Passerelle eco
Passerelle eco

Pratiques et Contacts pour Vivre Ensemble sur une Même Planète

La revue Passerelle Eco : sommaire des numéros, compléments d'info, bulletin d'abonnement à imprimer ...

Actualité du réseau éco

Réseaux

Quelques écolieux

Des reportages et les annonces du réseau éco et de la dynamique écovillage en France : écolieux de vie, projets d'écovillages, écofermes pédagogiques, personnes ressources ou en recherche, entreprises, centres de formations, etc... Plusieurs rubriques sont consacrées aux écovillages en germe ou en devenir, car ces initiatives font converger l'ensemble des aspects de l'écologie pratique : l'actualité, leurs activités, rencontres, chantiers ou échanges proposés.
Dossiers thématiques : depuis les statuts de la loi de 1901, l'alimentation, la construction saine, l'habitat léger, le carburant tournesol ...
Annonces, photos, comptes rendu des rassemblements, rendez-vous, festivals, colloques, manifestations...
- des fiches pratiques et des recettes - le site Nima'Sadi de partage et d'expérimentation sur autoproduction - les activités associatives de Passerelle Eco.
Vous êtes ici > Accueil > Agenda & Actualité > Arts et Spectacles
de l’autonomie de pensée à l’autonomie d’action
Volem foutre ce qu'on veut al Païs

le 14 mai 2007

Volem foutre ce qu’on veut al Païs

et du refus du travail à la création d’alternatives rurales

Le film « Volem rien foutre al Païs » Film de Pierre Carles, Christophe Coello et Stéphane Goxe, visite des alternatives et des communautés dont on s’est souvent fait l’écho dans Passerelle Eco. Comment les aborde-t-il ?

Cette chronique a été publiée
dans Passerelle Eco n°25 de février de l’An 07 ...

Voir aussi en bas de cet article :
- La présentaiton du Box Office
- l’avis de Jean Luc

La Chronique de Véronique :

Les paysans "qui se mettent à faire des WC secs sont révolutionnaires. En 5 ans, ils dépolluent pratiquement tous les petits cours d’eau en France. Pour 300 francs et 1 journée de travail" dit une femme. Se servir d’un WC sec est donc un acte politique. Mais quand on sait comme le dit un autre personnage que "Les WC à l’eau polluent 40% des eaux de surface", ça vaut le coup de l’acte politique.

La logique de l’alternative

Le film ne se contente pas de montrer des lieux et de décrire des modes de vie alternatifs, il met volontairement l’accent sur les aspects civiques de telles options.

Il y a ceux qui défendent l’idée de vivre avec le RMI pour avoir les moyens de mettre en oeuvre le projet qui les fait rêver, ceux qui refusent toute aide de l’état, réduisent et contrôlent leurs propres besoins. Il y a les chomeurs qui défendent l’idée du vol dans les grandes surfaces comme juste rétribution, ceux qui sont contre mais pas complètement, ceux qui occupent un immeuble bientôt démoli pour simplement pouvoir se loger, ceux qui construisent en paille où tout est recyclable pour un prix accessible. Il y a ceux qui fabriquent ensemble un moteur à eau : "à plusieurs, on trouve des solutions qui n’ont pas d’intérêt commercial… Notre tâche est historique, il faut simplifier pour le plus grand nombre. C’est toujours une minorité qui change l’intentionnalité".

Un personnage affirme que [ici], "les capitalistes n’existent plus de fait car on a pas besoin d’eux" tout en expliquant comment fonctionne sa pompe à eau faite avec des matériaux de récupération.

Al païs n’est pas comme la ville

La grande différence entre la ville - où les actions peuvent être assez musclées et qu’on peut qualifier de réappropriation de biens existants - et celles établies à la campagne - qui sont plutôt du coté de l’autosuffisance et du désir de tranquillité - est troublante. Comme s’il était plus difficile de construire en ville.

Les réalisateurs répondent que ce choix a été fait consciemment car des documentaires ont déjà été tournés sur certaines alternatives en ville et que leur objectif était d’en montrer d’autres.

JPEG - 18.9 ko

Rien foutre ?

Le titre du film fera sans doute dire à certains que ce ne sont rien que des glandeurs, tous ces types qui disent ne pas vouloir bosser. Mais s’ils se donnent la peine de le voir, ils constateront que ces types bossent, parfois dur.

Seulement, ils choisissent leurs activités, ils reconnectent le travail avec leurs besoins réels. Ils visent à l’autoproduction et à l’autonomie. C’est le travail vu par le MEDEF qui est ici remis en cause. "Travailler, c’est la mort" dit un homme qui distribue des tracs d’appel à une manif. Il veut transformer les agences d’intérim en guinguettes. "La peur peut changer de camp".

D’autres redéfinissent les notions différentes entre activité et travail. Finalement, ce que viennent chercher les chômeurs à l’ANPE, c’est de l’argent pas du travail, que d’ailleurs l’ANPE est incapable de leur fournir, ils le disent eux-même.

Solidarité dans la diversité

Dans les images montrées, on sent bien que les gens oeuvrent et réfléchissent ensemble et qu’il y a un lien fort entre eux. Mais cette notion explicite d’entraide, qui existe bel et bien dans la réalité, manque un peu dans le film. Par ailleurs, il n’y a pas d’immigrés dans de ce que les réalisateurs ont vu, et à l’écran. Enjeux différents ?

De même, les femmes n’y sont pas beaucoup représentées, quant aux enfants ils sont presque inexistants. Les hommes tiennent une grande place. « Hasards du tournage », dit Stéphane Goxe. Pierre Carles avance que « les femmes ont tellement lutté pour travailler et avoir un salaire qu’elles sont statistiquement moins nombreuses que les hommes dans les lieux alternatifs, car elles ont plus à perdre ». Il raconte aussi qu’Ils occupent plus facilement qu’Elles le terrain face à la caméra. Alors, les hommes, on fait le beau dès qu’on se sent filmé ?

Retraites alternatives

Après avoir passé leur vie à réinventer le travail et à non-cotiser aux caisses de retraites, ...(suite)... il y a les vieux jours des alternatifs, ceux qui se font mutuellement confiance pour ne pas se laisser tomber au moment où les uns auront besoin des autres. "Si certains sont obligés de partir en maison de retraite, on pourra se poser des questions…".

Dans ce lieu, on sent que cela a déjà été largement réfléchi. Alors, bien sûr, l’identification aux combats pour sauver les caisses de retraites, c’est pas trop leur truc. Pendant que certains se battent pour des droits sociaux chèrement acquis, ceux-là inventent une autre solidarité, à leur taille.

JPEG - 22.8 ko

Trois réalisateurs pour un film

Pierre Carles et ses films piquants qu’on lui connaît diffusés sur grands écrans ; Christophe Coello et Stéphane Goxe et leurs films traitants de luttes anonymes au Chili et en Argentine, diffusés par la bande, celle des circuits parallèles.

Le début du film va vite. On entre directement dans le discours. Ce n’est qu’après qu’on a le temps de souffler et de s’installer dans les séquences.

On ressort du film avec plus de question qu’en entrant, ça fait du bien. On sent le gros travail de construction de l’intention, non pas pour nous tracer d’avance les certitudes mais au contraire pour nous faire mousser la réflexion. Peut-être est-ce que 3 réalisateurs valent mieux qu’un ? A plusieurs, on est plus intelligent que tout seul.

Sur les 3, j’en ai rencontré deux. Ils ont l’air plutôt gentils. Ils m’ont même confié quelque chose que je m’empresse de répéter : un troisième film pourrait voir le jour pour aller plus loin dans le propos.

Après "Attention danger travail" et "Volem rien foutre al païs"... ce pourrait être, complètement débranché du travail, nos réalisateurs pourraient ils réaliser un film sur les utopies concrètes ?

Véronique
Cette chronique a été publiée dans Passerelle Eco n°25 de février de l’An 07 ...

Agenda des projections-débats :

http://www.rienfoutre.org/

La présentation du box office :

Film documentaire de Pierre CARLES, Christophe COELLO et Stéphane GOXE. Comment résister à la guerre économique, à la surconsommation, au "système" ? Comment inventer une nouvelle voie ? Devant des conditions de vie économiques de plus en plus précaires, certains réfractaires choisissent de déserter notre société de consommation pour retrouver leur autonomie à la campagne. La rencontre d’expériences, de personnes qui ont la débrouille comme art de vivre, de pratiques solidaires, marginales ou collectives.

L’avis de Jean Luc

Après avoir fréquenté Bourdieu, Pierre Carles continue-t-il dans la sociologie ? Tandis que les images présentent un cadre de vie alternatif, le film présente surtout le discours des alternatifs sur le travail, plus que les alternatives elles-mêmes. Ce n’est pas toujours le cas, mais c’est l’ambiance du film : plus que les pratiques de ces modes de vie, qui souvent sont chères à la revue passerelle Eco, le film en présente une justification politique, tel qu’elle est énoncée sur place.

Certes, les lieux visités et leurs habitants sont souvent apparus dans la revue Passerelle Eco mais elle les aborde différemment : dans le vivant, dans le pratique et dans ce qui est reproductible concrètement par le lecteur.

Cette différence d’approche n’empêche que Volem est un film à aller voir... pour réfléchir et pour imaginer.

Jean-Luc

Répondre à cet article

Un message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes entièrement vides pour les séparer.

Qui êtes-vous ? (optionnel : cela vous permettra de recevoir les réponses)

ecovillage global et permaculture

www.ecovillageglobal.fr

le site de l'écovillage global des lecteurs et annonceurs de la revue Passerelle Éco

PASSEZ UNE ANNONCE

Petit Chalet pour l'Hiver (Ecolieux existants dans le 12)

Projet : Je ne souhaite pas faire paraître l'annonce dans la revue.
Offre : Je ne souhaite pas faire paraître l'annonce dans la revue.
Demande : Je ne souhaite pas faire paraître l'annonce dans la (...)

Co-Création Minimaliste (Elargissement dans le 44)

Projet : Créer un lieu de maraîchage permaculturel à partir de mars 2019
Offre : Terre. Serre. Outils. Savoir. Partage des recettes. Possibilité d'installer un habitat léger et d'acquérir la moitié (...)

Partager un Potager (Rencontres amoureuses dans le 03)

Projet : Cherche ma moitié pour bâtir un habitat mobile et projet ecovillage
Offre : Mon temps et mes mains pour faire naître des légumes
Demande : Une grande (...)

Culture Maraîchère (Elargissement dans le 31)

Projet : Création d'une micro ferme à l'étude sur la commune de Mane 31 ou alentours. Des habitants, une association de permaculture et jardins partagés, une communauté de communes toute neuve et (...)

A la Recherche d'un Eco-Lieu Existant (ou au Point de se Réaliser) (Dimension Agricole dans le 75)

Projet : Jadis nomade j'apprécie les ECO-lieux. AINSI, je cherche une site sans : pollution, ondes WIFI, antennes, Linky.., ET sans fumeurs/vapoteurs invétérés, -un certain mode hygiéniste (ex : ni (...)

Une Opportunité pour Ceux Qui Cherchent à Vivre Alternativement. (Autres Terres)

Projet : L'idée est d'établir une communauté autonome en pratiquant la permaculture. Le projet démarrant à l'automne 2019 en Arménie. L’objectif actuel est de rassembler des personnes partageant les (...)

Chantier Participatif Terre-Paille Près de Toul (54) (Construction dans le 54)

Projet : Pour remplir de terre-paille les murs et plafonds de ma future maison de 65m². Réalisation des coffrages, préparation de l'argile pour le trempage de la paille, bourrage de la-dite paille (...)

Co Achat Terrain Constructible (Construction dans le 05)

Projet : Eco construction paille sur terrain en copropriété
Offre : Hautes Alpes à 15 kms à l'ouest de Gap, Recherche co-acheteur sensible à l'écologie pour partager l'achat d'un beau terrain (...)

Cherche Terre et Vie en Collectif (Graines d’Avenir dans le 40)

Projet : F52 ans, scientifique reconvertie dans l'artisanat d'art et les soins par les plantes, je cherche une terre pour mes plantes médicinales à habiter légèrement. L'idéal serait en collectif - à (...)
twitter

SUR LE WEB