Passerelle eco
Passerelle eco

Pratiques et Contacts pour Vivre Ensemble sur une Même Planète

La revue Passerelle Eco : sommaire des numéros, compléments d'info, bulletin d'abonnement à imprimer ...

Actualité du réseau éco

Réseaux

Quelques écolieux

Des reportages et les annonces du réseau éco et de la dynamique écovillage en France : écolieux de vie, projets d'écovillages, écofermes pédagogiques, personnes ressources ou en recherche, entreprises, centres de formations, etc... Plusieurs rubriques sont consacrées aux écovillages en germe ou en devenir, car ces initiatives font converger l'ensemble des aspects de l'écologie pratique : l'actualité, leurs activités, rencontres, chantiers ou échanges proposés.
Dossiers thématiques : depuis les statuts de la loi de 1901, l'alimentation, la construction saine, l'habitat léger, le carburant tournesol ...
Annonces, photos, comptes rendu des rassemblements, rendez-vous, festivals, colloques, manifestations...
- des fiches pratiques et des recettes - le site Nima'Sadi de partage et d'expérimentation sur autoproduction - les activités associatives de Passerelle Eco.
Vous êtes ici > Accueil > Thématiques > Flore Sauvage et Médicinale
Depuis toujours les hommes utilisent des plantes
Création de POPULUS - collectif pour une liberté d'usage des plantes médicinales populaires

le 7 février 2007

Création de POPULUS - collectif pour une liberté d’usage des plantes médicinales populaires

Les usages traditionnels des plantes sont une alternartive salutaire face à la médicalisation de la santé

Au coeur de la problématique soulevée par les restrictions et les difficultés de la réglementation française, est né le Collectif POPULUS : Pôle Observatoire Pour Une Liberté d’Usage des Simples.

Au sujet des plantes médicinales

Les simples sont les plantes médicinales de la « pharmacopée populaire » dont l’efficacité et la relative innocuité ont été validées par un usage populaire de longue date en France ou en Europe.

Ces simples suscitent un regain d’intérêt important de la part d’un public croissant qui tend à rechercher des solutions alternatives et une certaine autonomie pour dans la gestion de sa santé et de son hygiène de vie. Les simples relèvent en France, au vu du code de la santé Publique, du secteur des produits de santé. ;De ce fait ils appartiennent aujourd’hui, soit au secteur du médicament (Monopole pharmaceutique), soit au secteur des OTC (entreprises de l’agro alimentaire et des cosmétiques).

Dans les deux cas, ces marchés excluent les petits producteurs de simples dont les modes de production spécifiques ne permettent ni d’offrir des prix assez compétitifs, ni de supporter les charges des procédures d’autorisation requises pour la mise sur le marché en direct.

En outre, nombre de ces simples ont d’autres usages domestiques (colorants, phytosanitaires, détergents,...) qui ne relèvent ni du secteur du médicament, ni de celui des OTC. On ne peut les considérer exclusivement comme des produits de santé stricts.

Pour un statut officiel de l’herboristerie

Dans ces conditions, nous demandons :

- 1) La validation officielle d’une liste de simples qui corresponde à la pharmacopée populaire, et qui prenne en compte les attentes et les besoins actuels du public.

- 2) Un allègement significatif des procédures d’autorisation de mise sur le marché compte tenu du recul de l’usage ancien de ces simples et de leurs bénéfices avérés

- 3) La reconnaissance officielle d’un statut particulier pour ces remèdes de la pharmacopée populaire basé sur :

  • La qualité des modes d’obtention des produits répondant à un cahier des charges précis de la production que de la transformation
  • Le droit de se soigner autrement par les simples
  • La réhabilitation des savoirs locaux autour des simples par la formation, la sensibilisation des producteurs et des consommateurs à des pratiques de qualité
  • la construction et la reconnaissance officielle d’un corpus de référence (ouvrage et document multimédia visant à la formation, l’encadrement et la sécurité de l’emploi des simples,)
  • La reconnaissance officielle du métier de producteur herboriste qui privilégie la confiance, la proximité entre les acteurs et assure sécurité et protection pour le consommateur en matière de délivrance et d’usage des simples.
GIF - 11.3 ko

Actualité : une enquête sur l’usage des plantes médicinales

Le collectif Populus dispose désormais d’une page sur internet : il s’agit de http://collectif-populus.org/, et lance une enquête en ligne.

PDF - 220 ko
Enquête Populus sur l’usage des plantes médicinales

- Photo : populus nigra italica = peuplier...

- Est membre notamment de POPULUS, le syndicat de producteurs des SIMPLES


8 votes
Répondre à cet article

Un message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes entièrement vides pour les séparer.

Qui êtes-vous ? (optionnel : cela vous permettra de recevoir les réponses)

13 messages

  • Nouveautés sur cette page :

    Le 28 novembre 2007, par JLuc (Passerelle Eco)

    Le collectif Populus disponse désormais d’une page internet, et lance une enquête sur les usages des plantes médicinales.

    L’article a été complété en conséquence.

  • Création de POPULUS - collectif pour une liberté d’usage des plantes médicinales populaires

    Le 10 novembre 2007, par Angèle

    Bonjour

    Je suis en classe de première et avec une amie, nous avons décidé de faire nos TPE (Travaux Personnels Encadrés) sur les plantes médicinales.
    J’ai lu 2 réponses, pour et contre l’utilisation de plantes médicinales et je voudrais réagir à celle de Thomas (la réponse "contre"). Cependant je suis d’accord que chacun doit avoir son avis mais je voudrais quand même dire quelque chose :
    certaine plantes sont dangereuses mais elles peuvent des fois soigner des maladies plus agréablement que d’avaler des comprimés à longueur de journée. Il faut seulement ne pas abuser des plantes dites dangereuses qu’on utilise pour se soigner et suivre le traitement qui a été donné et s’arrêter petit à petit et certainement pas d’un coup. Je ne crois pas, à moins que je me soit mal renseignée, qu’il y est beaucoup de décès dut aux plantes médicinales (si c’est le cas j’aimerais savoir où cette information se trouve).

    D’ailleurs je voulais savoir depuis quand et pourquoi les plantes médicinales ne sont plus remboursées ? On nous a dit que c’est depuis 2002 mais cette personne n’en été pas sur.

    Angèle.

  • Création de POPULUS - collectif pour une liberté d’usage des plantes médicinales populaires

    Le 16 octobre 2007, par X

    Bonjour !

    Je voudrais savoire si les graines de Hawaiian baby woodrose (argyreia nervosa) sont interdite en france ou si l’on peut sen procurer en toute l’égalité ?
    mon addresse mail pour me répondre : cedric1607@free.fr

    Merci d’avance

  • Création de POPULUS - collectif pour une liberté d’usage des plantes médicinales populaires

    Le 26 juin 2007, par nina wojcik

    Bonjour,
    Je suis ravie qu’un mouvement comme le votre existe.Un espoir !
    Je suis infirmière de profession(10 ans d’experience dans les services très
    techniques ;urgences,réanimation,pneumologie..).Je peux vous dire long sur des pratiques peu recommandables de grands labo, sur des effets secondaires desastreux des certains traitements.Personne ne s’en formalise pas trop, grand publique n’est pas informé,qui le fera d’ailleurs ?Sujet trop dangereux,des sommes astronomiques en jeu etc.
    Pourtant dans certains cas bien des maux seraient epargner aux malades grace aux pouvoir des plantes.
    La medecine chinoise moderne vie en bonne inteligeance avec la tradition encestrale des soins par les plantes.
    en consequance c’est possible aussi en France.
    une question ;
    comment adherer à votre mouvement ?

    • Création de POPULUS - collectif pour une liberté d’usage des plantes médicinales populaires

      16 juillet 2007, par X

      Bonjour Madame,

      Je vais être très incisif dès le départ, vous vous permettez de critiquer les thérapeutiques modernes en mettant en avant les effets secondaires de nombreux médicaments, mais sachez que même certaines plantes médicinales et condimentaires peuvent s’avérer dangereuses pour quelques individus un peu ignorants. Je vais prendre l’exemple de l’ail, on nous dit l’ail est bon contre le cholestérol, l’hypertension, et est utilisé comme vasodilatateur, mais savez vous que si l’on utilise l’ail à raison de 5 grammes par jour (en gellules) sur du moyen terme (ou du long terme) et en traitement de fond pour les troubles que je viens d’énoncer, l’arrêt brutal de ce traitement peut entraîner un accident vasculaire cérébral. Prenons un autre exemple, celui du millepertuis, utilisé comme anti-dépresseur dans nombre de pays, mais interdit en France, pour ses effets secondaires graves : photosensibilisant, intéractions avec les antirétroviraux (anti-HIV), intéractions avec les anti-dépresseurs.
      Et la liste est longue : la valériane agit comme un anxiolytique, problème : l’addiction.
      Huile essentielle de clou de girofle (vendue en magazin diététique, encore une aberration) : antalgique puissant certes, antiseptique redoutable, neurotoxique aussi..
      L’usage des plantes médicinales peut faire courrir de gros risques, les traitements continus peuvent mener à des hépatites toxiques graves.
      Je suis contre la formation d’herboriste en France, ou du moins contre celle qui est proposée actuellement, elle est obsolète, c’est bien joli d’apprendre leur apparence, leurs propriétés, mais les propriétés sont issues de la chimie, de ce fait c’est pas en abordant ou survolant la chimie pharmaceutique que l’on devient des professionnels de la santé, non, c’est en la connaissant parfaitement par coeur, autant la biologie, que la chimie et la biochimie.
      Je n’ai plus qu’à rajouter, rénovons les études pharmaceutiques afin d’intégrer au mieux les plantes médicinales.
      Thomas (licence de biologie, prépare médecine)

      Voir en ligne : mz

      • Création de POPULUS - collectif pour une liberté d’usage des plantes médicinales populaires

        6 août 2007, par irie36

        vous devriez prendre des congés, puis aller dans un pays ou vous pourrez trouver un chaman et passer quelque jours avec celui-ci et en revenir enrichi, malgré tout ce chaman aprends toujours,et ca tout au long de sa vie sur les plantes et la nature qui l’entoure il reste tres imble je pense que baucoup de personnes diplomés devraient changer leurs opignons face a de personnes qui on un savoir différent du leur.

        • Création de POPULUS - collectif pour une liberté d’usage des plantes médicinales populaires

          31 octobre 2009, par Thomas (Etudiant_pharma)

          L’ennui c’est que je suis soumis à des lois en France, et que je ne peux pas pratiquer ma profession n’importe comment.
          Essayez de pratiquer des médecines alternatives en France lorsque vous n’êtes pas pourvus d’un doctorat en pharmacie ou en médecine, et vous verrez ce qu’il vous arrivera.
          Je suis très ouvert sur les questions des thérapeutiques naturelles, puisque j’étudie la pharmacognosie et la phytochimie, mais le problème n’est pas là. Les Chaman pour qui j’ai beaucoup de respect, ont un savoir qui est empirique et hérité de générations en générations..ils ont dû s’apercevoir que certaines plantes avaient des effets secondaires, et ils les ont éliminées. En France et plus largement dans le monde "civilisé", les exigences ne sont pas les mêmes. Les connaissances scientifiques primes sur les connaissances empiriques, et les premières permettent de comprendre les secondes. C’est comme ça. Et heureusement que c’est comme ça parce que nous n’aurions pas compris comment certaines maladies peuvent être éliminées ou ralenties (HIV, tumeurs, leucémies, etc)

      • Création de POPULUS - collectif pour une liberté d’usage des plantes médicinales populaires

        2 décembre 2007, par delphine

        En effet tu es très incisif et la cause que tu défends n’est pourtant pas très glorieuse, en loccurence les laboratoire pharmaceutiques qui se préoccupent bien plus d’amasser des millions que de soigner les gens.
        Comment explique-tu que des peuples vivant en pleine nature sans avoir jamais entendu parler de chimie ou de biochimie ont acquis un savoir faire exemplaire dans la manipulation des plantes médicinales qui les entourent ? Certaines plantes sont certes dangereuses voire toxiques mais la plupart recèlent des substances curatives si savamment dosées qu’aucun chimiste ne serait capable de reproduire un tel dosage. Il ne s’agit pas de prendre l’ail sous forme de géllules, sa forme naturelle est tout de même mieux adaptée. Quant au millepertuis, il n’est photosensibilisant qu’en usage externe sur la peau et surement pas par voie oral ! Ce qui rend les plantes dangereuses c’est peut-être aussi leur transformation par les laboratoires et la concentration excessive de leurs principes actifs.
        Je me soigne par les plantes car mes parents m’ont appris à le faire et je dois dire que je m’en porte très bien. Tu devrais peut-être en faire de même afin de réduire quelque peu ton "incisivité". Les médecins sont une proie facile des lobbys pharmacautiques, à toi de savoir garder ton esprit critique.

        • Création de POPULUS - collectif pour une liberté d’usage des plantes médicinales populaires

          31 octobre 2009, par Thomas (Etudiant_pharma)

          C’est leur affaire, leurs sociétés sont construites sur les bases de l’empirisme, tout ce qui nocif pour eux, ils l’ont rejeté, cela fait des siècles qu’ils fonctionnent ainsi. De plus, il semblerait que dans leur mode de fonctionnement, il n’y ait pas de profit. L’homme "occidental" (je préfère utiliser ce terme plutôt que celui de "civilisé") ne reçoit pas cet enseignement dès son enfance. Si on regarde bien autour de nous, combien y a-t-il de charlatans, combien y a-t-il de gens honnêtes..peu, surtout lorsqu’il s’agit de faire du profit, de vendre. La législation est là pour protéger le consommateur ignorant à qui on peut vendre n’importe quoi n’importe comment sans aucune connaissance.
          Ce que fait l’industrie pharmaceutique vis à vis de ces tribus cultivant des connaissances ancestrales, est littéralement honteux, je suis d’accord avec vous, et c’est au législateur de faire en sorte de protéger ces savoirs.
          Malheureusement, comme partout, il y a des gens peu scrupuleux quant il s’agit de faire du bénéfice. Personnellement, j’ai fait mien, ce combat pour la connaissance des plantes médicinales, mais je suis scientifique et j’ai besoin de preuves sur l’efficacité biologique et l’innocuité des plantes médicinales. C’est pour cela que je suis incisif, parce que je ne peux pas tolérer que des gens mettent en danger la vie d’autres personnes.

      • Création de POPULUS - collectif pour une liberté d’usage des plantes médicinales populaires

        13 janvier 2009, par nina

        oui thomas se gaver de pâtisseries, de charcuterie, de viande aussi peut tuer et il faut être réaliste des tas de pathologies actuelles dont beaucoup de problèmes digestifs pourraient être largement soignées sans effets secondaires plutôt qu’avec des pillules magiques au effets secondaires si dévastateurs sur la flore intestinale (cystites que vous soignez avec des antibio) rien de pire pour foutre en l’air cette flore intestinale si précieuse quant elle est intègre )En faisant attention à ce que l’on mange et en se servant des simples à notre disposition, nos anciens l’on fait et allaient bien moins souvent chez le docteur. un peu de diète quelques tisannes à bon escient. il n’y a pas pire sourd que celui qui ne veut pas entendre. le meilleur des médecins est celui qui prône d’abord une alimentation riche en légumes crus et cuits,fruits,céréales complètes,peu de viande, poisson gras peu aussi 1 à 2 fois par semaine pour l’un et l’autre des huiles de premières pression à froid vierge dont olive, chanvre, lin très peu de glucides et surout éviter tout produit raffiné de l’agroalimentaire,mais aussi celui qui responsabilise le patient. A bon entendeur salut nina

        • Création de POPULUS - collectif pour une liberté d’usage des plantes médicinales populaires

          31 octobre 2009, par Thomas (Etudiant_pharma)

          Toutes les pathologies que vous me décrivez, essentiellement d’origine alimentaire, sont associées à des comportements alimentaires. Apprendre aux gens comment manger équilibré, est largement suffisant et dispense de prendre un traitement thérapeutique (allopathique ou phytothérapique).
          Les cystites peuvent avoir plusieurs origines :
          - bactériurie asymptomatique
          - urétrite et cystite aiguës symptomatique
          - prostatite aiguë
          - pyélonéphrite aiguë
          - septicémie (en général à Gram négatif)
          Le seul moyen efficace d’éliminer une infection bactérienne est l’emploi d’un antibiotique approprié. Surtout dans ce que j’ai cité (et ce sont les origines les plus courantes). Après on peut utiliser en complément thérapeutique des extraits de cramberries (canneberge).
          Et je vous rappelle que les antibio sont d’origine naturelle (Flemming découvre en 1941 le premier antibiotique : la pénicilline qui sauvera des milliers de vie et qui guérira totalement la syphilis).


SPIP 2.1
ecovillage global et permaculture

www.ecovillageglobal.fr

le site de l'écovillage global des lecteurs et annonceurs de la revue Passerelle Éco

PASSEZ UNE ANNONCE

Cherche un Toit + Dépendances Grange / Entrepôt (Recherche location dans le 87)

Projet : UN TOIT ........; POUR MOI & TOI Couple d' artisan / artiste cherche un toit pour y créer ses ateliers petit coin habitation + dépendances ( grange / entrepôt /...) en limousin de (...)

Cherche Petit Coin Habitation + Dépendances (Grange / Entrepôt / . . (Ventes Immobilier dans le 87)

Projet : UN TOIT ........; POUR MOI & TOI Couple d' artisan / artiste cherche un toit pour y créer ses ateliers petit coin habitation + dépendances ( grange / entrepôt /...) en limousin de (...)

Un Lieu d Accueil pour Sans Abris , Camion Aménagé , Voyageur (Contacts dans le 16)

Projet : Dans la continuité du projet de coluche . Les Chaumières du coeur , un lieu pour faire une pause, se ressourcer, reprendre de l' élan ...
Offre : terrain à cultiver, petit élevage Un espace (...)

Menuisier Cherche Habitat Partagé Collectif et Solidaire (À l’abordage dans le 29)

Projet : Un pas de plus d'écolo et de jardinier permaculteur. Ancien artisan des métiers du bois, j'aimerai rejoindre une colloc, un habitat collectif sensible à l'écologie mais actif. N'importe où, (...)

Philothérapire et Chamanisme (Arts de Vie dans le 56)

Projet : Pour trouver des réponses, appréhender le monde et la vie avec plus de calme, retrouver la joie, avancer vers la sagesse, guérir des blessures que la vie a pu nous infliger, se libérer des (...)

Mission de Service Civique pour Début Novembre 2018 (Contacts dans le 40)

Projet : Dans un écohameau participer à la préservation durable du patrimoine agricole et accompagnement de la vie sur le territoire. "Le volontaire échangera des savoirs (culture de haies fruitières, (...)

Fête des Possibles Montluçon (Convergences dans le 03)

Projet : La Fête des Possibles, fête d'envergure nationale, du 6 Sept au 6 Oct 2018 regroupe 120 assos (colibris, les amis de la terre etc...) dont le but est de présenter les possibles rencontrer, (...)

Chevaux Mécaniques Fringants Attendent Cavalière (Rencontres amoureuses dans le 50)

Projet : Bonjour, je propose un de ces deux camions à une fille de mon âge pour faire ensemble les saisons, parcequ'il n'y aura pas d'autre moyen de faire plus exaltant en attendant de se trouver un (...)

Donne Bouc Rove (Agricultiver dans le 30)

Projet : Nous avons un petit troupeau de chèvres pour notre autonomie. Un bouc rove brun de robe et au corne tordues à rejoins nos bics en forêt et depuis il est la. Pour nous c est un de trop car la (...)
twitter

SUR LE WEB