Passerelle eco

Pratiques et Contacts pour Vivre Ensemble sur une Même Planète

La revue Passerelle Eco : sommaire des numéros, compléments d'info, bulletin d'abonnement à imprimer ...

Actualité du réseau éco

Réseaux

Quelques écolieux

Des reportages et les annonces du réseau éco et de la dynamique écovillage en France : écolieux de vie, projets d'écovillages, écofermes pédagogiques, personnes ressources ou en recherche, entreprises, centres de formations, etc... Plusieurs rubriques sont consacrées aux écovillages en germe ou en devenir, car ces initiatives font converger l'ensemble des aspects de l'écologie pratique : l'actualité, leurs activités, rencontres, chantiers ou échanges proposés.
Dossiers thématiques : depuis les statuts de la loi de 1901, l'alimentation, la construction saine, l'habitat léger, le carburant tournesol ...
Annonces, photos, comptes rendu des rassemblements, rendez-vous, festivals, colloques, manifestations...
- des fiches pratiques et des recettes - le site Nima'Sadi de partage et d'expérimentation sur autoproduction - les activités associatives de Passerelle Eco.
Vous êtes ici > Accueil > Réseau > Projets Abandonnés > Projet Cyclane : vers un village sans voiture
Vivre la décroissance au quotidien
Cyclane : un projet d'écovillage sans voitures

le 30 novembre 2005

Cyclane : un projet d’écovillage sans voitures

Initiative en cours de réalisation....

Cet article a été publié dans la revue Passerelle Eco n°21

Un an de déplacement lent au rythme des ânesses dans le cadre de la marche pour la décroissance m’ont fait rencontrer tant de gens, découvrir tant de contrées, m’ont fait ressentir tant d’émotions liées à mon environnement immédiat. Je voudrais continuer dans le cadre d’un projet sédentaire en contribuant à une initiative d’écovillage dont les déplacements seraient basés sur les vélos, les transports en commun, et la traction animale, c’est le projet Cyclâne d’écovillage sans voiture. C’est un projet du réseau mondial sans voiture (http://www.worldcarfree.net), et qui fut objet de nombreuses réunions lors de la marche pour la décroissance entre Lyon et Magny-Cours. Une centaine de personnes se sont déclarées intéressées par le projet jusqu’à présent.

J’ai vécu dans plusieurs pays à la ville ou à la campagne sans voiture. J’ai par ailleurs visité de nombreux écovillages, à chaque fois dépendants des automobiles. Par ce projet d’écovillage, l’idée est de combiner humains et nature sans se rendre dépendants de la voiture. Sortir du dilemme entre la ville et la campagne avec voiture, et choisir une 3ème voie qui ne soit pas non plus l’autarcie fermée vécue par nos ancêtres.

Les méfaits de la voiture

Ce projet part d’une révolte, d’un problème gravissime : on continue à développer des modes de vie qui seront complètement dépendants de la voiture et desquels découle une ribambelle de désastres non prévus : une coupure avec nos environnements immédiats, l’utilisation de produits transportés à tout va et servis dans tous ces supermarchés, des réseaux d’ami-e-s éloignés les uns des autres, une économie régionale, nationale, mondialisée.  [1]

JPEG - 11.5 ko

Avec un million et demis de tués par an, la voiture peut se vanter de tuer plus que toutes les guerres . Avec les animaux écrasés sur les routes, elle peut se vanter de tuer plus que la chasse. Avec ses émissions polluantes elle peut se vanter de polluer plus que tout autre industrie. Les routes stérilisent des espaces plus importants que toute autre activité humaine. [2]. Les autoroutes créent des coupures pires que les fleuves. Les routes représentent les plus grands dépotoirs toxiques étalés dans l’espace .

JPEG - 25.5 ko

Si nous développons les productions végétales pour faire des carburants pour nos moteurs, les transports routiers pourront même se vanter d’utiliser plus d’espace agricole que l’agriculture nourricière [3].

Et la voiture est typique de nos visions égoïstes individualistes.

JPEG - 26.1 ko

Dans une démarche écologique ou de décroissance, la remise en cause de la voiture semble alors un angle d’action plus que fondamental. Or malgré tous les beaux discours sur le développement durable, le nombre de voitures continue d’augmenter dans nos pays riches. Si le monde entier se met à conduire comme dans l’occident nous multiplierons le nombre de voitures par 6 en 2050. Et si tout le monde se met à conduire autant qu’aux Etats-Unis (modèle que nous suivons actuellement en vivant de plus en plus à la campagne avec nos voitures), nous multiplierons le nombre de voitures par 11 en 2050.

Face à cette situation dramatique, que pouvons-nous faire ?

Nous proposons de démontrer en un lieu de campagne qu’il est possible de vivre sans voiture en renouant avec la vision écologique de l’économie de proximité proche de la nature. Basé sur un contrat clair entre les habitants : vivre sans voiture, ce projet vise un foisonnement d’initiatives tant agricoles, qu’artisanales, culturelles et sociales... etc, dynamisant une économie de proximité ainsi que la recherche et l’innovation.

Il développera des alternatives à la voiture, incluant entre autres des infrastructures pour la bicyclette, la traction animale et les transports en commun, permettant une vie agréable sans automobile. La perspective est très actuelle avec la montée des prix du pétrole, et parait inévitable à terme.

En se coupant de l’univers automobile, on s’ouvre à un univers local, de proximité avec la nature et les habitants. De la remise en cause des transports individuels motorisés peuvent découler la relocalisation, l’écologie et un avenir durable pour tou-te-s. Un tel projet peut recréer la dynamique qui faisait que les gens avaient envie de vivre proche les uns des autres tout en permettant le maximum de production locale.

Voyager loin n’est pas exclu, mais seulement pour une longue période, pour découvrir vraiment d’autres gens et d’autres horizons. Dans ce cas, il n’est pas grave d’utiliser des moyens de transport plus lents comme le train et le vélo plutôt que l’avion et la voiture. L’usage de transports doux va favoriser la production et les échanges locaux de nourriture, l’utilisation d’énergie et de matériaux locaux. Nous soutiendrons les transports publics locaux.

Appel à tous

Nous lançons un appel à toutes les personnes soutenant la décroissance ou prêtes à soutenir un tel projet car nous recherchons un terrain de 10 ha ou beaucoup plus, avec un bâtiment au moins, proche d’une gare (10 km grand maximum) et de transports en commun qui pourra être acheté, loué ou concédé pour permettre un usage à long terme. Nous ne recherchons pas un lieu isolé. Nous ne nous sommes pas restreint-e-s à une aire géographique, le plus important étant que les conditions soient appropriées pour vivre sans voiture.

Nous recherchons aussi des financements et des personnes ayant des compétences agricoles, artisanales, organisationnelles et des compétences en construction pour mener à bien le projet.

Jusqu’où sans voiture ?

Les ambulances, voitures de médecins et pompiers auront toujours accès. Pour éviter une dépendance vis à vis des voitures et camions de livraison de l’extérieur, une éco-taxe sera perçue sur ceux-ci, et son produit servira à financer des alternatives. Si l’association doit mettre en place un transport en commun, elle le fera exclusivement dans le cadre d’un horaire planifié.

Il ne s’agit pas de créer un lieu fermé bien au contraire. Comme tout le monde utilise la voiture pour aller voir les autres, on pense que c’est un outil de rencontre. En fait la voiture permet de rester en contact avec des gens qui sont loin en coup de vent, tout en restant la plupart du temps enfermé dans une boîte en tôle insensible aux contrées traversées. L’idée est au contraire de s’ouvrir énormément à la micro-région autour du village sans voiture. De la même manière, la marche pour la décroissance a permis de s’ouvrir à de nombreuses personnes alors qu’elle se faisait sans voiture. L’idée sera aussi de faire des tournées de colportage en âne ou vélo, pour organiser rencontres et échanges avec les alentours.

Pour ce village, nous sommes en train d’élaborer une charte, une association et de préparer le lancement d’une souscription pour financer le projet. Si vous avez un moyen de nous aider contactez-nous :

 par François Schneider, Chez André Aubry, les Pères Bas, 82700 Montech
 par email
 par téléphone au 06 74 39 21 06 ou au 05 63 65 02 32.


Autonomie : le dilemme ville/campagne

La ville dépend de toutes sortes de réseaux d’eau, d’électricité, de collectes des déchets, d’importation et de distribution de produits industriels.

Comme nous ne voulons pas dépendre de tous ces réseaux pas très écolos nous voulons sortir de la ville. A la campagne on peut avoir des toilettes sèches, récupérer l’eau de pluie, avoir des panneaux solaires, ... Mais à la campagne il y a un autre réseau pas écolo : le réseau routier.

L’idée de l’écovillage sans voiture est de se rendre indépendant de tous ces réseaux tout en admettant d’autres par compromis : internet, transports en communs,...

Vivre en ville sans voiture n’implique pas nécessairement une remise en cause du mode de vie. Mais vivre à la campagne sans voiture, c’est vraiment un changement profond ; on ne peut pas le faire dans le cadre de vie actuel.

Juste cette petite remise en cause résume énormément de choses qu’on aurait du mal à décrire autrement. Cela donne une vision concrète de l’idée d’écologie. Cela donne une idée du changement qu’il faudrait faire pour avoir un mode de vie partageable par tous sur la planète, durablement.

Notes

[1La voiture, c’est la guerre ; Dix objections majeures à la civilisation de l’automobile individuelle, Bruno Clémentin. Voir aussi les articles dans Carbusters de juin 2003, dans Silence de Décembre 2004.

[2Les cendres volantes des incinérateurs pleines de dioxines sont par exemple incorporées dans le bitume

[3En fait la surface de la France ne suffirait pas à répondre aux besoins d’huile végétale ou de bio-carburants au niveau de trafic routier actuel, et il faudrait convaincre les pays du tiers monde de produire pour nous, déjà qu’ils produisent du soja pour nos vaches. Dans un monde équitable, nous aurons besoin du biocarburant disponible pour les véhicules d’urgence et pour les transports en commun.


Cet article a été publié dans la revue Passerelle Eco n°21.

Les marcheurs et marcheuses de la décroissance ont participé en nombre au chantier de passerelle-eco cet été, où diverses réunions sur le village sans voiture ont pris place. Passerelle Eco soutient ce projet et relatera ses péripéties au cours des prochains numéros.

 Rappel : si vous avez un moyen de nous aider contactez-nous :
 par François Schneider, Chez André Aubry, les Pères Bas, 82700 Montech
 par email
 par téléphone au 06 74 39 21 06.

  • Par francois@decroissance.org ; tel : 06 74 39 21 06 ou Cyclâne, SCI Athena, 2683b Les Pères-Bas, 82700 Montech (tel 05 63 65 02 32)

 Photo : François et jujube, lors du départ après un mois de halte à Corcelle avec Passerelle Eco
 Graphiques : éléments du diaporama présenté par François lors de ses conférences.

 Une liste de discussion a été créée pour les projets actuels de villages sans voitures. Pour s’y inscrire et avoir plus d’infos :
http://lists.riseup.net/www/info/villagessansvoiture
Pour envoyer les emails à toute la liste écrivez à : villagessansvoiture@ ENLEVEZMOI lists.riseup.net (enlevez ENLEVEZMOI)


8 votes
Répondre à cet article
Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, insérez une ligne vide entre eux.

7 messages

| 1 | 2 |

  • Cyclane : un projet d’écovillage sans voitures

    Le 2 janvier 2013, par Nathalie

    Bonjour, Que cela serai beau un village sans voiture, (pour nous et nos enfants), avec de la nature et pas de superficialité. Mais cela se fera t-il un jour ?

    Nous habitons en pleine ville parce que nous vivons sans voiture, nous avons 2 enfants,faisons tout à pied, courses, travail,... les voitures nous agresse (sonore, polluent,détruit le paysage, nous nous faisons agresser en parole par les automobiliste quand nous sommes en bicyclette) mais nous n’avons pas le choix, pas de voiture = souffrir et avoir la vie dur dans notre société.

    Nous n’habitons pas dans la même région que nos amis et famille ; ils ne comprennent pas la difficulté, et pourtant nous ne voulons toujours pas de voiture. Je crois que la majorité de la population ne se rends pas compte du besoin de la survie de notre planète, ils sont bien au chaud et a l’abri dans leur cocoon de voiture. Et si ils n’ont PAS LA CONSCIENCE de cela, c’est très, très dur a faire changer quelqu’un qui est embourber dans sa routine !

    Si un jour un vrai village sans voiture existera, cela fera vraiment plaisir, et je vous souhaite bonne chance, ainsi a tous ceux qui pensent comme nous.

  • Cyclane : un projet d’écovillage sans voitures

    Le 11 mars 2008, par laurence

    c’est un projet merveilleux ! je trouve ca très émouvant de voir qu’il y a tout de même des gens qui agissent pour la Terre. je vous souhaite plein de bonheur et de réussites. pour le moment je n’ai pas le temps de m’informer davantage sur ce projet, mais cet article m’a vraiment plu ! je vous encourage chaleureusement à continuer.

  • > Cyclane : un projet d’écovillage sans voitures

    Le 6 novembre 2006, par christian

    je suis a la recherche d’1 ecovillage ou m’installer et developper un resto bio,boulangerie et artisanats,je suis bricoleur et ts motivées,merci a vous

  • > Cyclane : un projet d’écovillage sans voitures

    Le 5 avril 2006, par nico

    Bonjour ! Un projet qui a l’air riche et interessant. Je suis très fortement demandeur de plus de renseignement et surtout de contacts. Avec ma compagne, nous projetons ce type de vie et voudrions doucement rentré en contact avec d’autres personnes interessées (tant qu’à faire). Je souhaite que du bonheur à ce projet et éspère un jour pouvoir le visiter. Nicolas.

  • > Cyclane : un projet d’écovillage sans voitures

    Le 23 mars 2006, par cyril valsecchi

    bjr j’aimerais savoir où en est cet intéressant projet !! par avance merci cordialement cyril

    Voir en ligne : http://passerrelleco.info/forum

| 1 | 2 |


Contact                    
Recherche sur le site :

Recherche dans la revue :

www.ecovillageglobal.fr

le site de l'écovillage global des lecteurs et annonceurs de la revue Passerelle Éco

PASSEZ UNE ANNONCE

Éducation Autonome & Solidaire (Education)

Projet : https://lejardinki.com/2019/08/21/la-ribambelle-une-ecole-de-la-joie-de-vivre/ Offre : ..Enfants en situation de handicap, jeunes en phobie scolaire, en pleine santé aspirant à un (...)

Offre Hébergement Caravane en Échange de Production Vivrière . . . (Elargissement dans le 31)

Projet : Bonjour, Je souhaite accueillir des personnes pour produire des cultures vivrières et petits élevages afin de s'alimenter avec des produits sains et locaux ! Offre : Hébergement pour 2 (...)

Cherche Endroit Alternative pour m'Installer (Habitat Léger dans le 33)

Demande : Bonjour, Je cherche un lieu (saine) à vivre avec ma petit fille sur le bassin d'arcachon (Gujan Mestras). Idéalement un chalet, maison,mobile home sur un bout de terrain. 2-3 chambres, (...)

HG à Créer (Elargissement dans le 54)

Projet : conduire ensemble notre transition énergétique et alimentaire, créer des projets visant l'autonomie Offre : terrain de 1ha, 1 maison habitable + 1 maison à rénover, hors du village, en pleine (...)

Don de Terre (Contacts dans le 56)

Projet : Bonjour souhaite vous apporter mes connaissances ou compétences en maçonnerie, restauration, enduits terre .. En échange d un don Offre : Je vous offre mon savoir faire en bâtiment écologique (...)

Recherche Logement Vs Travaux (Recherche location dans le 56)

Projet : Demat. Nous sommes une famille de 4. Cherchant hébergement en échange de restauration de batiments... Aide au jardin.. Offre : Je propose de restaurer ( pierres, enduits, isolation ..) aide (...)

Donne Coq Nain (Agricultiver dans le 91)

Projet : bonjour, j'ai deux coq nains dans la basse cour. j'aimerai m'en séparer si ça interresse quelqu'un ce sont des chabo (nagasaki) belle journée. Offre : bonjour, j'ai deux coq nains dans la (...)

Colocation contre Services (CoLocation dans le 26)

Projet : Garder,entretenir ensemble une vieille ferme,quelques cueillettes,savoir se parler et s'entendre,très important,possibilité de potager.Contact par mail Offre : Colocation dans ferme (...)

Intégration Ecolieu (À l’abordage dans le 31)

Projet : Intégration dans un ecolieu développer son autonomie Participer à un projet clair et sain dans le respect de la nature Organiser et mettre sur pied une activité artisanale de boulangerie J ai (...)