais le stockage et la valorisation de l’urine n’est pas si simple.

      Je n’ai ni l’intention (ni les moyens !) de conclure le débat que vous avez entamé, mais pour l’alimenter un peu je voulais vous signaler l’expérience d’une coopérative d’habitat groupé en Suisse avec des toilettes à compost en immeuble :
      http://www.cooperative-equilibre.ch...

      Cordialement,

  • Toilettes sèches d’appartement

    1er septembre 2013Â 12:15 , par catcc051

    bjr j’ai laissé un message le 18/08/2013 pour poser quelques questions mais je n’ai aucune réponse !! du coup, je ne vais pas pouvoir faire ces toilettes, c’est bête ! cordialement

    • Toilettes sèches d’appartement

      8 septembre 2013Â 19:28 , par Kijua

      De ce que j’ai compris, la loi française dit que tu dois mettre ton compost sur ton terrain. Sinon, à part te mettre d’accord avec une connaissance pour faire ton compost chez lui, je ne vois pas de solution.

      • Toilettes sèches d’appartement

        9 septembre 2013Â 08:53 , par catcc051

        bonjour Kijua, merci pour ta réponse, et donc il me reste à savoir, avant de me lancer si je peux remettre des toilettes ordinaires facilement si je pars de l’appart car je suis en location ? (et moins urgent mais quand meme utile ! est-ce que l’on utilise du papier toilette ordinaire ou spécifique ?), merci d’avance pour vos réponses

        • Toilettes sèches d’appartement

          20 octobre 2013Â 13:45 , par wc

          N’importe quel papier toilette convient a priori.

          Quand à savoir les travaux pour remettre l’appartement en état, tout dépend de ta familiarité avec la plomberie. Le fait que tu poses la question m’invite à supposer que tu n’es pas du tout bricoleur, car sinon tu aurais la réponse. Dans ce cas, cela risque d’être très délicat pour toi de remettre le WC en place ainsi que la chasse d’eau, de manière étanche et bien fonctionnelle.

          • Toilettes sèches d’appartement

            21 octobre 2013Â 08:41 , par catcc051

            bjr merci pour la réponse, je crois que je vais attendre encore un peu pour faire des toilettes sèches, en effet, je ne suis pas "bricoleuse" en tout cas en ce qui concerne la plomberie,cdt

  • Toilettes sèches d’appartement

    18 août 2013Â 14:10 , par catcc051

    bonjour, je suis très intéressée par ces toilettes sèches, j’ai quand meme quelques questions : je suis en location, si je fabrique ces toilettes, je pourrai remettre facilement les wc dans l’état actuel ? quel papier toilette utiliser pour les toilettes sèches, est-ce qu’il faut un papier toilette spécifique ?! où est-ce que je peux vider mes toilettes sèches si je n’ai pas de compost ?! (car pas de jardin), merci de m’apporter des réponses et si cela vaut le coup, c’est sur je vais mettre en place ce système ! merci, cordialement

  • Des nouvelles du lombricompostage ?

    3 février 2013Â 01:24 , par Freezix

    Bonjour, je voulais savoir ce que les tests sur le lombricompostage, s’ils ont été faits, on donné.

  • Toilettes sèches d’appartement

    14 janvier 2013Â 04:44 , par maurice feddal

    Bonjour et merci d’exister ;mais comment faire en appartement ? merci maurice

1 2 3 4 5 6 7 8 9 > ...


Lixium: Hébergement web neutre en CO2 | SPIP 2.1

PASSEZ UNE ANNONCE !

Dernière annonces:

  • chantier pour ecole alternativeProjet : nous somme une associations (graine de vie), nous voulons faqire passer une maison privée en erp (établissement recevant du public) avant le mois d'octobre pour l'ouverture de l'école. (...)
  • Cherche terrain Sud ArdècheProjet : Vivre en relative autonomie et en intelligence avec l'environnement.
    Demande : Recherche un terrain de loisirs ou agricole dans le Sud de l'Ardèche. Etudie toute (...)
  • séjour de transmission mutuelleProjet : Alchimiste opératif voie humide propose séjour intime de transmission mutuelle de 3 à 7 jours à prix libre conscient. Vivant en couple dans une yourte auto-construite dans la forêt au (...)
  • Portes ouvertes à l’écolieu du Cammas Blanc (Aude)Projet : Portes ouvertes à l'écolieu du Cammas Blanc - route de Villelongue à Alaigne (11). 23 et 24 août prochains. Venez découvrir ce projet qui a déjà regroupé une quinzaine de foyers. (...)
  • En route vers chez vousProjet : Jeune couple VG stable faisant un tour des différentes alternatives à vélo et cherchant à s'intégrer dans un écolieu sans exploitation animale. Projet d'enfant, SV, motivés, repect. (...)
twitter

SUR LE WEB