Passerelle eco

Permaculture et Écovillage Global

Derniers articles

Nos Livres et revues

Derniers articles

Réseau éco

20 ans d'écolieux

Des reportages et les annonces du réseau éco et de la dynamique écovillage en France : écolieux de vie, projets d'écovillages, écofermes pédagogiques, personnes ressources ou en recherche, entreprises, centres de formations, etc... Plusieurs rubriques sont consacrées aux écovillages en germe ou en devenir, car ces initiatives font converger l'ensemble des aspects de l'écologie pratique : l'actualité, leurs activités, rencontres, chantiers ou échanges proposés.

Derniers articles

Thématiques

Dossiers thématiques : depuis les statuts de la loi de 1901, l'alimentation, la construction saine, l'habitat léger, le carburant tournesol ...

Derniers rendez-vous

Annonces, photos, comptes rendu des rassemblements, rendez-vous, festivals, colloques, manifestations...

Derniers articles

Pratique

- des fiches pratiques et des recettes - la partage et l'expérimentation de l'autoproduction - les activités associatives de Passerelle Eco.
Vous êtes ici > Accueil > Thématiques > Monnaie locales et lien social > Laboratoire alter-monétaire

le 4 mars 2010

Contact

Homo Donatus : donner au lieu de vendre, recevoir au lieu d’acheter

Appel à l’expérimentation sur un lieu de vie

L’auteur, Jeremy Waber, pose la question : "Pourquoi ne pas essayer de valider la convention sociale du "donner, recevoir, donner à nouveau" dans un projet de vie ?"...

Imaginons une société dominée par l’homo donatus. Les échanges par le don portent sur le matériel et les ressources naturelles mais ce sont aussi des rites, des émotions, des danses, des fêtes, des politesses ou encore l’éducation, la santé ou tout autre service. Tout ce qu’une personne arrive à produire et à donner lui confère une notoriété et un prestige social. La richesse est évaluée par ce que la personne arrive à donner. Par contre, si une personne consomme ou détruit sans partager ou rendre, elle devient égoïste, avare et risque d’être rejetée de la société ou simplement de moins recevoir.

La convention sociale du « donner, recevoir et donner à nouveau » stimule la générosité et la confiance puis la réciprocité. Ainsi, le contrat social engagé par le don permet une bonne cohésion sociale sur la durée. Si le don est l’unique forme d’échange, chaque individu est tenu de travailler. Une compétitivité s’installe entre les membres de la société pour maximiser la capacité de donner en fonction des capacités de chacun. Le système est écologiquement durable car les échanges avec la nature suivent la même convention. L’échange par le don n’a pas besoin d’être chiffré, la valeur de l’échange est déterminée par la convention sociale.

L’information et les connaissances techniques liées aux échanges sont importantes pour que la valeur estimée ne soit pas trop faussée. Les gens échangent librement en portant beaucoup d’attention aux besoins de leurs voisins avec la certitude d’avoir assez pour vivre une vie sympathique et dynamique.

D’après la littérature et les grands théoriciens, l’homo donatus n’est pas une utopie mais une réalité actuelle omniprésente de l’organisation sociale. C’est seulement une approche et un angle d’observation peu communs.

Finalité du projet « Homo donatus »

Mettre à l’épreuve la théorie de l’échange économique par le don en créant une structure qui permette d’expérimenter l’idée petit à petit et d’englober beaucoup de secteurs de l’économie actuelle. Créer un réseau et un lieu de vie sympathiques et dynamiques.

Une société basée sur le don

Pour garder le projet plus réaliste, la « société » de l’homo donatus devient un groupe de gens en réseau et/ou sur un lieu. Tout le monde peut se rendre utile en apportant sa contribution en fonction de ses capacités et de sa position. Certains s’engagent professionnellement et d’autres permettent de lier le projet avec l’extérieur.

Petit à petit, de multiples activités sont incluses et une structure est mise en place pour accueillir un grand potentiel de développement.

Vision personnelle, reliée à l’agriculture

L’économie du don est pour moi une source d’espoir pour la résolution de quelques questions existentielles personnelles.

Je suis agronome et je trouve l’agriculture et le milieu rural particulièrement favorables à la réalisation de ce projet :

 Vivre plus proche de la nature (La proximité avec la nature peut permettre de mettre en place un système d’échange durable avec la nature et d’avoir un environnement de vie agréable)

 Avoir beaucoup d’espace (L’espace peut permettre le développement d’un grand nombre d’activités de production et sociales)

 Les activités sont rapidement utiles, valorisantes et constructives. De plus, ces activités peuvent occuper et profiter à un grand nombre de personnes.

 L’expérimentation est favorisée par une certaine autonomie matérielle et alimentaire ainsi que par la souplesse des activités.

Concrètement, le projet peut prendre des formes plus ou moins ambitieuses :

Je m’installe comme exploitant agricole, j’essaye d’assurer une certaine autonomie alimentaire et matérielle et, petit a petit, je tente de donner mes produits à un réseau de personnes dans la région en espérant recevoir quelque chose en retour. Je propose également de l’accueil et d’autres prestations sociales et je pratique quelques artisanats.

Petit à petit, plusieurs activités dirigées par des professionnels se mettent en place sur le lieu avec une agriculture diversifiée, de la construction et de l’artisanat. Le lieu propose en parallèle diverses prestations sociales tel que : de la formation autodidacte (ateliers libres et ouverts, stages, conférences, bibliothèque…), de l’accueil (enfants, personnes âgées, stagiaires, handicapés…) et des loisirs (camping, jeux, sports, musique, fêtes, festivals, arts, équitation, randonnées…) La diversité des échanges et les interactions entre toutes les activités sont favorables pour expérimenter le don. Je reste également ouvert à d’autres idées.

Mise en œuvre

Pour commencer le projet, je suis confronté à beaucoup de questions. Je pense que ces questions peuvent trouver des réponses parallèlement à la recherche de personnes intéressées par ce projet. Si notre aimable lecteur trouve l’idée intéressante et veut contribuer à l’élaboration du projet, quelques questions plus ou moins générales n’attendent que votre réponse. En attendant une rencontre et pour faciliter les communications, ces questions sont disponibles sur un petit site Internet. Vous pouvez également m’adresser vos remarques par mail ou par courrier postal : voyez Jeremy Waber, projet Homo Donatus.

Questions

et début de recherches personnelles entre parenthèses :

Questions sociales

 Qui participe ? Comment former le groupe ?

(Tout le monde est bienvenu, il faut simplement réussir à s’entendre et s’accorder, la forme de la relation doit se discuter en fonction de la position de chacun, interne, externe ou les deux. Je pense que des rencontres sont nécessaires pour la formation du groupe. Un groupe ou un agriculteur peut également trouver l’idée intéressante et il suffirait de le ou les rejoindre)

Questions juridiques

Quelles sont les formes juridiques les plus appropriées pour ce projet ? Comment lier la production, la prestation sociale, la formation et le revenu individuel dans une même organisation ?

(Je n’ai pas trouvé de réponses idéales pour la forme juridique, j’ai besoin de l’aide de juristes, des compromis seront certainement nécessaires. Le squat, le « noir » et l’illégal ne me semblent pas très durables. Le résultat de mes recherches serait un mélange d’association, de centre de formation, de SCI, d’exploitant agricole, de coopérative d’emploi et de lieu de vie.)

Questions économiques

Comment intégrer les échanges monétaires entre les gens et avec l’extérieur ? Comment assurer un minimum de retour financier ? Où et comment est-il possible de trouver de l’argent pour l’investissement de départ pour le lieu ?

(L’argent peut aussi être donné et reçu, des compromis seront certainement nécessaires au début pour pouvoir commencer et assurer un roulement économique. Le lieu a besoin d’être transparent, proche des gens externes. Les personnes du groupe doivent être prêtes à vivre simplement au cas où le retour ne serait pas direct. Pour trouver l’argent de départ, le groupe peut permettre de maintenir l’apport financier par personne relativement bas. Les personnes externes peuvent soutenir et intégrer le projet en achetant des parts et profiter directement du lieu (accueil, produit, animations) L’organisation financière doit assurer une certaine sécurité individuelle et partager les responsabilités. De toute façon, il faut oser se lancer.)


2 votes

5 messages

  • Homo Donatus : donner au lieu de vendre, recevoir au lieu d’acheter

    Le 27 mars 2010, par 1gus2plus

    J’en suis à peu près au même point de ma réflexion. Etant designer de formation, j’avais plus orienté ma réflexion de départ sur la notion d’autonomie, recherchée par une sorte de communauté de voisinage, en particulier autour d’un atelier commun, qui permettrait à la fois de développer cette autonomie pour chacun et collectivement tout en ayant un lieu pour la production de réalisation, artisanales, artistiques, en lien ou non avec l’autonomisation, qui pourraient être proposés à la vente pour assurer un lien avec l’extérieur (taxes, matériel éventuel à acheter à l’extérieur, ou urgences diverses). La vie en tant que telle de cette communauté de voisinage étant organisée autour du don, de l’hospitalité, du partage dans mon idée. Après avoir aménagé un petit camion, je compte partir dans les semaines qui viennent faire des formations diverses pour acquérir quelques connaissances de base en agriculture bio-dynamique, auto-construction d’une maison, d’une éolienne, phyto-épuration, peut-être céramique, verre etc... Tout ça pour dire que votre démarche m’intéresse beaucoup.

  • Homo Donatus : donner au lieu de vendre, recevoir au lieu d’acheter

    Le 4 mars 2010, par Mas Emile

    A plusieurs reprises, j’ai eu le "privilège" de vivre de courtes périodes ( de quelques mois à 3ans ), en "semi-communauté" (nous mettions nos revenus en commun et partagions nos productions -par ex nos légumes) .

    J’ai aussi participé au fonctionnement d’un SEL , enfin j’ai suivi un stage pour être animateur de "Réseau d’Echanges Réciproques de Savoirs" .
    J’ai suivi de près plusieurs commnautés (Amis de l’Homme, Cun du Larzac, Arche de Lanza del vasto, et plusieurs autres ..) . En France spécialement, il nous est très difficile de parvenir à vivre d’une façon AUTONOME, SOLIDAIRE et surtout sans JALOUSIES !!

    Conclusion : il serait prudent de commencer par :
     a) adhérer à un Sel (et s’il n’en existe pas un proche, participer au moins aux journées d’été des SELs- voir leur site)
     b) suivre le stage d’animateur de Réseau d’Echanges Réciproques de Savoirs c)étudier les problèmes rencontrés dans les kiboutz et autres communautés d)préparer des "vacances conviviales", pendant lesquelles pourraient être expérimentées plusieurs manières de se REPARTIR LES POUVOIRS DE DECISION ( car plus que l’argent, c’est la recherche de POUVOIR qui empoisonne nos relations, à tous les niveaux , y compris dans les couples et les familles ..)

    Certain(e)s me reprocheront peut-être de mélanger la notion de société basée sur le don et une société basée sur davantage de partages . Il me semble pourtant que si une CHARTE de PRINCIPES DE VIE n’a pas été décidée en commun, il sera très difficile d’établir une société basée sur le don . Trop de frustrations, de déceptions, jalousies, de mécontentements, risquent de détruire la confiance initiale . Amike (amicalement en langue internationale)

    Emile Mas <espergala@wanadoo.fr>

    • Homo Donatus : donner au lieu de vendre, recevoir au lieu d’acheter

      Le 5 mars 2010, par Jeremy Waber

      J’ai aussi vécu dans 4 "communautés" dont la Borie Noble et des Camphill. J’ai bénéficié du statut d’enfant plus ou moins grand qui peut aider sur la ferme ou dans la maison pour les tâches courantes. Je n’ai jamais pris des responsabilités dans ces communautés mais j’ai pu sentir les tensions et les problèmes liés au fait de vivre ensemble.

      Je pense que vos conseils sont judicieux pour mettre en place une structure "communautaire" complexe. En m’orientant vers une économie du don, j’imagine plutot une simplification du système. Chaque personnne peut librement donner et partager, il n’y a pas forcément besoin de contrat officiel et le fait de donner ne donne pas un droit de recevoir calculé. Pour cela il faut que les gens soient autonome.

      Actuellement, je m’oriente plutôt vers quelque chose de petit et simple. Je n’ai pas envie de passer mon temps dans des réunions et sur des bureaux pour permettre à une grande structure sociale d’exister.

      • Homo Donatus : donner au lieu de vendre, recevoir au lieu d’acheter

        Le 28 avril 2010, par Thierry D

        Je m’intéresse beaucoup à ce type d’échange et à la possibilité, à l’echelle d’une commune, de valoriser ce type d’échange, en particulier liée à l’utilisation d’un site Internet pour centraliser et valoriser les échanges (SEL) et don. Savez-vous si des initiatives existent à ce sujet ? merci

        • Homo Donatus : donner au lieu de vendre, recevoir au lieu d’acheter

          Le 10 septembre 2010, par gil

          Bonjour,

          Il exise un lieu, à Corseul, en Bretagne. L’assoiation d’ALPHA VIE (Amour, Lumière,Paix, Harmonie, Abondance, Véritable Intégralité de l’Etre ), qui est en voeu de fonctionner avec la monnaie du plaisir partagé. Donner c’est recevoir, recevoir c’est donner. Offrons-nous par don pour le plaisir de vivre dans la joie et la plénitude, en Libre Participation Consciente Univer’SEL (Service d’Echanges Libres). Il propose dans l’instant des fruits et légumes biologiques, 2 marchés par semaines, le lundi et le vendredi, de 17h à 20h, et une libre cueillette, le mercredi de 14h à 18h.  :)

Contact --- Mentions légales

www.ecovillageglobal.fr

le site de l'écovillage global des lecteurs et annonceurs de la revue Passerelle Éco

PASSEZ UNE ANNONCE

Colocation sur Ecolieu (Offres de CoLocation dans le 09)

Projet : Sur ferme indépendante, un lieu d'écocohabitation, a démarré en 09 et des places seront disponibles en 01, et 03/23. Espace possible pour caravane ou teenhouse. En plus de la maison de (...)

Recherche Lieu Collectif pour Habiter dans ma Tiny House (Projets d’écovillage dans le 22)

Projet : Bonjour, je suis en train de construire une Tiny House qui sera prête bientôt.Je souhaiterais nous trouver un terrain douillet jusqu'à l'été. Je recherche un lieu collectif secteur de (...)

Recherche Habitation (Contacts dans le 66)

Projet : Bonjour, Je cherche une habitation en écoconstruction proche de l'eau dans le sud-ouest/sud-est où à l'étranger si une opportunité s'aligne à mes attentes. Offre : Mobile et disponible (...)

Vers un Nouveau Printemps. Atelier de «Travail qui Relie» (Arts de Vie dans le 67)

Projet : En quête de sens ou de cohérence ou envie de prendre soin du vivant et de retrouver de l'élan ? Plonger au coeur de la forêt, se relier au corps et au sensible, à la vie en SOI et autour de (...)

Ferme Bio Arboriculture Petit Elevage Plein Air Permaculture (Fermes dans le 39)

Projet : Terrain agricole d'un peu moins de 4 hectares + une vingtaine d'hectare en commodat (mise a disposition gratuite) certifiés en agriculture biologique Je suis installé depuis début 2020 sur (...)