Revue trimestrielle, éditeur associatif, réseau d'éco-acteurs
pour l'Écovillage Global et la Permaculture
Passerelle Éco

Pratiques et Contacts pour Vivre Ensemble sur une Même Planète

La revue Passerelle Eco : sommaire des numéros, compléments d'info, bulletin d'abonnement à imprimer ...
Des reportages et les annonces du réseau éco et de la dynamique écovillage en France : écolieux de vie, projets d'écovillages, écofermes pédagogiques, personnes ressources ou en recherche, entreprises, centres de formations, etc... Plusieurs rubriques sont consacrées aux écovillages en germe ou en devenir, car ces initiatives font converger l'ensemble des aspects de l'écologie pratique : l'actualité, leurs activités, rencontres, chantiers ou échanges proposés.
Dossiers thématiques : depuis les statuts de la loi de 1901, l'alimentation, la construction saine, l'habitat léger, le carburant tournesol ...
Annonces, photos, comptes rendu des rassemblements, rendez-vous, festivals, colloques, manifestations...
- des fiches pratiques et des recettes - le site Nima'Sadi de partage et d'expérimentation sur autoproduction - les activités associatives de Passerelle Eco.
Vous êtes ici > Accueil > Thématiques > Flore Sauvage et Médicinale
Coupable de vendre des plantes de nos campagnes ?
Sauvons la prêle et la libre circulation des plantes de bien-être !!

le 6 mars 2005

Contact


Sauvons la prêle et la libre circulation des plantes de bien-être !!

Appel à témoignage et à référence bibliographique

La SICA Biotope des Montagnes est un groupe de 15 petits producteurs de plantes aromatiques et médicinales de montagne, qui cueillent, cultivent et commercialisent au public une cinquantaine d’espèces traditionnelles selon des méthodes qui visent au respect maximal de l’environnement, de la plante, et de l’Homme (producteurs et consommateurs).

Le SICA BIOTOPE et son président, Jean-Louis Fine, sont cités à comparaître très prochainement au tribunal correctionnel de Nîmes pour avoir commercialisés de la prêle en sachet à infusion en dehors du cadre du monopole pharmaceutique dans une boutique diététique de St-Lot (Manche).

Or, pour des motifs étrangers à tous sauf au lobby pharmaceutique, la commercialisation de ces plantes n’est pas autorisées en dehors ... des pharmacies. En France, la vente des plantes médicinales est réservée aux pharmaciens, à l’exception de 34 espèces libérées et d’une centaine d’aromates et épices. Dans les faits, ce monopole concerne environ 600 plantes !!! Par exemple : le monopole concerne le Bleuet, la Calendula, le Bouleau, le Buis, le Mélilot et même la feuille de Myrtille et de Framboisier !! D’où on s’en doute les nombreux procés...

Il y a actuellement environ 200 procés de ce type !!!

Cette situation est insupportable car ces plantes appartiennent à tous ; de tout temps elles ont été utilisées dans nos foyers ; la prêle est bénigne et sa consommation sans excés ne présente aucun danger.

Or, une plante cesse d’être médicinale et donc sous le joug de ce monopole dés que l’on peut justifier d’un usage non thérapeutique en Europe [1].

Aussi Passerelle Eco a lancé un appel :
- à témoignages utiles pour libérer la prêle et pourquoi pas d’autres plantes

- à constitution d’une coordination de défenseurs de l’usage traditionnel des plantes de nos campagnes et pour la liberté de leur circulation.

A l’heure actuelle :

- Les témoignages ont été rassemblés par l’association, qui les a communiqué aux défenseurs de la SICA Biotope pour qu’ils en fassent le meilleur usage.

- Un article présentant les 1000 usages pratiques de la prele, usages médicinaux ou non médicinaux, a également été rédigé par Stéphane Boutin et publié dans Passerelle Eco n°20

- le procés de la prêle a eu lieu et les défenseurs font actuellement appel à votre solidarité financière !

  Libérer la prêle

Pour éviter une jurisprudence défavorable qui accroitrait encore le joug des lobbyes pharmaco-industriels sur nos corps et notre santé, il y a un moyen : prouver que la prêle a des usages traditionnels autres que médicaux, alimentaires surtout, ou agricoles, tinctoriaux... Car à ce moment, les pharmacies ne peuvent pas réclamer le monopole de la commercialisation.

Restaurateurs, diététiciens, documentalistes, ethnobotanistes et agriculteurs sont particulièrement susceptibles de répondre à cette demande.

  Nous recherchons des références bibliographiques et témoignages d’usage culinaire ou non médical de la prêle Equisetum arvense

Merci de collecter et de nous transmettre les références et témoignages suivants :

1) des références bibliographiques précises concernant des usages alimentaires de la prêle (ou en tout cas des usages non médicaux)
- ces textes et références peuvent provenir de n’importe pays européen de la communauté européenne [2].
- les usages de la prêle en agriculture sont bien connus depuis Steiner et l’agriculture biodynamique, cependant cet usage sera moins pertinent lors du procés, car les préparations incriminées étaient préparées en sachets pour faire des infusions...

2) des témoignages nominatifs de tels usages  : des témoignages d’usage par des restaurateurs ou d’autres personnes, des recettes culinaires, des témoignages de distribution autre part qu’en pharmacie, ...

3) toute information et témoignage sur d’éventuels effets toxiques de la prêle sont également recherchés afin de parfaitement cerner plus largement le sujet.

4) les information sur les usages non médicaux et en particulier alimentaires des autres plantes concernées, telles que Bleuet, Calendula, feuilles de Bouleau et de Buis, Mélilot, feuille de Framboisier et de Myrtille, ... sont également bienvenus, ceci afin d’élargir la démarche aux autres plantes menacées.

Notez bien SVP : Pour pouvoir être utilisés, ces informations doivent être précises.

  Contre la mainmise de l’industrie sur nos corps et nos campagnes

Cette recherche va de pair avec la lutte paysanne pour défendre le droit à la souveraineté alimentaire par la sauvegarde et l’usage des variétés rustiques de plantes alimentaires, qui nous évitent la dépendance complète au monopole des multinationnales des semences.

Elle va également de pair avec le droit de la personne à choisir son alimentation et à gérer sa santé.

Il s’agit ici de défendre le droit de cueillir, distribuer et accéder librement à des remèdes qui appartiennent au patrimoine culturel populaire.

Alors que de plus en plus de personnes se tournent vers une alimentation saine et naturelle, et vers des méthodes de santé préventives ou douces, il s’agit de défendre le droit de cultiver ou cueillir et de diffuser librement les bonnes choses que la nature nous offre, ces plantes sauvages ou cultivées utilisées de manière traditionnelles pour notre bien-être.

La volonté hégémonique des pharmacies sur les plantes étant à l’origine de ces procés, il s’agit également de défendre le droit de distribuer largement ces plantes, sans devoir passer par des corporations privilégiées.

Enfin, ces plantes ayant des usages de santé en plus des usages culinaires, il s’agit plus globalement de reprendre en main notre santé, sans dépendre du bon vouloir et des intérêts pécuniers des grands trusts pharmaceutiques.

Veuillez communiquer cet appel aux personnes susceptibles de répondre.

Merci également pour votre participation.

  Constituer une coordination ou une fédération d’association pour regagner la libre circulation des plantes de bien-être

Tant les consommateurs que les producteurs et distributeurs pourraient se retrouver sur cette plateforme d’échanges et d’élaboration d’action.

L’objet serait
- de rassembler dans un même mouvement tous les défenseurs de l’usage des plantes de nos campagnes (consommateurs, producteurs, herboristes, distributeurs, professionnels de la santé et de l’économie sociale , phytothérapeuthes, tradipraticiens ...)
- de mieux faire connaître les usages traditionnels de plantes, et développer la conscience qu’elles sont nos amies...
- étudier les conséquences de l’interdiction de l’herboristerie par Pétain (en 1941...),
- étudier les moyens d’y remédier aujourd’hui : quels statuts pour un nouvel herboriste ?

  Contacts

Pour toute réponse, adressez vos courriers à

- Dossier Prêle, Passerelle Eco, Corcelle, 71190 La Chapelle sous Uchon

- ou si vous êtes familier d’internet, déposez directement vos témoignages en commentaire de cet article . Le syndicat des SIMPLES pourra en faire une synthèse, et l’utiliser dans son combat politique.

Notes

[1] dans l’Europe d’avant 1997

[2] de l’Europe de 1997


Sur la prêle

- Photos de prêles
- lepetitherboriste

- Un article compilation des 1000 usages pratiques de la prele, usages médicinaux ou non médicinaux, a également été rédigé par Stéphane Boutin et publié dans Passerelle Eco n°20

- Sur les résultats du procés et la suite (appel) voir les explications suite aux résultats du procés de la prele, avec les raisons de faire appel.

- Vous voulez les soutenir pour le procés en appel ? Voyez l’appel à soutien financier et juridique que lancent les producteurs

- Voir la présentation de la situation juridique de l’herboristerie en France et la liste des plantes médicinales libérées = dont la commercialisation est autorisée


11 votes
Partagez cet article sur Facebook Partagez cet article sur Google+
Répondre à cet article

Un message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes entièrement vides pour les séparer.

Qui êtes-vous ? (optionnel : cela vous permettra de recevoir les réponses)

21 messages

1 2 3 >

  • MANIFESTONS

    28 octobre 2013Â 22:09 , par rose

    Tous ces proces ne semblent pas mener bien loin et le bobby pharmaceutique gagne du terrain. alors a quand de vrais actions ? Des manifestations avec tous les commerces bio, les restaurants bio, les bars a soupe, les producteurs de plantes, les professions du para et si ce n est pas assez il y a les petitions il n y aura aucun probleme pour trouver des signatures aux sorties de metros et les ecoles de naturopathie, reflexologie, dans les grandes villes ;........ C’est la seule solutions pour que le gouvernement bouge. Regardez la bretagne ? Il ny aura pas de proces et ils auront gains de cause ? Combien de plantes disparues des magasins ces dernieres années ? Les allégations sont interdites sur les sachets de plantes, les compléments alimentaires ; il faut nous rassembler, bouger, nous faire entendre. Ce n est pas dans un tribunal que nous serons entendu semble-t-il ?

  • Sauvons la prêle et la libre circulation des plantes de bien-être !!

    19 avril 2010Â 11:18 , par lys

    On parle d’un pays libre, mais finalement c’est la dictature des Holdings du pouvoir et de l’argent. Ces groupes, non seulement, nous empêchent d’etre libres, mais en plus, ils détruisent et ne respectent plus la nature et l’homme pour le proft.

    Il faut se mobiliser et se battre contre ces dictateurs. Effectivement, la faune et la flore appartiennent à tout le monde. De quel droit les gros groupes industriels et les pays s’octroient ce que Dieu nous a donné à tous.

    Il faut défendre/soutenir toutes ses associations qui veulent préserver les variétés et leurs utilisations libre pour la culture de la terre et/ou se soigner naturellement.

    Contrairement, à ce que l’on nous inculque, bien utiliser, ils ne sont pas toxiques. C’est uniquememnt pour faire plus de profit toujours et encore !

    Il y a aussi www.kokopelli.asso.fr qui rencontre des problèmes avec Baumaux ; Eux aussi il faut les défendre et les soutenir.

  • Sauvons la prêle et la libre circulation des plantes de bien-être !!

    17 janvier 2010Â 12:06 , par Christine M

    pour l’usage alimentaire :
    William Coles, dans son "Adam in Eden" : "the young buds (of the horsetail - prêle) are dressed by some like asparagus ; or, being boiled, are often strewed with flour and fried".
    Cité par Lady Wilkinson dans "Weeds and Wild flowers : their uses, legends and literature", p46, qui ajoute p 47 qu’en Suède elle servait à nourrir les vaches.

  • Sauvons la prêle et la libre circulation des plantes de bien-être !!

    29 septembre 2009Â 15:49 , par Alain Charlot

    Samedi ou dimanche matin dernier (je ne me souviens plus) Alain Baraton sur France Inter a indiqué à une dame auditrice qui voulait lutter contre l’oidium dans son jardin que la meilleure solution était de faire un purin de prêle et de le déposer au pied de ses arbustes. Voici une référence connue et certainement compétente ; Alain Baraton n’a pas mentionné l’interdiction de la commercialisation. En tout cas voici un usage non médicinal.

    • Sauvons la prêle et la libre circulation des plantes de bien-être !!

      6 décembre 2011Â 12:35 , par renaud

      je suis pépinièriste et j’utilise le purin de prêle comme anti-fongique sur toutes les plantes qui en aurait besoin (oïdium,mildiou ..)ou sur le sol contre la fonte des semis. C’est très efficace.On en trouve des préparation en jardineries
      j’utilise la prêle des champs qui pousse naturellement dans mon fossé
      j’invite les gens à venir en ramasser et leur explique le principe :dans une poubelle plastique avec couvercle et à l’ombre, couvrir d’eau de pluie le feuillage, attendre que cela sente bien le purin, filtrer et pulveriser pur ou à 50 pour cent selon l’attaque
      j’ai sauvé des plantes du botrytis par pulvérisation pure sur 3 jours
      (en hiver)

      • Sauvons la prêle et la libre circulation des plantes de bien-être !!

        5 janvier 2012Â 05:28 , par Marius

        Bonjour,
        J’habite la Martinique, et je cherche des spores de prèle des champs pour en faire pousser pour traiter mon jardin potager.
        Pourriez-vous m’en procurer ?

  • Sauvons la prêle et la libre circulation des plantes de bien-être !!

    22 juillet 2007Â 11:39 , par papiers chinés

    bonjour
    Parmi les usages de la prêle , il existe la fabrication de papier végétal , c’est une plante qui s’y prête très bien et qui de part sa structure très particulière donne un rendu très intéressant
    Sa tige donne l’aspect d’une écriture ancienne , les petites couronnes un peu noires
    en haut des tiges , la transparence de celle-ci est aussi du meilleurs effet , surtout quand la tige est assez grosse
    Son coté graphique et aérien se prête à des techniques d’impression comme le monotype
    Sa rareté dans le paysage permet de garder le coté secret et cadeau de cette plante
    Bel hommage à une plante pleine de richesses

1 2 3 >


Lixium: Hébergement web neutre en CO2 | SPIP 2.1

PASSEZ UNE ANNONCE !

Dernière annonces:

  • rejoindre ou former une maison partagée Projet : jeune femme de 26 ans fraîchement arrivée en région angevine pour une formation en ebenisterie cherche un petit coin de verdure avec une maison à partager avec d'autres pour les 2 ans à (...)
  • Collectif nomade en grand ouestProjet : Une caravane qui passe par ci, elle repassera par là ! Vous venez ? Les enfants pourront jouer à apprendre dans la roulotte Montessori et les adultes joueront à voyager de ville en (...)
  • Projet d’école maternelle du dehorsProjet : Dans les bois, association loi 1901, propose un projet pédagogique original. L'école s'inspire de la pédagogie par la nature (développée en Suisse par Sarah Wauquiez) et de la (...)
  • Habitat groupé Projet : Nous sommes un groupe d'une dizaine de personnes (jeunes et moins jeunes, célibataires et couples, avec et sans enfants) qui cherchons à bâtir une communauté de vie autour d'un habitat (...)
  • bouteille à la mer pour projet en autonomieProjet : récemment installés dans la maison familiale pour construire un projet de transition ♦  Attirés par la permaculture et la polyculture, nous sommes débutants dans tout cela ( prof des (...)
twitter

SUR LE WEB