Passerelle eco

Pratiques et Contacts pour Vivre Ensemble sur une Même Planète

La revue Passerelle Eco : sommaire des numéros, compléments d'info, bulletin d'abonnement à imprimer ...

Actualité du réseau éco

Réseaux

Quelques écolieux

Des reportages et les annonces du réseau éco et de la dynamique écovillage en France : écolieux de vie, projets d'écovillages, écofermes pédagogiques, personnes ressources ou en recherche, entreprises, centres de formations, etc... Plusieurs rubriques sont consacrées aux écovillages en germe ou en devenir, car ces initiatives font converger l'ensemble des aspects de l'écologie pratique : l'actualité, leurs activités, rencontres, chantiers ou échanges proposés.
Dossiers thématiques : depuis les statuts de la loi de 1901, l'alimentation, la construction saine, l'habitat léger, le carburant tournesol ...
Annonces, photos, comptes rendu des rassemblements, rendez-vous, festivals, colloques, manifestations...
- des fiches pratiques et des recettes - le site Nima'Sadi de partage et d'expérimentation sur autoproduction - les activités associatives de Passerelle Eco.
Vous êtes ici > Accueil > Agenda & Actualité > Porto Alegre 2003
Finances Solidaires et Monnaies Sociales

le 5 mars 2003

Contact

Finances Solidaires et Monnaies Sociales

les bénéfices de l’interaction

Compte Rendu

Le SMI et les Alternatives

Le Système Monétaire International entretient artificiellement la rareté, et ne répond pas aux besoins élémentaires d’une part importante de la population :

 les économies locales sont asséchées par la concurrence des marchandises fabriquées à coût réduit par de grandes firmes.

 Ces produits ou services plus compétitifs que ceux des économies de proximité contribuent à la concentration de l’argent, à l’augmentation du gaspillage, et à la dégradation de la qualité et de l’environnement (augmentation des transports pour une durée de vie plus courte de ces produits)

 de nombreuses capacités humaines sont considérées comme non rentables et ne sont pas valorisées.

 de nombreux besoins émanant de population non solvable restent insatisfaits ;

Les trois principaux fléaux du système financier international sont les suivants :

 la dette extérieure qui vampirise les pays du sud au profit de ceux du nord

 les fonds de pensions qui constituent la part la plus importante des masses financières en circulation. Leurs gestionnaires exigent une rentabilité allant toujours crescendo, découplée de la croissance économique réelle. Les entreprises cotées en bourse sont dépendantes de cet apport financier. Or le licenciement reste la variable d’ajustement privilégiée pour accroître la rentabilité d’une entreprise. C’est ainsi qu’un travailleur qui souscrit à un fond de pension en croyant ne s’occuper que de sa retraite, contribue sans le savoir au licenciement de son alter ego quelque-part sur la planète, selon une orchestration de type "chaises musicales".

 les paradis fiscaux enfin, permettent aux rares gagnants du système de mettre leurs bénéfices à l’abri de l’exigence de redistribution des états démocratiques

A ce triangle infernal est opposé le cercle vertueux des innovations monétaires populaires :

  le micro-crédit , outil de la finance solidaire, est apparu dans les années 70. Il permet aux exclus du système bancaire classique d’avoir accès à des prêts d’argent pour financer leurs projets.

  le budget participatif , apparu dans les années 80, permet aux citoyens de se rapprocher de l’administration en s’associant à une gestion des finances publiques, et favorise la réconciliation de l’état et de ses administrés ( le plus connu reste le budget participatif municipal de Porto Alegre mais de nombreuses expérimentations sont en cours, en particulier dans plusieurs municipalités françaises* )

  les monnaies sociales , enfin, permettent à une communauté de créer pour elle-même un outil monétaire sous contrôle démocratique ; cet outil peut permettre au groupe de valoriser ce qui est vraiment sensé pour lui : économie de proximité, lien social et services communautaires, ou autres services que l’économie neoliberale ne sait plus reconnaître.

Une expérimentation brésilienne

Pour illustrer comment les finances solidaires et les monnaies sociales peuvent se compléter en se potentialisant, Héloisa Primavera relate une expérience pratiquée depuis quelques années déjà au Brésil.

La Situation

FOMENTO est un modèle de cercle d’échange. Il a été pratiqué pour la première fois à Fortaleza au Brésil. Dans ce modèle, une somme d’argent est collectée pour un projet précis. Cette somme d’argent peut être constituée par n’importe quel mécanisme : épargne solidaire des personnes directement intéressées par la réalisation du projet, CIGALE ou tontine, emprunt bancaire etc.

A Fortaleza le projet portait sur la construction d’une école et la somme a été donnée par une ONG. Cette somme correspondait dans ce cas précis à la totalité de la somme nécessaire pour construire et équiper l’école. Mais l’ingéniosité des habitants de ce quartier de Fortalezza a permis de démultiplier les effets de cette somme.

En effet, ils ont crée une monnaie communautaire pour valoriser tout ce qui pouvait être fait par eux même quant à la construction de cette école : temps de travail effectué, matériaux vendus par des commerçants du quartier, productions locales, etc.

Dynamique

Pour que cette monnaie locale soit vraiment utile, il lui fallait des débouchés. Pour cela, des commerçants sont rentrés dans ce cercle d’échange en acceptant des paiements partiels pour leurs produits, en monnaie locale. Pour eux, il s’agissait d’encourager le développement local de leur quartier par une pratique solidaire. Leur vitrine portait un autocollant « Ici, on accepte la monnaie locale », qui leur amenait également de nouveaux clients.

Ainsi commerçants du quartier, travailleurs et fournisseurs du chantier ont pu utiliser cette monnaie pour leurs propres besoins.

Cette émission de monnaie locale a couvert environ 70 % des frais afférant à la construction de l’école en rétribuant les ressources locales.

Avec l’argent officiel économisé sur la somme globale destinée à la construction, la communauté a pu attribuer de petites sommes sous forme de micro-crédits pour des projets d’habitants nécessitant l’achat de matières premières, de machines ou de compétences qui n’étaient pas proposées dans le quartier. Cette somme d’argent devait être remboursée en monnaie locale à la communauté dans les 6 mois. Les porteurs de projet bénéficiaires de ces micro-crédits devaient donc encaisser de la monnaie locale en échange de leurs services ou de leur production pour rembourser l’emprunt, ce qui renforçait encore le circuit.

Bilan

Au final, la communauté n’a utilisé que trente pour cent de la somme reçue pour construire cette école, car elle a pu puiser dans ses propres forces pour fournir le reste. Les soixante-dix pour cent restant ont pu constituer un fond rotatif de micro-crédit, et la combinaison avec la monnaie locale a ainsi pu stimuler une économie de proximité et du développement local, organisée selon une gestion démocratique

* cf.le réseau Démocratiser Radicalement la Démocratie

Ce texte est le compte rendu d’un atelier animé par Heloisa Primavera et Pascale Delille, du chantier Monnaies sociales de l’Alliance pour un Monde Pluriel, Responsable et Solidaire, le 24 Janvier 2003 à Porto Alegre.

Photo : Des membres du chantier Finances Solidaires et Monnaies Sociales à Porto Alegre.


Répondre à cet article
Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, insérez une ligne vide entre eux.


Contact                    
Recherche sur le site :

Recherche dans la revue :

www.ecovillageglobal.fr

le site de l'écovillage global des lecteurs et annonceurs de la revue Passerelle Éco

PASSEZ UNE ANNONCE

Projet Recherche un Lieu en Montagne (Un Groupe Existe dans le 39)

Projet : écovillage Art-Terre : Création d'un lieu collectif en montagne proposant un accueil intergénérationnel avec des activités en lien avec la nature et les arts. Offre : Un projet solide avec (...)

Projet d'Éco-Lieu Habitat Collectif (À l’abordage dans le 12)

Projet : Création éco-lieu en Aveyron, près de Saint Affrique: – Mutualiser pour l’achat d’une propriété avec forêt, prairies, sources d’eau, rivière… – Développer un projet d’habitat écologique (...)

Ferme Légère Cherche Fermiers Légers (Elargissement dans le 64)

Projet : Ferme Légère, collectif rural vivant dans un cocon bioclimatique et visant l'autonomie depuis une colline de 10 hectares dans le nord Béarn, cherche de nouveaux fermiers. Offre : L'annonce (...)

O Mitakuye Oyasin (Ecolieux existants dans le 06)

Projet : Holà toi homme de la terre, tu cherches un éco lieu en pleine création et tu as de l'or dans les mains, compétences en taille d'oliviers si possible, en jardin absolument,en éco construction (...)

Noël Autrement (Vacances dans le 73)

Projet : Partager les fêtes de fin d Année dans la Simplicité et l Essentiel en louant un gîte en pleine nature à plusieurs régions Drôme , Ardèche , Hautes Alpes, Alpes de Haute-Provence , Hérault...... (...)

Ensemble Immobilier 185 m² , 10 Pièces sur Terrain Plat (Ventes Immobilier dans le 34)

Projet : Joli patrimoine à rénover pour amoureux des pierres, 185 m2, 10 pièces sur un étage, au rez de chaussée: 5 caves dont 2 voutées situé en limite d'un petit village, au coeur du PNR du Haut (...)

Un Premier pas . . . (Graines d’Avenir dans le 27)

Projet : Gaëtan, 29 ans, cherche individu ou groupe ayant projet ou étant installé dans le cadre d'un projet autonome et ouvert. Se lancer dans la recherche et la mise en place d'un tel lieu ou venir (...)

Une Rencontre Joyeuse (Contacts dans le 34)

Projet : Une rencontre joyeuse, voilà mon souhait! Pour: découvrir, échanger, marcher, rire, savourer. Et peut-être voir naître une complicité. Mon fonctionnement: sobriété heureuse grâce au luxe d'être (...)

Colocation Alternative (Elargissement dans le 45)

Projet : Notre colocation fait partie d'un lieu de vie et de projets collectifs, nous sommes une 10aine à vivre à l'année sur le lieu. Nous avons pour intention de créer un lieu alternatif de vie (...)