Passerelle eco

Permaculture et Écovillage Global

La revue Passerelle Eco : sommaire des numéros, compléments d'info, bulletin d'abonnement à imprimer ...

Actualité du réseau éco

Réseaux

Quelques écolieux

Des reportages et les annonces du réseau éco et de la dynamique écovillage en France : écolieux de vie, projets d'écovillages, écofermes pédagogiques, personnes ressources ou en recherche, entreprises, centres de formations, etc... Plusieurs rubriques sont consacrées aux écovillages en germe ou en devenir, car ces initiatives font converger l'ensemble des aspects de l'écologie pratique : l'actualité, leurs activités, rencontres, chantiers ou échanges proposés.
Dossiers thématiques : depuis les statuts de la loi de 1901, l'alimentation, la construction saine, l'habitat léger, le carburant tournesol ...
Annonces, photos, comptes rendu des rassemblements, rendez-vous, festivals, colloques, manifestations...
- des fiches pratiques et des recettes - la partage et l'expérimentation de l'autoproduction - les activités associatives de Passerelle Eco.
Vous êtes ici > Accueil > Thématiques > Contr-Information, Ré-information
Climatologie

le 16 décembre 2009

ARTICLES

Copenhague : la fin du monde repoussée de 15 jours

Nicolino, les astuces du décompte des émissions de gaz à effet de serre, et le discours de Chavez

Nicolino : "Ce sera l’industrie, ou nous"

Extrait d’un article de Fabrice Nicolino, paru dans Charlie-Hebdo - 9 décembre 2009

Le vrai, c’est que les émissions mondiales de gaz explosent. Elles ont augmenté de 41 % entre 1990 et 2008, alors que le protocole de Kyoto espérait une baisse de 5,2 % en 2012, c’est-à-dire demain. Ces chiffres vont au-delà du scénario le plus pessimiste établi par le Giec, comme vient de le constater, effaré, le climatologue Hervé Le Treut.

Encore y a-t-il peut-être pire. 26 climatologues de grande réputation parlent désormais d’une augmentation moyenne de la température de 7° aux alentours de 2100 [1]. Un authentique cataclysme, qui balaierait tout.

Fermez donc la télé, car vous n’y apprendrez rien. La clé de Copenhague est ailleurs. Notre Nord à nous, Etats-Unis compris, a un besoin vital que le Sud continue à produire des merdes à prix cassés. Des fringues, des jouets, des ordinateurs. C’est ainsi et seulement ainsi qu’ils pourront continuer à acheter nos turbines, nos avions, nos centrales nucléaires, nos parfums. Le Sud ne peut donc que poursuivre la marche en avant vers l’abîme, et augmenter massivement ses émissions de gaz. Et nous aussi, mais un peu moins, car nous cramons du combustible fossile depuis déjà deux siècles.

Un exemple, pour la route. L’élevage mondial, essentiellement industriel, émet selon la FAO (2006) plus de gaz à effet de serre - 18 % - que tous les transports humains réunis, de la bagnole à l’avion, en passant par le train et le bateau. Mais une nouvelle étude américaine sérieuse [2], reprenant les comptes à zéro, estime que l’élevage représenterait 51% des émissions humaines.

Le meilleur moyen de lutter contre le dérèglement climatique, dans tous les cas, serait de diviser l’hyperconsommation de viande par trois ou quatre. Mais aucun responsable n’en parle, car ce serait s’attaquer enfin à un lobby industriel. Et donc, silence.

Ce qui est en cause à Copenhague, c’est un principe d’organisation. Une histoire enracinée, dominée par un imaginaire devenu fou. Le monde est devenu une industrie. Elle commande tout. Navré de le dire brutalement, mais ce sera elle, ou nous.

Compensations et évitement :les calculs de Copenhague

Extrait d’un article traduit par m-e-dium.net [3]

Ce sommet est largement dominée par les représentants des pays riches. Ils tentent de ficeler l’accord avec des subterfuges comptables qui donneront l’impression de réductions, sans conséquences réelles. Il est essentiel de comprendre ces manigances.

L’astuce repose principalement sur une bizarrerie du système : un pays riche peut réduire ses émissions sans effectivement émettre moins de gaz à effet de serre. Comment est-ce possible ? Il peut tout simplement payer un pays pauvre pour émettre moins qu’il ne l’aurait fait autrement. En théorie, cela semble correct : nous avons tous la même atmosphère, donc pourquoi se soucier de savoir d’où viennent les réductions ?

Astuce n°1 : réchauffement de l’atmosphère.

Les nations du monde se sont vues attribuer des permis d’émettre des gaz à effet de serre en 1990, lorsque l’Union soviétique était encore une grande puissance industrielle - de sorte qu’elle a reçu une dotation énorme. Mais l’année suivante, l’URSS s’est effondrée, et le niveau de sa production industrielle est tombé en chute libre – tout comme ses émissions de carbone. Ces gaz ne seront en définitive jamais émis. Mais la Russie et les pays d’Europe orientale les considèrent dans toutes les négociations comme « les leurs ». Maintenant, ils les vendent à des pays riches qui veulent acheter des « réductions ». Dans le système actuel, les États-Unis peuvent en acheter à la Roumanie et dire ensuite qu’ils ont réduit leurs émissions - même si elles ne sont rien d’autre qu’une fiction juridique. Nous ne parlons pas ici de petit changement climatique. Cet air chaud représente dix gigatonnes de CO2. Par comparaison, si les pays développés du monde entier réduisent leurs émissions de 40 pour cent d’ici 2020, cela ne fera que six gigatonnes en moins dans l’atmosphère.

Astuce n°2 : double comptabilité.

Prenons un exemple pour mieux illustrer ce point. Si la Grande-Bretagne paie la Chine pour qu’elle renonce à une centrale au charbon et qu’elle construise un barrage hydro-électrique à la place, elle se met alors en poche cette réduction des émissions de carbone dans le cadre des réductions globales par pays. En retour, nous sommes même autorisés à conserver une centrale au charbon chez nous. Et dans le même temps, la Chine tient aussi compte de ce changement dans le cadre de ses réductions d’ensemble. Donc, une tonne de réduction d’émissions de carbone est comptée deux fois. Cela signifie que le système entier est truffé d’exagérations - et le chiffre des réductions globales est une arnaque.

Astuce n°3 : des Forêts fictives

On appelle ce processus le LULUCF (Land Use, Land-Use Change and Forestry : Utilisation des terres, changements d’affectation des terres et foresterie). Les forêts captent les gaz à effet de serre et les stockent hors de l’atmosphère ; aussi, de manière parfaitement judicieuse, les pays obtiennent-ils un crédit dans le cadre du nouveau système pour leur préservation. Il s’agit d’une mesure essentielle pour stopper le réchauffement planétaire. Mais les entreprises de l’exploitation forestière canadiennes, suédoises et finlandaises ont réussi à fait pression sur leurs gouvernements pour qu’ils insèrent une clause absurde dans les règles. Les nouvelles règles établissent que vous pouvez, au nom de la « gestion durable des forêts », couper presque tous les arbres – et ce, sans perdre de crédits. C’est kafkaïen : une forêt coupée n’augmente pas votre niveau officiel d’émissions ... même si elle augmente votre niveau réel d’émissions.

Astuce n°4 : Choisir de faux points de départ.

Toutes les recommandations scientifiques prennent 1990 comme point de référence du niveau dangereusement élevé dont nous devons partir. Alors, quand nous parlons d’une réduction de 40 pour cent, nous voulons dire 40 pour cent de moins qu’en 1990. Mais les Américains ont - dans un éclair de génie publicitaire - décidé de prendre 2005 comme leur niveau de référence. Tout le monde parle des niveaux de 1990, sauf eux. Alors, quand les Etats-Unis promettent une réduction de 17 pour cent par rapport au niveau de 2005, ils sont en fait en train de proposer une réduction de 4 pour cent par rapport au niveau de 1990 - beaucoup moins que les autres pays riches.

Discours de Chavez à Copenhague

Notes

[1The Copenhagen Diagnosis, 2009 : Updating the World on the Latest Climate Science

[2Livestock and Climate Change, WorldWatch, novembre-décembre 2009


2 votes
Répondre à cet article
Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, insérez une ligne vide entre eux.


Contact                    

www.ecovillageglobal.fr

le site de l'écovillage global des lecteurs et annonceurs de la revue Passerelle Éco

PASSEZ UNE ANNONCE

Recherche Colocataires / Colocation Sud Seine et Marne (CoLocation dans le 77)

Projet : Je suis célibataire. 2 enfants. garde classique. musicien & créatif. J’aime le calme. j’ai la culture des choses bien faites, je sais faire pousser des légumes, faire des images, j’aime lire, (...)

Gîte en Mouvement (Elargissement dans le 01)

Projet : Créer un collectif pour co-construire la nouvelle vie d'un gîte au centre d'un village et en faire naitre un tiers lieu où favoriser les rencontres, le partage, l'ouverture des esprits et (...)

Partenariat à Porteur de Projet Agricole (Vouloir Agricole dans le 12)

Projet : Mutualiser achat d’une propriété, d’un hameau, d’une ferme ou autre avec forêt, prairies et sources d’eau, rivière – Initier projet d’habitat écologique – Développer notre autonomie alimentaire (...)

Cherche Habitat Passif dans le 09-Achat (Graines d’Avenir dans le 09)

Projet : Acheter un bien. En quête d'un milieu sauvage naturel et d'un habitat autonome, passif, sans vie communautaire de proximité, mais plutôt immergée dans un réseau de troc intensif. 1h max de (...)

Habiter Ensemble à Chambéry ? (À l’abordage dans le 73)

Projet : Nous cherchons à rejoindre ou constituer un petit groupe d’habitat partagé à (ou proche de) Chambéry, proche d'une gare, des écoles, des commerces (nous ne souhaitons pas être dépendants de la (...)

Nord Habitat Partagé (À l’abordage dans le 59)

Projet : Ma fille de 2 ans et moi aimerions vivre proche de personnes soucieuses de l'entraide et de l'éducation bienveillante,motivées par des projets alternatifs d'une manière ou d'une autre: (...)

Cherche Location / Colocation (CoLocation)

Projet : Bonjour! Je suis Sophie, 29 ans, amoureuse de la nature et passionnée par les plantes, l ecoconstruction et les randos! Je cherche actuellement une location ou colocation à loyer modéré. J (...)

Recherche à Vivre (Graines d’Avenir dans le 30)

Projet : Vivre au plus proche de la nature, le plus simplement et harmonieusement possible, avec tous ses avantages et ses contraintes. Offre : Tricot, couture, cuisine, puis tout ce qui entoure (...)

Création Écolieu en Midi Pyrénées à Vocation Agricole (Graines d’Avenir dans le 12)

Projet : Mutualiser achat d’une propriété, d'un hameau, d’une ferme ou autre avec forêt, prairies et sources d’eau, rivière – Initier projet d’habitat écologique – Développer notre autonomie alimentaire (...)