Revue trimestrielle, éditeur associatif, réseau d'éco-acteurs
pour l'Écovillage Global et la Permaculture
Passerelle Éco

Pratiques et Contacts pour Vivre Ensemble sur une Même Planète

La revue Passerelle Eco : sommaire des numéros, compléments d'info, bulletin d'abonnement à imprimer ...
Des reportages et les annonces du réseau éco et de la dynamique écovillage en France : écolieux de vie, projets d'écovillages, écofermes pédagogiques, personnes ressources ou en recherche, entreprises, centres de formations, etc... Plusieurs rubriques sont consacrées aux écovillages en germe ou en devenir, car ces initiatives font converger l'ensemble des aspects de l'écologie pratique : l'actualité, leurs activités, rencontres, chantiers ou échanges proposés.
Dossiers thématiques : depuis les statuts de la loi de 1901, l'alimentation, la construction saine, l'habitat léger, le carburant tournesol ...
Annonces, photos, comptes rendu des rassemblements, rendez-vous, festivals, colloques, manifestations...
- des fiches pratiques et des recettes - le site Nima'Sadi de partage et d'expérimentation sur autoproduction - les activités associatives de Passerelle Eco.
Vous êtes ici > Accueil > Thématiques
Décroissance et Île de Pâque

le 28 juin 2004

Contact


Décroissance et Île de Pâque

Chronique de Thierry Morales

Bonjour,

Ceci est un partage d’informations et de réflexions sur les sujets suivants : décroissance soutenable, simplicité volontaire, alternatives au productivisme, crise du « développement », résistance à l’idéologie techno-scientiste, écologie et projet de société...

Bonne lecture !

Au sommaire de cette page :

1/ Quelques notes personnelles prises au cours de l’intervention de Vincent Cheynet (Rencontre "Décroissance" organisée par l’association Yoranoo, mercredi 14 Janvier 2004 à Lyon). Ces notes n’ont pas la prétention d’être un compte-rendu rigoureux et exhaustif (il manque beaucoup d’éléments) mais une synthèse personnelle de ce qui m’est apparu comme son propos essentiel.

2/ Un extrait du livre de Clive Ponting - le viol de la terre - Nil édition, Paris, 2000 (Titre original : a green history of de world). Histoire d’une société qui s’effondre faute d’avoir pu modérer sa consommation des ressources limitées de l’Ile : Le destin de l’île de Pâques a valeur de symbole pour l’ensemble de la planète...

  1/ Quelques éléments apportés par Vincent Cheynet lors de son intervention

(restitution non littérale d’après des notes personnelles) :

"Lorsque nous parlons de décroissance, il ne s’agit pas de décroître dans tous les domaines. Nous parlons de décroissance économique, de décroissance du PIB. Cette décroissance est devenue impérative car il ne peut pas y avoir de croissance infinie dans un monde fini. Surtout si le rythme de cette croissance ne prend pas en compte la capacité de renouvellement des ressources disponibles.

Pour prendre une image, considérons que les ressources renouvelables sont nos revenus et que les ressources non renouvelables sont notre capital.

Aujourd’hui nous ne vivons pas sur nos revenus mais sur notre capital et, de plus, nous sommes en train d’épuiser totalement notre capital. En occident, nous vivons très au dessus de nos moyens puisque nous consommons à peu prés les ressources de 3 planètes. En 2050, les démographes annoncent approximativement 10 milliards d’êtres humains. Si ces 10 milliards d’humains accèdent au mode de vie occidental, il faudra l’équivalant de 12 planètes en terme de ressource. Si nous visons une croissance moyenne de 2% pour tout le monde(ce qui est supérieur à la croissance actuel en Europe mais inférieur à la croissance de certain pays de sud), c’est alors 30 planètes qu’il nous faudra. La croissance est une impasse.

Prenons l’exemple du pétrole qui est une des ressources de base du type de croissance à l’occidentale. C’est une ressource à renouvellement très lent. Nous la consommons à un rythme qui dépasse de très loin les possibilités de production d’hydrocarbure par la planète. Nous épuisons notre capital " pétrole ". La consommation planétaire est aujourd’hui d’environ 70 millions de barils par jours. En 2010, il est prévu une consommation de 90 millions de barils par jours, car nos besoins ne cessent d’augmenter. Cette croissance de la consommation de pétrole est totalement incompatible avec la réalité des réserves disponibles. Il faut différencier les réserves générale d’hydrocarbures, qui sont encore abondantes, et les réserves de pétroles facilement extractibles. Ceux qui prétendent que les réserves sont encore abondantes ont raison mais ils ne tiennent pas compte de cette distinction capitale. En effet, le gros des ressources restantes est en fait composé de nappes difficilement accessibles ou extractibles. Le coût d’extraction, de transport et de raffinage pourrait devenir supérieur à l’apport énergétique du produit lui-même.

On ne peut pas imaginer une situation où il faudrait l’équivalent énergétique d’un baril pour extraire un seul baril. L’opération n’aurait aucune rentabilité, aucun intérêt.

Prenons une image : si pour boire le contenu d’un verre d’eau, il vous fallait autant de salive que la quantité d’eau assimilée, vous renonceriez à boire dans ce type de verre.

C’est la situation devant laquelle nous allons bientôt nous trouver (or il n’y a pas pour le moment de véritable solution de remplacement du pétrole,

si nous ne remettons pas en question le principe de croissance et notre mode de vie). Inévitablement nous allons assister à une monté en flèche des coûts et à un durcissement de la compétitions pour l’accès aux dernières ressources existantes. Lorsque l’offre ne peut plus satisfaire la demande,

il y a inévitablement envolée des prix. Les pays riches vont consommer du pétrole plus longtemps que les autres car de nombreux pays ne pourrons pas assumer le coût. Il est également vraisemblable que des conflits se multiplient dans une telle situation de pénurie (une part importante du pétrole restant pourrait-être réservée aux armées). Certains peuvent faire le choix d’entrer dans une véritable économie de guerre.

Nous avons déjà, dans l’histoire, des exemples de civilisations qui se sont éteintes pour ne pas avoir pu renoncer à la logique de croissance économique. Par exemple, l’Ile de Pâque. Selon certains chercheurs, les habitants de l’Ile de Pâque ont pratiqué la déforestation jusqu’à épuisement de leur ressources en bois, en particulier pour ériger leurs statues monumentales, puis face à l’épuisement de leur capital, se sont entretués dans des conflits pour l’accès aux ultimes ressources. Lorsque les blancs sont arrivés, le nombre des habitants avait considérablement chuté suite à ses massacres (voir à ce sujet l’extrait du livre de Clive Ponting ci dessous)

Nous allons, par la force des choses, aller vers une forme de décroissance. Mais cette décroissance peut prendre des tournures très diverses.

Une décroissance économique subie, sans croissance parallèle de la dimension humaine, de l’altruisme, de la convivialité..., peut déboucher sur une catastrophe. Une décroissance économique limitée à elle-même s’appelle une récession, ce n’est pas la solution que nous envisageons.

Nous ne pouvons pas concevoir de décroissance réussie sans changement profond des mentalités et des comportements au quotidien. Le propre de l’homme est de maîtriser ses pulsions, la décroissance doit être volontaire et reposer sur un esprit d’humanisme et de solidarité. C’est un point très important car la décroissance pourrait fort bien se conjuguer avec des formes politiques autoritaires, voir totalitaires. Si nous ne faisons pas les bons choix à temps, une sorte d’éco-fascisme n’est pas improbable. Plus nous tardons à remettre en question l’idéologie économiste et le culte de la techno-science (la science doit cesser d’être une fin en soi pour redevenir un simple moyen), ainsi qu’à prendre les mesures nécessaires (arrêter de vivre sur notre capital et accepter de vivre sur nos revenus), plus nous prenons le risque de voir apparaître des mesures de formes totalitaires. Il nous faut tout faire pour éviter cela ".

  2/ Les leçons de l’île de Pâques - extrait du livre de Clive Ponting

L’île de Pâques est l’un des endroits les plus perdus et les plus inhabités de la terre. Cent soixante kilomètres carrés qui s’étendent en plein océan Pacifique, à trois mille sept cents kilo­mètres de la côte chilienne et à deux mille trois cents kilomètres de la terre habitée la plus proche, l’île Pitcairn. À son apogée, elle ne comptait que sept mille habitants. Pourtant, malgré son appa­rente insignifiance, l’histoire de cette île est un sévère avertisse­ment au monde.

L’amiral hollandais Roggeveen fut le premier Européen à y poser le pied le dimanche de Pâques 1722. Il découvrit une société primitive de quelque trois mille individus qui vivaient dans de misérables huttes de roseau ou dans des grottes, en état de guerre quasi permanent et contraints de pratiquer le cannibalisme pour améliorer les maigres ressources alimentaires disponibles. Lorsque en 1770 les Espagnols annexèrent officiellement l’île, ils la trou­vèrent dans un tel état d’isolement, de pauvreté et de sous-­peuplement qu’aucune occupation coloniale réelle ne se développa jamais. La population continua de décliner et les conditions de vie sur l’île d’empirer : en 1877, les Péruviens emmenèrent et rédui‑sirent en esclavage tous les habitants, à l’exception de cent dix vieillards et enfants. Pour finir, le Chili fit main basse sur l’île et la transforma en un ranch géant pour quarante mille moutons géré par une compagnie britannique, tandis que l’on confinait dans un unique petit village les quelques indigènes encore présents.

Et pourtant, au milieu de cette misère et de cette barbarie, les premiers explorateurs européens trouvèrent les preuves d’une société autrefois florissante et développée : tout le long de l’île gisaient plus de six cents statues de pierre hautes d’au moins six mètres. Lorsque, au début du XXe siècle, les anthropologues commencèrent à étudier l’histoire et la culture de l’île de Pâques. ils tombèrent d’accord sur un point : en aucun cas ces sculptures ne pouvaient être l’œuvre de la population primitive, attardée et miséreuse que les colons du XVIIIe siècle avaient découverte. Le fameux « mystère » de l’île de Pâques était né...

On avança bientôt tout un éventail de théories pour expliquer son histoire. Les plus fantaisistes évoquaient la visite d’extraterrestres ou l’existence de civilisations perdues sur des continents ayant sombré dans le Pacifique, ne laissant pour toute trace que cet îlot perdu. La moins extravagante, celle de l’archéologue norvégien Thor Heyerdhal, soutient que, très anciennement colonisée par des peuples d’Amérique du Sud, l’île aurait hérité d’une tradition de sculpture monumentale et de travail de la pierre similaire aux grandes réalisations des Incas, puis aurait décliné à une époque ultérieure, sous les assauts répétés d’autres colons venus de l’ouest pour provoquer une série de guerres entre « les longues oreilles » et « les courtes oreilles ». Mais cette thèse n’a jamais fait l’unanimité.

L’histoire de l’île de Pâques n’a rien à voir avec des civilisations perdues ou des explications ésotériques. Elle constitue en revanche un exemple frappant de la façon dont les sociétés humaines sont dépendantes de leur environnement et des conséquences qu’entraînent les dégâts irréversibles qu’elles lui causent. Voilà l’histoire d’un peuple qui, dans un contexte peu favorable, a su édifier une des sociétés les plus avancées du monde, en imposant aux ressources naturelles dont il disposait des exigences considérables. Lorsqu’elles n’ont plus été capables de les supporter, la civilisation qui s’était péniblement constituée au cours des millénaires précédents s’est écroulée avec elles.

La colonisation de l’île de Pâques appartient à la dernière phase du long mouvement d’expansion des hommes à travers le globe au cours du v’ siècle de notre ère. L’Empire romain amorçait sa décadence, la Chine était encore plongée dans le chaos qui avait suivi la chute de l’empire Han deux cents ans plus tôt, l’Inde voyait la fin de l’éphémère empire Gupta et la grande ville de Teothihuacàn dominait la quasi‑totalité de la Méso‑Amérique.

Les Polynésiens, eux, achevaient alors de s’attaquer aux immensités de l’océan Pacifique. Venus du Sud‑Est asiatique, les premiers d’entre eux avaient atteint les îles Tonga et Samoa vers l’an 1000 av. J.‑C. De là. ils s’étaient déployés plus à l’est jusqu’aux îles Marquises vers l’an 300 de notre ère, puis, du v’ au ix’ siècle, vers l’île de Pâques au sud‑est, Hawaï au nord, les îles de la Société et enfin la Nouvelle‑Zélande. Cette colonisation terminée, les Polynésiens constituaient le peuple le plus largement répandu sur la Terre, occupant un immense triangle allant de Hawaï au nord à la NouvelleZélande au sud‑ouest et à l’île de Pâques au sud‑est : le double de la superficie des États‑Unis d’aujourd’hui.

Les découvreurs de l’île de Pâques débarquèrent sur une terre aux faibles ressources. D’origine volcanique, ses trois volcans étaient éteints depuis au moins quatre cents ans à leur arrivée. La température comme le degré d’humidité étaient élevés et, même si le sol convenait à la culture, l’écoulement des eaux était très mauvais, d’autant que l’unique source d’eau potable provenait des lacs situés dans les cratères des volcans éteints. Très isolée, l’île abritait peu de plantes et d’animaux : trente espèces de flore indigène, quelques insectes, deux types de petits lézards et pas un mammifère. La mer entourant l’île était pauvre en poisson.

L’arrivée des premiers hommes ne contribua guère à améliorer la situation. Les animaux (porc, chien et rat polynésien) et les récoltes (yam, taro, arbre à pain, banane et noix de coco) qui composaient la subsistance de leurs terres natales s’adaptant mal au rude climat de leur nouveau pays, force leur fut de se contenter d’un régime essentiellement composé de patates douces et de poulets. Seul avantage de cette alimentation monotone, la culture de la patate douce ne demandait pas beaucoup d’efforts et laissait largement le temps pour d’autres activités.

On ne connaît pas le nombre exact de ces premiers colons, mais il ne devait guère dépasser la trentaine. La population augmenta lentement, adoptant peu à peu l’organisation sociale familière au reste de la Polynésie : un large groupement familial, dont les membres possédaient et cultivaient la terre en commun. Ces familles étroitement liées formaient des lignées et des clans, chacune ayant son lieu de culte. À la tête de chaque clan, un chef organisait et dirigeait les activités, et supervisait la distribution de la nourriture et autres produits vitaux. Ce mode de fonctionnement, la compétition et sans doute les conflits entre les clans qu’il engendrait expliquent les grandes réalisations de la civilisation de l’île de Pâques aussi bien que son effondrement final.

Les villages s’élevaient sur toute la surface de l’île en petits groupes de huttes entourés de champs cultivés. Les activités sociales se déroulaient dans des centres cérémoniels séparés occupés une partie de l’année. Les principaux monuments étaient les ahu, ces vastes plates‑formes de pierre semblables à celles qu’on trouve dans d’autres régions de Polynésie. Ils servaient aux enterrements, au culte des ancêtres et aux commémorations en l’honneur des chefs disparus. La production agricole mobilisant peu d’énergie, les chefs de clans avaient le temps de s’intéresser de près à ces rites religieux. Cette particularité aboutit au développe­ment de la société polynésienne la plus avancée de toutes, l’une des plus complexes du monde compte tenu des ressources limitées dont elle disposait. Les Pascuans partageaient le plus clair de leur temps entre les rituels élaborés et la construction de monuments religieux.

Plus de trois cents de ces plates‑formes furent ainsi construites sur l’île, principalement près de la côte. Beaucoup d’entre elles, bâties selon des alignements astronomiques sophistiqués, orientées vers un des solstices ou vers l’équinoxe, témoignent d’un haut niveau d’accomplissement intellectuel. Sur chaque site se dressaient entre une et quinze des monumentales statues de pierre qui survivent aujourd’hui comme seul vestige de la société pascuane disparue. Sculptées au moyen d’instruments en obsidienne dans la carrière de Rano Raraku, elles étaient conçues pour représenter de façon haute­ment stylisée une tête et un torse masculins. La tête était couronnée d’un « chignon » de pierre rouge pesant environ dix tonnes et pro­venant d’une autre carrière. La taille de la pierre était une tâche simple mais de longue haleine. La plus grosse difficulté consistait dans le transport de ces oeuvres monumentales à travers l’île, puis leur érection au sommet de l’ahu.

La solution trouvée par les Pascuans à ce problème fournit la clé du sort que connut par la suite leur société. Faute de bêtes de trait, ils durent employer une très importante main‑d’oeuvre humaine pour haler les statues en utilisant comme rouleaux des troncs d’arbres. Du premier petit groupe arrivé au v’ siècle, la population de l’île s’accrut donc régulièrement pour atteindre à son apogée, en 1550, le chiffre de 7 000 habitants. L’île comptait alors des centaines d’ahu sur lesquels on avait dressé plus de six cents énormes statues de pierre.

Puis, brutalement, cette civilisa­tion s’effonda,r laissant derrière elle plus de la moitié des sculptures inachevées autour de la carrière de Rano Raraku.

Que s’était‑il passé ? Une dégradation massive de l’environnement pro­voquée par la déforestation de l’île. Lorsque les premiers Euro­péens y débarquèrent au XVIIIe siècle, ils la trouvèrent totalement déboisée à l’exception d’une poignée d’arbres isolés au fond du plus profond cratère du volcan éteint de Rano Kao. Or de récents travaux scientifiques, dont l’analyse des types de pollen, ont mon­tré qu’au v’ siècle l’île de Pâques possédait une épaisse couverture végétale incluant des bois touffus. À mesure que la population se développait, il a fallu abattre de plus en plus d’arbres afin de four­nir des clairières à l’agriculture, du carburant pour le chauffage et la cuisine, du matériau de construction pour les habitations, des canoës pour la pêche, et des troncs pour transporter les statues sur des sortes de pistes flexibles le long desquelles les faisaient glisser des centaines d’ouvriers. Autrement dit on utilisa de prodigieuses quantités de bois. Et, un jour, il n’y en eut plus assez...

La déforestation de l’île ne sonna pas seulement le glas de toute vie sociale ou religieuse un peu élaborée : elle eut également des effets spectaculaires sur la vie quotidienne de la population. En 1500, la pénurie d’arbres contraignit bien des gens à ne plus construire des maisons en planches mais à vivre dans des grottes et, quand environ un siècle plus tard le bois finit par manquer tota­lement, tout le monde dut se rabattre sur des habitations troglo­dytes creusées au flanc des collines ou de frêles huttes en roseaux taillés dans la végétation qui poussait en bordure des lacs de cra­tère. Plus question de bâtir des canoës : les embarcations en roseau ne permettaient pas d’entreprendre de longs voyages.

La pêche devint aussi plus difficile car le bois de mûrier avec lequel on fabriquait les filets n’existait plus. La disparition de la couverture boisée appauvrit encore le sol de l’île qui souffrait déjà d’un manque d’engrais animaux convenables pour remplacer les élé­ments nutritifs absorbés par les cultures. L’exposition accrue aux intempéries aggrava l’érosion et fit rapidement chuter le rende­ment des cultures. Les poulets devinrent la principale source de ravitaillement. À mesure que leur nombre augmentait, il fallut les protéger du vol. Mais ils ne pouvaient suffire à faire vivre sept mille habitants, et la population déclina rapidement.

À partir de 1600, la société décadente de l’île de Pâques régressa vers un niveau de vie toujours plus primitif. Privés d’arbres et donc de canoës, les insulaires se retrouvaient prison­niers à des milliers de kilomètres de leur patrie natale, incapables d’échapper aux conséquences de la débâcle de leur environnement dont ils étaient eux-mêmes responsables. L’impact social et cultu­rel du déboisement fut tout aussi important. L’impossibilité d’éri­ger de nouvelles statues dut avoir un effet dévastateur sur les systèmes de croyances et d’organisation sociale et remettre en question les fondations mêmes sur lesquelles s’était édifiée cette société complexe.

Les conflits se multiplièrent, provoquant un état de guerre quasi permanent. L’esclavage devint pratique courante et, à mesure que se raréfiait la quantité de protéines disponibles, les habitants se livrèrent au cannibalisme. L’un des principaux objectifs de ces guerres était de détruire les ahu des clans adverses. La plupart des magnifiques statues de pierre furent ainsi peu à peu abattues. Face à ce paysage désolé, face à l’ignorance des insulaires qui avaient perdu au fil des siècles la mémoire de leur culture, les premiers Européens ne comprirent pas quelle étrange civilisation avait pu un jour fleurir sur l’île. Mille ans durant, les Pascuans surent conserver un mode de vie correspon­dant à un ensemble raffiné de coutumes sociales et religieuses qui leur permit non seulement de subsister, mais de s’épanouir.

Il s’agit à bien des égards d’un triomphe de l’ingéniosité humaine et d’une apparente victoire sur un environnement hostile. Or, au bout du compte, la croissance de la population et les ambitions cultu­relles des insulaires se révélèrent trop pesantes pour les ressources limitées mises à leur disposition. Celles‑ci épuisées, la société ne tarda pas à s’effondrer, entraînant les habitants à un niveau proche de la barbarie. Il suffisait à ces hommes, totalement isolés du reste du monde, d’une journée pour faire le tour de leur petite île et comprendre la nécessité vitale de créer un bon équilibre avec leur environnement.

Au lieu de cela, ils l’exploitèrent comme si les possibilités qu’il leur offrait étaient illimitées. Pis, alors même que les lacunes de l’île devenaient cruellement évidentes, la lutte entre les clans semble s’être intensifiée : on sculptait de plus en plus de statues qu’on transportait à travers l’île dans un ultime effort pour assurer son prestige, quitte à en laisser un grand nombre inache­vées et abandonnées à proximité de la carrière, sans tenir aucun compte de l’inquiétante pénurie d’arbres qu’une telle escalade entraînait.


4 votes
Partagez cet article sur Facebook Partagez cet article sur Google+
Répondre à cet article

Un message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes entièrement vides pour les séparer.

Qui êtes-vous ? (optionnel : cela vous permettra de recevoir les réponses)

2 messages

  • Décroissance et Île de Pâque

    13 octobre 2009Â 18:16 , par Pascal C.

    Deux points manquent dans cet article :

    - Les recherches archeologiques ont montrees qu’un refroidissement climatique brutal a considerablement reduit la productivite des cultures, au moment de l’effondrement.

    - Les Moais sont en general couches suivant une ligne Est Ouest correspondant a la direction de l’onde des tremblements de terre resultants de la derive des plaques tectoniques dans cette region. Les seismes ont donc aussi eu leur part dans le basculement des Moais.

  • Parabole

    28 novembre 2007Â 09:56 , par JLuc (Passerelle Eco)

    Il y a de cela déjà longtemps, un peuple d’aveugles avait commencé son autodestruction, tels les Mayas avant eux.

    Un voyageur, observateur extérieur, leur dit comment sauver leur civilisation et le monde presque entier que leur destruction emporterait avec eux : il suffisait de regarder derrière, et devant différemment.

    Chacun pouvait entendre les paroles de ce voyageur, les répéter autour de lui et les mettre en pratique.

    Que pensez-vous qu’il advint de ce peuple ? Il disparut.

    Aujourd’hui personne n’est là pour raconter cette histoire, ni l’entendre :
    je suis mort et autour de moi, pas âme qui vive.

    ( petit texte communiqué par Robin Branchu et publié dans la revue Passerelle Eco n°28 )


Lixium: Hébergement web neutre en CO2 | SPIP 2.1

PASSEZ UNE ANNONCE !

Dernière annonces:

  • Recherche ou se poser !Projet : Nous sommes un couple à la recherche d'un endroit agréable, dans la nature...
  • Cherche terrain avec batiProjet : Cherche terrain a acheter de 5 hectares avec bati sur la cote d azur entre grasse et nice pour créer une ferme permaculturelle
    Offre : Etudie toutes (...)
  • Terrain à vendre pour éco-voisinage ou plus...Projet : Voilà, j'ai acquis un terrain avec partie constructible et partie agricole, et il y en a deux autres à vendre du même type, je vis déjà à proximité avec projet d'acheter encore une maison (...)
  • Projet : TERRAIN PERMACULTURE, ANDALOUSIE ESPAGNE : Terrain à exploiter, projet de permaculture à développer sur 1 à 3 hectares 'mis à disposition'. Terrain vierge. La propriété au total comprend (...)
  • OFFRES D’EMPLOIProjet : Le Loubatas, asso d'éducation à l'environnement gère un écogite et accueil des groupes (classes de la maternelle au lycée, centres de loisirs, associations...) animation, repas bio et de (...)