Passerelle eco
Passerelle eco

Pratiques et Contacts pour Vivre Ensemble sur une Même Planète

La revue Passerelle Eco : sommaire des numéros, compléments d'info, bulletin d'abonnement à imprimer ...

Actualité du réseau éco

Réseaux

Quelques écolieux

Des reportages et les annonces du réseau éco et de la dynamique écovillage en France : écolieux de vie, projets d'écovillages, écofermes pédagogiques, personnes ressources ou en recherche, entreprises, centres de formations, etc... Plusieurs rubriques sont consacrées aux écovillages en germe ou en devenir, car ces initiatives font converger l'ensemble des aspects de l'écologie pratique : l'actualité, leurs activités, rencontres, chantiers ou échanges proposés.
Dossiers thématiques : depuis les statuts de la loi de 1901, l'alimentation, la construction saine, l'habitat léger, le carburant tournesol ...
Annonces, photos, comptes rendu des rassemblements, rendez-vous, festivals, colloques, manifestations...
- des fiches pratiques et des recettes - le site Nima'Sadi de partage et d'expérimentation sur autoproduction - les activités associatives de Passerelle Eco.
Vous êtes ici > Accueil > Réseau > Autres écoLieux
La Nef des Fous témoigne
Philosophie de l'inuit Aper Sonn

le 4 avril 2003

Contact

Philosophie de l’inuit Aper Sonn

Utopie concrète et Expérience

Nous voici donc réunis dans ce palais, nous autres occidentaux, nos cartes de crédit et de sécurité sociale en poche, nos points de retraite acquis, pour dire au Tiers-Monde : il faut défaire le développement et refaire le monde ! Pardi ! Les enfants disent : "C’est celui qui dit qui fait".

Aussi vais-je tenter d’apporter ma modeste contribution à notre crédibilité incertaine. Les sociétés se forment, se déforment et se transforment selon des utopies, pas sur des analyses. Les images ont un pouvoir de séduction que n’ont pas les théories.

  Il y a actuellement 4 utopies sur le marché :

- Au hit-parade, l’american way of life qui fonctionne bien depuis longtemps avec le bonheur que l’on sait. Mais ses jours sont comptés, pour des raisons techniques, pas sur le fond hélas.

- Vient ensuite le capitalisme à visage humain qui s’élabore à Millau et Porto Alegre. Théorisé depuis longtemps, il monte très fort depuis qu’il est devenu utopie. Imaginez toutes les grandes surfaces autogérées par leurs caissières et ne vendant que des produits du terroir, deux fois plus chers il est vrai, mais tellement bons. Ou le remplacement de l’euro par des grains de sel. La face de la planète en serait fondamentalement bouleversée, n’est-ce pas ?

- Vient ensuite l’économie distributive de Jacques Duboin, utopie collectiviste très cohérente, sur le marché depuis 70 ans, mais qui a du mal à se faire entendre.

-  Vient enfin l’utopie du philosophe inuit Aper Sonn, complètement confidentielle, et dont je vais vous parler, histoire d’enrichir le marché des rêves qui guident nos pas dans la vie.
Et aussi parce que la Nef des Fous, que je suis sensé représenter ici, explore cette utopie depuis 1974.

  L’utopie du philosophe inuit Aper Sonn

Le monde idéal selon Sonn est un réseau de "lieux" sans propriétaire. Chaque lieu est équipé des moyens d e production des besoins élémentaires de la vie quotidienne (nourriture, vêtements, énergie, construction, mobilier,...), ainsi que des moyens de communication, d’expression et d’accès à la culture.

Par ailleurs, chaque lieu se donne des moyens d’assurer une ou plusieurs productions spécialisées, destinées à être distribuées aux autres lieux d’une même vallée ou d’une même région (poterie, imprimerie, filature, entretien des chemins, recherche, hôpital, aéroport,...). Ces lieux sont gérés par ceux qui y séjournent (10-20 personnes), organisés en association paysanne. Ils décident à l’unanimité exprimée (et non au consensus).

Toute la production est donc décentralisée, il n’y a pas d’usines mais que des ateliers et des laboratoires. Les personnes ne possèdent rien, mais sont assurées de pouvoir survivre, communiquer, s’exprimer et se cultiver, où qu’elles aillent. La propriété n’est ni privée ni collective, elle est absente. De même l’argent est inutile car il n’y a pas d’échanges.

Cette utopie n’est donc ni individualiste ni collectiviste. Elle est fondamentalement écologique, car elle n’est pas fondée sur la personne mais sur le lieu en tant que milieu, c’est à dire sur l’autre terme du rapport au monde, qui devient l’élément de sécurité, de stabilité, anhistorique, laissant le champ libre au développement des histoires personnelles.

Une autre caractéristique intéressante de cette utopie est qu’elle ne nécessite ni révolution ni concertation entre un grand nombre de personnes pour se réaliser, car elle permet une phase intermédiaire très simple : la surproduction spécialisée prévue dans chaque lieu et destinée aux autres lieux du réseau peut, dans un premier temps, être vendue pour subvenir aux frais de fonctionnement relativement faibles de chaque lieu. Des lieux viables peuvent donc être créés immédiatement sur l’initiative de petits groupes. Un autre monde peut naître peu à peu dans la société actue lle sous forme d’îlots, jusqu’à ce que les îlots soient contigus.

Ainsi se développe une économie domestique qui remplace peu à peu l’économie mondiale, qui se trouve plutôt abandonnée que combattue.

Cette utopie n’est pas plus surréaliste que l’utopie libérale : sachant que la majorité des humains rêvent du mode de vie américain, que les Etats-Unis représentent 5% de la population mondiale, polluent comme quatre et consomment près de la moitié des ressources de la planète, et que donc le modèle n’est pas généralisable, que va-t-il se passer ? Le recours à l’utopie de Sonn sera peut-être nécessaire.

  La Nef des Fous

Depuis 1974, la Nef des Fous étudie et expérimente les conditions psychologiques, sociologiques, politiques, économiques, juridiques, et technologiques qu’il faudrait réunir pour que cette élucubration ne soit pas impossible.

La méthode d’expérimentation

Pour expérimenter l’utopie de Sonn, il nous fallait un terrain. Nous avons donc acheté pour le prix d’un 3 pièces à Paris un domaine de 320 ha (2 fois la principauté de Monaco) à 1100m d’altitude, isolé géographiquement et visuellement, abandonné aux moutons depuis 40 ans. Nous nous sommes installés là, les mains vides, en 1974, en effectuant une espèce de table rase à la manière de Descartes, mais concrète.

Nous ne voulions pas importer des besoins préconçus, des faux problèmes, des réponses antérieures à des questions nouvelles. Nous voulions voir apparaître les questions en situation, et inventer des réponses spécifiques, autant que possible avec les moyens du site.

Nous pensions au début qu’il fallait s’approprier le savoir scientifique existant, et oublier le savoir technique, pour inventer des solutions adaptées aux conditions inhabituelles dans lesquelles nous nous trouvions, mais nous avons constaté que même en physique il y a des idées reçues et des anthropocentrismes.

Deux exemples :

1. les motoristes croient qu’un moteur thermique est condamné à un mauvais rendement à cause du principe de Carnot qui dit que toute la chaleur fournit au cycle par la source chaude ne peut être transformée en travail : une partie doit être cédée à la source froide.
Le principe est indiscutable mais contournable : en mettant en série les 2 générateurs de sources qui, eux, ne sont pas soumis au principe de Carnot, on recycle dans la source chaude la chaleur cédée à la source froide. On raisonne alors sur un rendement théorique de 100% ; ça ne marche pas avec les moteurs à combustion interne, et il faut réunir certaines conditions pour que ce soit possible. Nous n’avons trouvé pour l’instant qu’une solution, avec un cycle d’Ericsson, mais je suis sûr qu’il y en a d’autres. Un prototype est en cours de construction.

2. les physiciens disent que la chaleur est une forme dégradée de l’énergie alors que c’est l’énergie mécanique qui est dégradée : si je monte avec ma vo iture au sommet du Mont-Blanc, je peux récupérer à la descente l’énergie que j’ai dépensée à la montée. Tout va bien, nous sommes dans un cas de figure conforme aux principes thermodynamiques. Mais si je fais un aller-retour au supermarché à l’horizontale, je dégrade de la chaleur en travail inutile, le système se retrouvant à son état initial. Si on isole thermiquement un système, Paris par exemple, les va-et-vient incessants à l’horizontale vont le refroidir irrémédiablement sans qu’il soit mécaniquement modifié.

Les questions rencontrées nous ont amenés à étudier des savoirs aussi variés que la diététique pour définir nos plans de culture et d’élevage, le droit pour définir notre statut juridique et fiscal dans la société française, la thermodynamique pour imaginer des moteurs nouveaux, l’électronique pour la régulation automatique de nos machines à partir de composants récupérés dans des vieux téléviseurs, le filage au rouet pour faire des pulls-over avec la laine de nos moutons, etc.

Des techniques autonomisantes et écologiques  [NDLR]

Dans l’utopie de Sonn, les lieux sont équipés de telle manière que les générations puissent s’y succéder en se transmettant les savoirs et les savoir-faire, et puissent refaire le matériel qui s’use ou se casse.

Nous avons donc constitué une bibliothèque technique d’ouvrages du 18° siècle à nos jours, notamment l’encyclopédie de Diderot et d’Alembert en fac-similé, des ouvrages de la fin du 19° siècle qui a été particulièrement inventif, des bouquins traitant des techniques "ersatz" utilisées pendant les guerres mondiales particulièrement faciles à mettre en œuvre, et surtout des manuels pratiques des nombreux métiers d’autrefois : manuel du savonnier, du tourneur, du conducteur de chaudières à vapeur, du fabricant de peignes et boutons, etc. Tous les savoirs et savoir-faire que nous avons acquis proviennent de cette bibliothèque.

Parallèlement nous avons acheté pour une bouchée de pain à une vente de maté riel de l’Etat toutes les machines nécessaires pour fabriquer des machines, donc capables de se reproduire elles-mêmes. Pour abriter ces machines, nous avons démonté d’anciens logements de harkis sur un terrain communal, et les avons remontés autour des machines, celles-ci étant trop grandes pour passer par les portes. Il a fallu apprendre à se servir d’un tour, d’une fraiseuse, d’une rectifieuse...

La question de l’Energie  [NDLR]

Pour fabriquer l’électricité nécessaire à ces machines, nous avons accouplé un moteur de Ford Anglia et un alternateur provenant de l’armée américaine en Allemagne. Entre le militaire américain et la vieille anglaise, le courant passait bien. Mais le moteur consommait de l’essence. Nous avons alors fabriqué un gazogène, appareil qui transforme le bois en gaz et qui était en usage pendant la dernière guerre mondiale. Nous avons un bouquin de 1942 sur la question qui commence par cette phrase : "La femme enfante dans la douleur ; les peuples dans l’épreuve". Quelle époque épique ! Nous avons donc produit notre électricité à partir du bois.

Nous en avons profité pour mettre le gazogène sur une remorque derrière un fourgon et sommes allés nous promener sur la route sans essence. Ce moment a été pour nous une émancipation mentale. Après avoir constaté qu’on pouvait même se passer des émirs, nous n’avons plus eu peur de rien.

Nous voulions par exemple faire de la sérigraphie, et il nous fallait une base à vide, machine très chère qui aspire le papier par un grand nombre de trous pour le maintenir à plat. Après avoir demandé leur documentation à tous les marchands de bases à vide de Paris, nous avons fait une synthèse des différents modèles proposés et l’avons fabriquée de toute pièce à partir de matériaux de récupération. Il a fallu percer 5000 trous. 3 jours. Elle semblait sortir du magasin, et marchait très bien.

Le nucléaire ou la bougie, disent EDF et les braves gens. Nous avons choisi de dîner au x chandelles comme dans les restaurants de luxe. Nous les fabriquons (400 dans la journée) par trempage comme les cierges des églises, à partir de paraffine qui est un sous-produit du raffinage du pétrole. Cette solution est donc provisoire pour nous, parce que non généralisable.

Nous avons étudié toutes les sources d’énergie existantes (sauf le nucléaire, allez donc savoir pourquoi) en distinguant énergies renouvelables c’est à dire nouveaux marchés, et énergies alternatives c’est à dire décentralisables. Les cellules photovoltaïques des multinationales, les éoliennes à 23000E et les chaudières à bois à 5000E ne sont pas alternatives, ni les microcentrales hydrauliques à 13000€ (c’est le prix qu’un fabricant italien m’a proposé récemment pour une puissance de 4kW ; nous sommes en train d’en fabriquer une équivalente qui nous coûtera moins de 300€, génératrice et régulation comprises).

récit interrompu ici par manque de temps et repris pour la conclusion

Nous avons donc opté pour la biomasse, qui est de toute façon la seule source décentralisable possible pour les transports. Mais sous quelle forme ?
L’utilisation comme carburant de l’huile de colza ou de tournesol est une insulte à ceux qui ont faim, car la forêt demande 400 fois moins au sol que les champs pour produire la même biomasse. Le biométhane et les alcools causent une perte d’1/3 du carbone manipulé sous forme de dioxyde lors de la fermentation, ce qui diminue d’autant le rendement de la filière. Reste donc le bois.

Or les "lieux" de Sonn sont des sites boisés dans lesquels sont taillées des clairières cultivées. La proportion entre terres et forêts est d’environ 1 à 10. La forêt, habitat naturel des ruminants, est pâturée. Elle produit donc à la fois les protides animales (ce qui rend caduc l’argument classique des végétariens qui dit qu’il faut 7 fois plus de surface cultivée pour produire de la viande que pour produire des protides végétales), le bois d’œuvre (construction et mobilier), la chimie organique (on obtient par distillation du bois, simplement, environ 400 molécules différentes, semblables à celles qu’on tire du pétrole) et l’énergie, qui se trouve ainsi intégrée à la question agricole.

En fourrant un serpentin dans un poêle ou une chaudière qu’on relie à un vieux moteur de tondeuse à gazon transformé en machine à vapeur, accouplé à un alternateur, et en reliant l’échappement à un radiateur pour condenser la vapeur, on produit de l’électricité en se chauffant. Produire son électricité soi-même à partir du bois est donc à la portée de n’importe quel antinucléaire de base, à peu de frais. Ce qui supprimerait cette curiosité française : comme les pronucléaires sont minoritaires, ce sont surtout les antinucléaires qui financent les centrales en payant leur redevance EDF.

S’associer avec l’imagination au pouvoir  [NDLR]

Ceux qui critiquent le développement préconisent des mesures masochistes (sens de la mesure, décroissance, restrictions, frugalité, autolimitation,...). L’utopie de Sonn propose un autre mode de vie dont naissent d’autres besoins, d’autres désirs, qui peuvent être assouvis sans excéder les possibilités des sites. Bien que vivant avec 150E par mois par personne, nous ne manquons de rien. Le pouvoir d’imaginer remplace le pouvoir d’achat.

Exemple matérialiste : nous fabriquons tous les 2 à 3 jours des boissons gazeuses (3 sortes, et 7 ou 8 parfums différents) qui valent bien le célèbre soda américain dont rêvent les habitants du Sahel.

On ne peut pas tout faire soi-même sans s’associer. La famille est une unité sociale insuffisante. On est très vite submergé par l’ampleur de la tâche. Nous avons eu l’occasion de vérifier la théorie de Sonn : moins on est, moins on fait des économies d’échelle ; plus on est, plus on risque de tomber dans le collectivisme, pouvoir de tous sur chacun, émergence d’un intérêt collectif distinct des intérêts individuels (c ertains aiment ça). 8 à 10 personnes, sans compter les enfants, les handicapés et les vieux comme moi, est un optimum.

C’est alors qu’apparaît un problème de haute technologie : la coexistence pacifique de tout ce petit monde, savoir que nous n’avons pas fini de nous réapproprier...

  Conclusion : l’écologie personnelle

Se réapproprier le savoir n’est qu’un moyen pour se réapproprier le milieu au sens écologique. Car s’il est vrai, comme le veut la phénoménologie, que la conscience est toujours conscience de quelque chose, alors ceux qui décident de notre milieu construisent notre conscience, ce qui est inacceptable.

Nous avons adopté l’utopie de Sonn, non pas parce que nous n’avons pas assez joué au Meccano dans notre enfance, mais parce qu’elle nous est apparue comme le seul moyen de reconquête de la souveraineté du sujet sur son vécu.

La question du sujet, ce qu’est un sujet dans le monde, est la question première, car l’idée que les humains se font d’eux-mêmes façonne la surface de la planète. L’idée que les Talibans se font d’eux-mêmes bouleverse le sort des femmes afghanes. L’idée que les Américains se font d’eux-mêmes... etc.

La psychologie étudie le sujet en considérant le milieu comme donné. Une science symétrique est possible qui considère le sujet comme donné et étudie le milieu en tant que vécus possibles.

C’est cette écologie personnelle qui fait l’objet de notre recherche, à travers l’utopie de Sonn.

"Diogène", février 2002

Notes

[NDLR] Intertitre ajouté par Passerelle Eco

Ce texte a été préparé pour les rencontres de la ligne d’horizon, Colloque 2002 à l’Unesco, dans l’atelier "se réapproprier les savoirs"

P.S. : le philosophe inuit Aper Sonn n’est pas un individu mais un jeu de mots qui désigne un moyen de vivre sans nuire, aux autres, à la planète, aux générations futures.


7 votes
Répondre à cet article

Un message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes entièrement vides pour les séparer.

Qui êtes-vous ? (optionnel : cela vous permettra de recevoir les réponses)

7 messages

  • Philosophie de l’inuit Aper Sonn

    Le 9 mai 2014, par GèreArt

    La Nef des Pas Fous.

    Une expérience de vie communautaire des plus intéressantes que je connaisse. Ils ne sont fous que pour les gens du monde Système.

    Ils ont osés faire des Pas fous, en dehors du Système, qui leur ont apprit beaucoup dans tous les domaines. Leur plus belle réussite est d’avoir réussi l’exploit de survivre hors du monde et surtout d’être resté relativement uni pendant plus de 40 ans.

    Mais, il y a des mais. Par exemple : il n’y a plus de gazogènes en fonctionnement, le poêle qui fournit de l’électricité n’existe pas, l’électricité est fournie par un panneau photovoltaïque pour le téléphone et par un groupe au GPL pour les grands besoins...

    Le célèbre "inuit Aper Sonn" ne nuit malheureusement pas à personne.

    En réalité, il ne nuit pas, principalement, que, au porte monnaie de Aper Sonn.

    Car, en fonctionnant de cette façon, ils ne consomment quasiment rien en provenance du commerce Système (à juste titre), ils nuisent donc aux individus du Système capitaliste, ils sont responsables de quelques chômeurs de plus dans le monde et d’un manque à gagner pour les commerçants du pays...

    Pour quelle raison nuisent-ils aux gens du Système capitaliste (si c’était vrai que inui Aper Sonn ne veut vraiment nuire à personne).

    Si beaucoup faisaient comme eux (ce qui serait un Bien), le pauvre Hollande verrait la courbe du chômage s’inverser de sa soi-disant inversion et tout le Système basé sur la croissance s’effondrerait.

    Leur Nef vogue depuis 40 ans, ce que Diogène dit est à prendre au sérieux, il est loin d’être fou.
    Son ½uvre est un modèle sur beaucoup de plans (mais pas tous).
    Chapeau bas à Diogène et à sa communauté !

    GèreArt

  • Philosophie de l’inuit Aper Sonn

    Le 4 janvier 2012, par GB

    je voudrais savoir si vous avez réellement pu réaliser ce montage :
    ....."En fourrant un serpentin dans un poêle ou une chaudière qu’on relie à un vieux moteur de tondeuse à gazon transformé en machine à vapeur, accouplé à un alternateur, et en reliant l’échappement à un radiateur pour condenser la vapeur, on produit de l’électricité en se chauffant. .....
    avez-vous des plans de ce montage et peut-on se les procurer ?
    avez-vous aussi des plans ou refs de systèmes seedbeck qui permettent de convertir directement la chaleur d’un foyer bois en électricité et ce sans bruit ?
    Merci d’avance

  • Philosophie de l’inuit Aper Sonn

    Le 16 septembre 2010, par JLuc (Passerelle Eco)

    C’est un beau texte que je redécouvre avec plaisir et qui avec le recul donne un sens bien particulier à mes découvertes lors de visites à la Nef des Fous.

    Je me souviens notamment des boissons gazeuses autoproduites... merveilleuses alternatives au cocacola way of life !

    Je ne comprend pas tout encore dans ta proposition d’explorer un peu comme "l’inverse de la psychologie"... et je n’en sais pas plus non plus sur la phénoménologie et Merleau-Ponty dont tu m’avais parlé, mais je souhaite le meilleur pour votre vallée et ses habitants !

  • > Philosophie de l’inuit Aper Sonn

    Le 27 avril 2004, par X

    Bonjour Diogène,

    Ton article m’a fait réver. Ma soif de nature et de grands espaces, d’autonomie de vie en osmose avec notre planète. Tu parles de vieux livres, de machines que vous fabriquez, j’adore ce coté "géotrouvetout" aussi

    Autonome, les deux pieds biens sur terre, ma tente, mon chien (Max, supergentil qui adore aussi la nature) ma voiture d’une douzaine d’années qui tourne comme une montre, bricoleur, bon cuisto...j’aimerai bien passer quelques jours avec vous pour travailler, vivre et prendre un peu de bon temps pour voir si nos atomes sont crochus.

    Je vais passer mes temps libres prochains pour trouver un groupe, un lieu, pour décrocher provisoirement ou définitivement de ce monde de plus en plus délirant et retrouver les valeurs profondes de l’humain.
    J’aimerai passer une semaine environ à travailler avec vous. Si c’est possible envoie moi un petit message.

    Amicalement

    DOMI.FASOL@VOILA.FR

    • > Philosophie de l’inuit Aper Sonn

      11 mai 2004, par jef

      salut Dom
      je veux faire la meme experience que toi mais je n’ai pas le contact de Diogene aurais son mail.
      Projet humanitaire
      merci de me repondre
      jef.c@wanadoo.fr

  • > Philosophie de l’eskimo Abdoul Bond

    Le 17 janvier 2004, par X

    Bonjour, je m’appelle Thomas, j’ai vingt ans

    Et un rêve, avec quelques amis très proches, depuis cinq ans ; un projet d’une autre vie, basée sur la liberté de se créer ses propres moyens (et donc ses propres choix) d’existence. Si au départ, ma démarche s’est formée par opposition à notre société, elle se constitue aujourd’hui par la volonté d’un mode de vie basé non plus sur l’individu mais sur le milieu naturel. J’ai un rapport particulier avec la nature que j’entretiens surtout par le camping sauvage dans des conditions particulières mais j’aimerais que cette relation avec le milieu soit plus profonde et quotidienne.

    J’ai été très touché de découvrir que ce rêve n’était pas qu’un rêve, et j’espère trouver des personnes par l’intermédiaire des éco-villages pour participer (ou même former peut-être) un lieu de vie écologique. Je suis actuellement étudiant en ethnologie et ça fait trop longtemps que je réfléchis sans agir.

    Aussi j’aimerais, par la participation à un éco-village, vivre ce rêve de manière concrète, réelle, acquérir par le contact de la nature et le contact humain une expérience. Je n’ai pas d’Objectif particulier, je ne veux pas Accomplir des choses, mais m’accomplir moi-même avec les autres, dans un milieu social et environnemental qui me convienne et à qui je conviens.

    Désolé pour le « bla-bla » mais je vois là un moyen de réaliser mon rêve, une chance que je ne pensais plus attendre, et j’ai hâte et découvrir ce milieu des éco-villages qui semble correspondre à mes aspirations les plus profondes.

    Quelques sujets qui me font tripper / réalisation éventuelle dans un éco-village

    - écouter, jouer de la musique, construire des instruments.

    - l’argile, sculpter, dessiner, peindre, construire son mobilier artisanal et artistique

    - le chamanisme, les esprits de la forêt, apprendre des techniques d’expression et de prise de conscience corporelle (la musique en est un)

    - soigner la nature (et par elle), « élever » des animaux

    - tout ce qui est psychédélique, absurde, surréaliste, coloré, simple, doux, brumeux, crémeux, croquant, lisse, la contemplation et l’action.

    - partager ...

    Contact : ²²²téléphoner au 06 64 28 11 92 sur mon portable ou écrire un e-mail (Thierry.Balliner@free.fr) pour enrichir cette petite liste et partager des idées, des infos pratiques, un contact humain.

    • > Philosophie de l’eskimo Abdoul Bond

      2 juillet 2004, par darre amelie

      bonjour ici amelie jeune animatrice qui cette été anime une colo autour de la musique se trouvant dans un milieux naturels splendides j’avais pênser construire des instrument a base de bois de bambou ensuit ecouter les son naturel chant de piaf le vent ds les arbres etc peut tu m apporter des fiches techiniques sur des instr de musik naturel et pa tro dur enffet tt info sur le sujet ke je té present pe metr util merci davanc bonne et agreable journee


Lixium: Hébergement web neutre en CO2 | SPIP 2.1
ecovillage global et permaculture

NOUVEAU SITE

Découvrez ecovillageglobal.fr le site de l'écovillage global des lecteurs et annonceurs de la revue Passerelle Éco

PASSEZ UNE ANNONCE

Bonjour à Tous et à Toute! Nous Partons avec mon Compagnon pour . . . (CoLocation dans le 44)

Offre : Bonjour à tous et à toute! Nous partons avec mon compagnon pour l'été ( Juillet et Août) et souhaitons louer notre chambre à un couple ou une personne seule.( sous location) Nous avons la joie (...)

Cherchons à Partager Vie sur Écolieu en Location / Coloc Participative (Graines d’Avenir dans le 17)

Projet : Couple, D retraité, A active, dynamiques, créatifs et joyeux Vivre en bonne harmonie et respect de nos différences en partageant Savoirs Etre et Faire, avec Etres joyeux en démarche de (...)

Daniel et Ameline Kindt St Sauvant 06. 49. 34. 15. 86 Leinadk67@gmail. Com (CoLocation dans le 17)

Projet : Couple, D retraité, A active, dynamiques, créatifs et joyeux Vivre en bonne harmonie et respect de nos différences en partageant Savoirs Etre et Faire.
Offre : Expériences en auto (...)

Formation en Agriculture Naturelle: une Pratique d'Avenir ! (Education dans le 46)

Projet : L'École d'Agriculture Durable propose des formations par correspondance en agriculture naturelle. Le contenu des formations est à la pointe de la recherche scientifique grâce à l'Institut (...)

Emploi de Berger / Ère (Elargissement dans le 04)

Offre : j'offre un salaire pour un temps plein declaré, un logement
Demande : j'ai besoin d'une personne que la montagne et les animaux passionne pour garder mon troupeau de brebis de mai à octobre (...)

Offre Coup de Main dans une Ferme (Pédagogique) (Contacts dans le 26)

Projet : J?apprécierai de compléter et d?échanger mon (et votre) expérience avec personnes Zen ! Qui savent appréciés la vie et communiquer.
Offre : j?ai 54 Ans, Animatrice Nature pour Enfants, (...)

11E Édition de la Fête de la Nature (Convergences dans le 75)

Fête de la nature  : Au programme, 5 jours d'animations gratuites pour se laisser surprendre par la nature à deux pas de chez soi et découvrir le patrimoine naturel francilien. Pour sa 11e édition (...)

Zéro Phyto, 100% Bio ! (La Lutte Continue)

Documentaire  : "Zéro phyto, 100% bio" ; en avant-première près de chez vous.
Synopsis  : Après Insecticide Mon Amour, le réalisateur Guillaume Bodin présente Zéro phyto 100 % bio, son nouveau (...)

Tipi Géant Végétalisé, à 3 Étages (Ecolieux existants dans le 56)

Projet : Ce chantier est complètement innovant sur beaucoup d'aspect : pas de fondation en béton, le châtaignier utilisé reste en bois entier, les liens entre les perches sont fait de gros (...)