] Lieux de vie alternatifs (début) - 6 mois de WWOOF en Nouvelle Zélande - WWOOF et Volontariat sur les (...)
Passerelle eco

Permaculture et Écovillage Global

La revue Passerelle Eco : sommaire des numéros, compléments d'info, bulletin d'abonnement à imprimer ...

Actualité du réseau éco

Réseaux

Quelques écolieux

Des reportages et les annonces du réseau éco et de la dynamique écovillage en France : écolieux de vie, projets d'écovillages, écofermes pédagogiques, personnes ressources ou en recherche, entreprises, centres de formations, etc... Plusieurs rubriques sont consacrées aux écovillages en germe ou en devenir, car ces initiatives font converger l'ensemble des aspects de l'écologie pratique : l'actualité, leurs activités, rencontres, chantiers ou échanges proposés.
Dossiers thématiques : depuis les statuts de la loi de 1901, l'alimentation, la construction saine, l'habitat léger, le carburant tournesol ...
Annonces, photos, comptes rendu des rassemblements, rendez-vous, festivals, colloques, manifestations...
- des fiches pratiques et des recettes - la partage et l'expérimentation de l'autoproduction - les activités associatives de Passerelle Eco.
Vous êtes ici > Accueil > Thématiques > Agricultiver > WWOOF et Volontariat sur les Fermes en Agriculture Biologique
Mémoire de Master d’Ethnologie
Lieux de vie alternatifs (début) :

le 7 septembre 2010

Lieux de vie alternatifs (début)

6 mois de WWOOF en Nouvelle-Zélande

La catégorie qui rassemble le plus d’hôtes est celle des individus appartenant à la génération des années 70, dont la culture et les pratiques sont directement issues des mouvements alternatifs et contre-culturels de l’époque.

Beaucoup ont vécu dans un habitat temporaire pendant la construction de leur propre maison (housebus, housetruck, caravane). Ils font aussi souvent preuve d’une forte conscience écologique, voire d’une certaine spiritualité, et mettent en place des activités d’autosuffisance.

Te Miko

Te miko est situé à quelques kilomètres de Punakaiki, un village de 60 habitants, réputé dans tout le pays pour les "Pancake Rocks", des rochers plats aux stratifications remarquables. "Te miko" désigne les "petites pousses de palmiers" que l’on trouve ici en abondance. De la terrasse, mon regard se perd dans la contemplation de la forêt tropicale millénaire qui m’entoure, où les coiffes vertes des palmiers et des fougères offrent une infinité de bouquets sauvage au bleu profond et immense de la mer Tasman. Pendant l’été, la population de la région est au moins triplée par le passage d’une masse de bus, de voiture et de camping car de touristes.

Les habitantes

Carolyn, propriétaire de Te Miko, y tient un atelier de perles de verre. Elle achète le verre et le transforme elle-même puis le vend de chez elle. Ses principaux clients sont les touristes qui n’ont d’autre choix que d’emprunter la seule route qui existe pour se rendre au Pancake Rocks. La West Coast est une région très sauvage, peu propice à l’installation de l’homme.

Une route longe la puissante mer Tasman, entourée d’un côté par les falaises abruptes et de l’autre par les montagnes couvertes d’une dense forêt tropicale. Le long de cette route se situent les quelques maisons qui ont pu s’implanter malgré les cyclones et les inondations à répétition.

Dans les profondeurs de la forêt s’enfoncent quelques chemins tracés par les convois de pionniers, que les touristes empruntent aujourd’hui pour redécouvrir une nature sauvage oubliée, et qui malgré tous les efforts des hommes, leur a résisté. Carolyn, si elle sait que son activité dépend essentiellement du tourisme, déplore les ravages occasionnés par cette "masse inconsciente" qui envahit chaque été ce petit paradis. Parott vit à Te Miko en compagnie de Carolyn dans une toute petite maison bleue verte et jaune. C’est une artiste exubérante et inénarrable. Avec Carolyn, elle aime disperser des objets artistiques qui viennent égayer le lieu, tels des sculptures ou des branches peintes de toutes les couleurs.

Parott a vécu 6 ans dans une communauté : ses membres partageaient simplement une terre sans avoir d’éthique ni d’activités en commun. Elle en garde un très mauvais souvenir. Après sa dissolution, Parott a rencontré Carolyn qui partage depuis 5 ans son terrain. Elle l’aide désormais à l’accueil de temps à autres mais son principal métier est comptable.

Carolyn, elle, vit depuis 25 ans à Punakaiki. Elle a grandi à Greymouth, la ville la plus proche, à une vingtaine de kilomètres. Elle y a ouvert un magasin dans les années 70, qu’elle a appelé le "weta", du nom d’un insecte à l’apparence repoussante, mais complètement inoffensif pour l’homme. Elle a choisi ce nom car les habitants du coin, très conservateurs, voyaient d’un mauvais oeil l’ouverture de ce qui était vu comme un quartier général de hippies, tenu en plus par une femme seule. Carolyn aimait le fait de bouleverser les mentalités et la bonne morale. Elle vendait à l’époque des vêtements indiens, des encens, des feuilles à rouler, des livres et journaux alternatifs, et faisait passer sous le comptoir des magasines pornographiques, alors prohibés. Le comble était pour elle de voir arriver, parmi les hommes venant lui acheter ces magasines, les tenants de la morale conservatrice. En 1981, elle décide de vendre son commerce pour acheter un terrain et construire sa maison. Elle s’installe alors à Te Miko. Carolyn a auto-construit la maison en bois avec l’aide de son ex-mari. Elle a aussi construit des toilettes sèches, qui constitue pour elle le point de départ d’un changement de relation avec la nature : on ne peut pas que prendre à la nature, il faut aussi donner, et les déchets sont un don de première importance.

Bio-dynamique

Carolyn jardine selon les principes de la biodynamie, en effectuant régulièrement des préparations fertilisantes pour son jardin. L’une d’elle que j’aurai l’occasion d’observer consiste à mélanger diverses herbes et plantes, en les mixant en forme de spirale dans de l’eau de pluie, préalablement chauffée au soleil.

Elle pense qu’il ne suffit pas d’analyser scientifiquement les processus naturels, notre esprit est autant que notre corps un vecteur de communion avec la nature. Elle oppose la biodynamique à la permaculture car, pour elle, cette dernière porte un regard scientifique sur toutes choses, en occultant la dimension spirituelle du rapport au vivant.

Elle évoque à ce titre un désaccord avec un ami "permaculturiste" à propos d’un arbre malade. Son ami considérait que s’il était malade, c’est que la nature était ainsi, et qu’il fallait le laisser mourir. Elle, au contraire, pensait que la loi de la nature n’était pas celle du plus fort, que l’on pouvait agir bénéfiquement pour aider, coopérer avec les autres éléments de l’éco-système.

Pour elle, les préparations biodynamique vont en ce sens plus loin que les principes permaculturels en donnant à l’homme un rôle de guérisseur des autres êtres vivants. L’opposition entre permaculture et biodynamique est cependant à relativiser au vue des diverses interprétations de ces principes, car leur application réclame souvent une adaptation à une philosophie de vie, personnelle.

Wwoofing

A Te Miko, nous travaillons de 4 à 5 heures par jour et effectuons comme à chaque fois des activités diverses, dont le désherbage constitue néanmoins l’essentiel... J’ai la mission d’"éradiquer" une herbe envahissante, le "wandering jew", qui se répand à une vitesse phénoménale aux dépends de la flore indigène. Je parcours le sol noir couvert de minuscules pousses de palmiers pour traquer ces minuscules herbes et détacher délicatement leur racine.

Nous creusons et désherbons un fossé qui parcours de long en large la propriété. Il se remplira à la première pluie, qui dans cette région au micro-climat sub-tropical sont diluviennes. La circulation de l’eau sur le terrain est essentielle pour Carolyn, car elle participe de la construction d’une synergie naturelle entre les différents éléments au sein du jardin.

Le travail est plus ou moins organisé au jour le jour. Carolyn écrit comme à Tira Ora les tâches sur un tableau noir et choisi le travail à accomplir selon le temps, et son envie. L’organisation diffère évidemment de celle de producteurs biologiques.

Elle évoque un ami pratiquant la biodynamique à des fins commerciales qui travaille 10 à 12 heures par jour, et demande aux wwoofers une participation de 8 heures par jours. Elle l’admire pour le travail qu’il accomplit, car il arrive à fournir une grande quantité de produit pour toute la région, et constitue un véritable exemple de production biodynamique, mais ne serait pas prête à adopter ce mode de vie. Elle passe à peu près la moitié de sa journée à son atelier à confectionner ou vendre ses perles de verre, et l’autre dans son jardin.


4 votes
Répondre à cet article
Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, insérez une ligne vide entre eux.

DOSSIER
Ecolieux, Ecovillages et Alternatives écologiques
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 ... À suivre ...
Article précédent : L’écologie scientifique
Article suivant : Lieux de vie alternatifs (suite)

Je nourrissais une aspiration à la vie sauvage et à des pratiques proches de la nature, sans savoir que des concrétisations existaient. Je faisais alors des études de sociologie, sans savoir si j’allais continuer. Suite à un séjour à Carapa, j’ai rencontré un ethnologue qui m’a donné l’idée de lier mes 2 passions et de faire une étude sur les écovillages et les éco-alternatives ! C’est ce que j’ai fait...

Après de nombreuses découvertes, voici le fruit de ces années de recherches.

Mon mémoire s’intitule "Une initiation à l’éco-alternative : expérimentations et constructions de réseaux, des éco-lieux de France au WWOOF de Nouvelle-Zélande".

Plus sobrement, je pourrai l’appeler : "Mon initiation aux éco-alternatives".


Contact                    

www.ecovillageglobal.fr

le site de l'écovillage global des lecteurs et annonceurs de la revue Passerelle Éco

PASSEZ UNE ANNONCE

Echange de Bon Procédé (Ecolieux existant dans le 48)

Projet : Si tu as envie de nature, que tu cherche à te poser avec ta maison roulante, sur un terrain avec source à l'année, que tu as envie de faire ton potager et qu'en échange tu peux donner un coup (...)

Opportunité Installation et Formation (Ecolieux existant dans le 61)

Projet : Former une personne référente en vue du développement des formations et de la production Offre : Sylvain Przybylski, formateur, habitant prés de l'éco lieu, souhaite personnellement s’impliquer (...)

Journées Jardin Nature-Anduze (30) (Agenda des Convergences dans le 30)

Projet : Ces journées se décomposeront en un programme d’animation le samedi 24 avril et un marché pépiniériste et paysan le dimanche 25 avril , dans le « Parc des cordeliers ». Nous pouvons aisément y (...)

Cherche Prêt d'une Chambre contre Services (CoLocation)

Projet : Bonjour, Homme 58 ans actuellement sans logement (dans ma voiture) travaillant dans les soins énergétiques et l’harmonisation des lieux cherche une chambre en prêt. Offre : Je peux participer (...)

À la Recherche d'un Nouveau Lieu de Vie Près de Genève (Contacts dans le 74)

Demande : autour de St Julien en Genevois ( 45 mn ) Je pratique l'échange non monétaire: mes émoluments ne me permettant pas un apport financier. Je peux prendre le rôle de concierge, m'occuper de (...)

Stage de Formation: Jardin-Forêt Fruitier (Permaculture dans le 07)

Offre : Stage concret visant l'autonomie alimentaire et permettant d'acquérir les connaissances nécessaires à la conception (design), la création d'un Jardin-forêt fruitier et apprendre à cultiver sous (...)

Lieu «en Joie et Conscience» Pres de Nantes (Graines d’Avenir dans le 44)

Projet : PARTAGE D’UN LIEU "EN JOIE ET CONSCIENCE" PRES DE NANTES (dès 2021 ?) Offre : Suite à une 1ère rencontre conviviale organisée ce 27 et 28 février, nous venons de mette en place un serveur (...)

Lieu de Vie, de Partage, de Passage LGBT dans le Sud Poitou (Ecolieux existant dans le 86)

Projet : La ferme est constituée de nombreux bâtis, d'un potager, d'une prairie. Un lieu de partage, de créativité et de bien être entre personnes LGBT et ami)es) Offre : Le lieu est ouvert aux séjours (...)

Oliveraie d Exception Cherche Associé Oleiculteur (Agricultiver dans le 06)

Projet : Oliveraie de 350 arbres cherche associé pour partager prochaine récolte ayant son matériel de taille, peigne électrique etc possible vivre sur place projet permaculture bienvenu ou autre en (...)